AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Alohomora

Consultez régulièrement les nouveautés ici
Pensez lorsque vous vous inscrivez
à prendre un Prénom et un Nom.

15 lignes minimum dans le Rp et 20 lorsque vous ouvrez un sujet

Le nouveau design est arrivé !

Design n°5 le 09/04/2012 par Kyana.

Venez voter pour faire gagner votre maison !

C'est toutes les deux heures ici.
Dans le Rpg, nous sommes passé au mois de Novembre et Décembre 1976 !

Pour vous y retrouver, consultez le calendrier.

 

 Es-tu vraiment une vipère ?

WIZARDHIBOUX
Who are You ?
Abigaël A. Velrose

avatar

Élève ♣ Poufsouffle - 7ème année

Élève
Poufsouffle - 7ème année


▌Age : 24
▌Parchemins : 553
▌Points de Rp : 126
▌Initiation magique : 30/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 17 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Es-tu vraiment une vipère ?   
Dim 30 Déc - 16:03

« Es-tu vraiment une vipère ? »
Pv Cassie ~


Le froid de Décembre et l'air vivifiant du matin étaient propices à une petite course à pied à travers les alentours d'un Poudlard désert.

Abigaël appréciait ces moments de paix, de quiétude où il pouvait piétiner l'herbe fraîche d'une rosée éphémère d'un pas vif et agile. Il avait pris l'habitude de se lever très tôt et de se servir du sport comme d'un stimulant efficace pour la journée, une fois son stock d'adrénaline rempli, il était parti pour être de bonne humeur jusqu'au soir, et c'est ce qui faisait sa réputation ; un jeune homme toujours chaleureux, qui met de l'ambiance presque partout où ses pas le mènent.

Ce matin là, le soleil n'était pas encore levé que le jeune Anglo-Japonais avait fait le tour du château, c'en était presque devenu trop facile à force. Bref, un cours se profilant à l'horizon, il retourna dans la salle commune des Poufsouffles et profita d'une douche bien chaude pour être impeccable. Il enfila la tenue de sa maison avec fierté, noua sa cravate et rangea sa baguette dans sa poche, prêt à partir avec entrain.

Il avait cours de potions avec les Serpentards cette fois. Ce n'était pas tant un cours qui le passionnait, loin de là, il préférait de loin les cours qui bougeaient plus ou qui étaient animés d'un professeur un peu loufoque, mais sa bonne humeur demeurait intacte, car une certaine fille y serait aussi, une fille qui depuis peu lui faisait de plus en plus tourner la tête. Non pas qu'Abigaël soit le genre collant, ou sentimental à moindre mesure, mais cette jolie brune avait suivi le jeu du jeune homme avec tellement de sensualité et tellement de regards bien placés que lui-même n'avait sû s'arrêter en si bon chemin, et encore aujourd'hui, il ne savait absolument pas où tout ça les mènerait. Pourtant, ce jeu dangereux avec la capitaine de Quidditch des Serpentards lui redonnait un souffle nouveau et il adorait ça. Loin de jouer avec le cœur de la belle, apprendre à la connaître certifiait Abigaël dans son choix. S'il pouvait ne serait-ce savoir si lui faisait un tel effet à la brune d'une telle façon, il n'hésiterait plus une seconde.

Pourtant, ce n'était pas gagné d'avance. C'est au cours d'un match de Quidditch, durant leur sixième année à Poudlard, qu'ils s'étaient rencontrés. Lui et Cassiopée Goldstein. Il s'étaient rentrés dedans et faillirent finir au sol en piqué, mais ce fut sans compter sur leur adresse. Car oui, sans compter les qualités indéniables que présentait certainement la brune, elle était en plus de cela capitaine de Quidditch, ça et ses beaux yeux avaient suffi à Abigaël, dans un moment de pure lucidité, pour craquer pour elle. Néanmoins, sa maison, et donc les gens dont la réputation avait le don de faire grincer des dents le jeune homme, avait suffi pendant longtemps à les maintenir séparés, et ce dernier était dans une relation qui allait bon train à cette époque. Il préférait laisser dans le doute ce coup de cœur ponctuel, le laisser de côté pour voir si cette flamme disparaîtrait aussi vite qu'elle était apparue.

Et elle s'était montrée vivace, si bien qu'Abigaël, devenu libre comme l'air, avait décidé de faire le premier pas et de s'intéresser à la brune qui lui avait répondu volontiers, s'en suivi le jeu précédemment décrit. Au final, une fois arrivé dans cette salle sombre enterrée dans les sous-sols poussiéreux, le jeune homme chercha la brune des yeux, jusqu'à l'apercevoir assise à une table, dont la place voisine était déjà occupée par un poisseux bien trop baveux et crasseux pour avoir l'infini privilège de poser ses fesses à côté de cette vipère sans venin. Il arriva à coté de ce garçon, de toute ma taille, droit et les épaules larges, lui demandant d'une façon peu catholique de lui laisser la place, à vrai dire il avait agrippé sa veste et l'avait fait décoller du banc sans qu'il n'ait le temps de se demander ce qui lui arrivait. Il s'avoua quelques secondes plus tard que ce n'était pas une attitude de gentil garçon, mais il n'en avait que faire, il voulait parler à Cassie.

Pourtant, elle dédaigna lui adresser la moindre parole ou le moindre regard de tout le cours. Le Japonais ne comprit pas vraiment cette réaction, elle lui en voulait d'avoir envolé ce mec inutile ou cherchait-elle à le faire enrager d'une nouvelle manière ? C'était à moitié gagné, car l'avoir là à côté de lui sans pouvoir ne lui toucher un mot le rendait presque malade, il grimaça tout le long du cours sous le regard vilain de son professeur qui prenait ça pour de la provocation, si bien qu'il se prit une ou deux remarques sur le fait que les tocs, ça se soignait. Bien joué, il s'était rendu ridicule. Et ça l'exaspérait encore plus d'entendre des filles glousser alors que Cassie ne réagissait même pas. Vipère, se dit-il ! Mais quelle vipère ! Il avait sombré dans le jeu de la belle les yeux fermés, alors ce serait à son tour de la piéger.

A la sortie du cours de potions, il profita du brouhaha et de la foule d'élèves avides de liberté pour attraper le bras de Cassie et la maintenir contre le mur, là, entre quatre yeux. Il la fixa avec tant d'intensité qu'il aurait pu l'attraper plus vivement et faire il ne sait quelle folie.


    « Alors, on refuse de parler à son Japonais préféré ? »


Il lui adressa un petit sourire en coin pour la déstabiliser, il faisait bien une bonne tête de plus qu'elle et s'était assez rapproché pour qu'elle ne puisse pas lui filer entre les doigts. Il venait de raviver le jeu dangereux qu'ils jouaient tous les deux, et dont les règles n'étaient pas encore tout à fait fixées, mais cela ne saurait tarder. A force de se chercher de la sorte, il finirait par poser des conditions. Mais à l'instant présent, il voulait davantage voir la réaction de la brune ; si c'était vraiment un jeu, ou si au contraire quelque chose dont le Pouffy n'avait connaissance avait fait pencher la balance en sa défaveur. Dans le second cas, il en garderait un goût amer, mais il ne préférait pas y penser. Il se contenta de monter la pression encore d'un cran, lançant un regard distinctif à la petite vipère.

    « Je vais finir par devoir te mettre en cage et voir ce que tu caches sous ces petits saphirs. »






Dernière édition par Abigaël A. Velrose le Lun 31 Déc - 6:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Élève ♣ Serpentard - 7ème année

Élève
Serpentard - 7ème année


▌Age : 24
▌Parchemins : 364
▌Points de Rp : 110
▌Initiation magique : 29/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: Dix-Sept ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Es-tu vraiment une vipère ?   
Dim 30 Déc - 18:50

« Es-tu vraiment une vipère ?  »
Pv Abigaël ~




Une nouvelle journée commençait à Poudlard. L'avantage d'être une Serpentarde était le fait d'avoir sa salle commune sous l'eau, peu importe le temps qu'il faisait dehors tout resté calme et douillet. La seule chose qui pouvait venir briser le calme de leur dortoir était un poisson ou peut-être le calamar.

Cassie avait traîné un moment au lit ce matin-là. N'ayant pas vraiment envie de quitter son lit douillet, qui était bien plus confortable que tout le reste. Ses camarades commençaient à émerger lorsqu'elle décida de se lever, abandonnant son lit pour filer dans la salle de bain, prendre une douche qui dura presque une demi-heure. Il y avait des jours comme ça, où elle n'arrivait pas à se réveiller. Quand cela lui arrivait elle n'avait pas d'autre choix que d'attendre que son cerveau s'allume. Au bout d'un moment elle se décida tout de même à s'habiller, enfilant son uniforme aux couleurs des Serpentards. La brune avait eu du mal à se faire à ses couleurs, elle s'était toujours attendue à devenir un aiglon en entrant à Poudlard et finalement elle était devenue une vipère. Ce n'était pas si horrible que l'on aurait pu le croire, même si les verts et argents avaient une sale réputation au sein de l'établissement, l'ambiance à l'intérieur de la maison était bonne.

C'est donc sur ses pensées que Cassiopée sortie de la salle de bain en attachant ses cheveux en un chignon rapide, un peu déstructuré. Elle devait se rendre au cours du professeur Slughorn, cours que les Serpentards partageaient avec les Poufsouffles. La brune n'était pas de ceux qui avaient des préjugés sur les maisons, préférant juger une personne sur sa personnalité plutôt que sur les couleurs qu'il portait. Elle était plutôt ouverte d'esprit et aimer à se lier avec des gens d'horizons différentes. Caractéristique qui lui apportait parfois des mots avec certaines personnes qui pensaient qu'une jeune fille comme elle ne devait pas se mêler à des né-moldu. L'Anglaise n'en avait cure, ce n'est pas quelques langues de vipères qui allaient l'empêcher d'en faire qu'à sa tête.

Le cour de potion se déroulait dans les cachots, c'est-à-dire à quelques mètres de la salle commune de la jeune femme, voilà pourquoi elle arriva un peu à l'avance, contrairement à d'habitude. Elle alla s'installer à une table, en compagnie d'un blond qui était lui aussi à Serpentard, jeune homme que Cassie appréciait beaucoup et qui était tout comme elle un érudit, ce qui pouvait toujours être utile lorsque l'on était en cours pratique de potion, surtout que cette matière n'était pas celle dans laquelle excellait la cadette des Goldstein. Les potions n'avaient jamais été son fort, traumatisé par l'utilisation qu'en faisait sa mère. Elle avait toujours été plus attirée par les Sortilèges, mais faisait un effort dans cette matière puisqu'elle savait très bien qu'elle avait besoin d'au minimum un Effort Exceptionnel à ses ASPICs si elle voulait poursuivre ses ambitions. Ce n'était pas permis à tout le monde de devenir psychomage.

La brune avait baissé la tête à peine un quart de seconde pour attraper ses affaires dans son sac que son partenaire avait changé de couleur de cheveux, le petit serpent blond avait laissé place à un grand blaireau brun. Cassie haussa un sourcil, ça ne ressemblait pas à son camarade de l'abandonner comme ça pour laisser sa place à un Poufsouffle. En jetant un oeil plus attentif au serpentard qui s'était installé derrière la brune à défaut de s'installer à côté d'elle, il avait l'air un peu décoiffé, surement c'était-il fait déloger de force, mais qui osait virer ses amis pour prendre la place qui leur était réservée. Le blaireau lui disait quelque chose...Abigaël Velrose. C'est qu'il avait du culot celui-là.

Abigaël Velrose ou toute une histoire pour l'Anglaise. Le jeune homme n'était apparus comme tel qu'il y a peu. Avant ça, il était uniquement un camarade de classe et parfois un adversaire au Quidditch, certes mignon, mais ça s'arrêtait là. Ce n'était que depuis la rentrée que Cassie faisait attention au Japonais. D'abord, parce que lui avait l'air de s'intéresser à elle et qu'il était assez mignon pour que ses tentatives ne passent pas inaperçues. Peu à peu un jeu s'était installé entre eux, un peu comme le chat et la souris, Cassiopée étant la souris et Abigaël le chat. La brune prenait un malin plaisir à jouer avec lui, un Serpent qui jouait avec un blaireau ce n'était pas banal, mais elle aimait casser les codes. Les bases du jeu étaient simples, c'était à celui qui attraperai le plus vite l'autre, tous les coups étaient permis, aucune pitié, c'était ça qui l'amusait le plus, elle n'avait pas besoin de se retenir, de la jouer fair-play, son côté serpentesque pouvait s'exercer au grand jour.

Elle conclut donc à une nouvelle manche lorsque la surprise de le voir à côté d'elle fut passée. Très bien, s'il voulait jouer elle allait jouer. Le cour commença, Slughorn leur donna différent exercices à réaliser par binôme. Cassiopée les fit, n'adressant pas un mot à son voisin, même pas pour lui demander les racines de marguerites dont elle avait besoin pour finaliser sa potion de ratatinage. Elle garda ainsi le silence du début à la fin, ne lâchant aucun mot, même le plus anodin. D'un côté parce qu'elle voulait lui montrer qu'elle savait jouer, mais aussi parce que sa façon de virer son ami comme ça ne lui avait pas plus du tout, il fallait qu'il comprenne qu'il ne pouvait pas faire ce genre de choses impunément. Elle ne broncha même pas quand Slughorn fit une remarque sur les tiques d'Abi, qui devait surement rager de ne pas attirer l'attention de Cassie.

La vert et argent rangea vite ses affaires dans l'idée de sortir rejoindre la Grande Salle lorsqu'une main saisit son bras et la plaqua contre un mur alors que les autres élèves partaient manger. Cassie aurait bien pu incendier l'inconscient qui l'avait attrapé comme ça, si cet inconscient n'avait pas été Abigaël qui la regardait avec une telle intensité qu'elle en avait des frissons dans le dos. Il lui adressa la parole, un sourire en coin venant s'accrocher à son visage. La brune ne décocha pas un mot, son visage éclairait aussi d'un petit sourire en coin, moqueur, qui elle se doutait bien aller enrager le Japonais. Le silence s'installa. Elle ne pouvait pas bouger, le brun la surpassant bien d'une tête. Ce n'était pas ce qui faisait peur à Cassie, mais c'était tout du moins ce qui l'empêchait de s'évader. Il ouvrit une nouvelle fois la bouche faisant un commentaire sur ses yeux et une cage.

- Je ne suis pas un piaf, Velrose, on ne met pas un serpent en cage.

Les mots avaient franchi ses lèvres sans qu'elle aie vraiment le temps de s'en rendre compte, son impulsivité ayant parlé pour elle. Ses mots n'avaient pourtant rien d'agressif, un peu abrasif peut-être, parce que dit sans réfléchir mais rien de bien méchant. Elle plongea ses yeux dans ceux d'Abi, ne cherchant pas à bouger.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Abigaël A. Velrose

avatar

Élève ♣ Poufsouffle - 7ème année

Élève
Poufsouffle - 7ème année


▌Age : 24
▌Parchemins : 553
▌Points de Rp : 126
▌Initiation magique : 30/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 17 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Es-tu vraiment une vipère ?   
Lun 31 Déc - 7:34

« Es-tu vraiment une vipère ? »
Pv Cassie ~


C'est qu'elle jouait réellement avec lui ! A la vue de son petit sourire en coin -qui était évidemment une subtile et sensuelle attaque pour une fois encore franchir une étape de ce jeu presque malsain-, le Japonais vit le sien s'agrandir de plus belle. Si ses amis le voyaient jouer ainsi avec une Serpentard, il y a longtemps qu'il se serait pris une bombe en pleine tête -et il n'invite personne à faire de mauvaise blague sur Hiroshima ou Nagasaki, qu'on soit clair-. C'est justement cette résistance fébrile de la brune qui lui donnait encore plus envie d'elle. Quel homme attiré par les femmes résisterait devant une jolie brune pleine d'esprit qui fait tout pour vous chauffer ? Pas Abigaël en tout cas. Ce jeu pervers, bien que mené avec une réelle discrétion malgré tout, finirait par se voir et s'ébruiter.

La belle lui lança son venin au visage en prétextant ne pas être un piaf à mettre en cage. Certes, elle était une vipère, terrarium alors ? Non, il était inutile de se lancer dans ce genre de débat, surtout que n'était pas là la question. Le Japonais sentait bien qu'il lui faisait de l'effet, et comme il la dominait par la taille -pas pour lui faire peur, mais bien pour lui montrer qui était le patron, oui gamin-, il se sentait assez fort pour passer outre n'importe quel argument déplaisant qu'elle pourrait lui lancer. Il eut souvenir du patronus de Cassie, un beau phénix. Alors comme ça elle n'était pas un piaf, hein ? Il s'était toujours demandé pourquoi elle ne s'était pas retrouvée à Serdaigle d'ailleurs, elle a l'intelligence et la finesse pour. Malgré tout il était encore mal placé pour dire bien la connaître, c'était Maewan qui connaissait tout d'elle, et Abi comptait bien jouer sur ça pour en savoir plus. D'après ce qu'il savait, la brune était en position fâcheuse, traînée par un devoir dont elle ne voulait pas. Et elle tenait le regard du jeune homme comme si baisser les yeux aurait été une défaite.


    « C'est qu'elle me foudroie du regard. Ton patronus n'est-il pas sensé être un Phénix ? Quoi que, les phénix non plus, on ne les enferme pas, ils sont trop beaux pour ne pas pouvoir voler en toute liberté. »


Il insista encore plus, se rapprochait, c'était presque si son nez touchait celui de Cassiopée. A ce moment, une boule se forma dans son ventre, il aurait voulu l'embrasser, mais ne le fit pas, pas sans connaître les sentiments de la brune, ce n'était pas son genre et pourtant il en avait envie. Il était attiré par elle comme un papillon par la lumière, cette sensation, qu'il pensait pourtant connaître, était indescriptible. C'était alors ce qu'on ressentait dans ce genre de cas ? Il pensa à ses amis, à la possible bêtise qu'il était sur le point de commettre.

    « Si je t'embrassais, est-ce que tu m'empoisonnerais ? »


Quelle bêtise ! Il aurait mieux fallu essayer plutôt que de demander, il avait l'air d'un dégonflé qui se sent obligé de demander avant pour ne pas se faire frapper. Mais il respectait trop les femmes pour aller contre leur volonté. Il lâcha un petit rire, libérant la brune de ses bras, et alla se poser contre le mur en face en croisant les bras. Les limites du jeu n'avaient pas été fixées, mais il avait eu l'impression d'en franchir une de peu. Et au fond, était-elle vraiment une vipère ? Son sourire se ternit, laissant place à un sérieux qui ne lui ressemblait pas.

La vérité sembla claire à présent. Le trou béant dans sa poitrine, qui n'avait été comblé par personne, semblait moins le faire souffrir quand Cassie était dans les parages. Abigaël se sentit guimauve ; il avait déjà éprouvé de l'affection débordante pour des filles, il leur avait tout donné, mais là c'était différent, pour ça qu'il se sentait guimauve, il était en train de tomber amoureux d'une personne qui pourtant ne devait pas être pour lui, parce qu'ils n'ont pas le droit, ils ne peuvent pas.


    « A quoi est-ce qu'on joue, Cassiopée ? »


Il ne l'appelait jamais Cassiopée. Le jeu était en pause, la conversation se devait d'être sérieuse à présent. Les règles se devaient d'être fixées, les comptes rendus, les sentiments révélés. Ce fut à Abigaël de se lancer le premier, après tout, il se pensait le plus investi dans cette relation naissante. Il n'avait pas lâché du regard les beaux yeux saphirs de la vipère, qui semblait princesse en l'instant.

    « Je crois que je commence à vraiment m'attacher à toi. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Élève ♣ Serpentard - 7ème année

Élève
Serpentard - 7ème année


▌Age : 24
▌Parchemins : 364
▌Points de Rp : 110
▌Initiation magique : 29/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: Dix-Sept ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Es-tu vraiment une vipère ?   
Lun 31 Déc - 16:55

«Es-tu vraiment une vipère ?  »
Pv Abigaël ~





- Les phénix sont bien plus que des oiseaux, tu le serais si tu suivais un peu plus en soin aux créatures magiques.

Cette fois encore aucune agressivité ne transparaissait dans la voix de Cassiopée, elle voulait juste faire fermer son bec au bellâtre. Leur jeu impliquait une défaite, obligatoirement et ce ne serait pas la sienne, elle ne le permettrait pas, mais pour cela il ne fallait rien laisser passer. Après sa réplique Abigaël se rapprocha d'elle, tellement que leur visage se touchait presque. La brune pouvait sentir le souffle chaud de son interlocuteur lui caresser régulièrement la peau. Cassie appréciait cette sorte d'intimité, même si elle ne l'avouerait pas. Abi avait beau lui taper parfois sur les nerfs à cause de certaine de ses réactions, il l'attirait aussi énormément. C'était un jeune homme à la beauté renversante, drôle à sa manière et Cassie était sûr que derrière cet aspect de gros dur farceur il était quelqu'un de très sensible.

Cassiopée fut un tant soit peu déstabilisé par la question d'Abigaël. Elle ne s'y attendait absolument pas, même si la distance qui les séparait était propice à ce genre de choses. D'ailleurs si quelqu'un revenait dans la pièce à ce moment-là, pour récupérer un bouquin qu'il avait oublié il pourrait facilement croire qu'il venait de surprendre deux amoureux qui étaient en train de se bécoter avant de retourner en cours. Ce n'était pourtant pas le cas. Ils n'étaient pas ensemble et pas amoureux, d'après la brune. Qu'allait-elle bien pouvoir lui répondre ? Était-elle seulement obligé de répondre ? Elle aurait pu se contenter de se rapprocher de quelques millimètres pour lui faire comprendre que le meilleur moyen de le savoir était d'essayer. Elle n'en fit rien, gardant son visage à la même distance que celui du Poufsouffle. Elle ne voulait pas le laisser gagner et se laisser embrasser aussi facilement serait en quelque sorte une victoire pour lui. Très peu pour elle. Elle appuya l'arrière de son crâne contre la paroi qui l'empêchait de partir, un mince sourire sur les lèvres.

- Je t'empoisonnerais surement, une fois que tes lèvres toucherons les miennes tu ne pourras plus t'en passer, enfin ça c'est si tu l'avais fait, j'aime la spontanéité tu comprends, maintenant c'est un peu râpé.


Cassie ne perdit pas son sourire, observant avec attention la réaction du Japonais. Il allait surement rager, d'une part parce qu'elle lui avait refusé un baiser d'une certaine manière et secrètement elle espérait aussi qu'il rage juste parce qu'il n'avait pas pu l'embrasser. En réalité, elle aurait aimé embrasser le blaireau, ses lèvres l'attirant un peu trop, mais elle se devait de résister à la tentation. Abigaël la déstabilisa une nouvelle fois avec une nouvelle question, cette fois-ci beaucoup plus sérieuse. Il avait utilisé son prénom plutôt que son surnom, il ne faisait jamais ça, rare était les personnes qui utilisaient son prénom en entier, les gens préférés l'appeler Cassie, c'était plus court et donc plus rapide que Cassiopée, l'entendre prononcer son prénom lui provoqua une sensation bizarre dans l'estomac. Ça n'annonçait souvent rien de bon. Ils allaient devoir discuter, la brune n'aimait pas vraiment ça, enfin pas avec Abi. Il était son camarade de jeu, s'ils se décidaient à discuter les choses allaient changer et elle ne pourrait plus se permettre d'être aussi insouciante avec lui. L'Anglaise retentis un pincement au coeur, leur relation était tellement bien comme ça, pourquoi fallait-il tout gâcher avec des mots. Elle trouvait la manie de l'homme à mettre des noms sur chaque chose tellement ennuyante. Elle n'eut pas le temps de dire à Abi qu'elle ne voulait pas parler de ça.

Le mal avait déjà été fait, le Japonais avait ouvert la bouche lui avouant qu'il commençait à s'attacher à elle - BIM - la brune pris sa déclaration en pleine face, comme une bombe à eau glacer. Son sourire perdit un peu de son éclat, déstabilisée. Il fallait y aller pour faire vaciller Cassiopée Goldstein, Abi y était arrivé. Il lui fallut une paire de seconde avant qu'elle ne trouve quoi dire. On lui avait déjà dit qu'on s'attachait à elle, mais la plupart du temps elle avait gentiment repoussé le jeune homme, elle n'était pas du genre à s'attacher elle. Plutôt frivole, elle aimait bien trop sa liberté pour se lier à qui que ce soit. Pourtant, cette fois-ci c'était différent, les mots du Poufsouffle avaient eu beaucoup plus d'impact que ceux des garçons avant lui. Pourquoi, elle ne le savait pas vraiment.

Maintenant, elle était coincée et non plus uniquement contre un mur de pierre. Elle était aussi mise au pied du mur, plus métaphorique celui-là. La brune ne pouvait pas se défiler au risque de vexer Abigaël, mais d'un autre côté elle ne savait pas quoi lui répondre. Elle n'avait jamais pensé à ça. Pour la vipère le jeu allait de lui-même et c'était ce qui lui plaisait, elle n'avait en rien envie de mêler l'intellectuelle à tout ça.


- Je ne sais pas quoi te répondre Abi, je ne me suis jamais posé de questions à ce sujet, tout se déroule si naturellement avec toi...








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Abigaël A. Velrose

avatar

Élève ♣ Poufsouffle - 7ème année

Élève
Poufsouffle - 7ème année


▌Age : 24
▌Parchemins : 553
▌Points de Rp : 126
▌Initiation magique : 30/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 17 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Es-tu vraiment une vipère ?   
Mar 1 Jan - 19:38

« Es-tu vraiment une vipère ? »
Pv Cassie ~


C'était en effet rapé pour le coup. Cassie avait-elle même avoué aimer la spontanéité et Abigaël n'avait pas été en mesure de la lui en fournir. Mais qui était-il pour répondre à ses pulsions alors qu'il avait fait un travail sur lui même pendant presque un an pour justement régler ce problème ? Il n'en était jamais rien sorti de bon ou presque lorsqu'il laissait tomber son self-control, et ce n'est pas demain la veille. Il préférait encore perdre cette bataille plutôt que de la contenter si vite. Il n'y avait personne dans le couloir pourtant, la chose aurait été aisée ; un baiser, un long baiser. Mais le jeune homme avait sa fierté, une fierté qu'il ne laisserait pas tomber.

Et puis le mal était déjà fait, le sujet du baiser oublié, qui relancé ne servirait à rien. La brune ne parlait plus et ne souriait plus, les avoeux du jeune homme, qu'il regrettait à présent comme la peste, l'avaient clouée au mur d'une toute autre façon. Tant pis, se dit-il, il y a des moments dans la vie où il faut savoir parler sérieusement, se montrer adulte et prendre des décisions. Lui et Cassiopée n'étaient plus ces premières, secondes ou troisièmes années en plein choc de la puberté ou rougissant d'un simple toucher d'une main dans une autre ; ils étaient en septième année, et de ce fait, devaient finir par se montrer responsables. De plus, Abigaël savait très bien ce qui lui pendait au nez, le fait de tourner autour de la Serpentard de la sorte, et de s'afficher avec elle le soir du bal allaient lui attirer des problèmes, qu'il règlerait avec calme. Mais il fallait qu'il soit sûr de lui.

Est-ce que ce petit jeu valait des amitiés brisées ? Son meilleur ami lui dirait que non, mais lui-même avait les fesses entre deux chaises. Abigaël ne voulait pas vexer la brune, il commençait à dangereusement s'attacher à elle, mais quand bien même ? Son silence le perturbait énormément. Il avait l'impression d'attendre la mort même arriver. Et au final, il aurait préféré qu'elle ne réponde pas. Naturel, elle l'aimait naturel. Alors Abigaël Velrose se posant des questions n'était pas naturel ? C'était mal le connaître. Il était jeune homme à se poser un jour dans un coin, et à laisser libre cours à tous les questionnements du monde, à réfléchir, à se tourmenter sur la façon dont les choses tourneraient. Il était comme ça, c'est ce qui lui valait de rompre aussi souvent ; il devenait mélancolique, finissait par chercher midi à quatorze heures, à se dire que finalement il n'était pas à la hauteur et ne méritait pas l'affection qu'on pouvait bien lui porter. C'était le vrai Abigaël, le sensible, le torturé, celui aux multiples cicatrices invisibles, qui portait à présent sa mère à bout de bras.

Il leva les yeux au ciel, prenant une infinie inspiration pour se remettre les idées en place. Si le comportement du jeune homme mettait la vipère aussi mal à l'aise, il était inutile de poursuivre, même s'il partirait des regrets plein le cœur. L'atmosphère était devenue pesante et il fallait faire quelque chose pour ça. Abigël devait trouver une solution, et vite. Ou laisser couler et attendre que ça lui tombe dessus, qui au final, lui ressemblait pas mal aussi, paradoxalement. Il se mordit la lèvre, honteux de voir qu'elle était bouleversée de ses paroles. Elle n'était sûrement pas fille à s'attacher dans ce cas. Mais il ne voulut pas abandonner. Il se décola de son mur froid et avança jusqu'à Cassie pour poser ses doigts sous son menton et la regarder. Pas de baiser, se dit-il, pas maintenant, il ne vaudra rien, il ne voudra rien dire. Il préféra lui lancer un de ses beaux sourires, et finalement la prendre spontanément dans ses grands bras, sans trop réfléchir aux conséquences.


    « On va laisser couler. On va pas réfléchir et on verra la façon dont les choses tournent. Si je me prends la tête avec Potter, c'est que c'est lui le crétin. Il te juge sans chercher à comprendre. Mais pour le moment, j'ai besoin de laisser ce petit jeu de côté, après le bal. Moi j'ai besoin de réfléchir ou je vais finir complètement fou. »


Il lâcha la brune bien vite, décidé à la quitter pour la laisser profiter de sa journée.


    « Tu n'y arriveras peut-être pas, mais oublie ce que j'ai dis. Ça ne sert à rien qu'on se pose ce genre de questions, c'est vrai. Pas maintenant. Tu devrais y aller si tu ne veux pas rater ton prochain cours et éveiller les soupçons de tes petits camarades, ils ne me portent pas dans leur cœur, eux non plus. »


Il se mordit la lèvre, il savait que ses prochaines paroles allaient blesser la jeune femme mais il voulait finalement mettre les choses au clair, il ne prendrait pas non plus tous les risques du monde pour elle, ou presque.

    « Mais ne me fais pas tomber amoureux de toi si tu sais que ça n'en vaudra pas la peine. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Élève ♣ Serpentard - 7ème année

Élève
Serpentard - 7ème année


▌Age : 24
▌Parchemins : 364
▌Points de Rp : 110
▌Initiation magique : 29/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: Dix-Sept ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Es-tu vraiment une vipère ?   
Mer 2 Jan - 18:05

« Es-tu vraiment une vipère ?  »
Pv Abi ~





Cassiopée regardais Abi, sans trop savoir quoi lui dire. Elle aurait aimé lui dire qu'elle aussi était en train de s'attacher à lui, parce que c'était le cas. C'était ça le pire. C'était qu'elle pouvait le sentir dans son estomac. Elle se sentait bien quand elle jouait avec le Japonais. Quand il s'intéressait à elle, quand sa main effleuré la sienne. Certes, il n'était plus des enfants, il était en Septième année et Poudlard serait bientôt fini. Ils étaient presque des adultes et on attendait d'eux qu'ils se comportent comme tels. Pourtant, Cassie ne s'en sentait pas capable. Elle ne s'attachait pas, elle ne savait pas faire, on ne lui avait pas appris. Les gens passaient dans sa vie et ça ne lui faisait ni chaud ni froid, juste quelques amis étaient restés. Jamais les petits amis. Cassie était une charmante jeune femme et elle savait s'en servir, son besoin constant de tendresse la poussait à aller la chercher là où elle pouvait la trouver, peu importe comment. Elle appréciait beaucoup Abigaël, parce qu'avec lui elle pouvait être elle-même sans trop y réfléchir, pas besoin de masque avec le brun. Seulement elle n'était pas capable de lui dire...

Elle fut sortie de ses pensées par Abi qui vint la prendre dans ses bras. L'espace d'un instant Cassie senti un poids disparaître de ses épaules avant de lui retomber violemment dessus. Elle ne compris pas tout de suite pourquoi il avait ça, la prendre dans ses bras comme ça, alors que rien n'indiquait qu'un contact devait s'établir.


- Je ne veux pas que tu te prennes la tête avec qui que ce soit à cause de moi Abi, je n'en vaux pas la peine... Si tu ne veux plus me voir, je comprends, tu n'es même pas obligé de venir avec moi au bal. Je trouverai bien quelqu'un d'autre...

Ce qu'elle ne disait pas c'était qu'elle n'avait pas envie de trouver quelqu'un d'autre, c'était avec lui qu'elle avait envie d'y aller. Cassie se sentait profondément mal, maintenant qu'Abi n'avait plus ses bras autour d'elle, sans lui laisser le temps d'apprécier sa présence. Il voulait qu'elle le laisse tranquille, très bien elle le ferait. Puis il lui demanda d'oublier. Comment voulait-il qu'elle fasse ça ? Il lui dit de retourner en cours pour ne pas attirer les soupçons. Elle s'en fichait, elle pouvait sentir le mal être du Japonais et elle avait du mal à le supporter. Quand elle s'était lancée dans ce jeu avec lui elle ne s'attendait pas à ce que ça finisse comme ça. Jamais elle n'aurai mis le doigt dans l'engrenage sinon. La brune tiqua lorsqu'Abi parla de ses camarades, d'après lui ils ne l'appréciaient pas. Ce n'était pas faux, ça ne plaisait pas à tous les Serpents que l'une des leurs traîne un peu trop avec un blaireau, un sang-mêlé qui plus est. Une honte d'après certain. Mais l'Anglais ne s'en souciais guère, elle était certes attachée à sa maison qui était comme sa deuxième famille, elle ne s'empoisonnerait pas la vie pour autant. Elle haussa les épaules.

- Je m'en fiche de ce que les autres pensent, ils peuvent bien ne pas t'apprécier, ça m'importe peu puisque... je me sens bien avec toi, comme avec personne d'autre...

Elle avait dit la dernière partie de la phrase beaucoup moins distinctement que le reste. Ce n'était pas facile pour Cassie de sortir ce genre de choses. Même si vu comme ça ce n'était rien. Pour la fille Goldstein parlait de ses sentiments c'était un peu comme affronter un troll des montagnes sans baguette et les mains attachées dans le dos. Elle y était quand même arrivée, même si elle doutée qu'Abi aie pu entendre ce qu'elle venait de dire. Elle se détacha du mur, remontant son sac sur son épaule, elle allait partir quand Abi reprit la parole. Son coeur se serra dans sa poitrine aux mots du Poufsouffle. Ce n'était pas comme si c'était elle qui lui avait demandé quoi que ce soit. Amoureux, comment pouvait-on tomber amoureuse d'elle, surtout Abi. Elle avait toujours imaginé que le garçon était comme elle. Apparemment elle avait eu tord.

- Je ne te demande rien, Abi. Les choses valent la peine qu'on leur donne...

Cassie aurait pu partir en courant ou pleurer comme l'aurait fait beaucoup de jeunes filles de son âge dans de pareil circonstances. Elle allait devoir tourner le dos à une personne à qui elle tenait beaucoup, peut-être même plus qu'elle ne le pensait. Elle aurait pu réagir ainsi si son masque ne s'était pas installé sur son visage. Comme souvent dans des cas de "crise" son visage perdit toutes expressions, elle pris une grande inspiration et tourna le dos à Abigaël. C'était sûr après ça plus rien ne sera jamais plus pareille entre les deux ados.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Abigaël A. Velrose

avatar

Élève ♣ Poufsouffle - 7ème année

Élève
Poufsouffle - 7ème année


▌Age : 24
▌Parchemins : 553
▌Points de Rp : 126
▌Initiation magique : 30/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 17 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Es-tu vraiment une vipère ?   
Mer 2 Jan - 19:34

« Es-tu vraiment une vipère ? »
Pv Cassie ~


Abigaël sentit son cœur se serrer lorsque Cassie lui répondit de but en blanc qu'elle ne valait pas la peine qu'il lui parle et qu'il n'avait pas à se forcer à la voir ou quoi que ce soit. Cette phrase l'avait complètement retourné et il n'avait sû quoi dire, il sentait le malaise grandissant en un mal de ventre assez gênant pour le faire taire. Comment ne pas vouloir de Cassie ? Elle était le remède à ses maux et sa source de bonne humeur, ce serait pure folie que de la laisser lui filer entre les doigts comme ça du jour au lendemain. Elle valait tous les dilemmes du monde. Et il crut bien l'avoir perdue jusqu'à ce qu'il entende les derniers mots de la brune.

Il avait entendu, même si la voix de Cassie n'avait pas beaucoup porté, il avait très bien entendu. Elle se sentait bien avec lui comme avec personne d'autre. Elle était bien quand il était là et se fichait des autres. Elle ne lui demandait rien, et pourtant, lui aurait pu tout lui demander. Si elle savait la valeur qu'il lui accordait en cet instant ! Une joie incomensurable prit le dessus sur tout le mal-être qu'avait pu ressentir le jeune homme, il se sentait empli d'un bonheur extrême mêlé à une soif de liberté, de toucher, de contact qu'il n'avait encore jamais ressenti auparavant. Il s'empêcha de crier cette joie et de sauter sur place comme un fou heureux, comme un crétin, comme un gosse qui aurait reçu un cadeau de Noël, oui, c'était certainement ça, un cadeau venu de nulle part, comme un coup de foudre. Il n'eut jamais pareil sourire, grand dieu jamais. Par Merlin, cette fille avait un tel pouvoir sur lui que c'en était carrément flippant ! Elle faisait la pluie comme le beau temps, et l'esprit comme le corps d'Abigaël furent en ébullition immédiate, elle venait de faire fondre son cœur. De la valeur, oui, elle en avait, et il aurait voulu le hurler à travers tous les couloirs, non tout le château, non ! Tout le domaine !

Elle lui tournait le dos, et lui qui était prêt à partir revint immédiatement sur ses pas. Jamais il ne la laisserait partir, non ! Tant pis pour les codes, tant pis pour le jeu et ses règles absurdes, tant pis pour Potter et toute la clique, tant pis pour les amis de Cassie qui le pointeraient du doigt ; Il la voulait elle, bon sang ! Son pas fut plus rapide et plus agile qu'un guépard lancé à pleine vitesse. Il emboita le pas à Cassie en se postant devant elle pour lui barrer la route, et saisit ses joues avec une extrême douceur mêlée à une fermeté qui voulait tout dire.

Il l'embrassa comme il n'avait jamais embrassé aucune femme, ses doigts tenant toujours ses joues pour ne pas la laisser reculer. Elle pourrait le frapper autant qu'elle voudrait après ça mais il tenait à profiter un maximum des lèvres de la brune. La tête lui tournait, ses lèvres étaient en feu et il aurait pu l'emmener n'importe où et partout à la fois, loin, seuls, tous les deux. Il n'y avait plus matière à réfléchir et le Japonais prit la jeune femme dans ses bras sans rompre le baiser. L'instant dura si longtemps qu'il aurait pu s'étouffer. Ce n'est qu'une fois que son esprit réalisa ce qu'il venait de se passer qu'il recula de la brune en la regardant avec de grands yeux. Que venait-il de faire, par Merlin ! Ce baiser englobait toutes les déclarations du monde, et il resta là, un sourire béat sur le visage, un vrai crétin. Il recula encore, posant la main sur sa bouche en réalisant cette fois toute la situation. Comment Cassiopée allait-elle prendre ça ? C'était presque comme s'il venait de lui faire le serment de lui être fidèle. Il inspira un grand coup.


    « Ne pas vouloir de toi ? Tu es folle, Cassiopée Goldstein ! Tu es tout ce que je veux, là, maintenant ! Tu as plus de valeur que tout l'or du monde ou que la baguette la plus puissante sur terre ! Tu me fais autant rire que pleurer, mais par Merlin tu couvres mes blessures d'un tel bonheur que je n'en souffre plus ! Te voir rend mes journées si pleines, ta présence est tellement rassurante, te voir jouer avec moi me rend dingue d'envie et tu voudrais que je te laisse de côté ?! Certainement pas ! Pas avec ce que je viens d'entendre, car si c'est la vérité, tu viens d'embellir ma vie comme personne ! »


Il revint de nouveau la prendre dans ses bras et embrasser son front.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Élève ♣ Serpentard - 7ème année

Élève
Serpentard - 7ème année


▌Age : 24
▌Parchemins : 364
▌Points de Rp : 110
▌Initiation magique : 29/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: Dix-Sept ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Es-tu vraiment une vipère ?   
Mer 2 Jan - 20:58

« Es-tu vraiment une vipère ? »
Pv Abi ~




Cassie avait tourné le dos à Abigaël, elle s'apprêtait à aller rejoindre sa salle commune. Elle n'avait plus cours de la matinée, elle avait donc l'intention d'aller remettre ses idées en place dans son dortoir et même peut-être écrire un mot à Meawan pour lui demander conseil ou une bouteille de whisky pur-feu. Enfin un truc pour se changer les idées quoi. Elle ne pensa même pas à se retourner pour voir ce que faisait le Japonais. Si elle l'avait fait elle l'aurait peut-être vu revenir sur ses pas et se diriger d'un air décidé dans sa direction. Elle faillit le percuter lorsqu'il s'arrêta brutalement devant elle *Qu'est-ce qui lui arrive ? Peut-être encore un mot gentil à me jeter à la figure* Elle n'avait pas envie d'en entendre plus, elle avait eu son compte pour la journée. La brune allait l'envoyer bouler et même le pousser pour qu'il la laisse rejoindre la salle commune des Serpentard lorsqu'il lui attrapa le visage pour venir l'embrasser.

Il fallut bien une poignée de secondes à l'Anglaise pour comprendre ce qui était en train de se passer. Abigaël Velrose avait ses lèvres sur les siennes. Il embrassait super bien en plus le bougre. Cassie hésita entre lui mettre son poing dans la figure et se barrer - après tout il lui avait fait comprendre qu'il voulait qu'elle le laisse tranquille à peine cinq minutes plus tôt - ou s'accrocher à son cou le temps de la durée du baiser et en profiter - elle en avait autant envie que lui, soyons franc - elle opta pour la deuxième option. Enfin dans une moindre mesure. Elle vint poser une main dans la nuque du brun. Autant en profiter, surtout qu'elle pensait qu'il ne l'embrasserait jamais. La jeune Goldstein aurait le temps de l'incendier après si le coeur lui en disait toujours. Ses doigts effleurent le cou du Poufsouffle alors qu'il venait la prendre dans ses bras.

A cet instant, Cassie avait comme l'impression que le temps était suspendu à leurs lèvres. Que tant qu'ils seraient l'un contre l'autre les secondes s'étaient figées. Ce n'était bien entendu pas le cas, le temps continuait de filer comme un dératé. La vert et argent avait arrêté de penser pour une fois, se concentrant totalement sur le moment. Les lèvres d'Abi contre les siennes. Si quelqu'un était passé par là à ce moment-là, ils auraient pu être sûr que tout Poudlard aurait été au courant de leur baiser dans les dix minutes. Déchaînant ainsi les mauvaises langues qui critiqueraient - derrière leurs dos - les deux adolescents, c'est bien connu, une Serpentard n'embrasse pas un Poufsouffle, même dans un couloir des cachots. Cassiopée s'en fichait déjà pas mal en temps normal, mais là, c'était encore pire. Ce baiser était si intense tout en restant chaste que Dumbledore aurait pu passer en tutu à fleurs sans qu'elle s'en aperçoive.

La brune resta muette quand Abi se recula, stoppant ainsi leur baiser. Elle ne comprenait toujours pas ce qui avait bien pu se passer dans l'esprit d'Abigaël pour qu'il déclenche ce retournement de situation. Il y avait une quinzaine de minutes il voulait qu'elle arrête de jouer et maintenant il lui sautait littéralement dessus pour l'embrasser. Après cela on disait que c'était les femmes qui étaient compliqué et bien Abi venait de prouver qu'elles n'étaient pas les seules. L'espace d'un instant, Abi afficha un sourire béat ce qui fit réapparaître le sourire sur le visage de l'Anglaise, il avait l'air vraiment idiot comme ça. Puis il écarquilla les yeux avant de coller sa main devant sa bouche. Il s'attendait surement à ce que Cassiopée réagisse, mais à vrai dire elle était encore sous le "choc" de ce revirement de situation, elle était incapable de mettre son poing dans la figure du Japonais et encore moins d'ouvrir la bouche pour dire quoi que ce soit de construit.

Ce fut donc Abigaël, le fauteur de trouble dans la tête de la jeune Goldstein, qui pris la parole. Pour la deuxième fois de la journée il l'appelait Cassiopée, c'était assez rare pour marquer ce jour d'une pierre blanche. Ce qui vint ensuite laissa la brune sans voix. Jamais elle n'aurait cru entendre ça de la bouche de quelqu'un et encore moins de celle d'Abigaël Velrose. Elle en était heureuse et apeuré à la fois. Heureuse d'entendre de si belles choses lui être adressées, surtout venant du Poufsouffle, mais apeuré aussi parce que tout cela voulait signifier. Ces mots étaient lourds de sens et Cassie n'était pas sûre de pouvoir les supporter. Elle sentait presque ses jambes vaciller sous ses pieds. Il aurait pu lui annoncer que son père était en réalité un gobelin en cavale pour avoir volé une carte de choco-grenouille collector à Dumbledore qu'elle en aurait été tout aussi retournée - parce qu'il est bien connu qu'on risque la mort si l'on touche aux cartes de leur directeur préféré - Velrose avait réussi un exploit, faire taire Cassie. Elle qui habituellement avait tendance à courir partout, cette fois-ci elle ne bougeait plus. Pourtant, une sorte de vague de bonheur vint exploser dans sa poitrine.

Elle avait embrassé son Japonais et il lui avait fait une déclaration, une bonne partie des filles de Poudlard auraient vendue leurs mères pour ça. Cassie en était consciente. Tout se bousculait dans sa tête, elle n'était pas sûre de savoir ce qu'elle voulait. Cependant, elle se sentait bien dans les bras du Poufsouffle et elle n'avait pas envie de les quitter. Peut-être que cela voulait tout dire. Elle essaya d'ouvrir la bouche une première fois mais n'arriva pas à parler. Décidément il lui avait coupé le sifflet. Elle réessaya une seconde fois et cette fois les mots réussirent à sortir de sa gorge.


- Ce que tu viens de me dire est magnifique Velrose, bien plus que ce que tu peux l'imaginer. Toi aussi tu illumines mes journées, mais si tu le veux bien continuons de vivre au jour le jour. L'avenir m'angoisse, le préfère ne pas y penser.

Cassie ne revenait pas de ce qu'elle venait de dire. Se confier ainsi, sans qu'on lui demande rien, ce n'était pas elle. A croire que la déclaration d'Abi l'avait poussé à se confier elle aussi. Même si elle avait beaucoup moins dit que le garçon. Cassiopée n'était pas de celle qui s'ouvrait habituellement. Elle passa une main dans sa nuque, plutôt mal à l'aise alors qu'elle vint déposer un baiser au coin des lèvres d'Abi.

- T'es d'accord ?







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Abigaël A. Velrose

avatar

Élève ♣ Poufsouffle - 7ème année

Élève
Poufsouffle - 7ème année


▌Age : 24
▌Parchemins : 553
▌Points de Rp : 126
▌Initiation magique : 30/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 17 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Es-tu vraiment une vipère ?   
Sam 5 Jan - 3:08

« Es-tu vraiment une vipère ? »
Pv Cassie ~


La réaction de Cassie était allée bien au-delà des attentes d'Abigaël. Il pensait se faire frapper, se prendre des insultes au visage, se faire envenimer par cette petite vipère mais il n'en fut rien. La jeune femme se montra au contraire plus que chaleureuse bien que le choc se voyait encore sur les traits de son doux visage, et Abigaël eut un léger rire nerveux, la réaction de la brune l'amusait presque, il se sentait moins seul à être dépassé par les événements. Elle lui avoua que les paroles lancées par le Japonais étaient belles, qu'il participait à son bonheur, mais que l'avenir l'angoissait et qu'elle préférait vivre au jour le jour. Sur le moment, Abi se demanda ce qui pouvait bien passer par la tête de la brune pour qu'elle qualifie le futur de si angoissant.

Etait-ce à cause de sa maison et de ses camarades ? Pour une Serpentard, ces temps-ci, la tentation de virer du mauvais bord était plus que présente, et surtout forte. Il n'en savait pas davantage pour pouvoir affirmer quoi que ce soit, et c'est ce qui l'apeurait. L'idée de voir Cassie devenir une pro-mangemort l'effrayait presque autant que les détraqueurs. Si cela venait à se produire, il aurait le cœur brisé et ne pourrait se résoudre à lui faire du mal, si cela arrivait, il serait perdu comme à la mort de son père et de son frère. Cette peur, cette douleur, cette panique intérieure qui ne disparaîtrait jamais vraiment, il ne voulait pas les subir de nouveau. Bien qu'avec le temps, Abigaël ait mûri et se soit affranchi d'une certaine puérilité -même si cela paraît étonnant-, il demeurait un garçon fragile aux nerfs parfois peu solides. Personne ne l'avait jamais vu pleurer, si ce n'est peut-être Maewan, et il s'était toujours arrangé pour que personne d'autre ne soit au courant, tout se faisait dans la solitude et le silence le plus total. Alors à présent qu'il avait Cassie à ses côtés, il ne laisserait personne la le lui enlever. Il avait beau respecter son choix de vivre au jour le jour, il ne pouvait s'empêcher de penser à l'avenir, sur le moyen de la rendre heureuse, de faire comprendre son choix à ses amis.

Il songea à une promesse rassurante lorsque la brune vint poser ses lèvres au coin des siennes en lui demandant la confirmation de ne pas trop se poser de questions. L'Anglo-Japonais sourit tout naturellement, gardant ses tourments pour lui-même. Il était temps de se poser pourtant.


    « Je te fais cette promesse. Laisser les choses se faire naturellement, faire en sorte de chaque jour se passe tranquillement, et surtout ne pas te faire du mal. Si l'un de mes amis vient à te faire du mal, tu peux être sûre qu'il le regrettera. »


Il embrassa son front. L'heure tournait, les minutes défilaient, et malheureusement Abigaël n'avait pas toute la matinée devant lui, il avait des cours importants, utiles à ses projets d'avenir, malgré tout cela le peinait profondément de quitter Cassie en si bon chemin, alors que les choses commençaient à prendre sens. Il caressa sa joue du bout des doigts et fit une des grimaces qui lui étaient si personnelles, reprenant son air de gamin chaleureux. Il voulait laisser Cassie de bonne humeur pour la journée. Aussi il embrassa sa joue avant de s'écarter.

    « N'oublie pas ma belle, le bal, 19 heures. Porte toi bien jusque là ! »


Il lui fit son sourire ravageur avant de faire comme une révérence, et quitter les couloirs, le cœur à la fois lourd et léger. Quelle bonne journée !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Es-tu vraiment une vipère ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Es-tu vraiment une vipère ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Jeux vraiment trop drole!!!
» Une punition méritée, vraiment? [Jane]
» Sophia E. de Roumanie - Colombe le jour et Vipère la nuit.
» Il est vraiment bouché !
» Vraiment dsl
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Alohomora ♣ ::  :: Les autres pièces :: Cachots sous-sols-