AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Alohomora

Consultez régulièrement les nouveautés ici
Pensez lorsque vous vous inscrivez
à prendre un Prénom et un Nom.

15 lignes minimum dans le Rp et 20 lorsque vous ouvrez un sujet

Le nouveau design est arrivé !

Design n°5 le 09/04/2012 par Kyana.

Venez voter pour faire gagner votre maison !

C'est toutes les deux heures ici.
Dans le Rpg, nous sommes passé au mois de Novembre et Décembre 1976 !

Pour vous y retrouver, consultez le calendrier.

 

 Le blaireau & la vipère. [PV Abigaël]

WIZARDHIBOUX

avatar

Élève ♣ Serpentard - 7ème année

Élève
Serpentard - 7ème année


▌Age : 25
▌Parchemins : 364
▌Points de Rp : 110
▌Initiation magique : 29/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: Dix-Sept ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Le blaireau & la vipère. [PV Abigaël]   
Ven 11 Jan - 17:51

« Le blaireau & la vipère »
Pv Abigaël ~






30 décembre 1976

Cassiopée était dans son lit, attendant de ne plus entendre aucun bruit pour pouvoir se faufiler hors de son dortoir. Elle avait rendez-vous avec Abigaël. Il était bien presque minuit lorsque la pièce fut totalement paisible, signe que toutes les autres filles dormaient. Cassie se leva sans un bruit, enfila un peignoir qui se trouvait près de son lit. Elle ne devait surtout réveiller personne, si l'une de ses camarades la voyait partir c'était fichu. Tout ça devait rester secret. Heureusement pour elle, Morphée était de son côté et personne n'ouvrit un oeil. En arrivant dans la salle commune elle prit bien garde à ce qu'il n'y ait personne. Rien a signaler. Les couloirs étaient déserts, comme on pouvait s'y attendre à une heure pareille. Le couvre-feu était passé depuis longtemps. Les préfets devaient déjà avoir fini leur ronde. Tant mieux, elle ne tenait pas vraiment à devoir expliquer pourquoi elle se baladait en pyjama dans les couloirs à une heure avancée de la nuit, elle se demandait si le somnambulisme était une raison valable. Elle était déjà dans le hall, elle avait encore sept étages à monter. Ils devaient se retrouver au troisième étage à la base, mais la jeune femme avait fait une découverte en milieu d'après-midi.

Elle sortait de Sortilège, cours qui se déroule au septième étage. Elle devait attendre une amie qui souhaitait parler au professeur Blackbird. Elle tournait un peu en rond dans le couloir, en repensant à Abigaël, à leur rendez-vous qui devait avoir lieu le soir-même. Cassie était un peu contrariée de ne pas avoir trouvé un endroit où le Poufsouffle et elle pourraient passer un moment tranquille. Il faut dire qu'il n'y avait rien de prévu dans l'enceinte du château pour laisser aux adolescents un moment d'intimité. Alors qu'elle tournait encore et encore elle fut surprise de découvrir une grande porte en bois dans le couloir qui n'était habituellement habillé qu'une d'une tapisserie avec un sorcier un peu fou qui essayait d'apprendre la danse classique à des trolls, du moins c'est ce qu'elle avait cru durant ses sept années passées à Poudlard. Attirée par sa curiosité elle décida d'aller voir. En ouvrant la porte elle faillit en perdre sa mâchoire. L'endroit n'était pas une salle de cours, c'était une pièce baignée par le soleil, très accueillante. Le sol était recouvert de coussins et de poufs, il y avait de-ci de-là des petites tables chargées de gâteaux ou de thé. Le regard de la brune s'illumina, elle avait enfin trouvé un endroit où elle pourrait retrouver Abigaël. Pourtant, elle n'avait pas eu le temps de le prévenir puisqu'elle entendit son amie qui la cherchait dans le couloir. Elle sortit donc de la pièce fermant la porte derrière elle.

Cassie n'avait pu prévenir Abigaël que peut de temps avant leur rendez-vous. Il faut dire qu'elle devait être très discrète et qu'envoyer un hibou comme ça en pleine journée sans aucune raison valable, ça ne l'était pas vraiment. Elle montait les escaliers, attentive au moindre bruit. La brune avait hâte de retrouver le Poufsouffle, il faut dire que depuis le bal elle n'avait pas eu l'occasion de passer du temps avec lui. Leur jeu avait cessé et ça lui manquait. Elle s'était habituée à leur petit jeu de séduction. Maintenant, c'était différent. Ils jouaient, certes mais ce n'était plus l'un contre l'autre, ils faisaient équipe. Jouant une sorte de cache-cache avec le reste des habitants de Poudlard. Ils ne devaient surtout pas se faire prendre par qui que ce soit, Cassie risquait gros si sa mère découvrait qu'elle côtoyait d'un peu trop près un Poufsouffle tel qu'Abigaël.

Lorsqu'elle arriva au septième étage elle ne comprit pas. La porte qu'elle avait vu dans l'après-midi n'était plus là. Ce n'était pas possible, une porte ne pouvait pas disparaître comme ça, même à Poudlard. La Serpentard fit les cent pas dans ce fichu couloir, comment allaient-ils faire ? Elle avait besoin d'un endroit pour pouvoir retrouver son Japonais. C'est ce qu'elle se répétait, en continuant de longer le couloir. Soudain la porte réapparu devant elle, elle ouvrit de grands yeux. Et bien on dirait qu'à Poudlard, les portes apparaissent et disparaissent à leurs guise. "J'adore ce château" lâcha la brune avec un grand sourire sur le visage.

Sans attendre, elle poussa la porte en bois et la vision qui se présentait à elle était simplement parfaite. Le soleil avait disparu, laissant la pièce dans une semi-obscurité. Il y avait une multitude de bougies disposées un peu partout dans la pièce, offrant ainsi une lumière tamisée. Au milieu de la salle se trouvait une sorte de lit suspendu, entouré de voiles blanc. La pièce avait vraiment répondu à ses attentes, elle qui souhaitait un endroit où Abigaël et elle pourraient se retrouver à l'abris et en sécurité. On lui avait offert un véritable cocon. Il ne manquait plus que l'un des principaux intéressés et tout serait parfait. L'endroit était vraiment idéal pour se retrouver au calme. Elle avança dans la pièce, la porte se refermant derrière elle. Le plafond ressemblait à celui de la grande salle, quelques bougies flottaient dans les airs, mais le plus impressionnant était qu'on aurait pu croire que la pièce se trouvait en plein-air, les étoiles brillaient au-dessus de la tête de la Serpentard. C'était magnifique.

Arrivée au centre de la pièce, là où se trouvait le lit, elle observa l'endroit où s'était trouvée la porte quelques secondes auparavant. Il n'y avait plus rien, uniquement cette impression d'être entouré par les étoiles. L'espace d'un instant, Cassie se demanda si Abi allait réussir à trouver l'endroit où elle s'était réfugiée. Penser à elle serait suffisant ? Elle fut sortie de ses pensées par une chouette qu'elle connaissait bien, Lady. L'oiseau lui apporta un morceau de papier déchiré, où il était simplement écrit "J'arrive ma belle!" les mots avaient été écrit à la va vite, apparemment Abigaël était pressé de la retrouver. Elle aussi en réalité et elle espérait qu'il n'avait pas menti et qu'il ne tarderait pas à arriver, elle ne voulait pas rester là, seule, trop longtemps. En l'attendant, elle enleva son peignoir qu'elle accrocha au bord du lit et vint s'allonger, écoutant le calme alentour, tout était si paisible.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Abigaël A. Velrose

avatar

Élève ♣ Poufsouffle - 7ème année

Élève
Poufsouffle - 7ème année


▌Age : 24
▌Parchemins : 553
▌Points de Rp : 126
▌Initiation magique : 30/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 17 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Le blaireau & la vipère. [PV Abigaël]   
Ven 11 Jan - 19:26

« Le Blaireau & la Vipère. »
Pv Cassie ~


30 Décembre 1976. 00h12.
Abigaël était dans son lit, dans le calme plat de la chambre commune, ou presque, puisque Maewan avait tendance à respirer plutôt fort dans son sommeil, ce qui faisait toujours éclater de rire le Japonais dans son lit. Il attendait des nouvelles de Cassie avec qui il avait développé une correspondance nocturne plutôt abondante, puisqu'ils s'évitaient pour ne pas déchaîner les foules. Et vu le savon qu'Abi s'était pris par James... En fait, le soir du bal, avant de partir, Abigaël et Cassiopée avaient joué le scandale, comme deux bons acteurs, pour que personne ne se doute de rien. Commençait alors la relation secrète, sauf que, lors d'une discussion avec James qui montait en ton, Abigaël avait perdu son sang-froid et avait clairement avoué qu'il préférerait mourir que de ne plus voir la brune. Il pensa à Cassie qui devait en avoir vu de toutes les couleurs elle aussi. Ils avaient beau jouer les ennemis, ils avaient passé le bal ensemble, comme un vrai couple. Et c'était ça qui était bon. Abigaël pensait au plus profond de lui-même qu'ils étaient tous, de toute façon, des imbéciles et des crétins finis.

Ce fut la vue d'une mini boule de plumes qui le sortit de ses pensées. Le petit hibou de Cassie, tout mignon et tout chétif, tenait une petite lettre dans son bec. Abigaël se redressa si vite qu'il failli se prendre la barre de son baldaquin en plein front, se retenant d'hurler un « Lorn » à travers la chambre. Le brun eut ce sourire d'abruti sur le visage et saisit la lettre entre ses doigts, se retenant de rire en voyant le bonnet de Lorn, il lui grattouilla la tête et eut presque envie de le câliner tant il pensa que la petite bête rapporterait tout cet amour pour sa maîtresse. Il laissa l'oiseau filer comme l'éclair et lut la lettre d'une traite. Ils devaient se retrouver dans une des pièces vides du troisième étage et Abi pensa de suite au signal lui demandant de sortir les fesses de son lit. Or ce ne fut pas le cas. Cassie avait en vérité trouvé une salle miraculeuse qui leur permettrait d'être véritablement seuls. Le jeune homme ne fit qu'un bond avant de se jeter sur son bureau, manquant de se rétamer en se prenant le pied dans le tapis au pied de son lit. Il releva la tête rapidement, regardant autour de lui si personne ne s'était réveillé, il resta là, un pied quasiment en l'air, sans bouger.

Mais rien, pas un bougre de réveillé, juste des ronflements et Maewan qui parlait presque dans son sommeil -quel débile aussi celui-là, à bafouiller le prénom de Sirius dans ses rêves- et qui se serait étranglé lui-même s'il se voyait. Abi chercha un morceau de parchemin sur son bureau, mais tout était dans les tiroirs grinçant du vieux meuble. Aussi il saisit un carnet, arracha délicatement un bout de papier et prit sa plume avec élan, gribouillant un message avec une écriture totalement dégueu -et de l'encre partout sur le papier-. Il appela sa chouette qui commençait à s'habituer aux envolées nocturnes, alors qu'Abigaël était toujours plutôt matinal, au final ces escapades sous les étoiles ne déplaisaient pas à Lady, et étant une effraie adorable, elle ne rechignait pas à envoyer ce courrier tardif.

Abigaël était prêt à sortir de la chambre quand il se rendit compte qu'il n'avait pas grand chose sur le dos. Le temps et l'envie de voir Cassie jouaient contre lui. Il attrapa un jean, qu'il enfila, et une chemise, qu'il ne prit pas la peine de boutonner jusqu'au bout, trop pressé. Il marcha à pas de souris à travers la chambre, et vérifia que personne ne traînait dans la salle commune. La voie était libre. S'il se faisait attraper, c'en était fini de lui, Rusard n'en ferait qu'une bouchée, et là, il était soit bon pour la colle jusqu'à la fin de l'année, soit pour le renvoi. Et si sa petite maman apprenait que son grand dadet de fils traînait avec une vipère, ces gens au penchant démoniaque, son cœur s'arrêterait de battre à la pensée de son défunt mari et de son pauvre fils Gabriel. Mais il n'était pas temps de reculer car Abigaël se retrouvait déjà dans les couloirs. Il aurait bien usé d'un « Lumos », mais il attirerait trop l'attention des tableaux. Quoiqu'il savait comment éviter efficacement Rusard, et ce n'était pas le premier à déambuler la nuit dans les couloirs, chose qu'on ne pouvait lui reprocher en temps normal. Le pauvre pouffy monta les étages bien maladroitement, à manquer de louper une marche ou à se prendre un mur là dans le noir. Pas discret pour deux sous. Il compta les étages grimpés avec soin, et une fois au septième étage, il se rendit dans les couloirs et cette fois sorti sa baguette pour avoir de quoi au moins éclairer ses pieds et les murs d'un lever de bras. Il fila, rasant les murs pour trouver cette fameuse tapisserie un peu trop loufoque. Il y arriva, planté devant, sauf que le sorcier de la tapisserie n'eut pas l'air ravi de se prendre un « lumos » dans la tête à minuit passé.

Abigaël eut un sursaut et baissa sa baguette qui finit par ne plus laisser filtrer de lumière. Il n'y avait aucune entrée, aucune porte, rien. Aucun signe de Cassie. Il se gratta le menton, et espérait qu'elle ne se soit pas faîte prendre par Rusard. La situation était vraiment étrange. Il tourna les talons et s'engagea plus loin dans le couloir pour se raviser au premier tournant, et revenir sur ses pas. Il s'arrêta de nouveau à la prétendue tapisserie puisqu'il l'entendait encore jaser. Toujours rien. Il prit l'autre sens et marcha encore, agitant sa baguette pour retrouver un peu de lumière. Cassie omnibulait ses pensées, ça le rendait dingue de ne pas la trouver, bon sang ! Il fit demi-tour derechef, il voulait la voir. Il ne pouvait retourner à sa chambre sans chercher attentivement.

Mais quand il releva sa baguette à l'endroit de la tapisserie, quitte à se reprendre un commentaire désagréable en pleine figure, il aperçut comme une vieille porte, qui n'était pas là avant. Il haussa les sourcils pour laisser ses yeux tous ronds exprimer sa surprise. Il resta planté là en se demandant ce qu'il pouvait bien se passer dans ce château. Après les escaliers qui s'amusent à jouer les trolls des cavernes, voilà qu'il y avait des portes qui longeait les murs et apparaissaient comme ça sous votre nez. Et si c'était ça justement, le côté génial de la découverte de Cassie ? Car si cette porte n'apparaissait qu'à eux, certes, l'idée était purement géniale.Les créateurs de Poudlard étaient des purs génies, à ne pas en douter. Là, ils pourraient être seuls, et l'idée mit le jeune homme dans tous ses états.

Il tourna la poignée de la porte et la poussa pour entrer. Lady lui passa sous le nez pour sortir à tout vitesse, et l'instant où Abigaël refermait la porte, plus rien. Rien de plus qu'un paysage nocturne magnifique, un ciel noir ponctué d'étoiles pareilles à des lucioles inertes. Il tourna la tête pour balayer la « pièce » des yeux ; de l'herbe sous ses pieds nus fraîche comme si elle avait été recouverte de rosée, des bougies flottant un peu partout, et en fond, un lit suspendu entouré de voiles immaculés bordant une brune magnifique qui faisait de l'endroit un Eden. C'est quoi cet endroit ? Un paradis sur demande , se demanda le jeune homme qui ne sembla plus très enclin à réfléchir lorsqu'il vit la brune se redresser et se lever.

00h46.
Il avait mis une bonne demie-heure à arriver là, et ça l'avait d'autant plus encouragé. Cassiopée, la fille de ses rêves, était là, entourée d'un paysage si hallucinant que le jeune homme se pinça presque le ventre pour vérifier s'il ne dormait pas. L'instant était presque trop beau pour être vrai. Pourtant c'était la réalité. A la vue de celle qui chérissait à présent, ses pieds furent pris d'une fougue vive, et il se jeta clairement dans les bras de la brune pour l'étreindre, et l'embrasser plus passionnément et langoureusement que lui-même ne l'aurait imaginé. Elle lui avait cruellement manqué, plus que tout. Ces cours passés loin de l'autre, où il fallait feindre l'ignorance et la haine, avait eu raison de sa patience actuelle. Et c'est qu'elle était si belle.

Sans trop réfléchir, Abigaël saisit les épaules de la brune, allant se jeter dans le lit sans trop réfléchir à ce qu'il faisait, ses pulsions parlant pour lui. Il l'entraîna avec lui, et tira sur les voiles comme s'ils n'étaient pas déjà assez seuls. Personne ne trouverait la porte, personne n'était aussi désespérés qu'eux à vouloir se retrouver sans se faire prendre, personne ne rentrerait. Ils étaient libres.

03h24.
Abigaël était allongé aux côtés de la brune, la tête contre les épaules de celle-ci, et ses doigts jouant sur les lèvres de la jeune femme. Que dire... Si ce n'est qu'il venait de traverser un feu d'artifice. Simplement. Elle était là, il l'aimait, il ne bougeait plus. Il manquait d'énergie et aurait pu défier une armée de Mangemorts à la fois. Sa vie reprenait un sens, comme si avant tout ça, il était né pour rien. Tout était trop beau pour être vrai, et la nuit était allée au-delà de ses espérances. Sauf que la nuit n'était pas terminée.

Il avait prévu de discuter avec Cassie, de lui poser des questions et d'aborder des sujets parfois sensibles. Mais là c'était simplement hors de question. L'atmosphère, ce qu'il venait de se passer, tout interdisait aux deux jeunes fous de ruiner ce moment. Il embrassa une fois de plus l'épaule de la belle. En temps normal, il aurait sorti une réplique débile, qui aurait flatté son ego. Mais là rien, il gardait le silence, préférait laisser le temps à Cassie de se remettre de ses émotions, et lui aussi en avait bien besoin au final.

Ce qu'ils venaient de commettre était pure folie, mais quelle douce folie. Abigaël finit par se redresser, le silence commençant tout de même à le peser, et à l'inquiéter. Ce serait peut-être surprenant, mais il était devenu plus doux qu'une boule de coton. Il adressa un sourire à la Serpentard. Il avait peur d'être allé trop loin, trop vite, d'avoir un peu entraîné la brune sans lui demander son avis.


    « Tout va bien ma belle ? Tu ne dis plus rien. »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Élève ♣ Serpentard - 7ème année

Élève
Serpentard - 7ème année


▌Age : 25
▌Parchemins : 364
▌Points de Rp : 110
▌Initiation magique : 29/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: Dix-Sept ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Le blaireau & la vipère. [PV Abigaël]   
Ven 11 Jan - 20:49

«Le blaireau & la vipère.  »
Pv Abigaël ~





Cassie n'avait pas eu à attendre longtemps, Abigaël était arrivé presque tout de suite après le départ de Lady. Un immense sourire se dessina sur le visage de la brune lorsqu'elle vit le Poufsouffle apparaître sous le ciel étoilé. Il lui paraissait encore plus beau que d'habitude avec ses cheveux en bataille et sa chemise à moitié ouverte. Elle se mordit la lèvre essayant de chasser de son esprit des pensées pas très catholiques. Elle se redressa dans le cocon qui lui servait de lit, pressée de rejoindre Abigaël. L'Anglaise n'eut pas le temps de faire grand chose puisqu’à peine s'était-elle redressée et approchée du bord du lit que le jeune homme s'était précipité vers elle comme un gamin. Elle avait d'abord été surprise de la réaction du Japonais, il faut dire que depuis peu elle le découvrait sous un autre jour. L'Abigaël joueur avait laissé place à un Abi plus tendre et surtout plus câlin. Ça ne déplaisait pas à la Serpentard, mais il est vrai que cela avait le don de la déstabiliser. Le pouffy ne lui laissa pas le temps d'ouvrir la bouche qu'il l'avait emmené avec lui dans le lit suspendu.

Abigaël était plein de surprises, ça c'était clair et ce n'était pas Cassie qui irait dire le contraire. Leur première nuit ensemble avait été, disons... explosive. Abigaël reposait maintenant contre son épaule, doux comme un agneau. Il s'amusait à passer ses doigts sur les lèvres de Cassiopée qui elle s'amusait à les mordre. Parfois, ils pouvaient être des vrais gamins. La brune fixait le plafond, ces tentures blanches mais aussi les étoiles qui brillaient au-dessus de leur tête, le cadre était idyllique. On n'aurait pu rêver mieux pour une première fois passée auprès d'Abigaël.

Pour une fois, Cassie était calme, elle n'avait pas ouvert la bouche depuis qu'Abigael était arrivé. Ce n'était pas dans ses habitudes d'être aussi calme, elle avait plutôt tendance à toujours bouger ou du moins à toujours avoir quelque chose à dire. Il faut dire que ce n'était pas non plus dans ses habitudes de quitter son lit tard dans la nuit pour rejoindre un garçon à l'autre bout du château. A croire que ce soir-là était un soir exceptionnel, alors au diable les habitudes. De toute manière s'il y avait bien une chose qu'elle avait comprise avec Abigaël c'est qu'il avait le don de la faire changer totalement. Preuve étant qu'elle était là, allongée avec lui plutôt que dans son dortoir à dormir bien sagement. On pouvait aussi prendre pour preuve le fait que son coeur battait encore la chamade, juste parce qu'elle pouvait sentir le Japonais contre elle. Ça non plus ce n'était pas dans ses habitudes.

Une des mains de la brune vint jouer dans les cheveux du jeune homme. Elle aurait voulu ouvrir la bouche, mais elle ne voulait pas briser ce moment spécial, presque magique. Elle aurait voulu que rien ne vienne gâcher ce moment, pourtant elle savait très bien qu'à un moment ou un autre l'un d'entre eux allait ouvrir la bouche. Elle profita donc de ces quelques instants, fermant les yeux. Abigaël l'avait une nouvelle fois surprise et elle essayait de se remettre de ses émotions. C'était sûrement ce qui lui plaisait le plus chez celui qui était contre elle, le fait qu'il la surprenne constamment. Elle n'avait jamais le temps de s'ennuyer avec lui. A cet instant, elle pensa que si un jour Abi venait à ne plus la surprendre ou si un jour elle se levait en était sûre de tout connaître du garçon, alors c'est qu'ils n'avaient plus rien à faire ensemble. Puisque c'était ça leur point fort à tout les deux, ils se surprenaient sans cesse. La routine n'avait jamais le temps de s'installer entre les deux adolescents et heureusement d'ailleurs. La vie serait bien triste sinon.

Ce fut Abigaël qui brisa le silence et qui la sortit de ses pensées par la même occasion. Il lui demandait si tout allait bien, lui aussi avait remarqué que la brune n'avait pas ouvert la bouche depuis bien trop longtemps. Elle lâcha un petit rire. Bien entendu qu'elle allait bien, il était en train de lui faire vivre l'une des meilleures nuits qu'elle avait pu passer dans ce château. C'était aussi pour cela qu'elle ne parlait pas, elle essayait de graver chaque instant de cette nuit dans sa mémoire pour ne jamais l'oublier. Elle se décida tout de même à parler, ne serait-ce que pour rassurer le jeune homme.


- Je vais très bien, merci de t'en inquiéter, dit-elle un soupçon de moquerie dans la voix, laisse-moi le temps de reprendre mon souffle quand même. Puis c'est tellement calme ici que j'ose à peine parler. Et toi, ça va ?

La brune tourna légèrement la tête vers son interlocuteur, histoire de l'observer un peu. Un petit sourire se dessina sur son visage, il avait l'air si paisible, malgré le fait que ses cheveux étaient encore plus ébouriffé que lorsqu'il était entré dans la pièce. Ses doigts vinrent s'amuser à longer l'oreille d'Abigaël, caché sous ses cheveux. Sa respiration avait reprit son rythme normal, celle du jeune homme aussi. L'espace d'un instant, elle se demanda quand est-ce qu'ils allaient abordé les sujets épineux, après tout c'était aussi un peu pour cela qu'ils s'étaient donné rendez-vous.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Abigaël A. Velrose

avatar

Élève ♣ Poufsouffle - 7ème année

Élève
Poufsouffle - 7ème année


▌Age : 24
▌Parchemins : 553
▌Points de Rp : 126
▌Initiation magique : 30/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 17 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Le blaireau & la vipère. [PV Abigaël]   
Ven 11 Jan - 22:10

« Le Blaireau & la Vipère. »
Pv Cassie ~


Ce n'était pas pour sombrer dans la guimauve, mais Abigaël se sentait vraiment bien là dans les bras de Cassie. Il était surtout apaisé, le cœur et l'esprit en paix. Ils étaient comme deux gamins à s'embêter de la sorte, se titillant les lèvres, emmêlant leurs cheveux avec leurs doigts, et pourtant, le jeu était passé à une toute autre étape. Abigaël en frémissait encore, chose qui pour lui, n'était pas habituelle. Il fut rassuré de voir qu'elle allait bien, qu'elle manquait juste de souffle. Il eut envie de lâcher une petite blague mais se retint et éclata d'un rire transcendant le silence bienveillant de ce petit paradis artificiel. Ce n'était nullement pour se moquer de la brune, il venait juste de réaliser complètement ce qu'il venait de se passer, et il se moquait plus de lui-même en flattant paradoxalement son ego en contrepartie.

    « Moi je vais parfaitement bien, je suis en pleine forme, et oui ! »


Il lâcha un nouveau rire plein de joie et d'entrain avant de reprendre la parole une fois calmé, et après avoir levé les yeux au ciel à nouveau.

    « C'est vrai que cette pièce est magnifique. C'est vraiment une pièce d'ailleurs ? J'ai bien failli ne jamais trouver la porte. C'est incroyable d'ailleurs... Comment une telle pièce peut apparaître comme ça, surtout une telle salle avec un tel décor... C'est un paradis artificiel pour amoureux interdits ? »


Il embrassa derechef sa jolie camarade -la qualifier ainsi était un doux euphémisme- et la contempla quelques secondes. Avec le recul, et les réminiscences des deux dernières heures qui se rassemblaient, il ne put s'empêcher de tiquer sur quelques détails. Il lâcha un de ces sourires bien innocents à la brune et caressa sa joue.

    « Je suis ton premier, avoue ? »


La question était peut-être indiscrète et mettrait la brune mal à l'aise, mais à présent ils n'étaient plus à ça près, ils étaient là à la base pour apprendre à se connaître, savoir comment ils devaient s'organiser pour ne pas se perdre d'un coup, les deux tourtereaux s'étaient juste perdus en route, sans trop le faire exprès. Enfin si, Abigaël l'avait un peu fait exprès, mais sous le coup de la pulsion. Hey ! On ne pouvait pas lui reprocher de laisser libre cours à ses fantasmes, un certain Potter n'était pas mieux, dans le genre. A côté, Abigaël avait presque la réputation d'un enfant de cœur. Il soupira en pensant à James. Crise cardiaque si tu savais ce que je viens de faire mon vieux, se dit Abigaël tout bas. Pourvu que personne n’atterrisse ici, rajouta-t-il. Connaissant les Maraudeurs, ils étaient peut-être déjà au courant depuis belle lurette, et ça ne le ravissait pas. Car la simple pensée d'avoir trouvé une cachette bien à Cassie et lui le rassurait grandement, voir ce paradis tué dans l'âme aussi vite lui ferait forcément mal. Et bon, loin de lui l'idée de casser l'ambiance, mais là il fallait vraiment qu'ils sachent quelles étaient leurs positions concernant leur famille, et comment il fallait agir en conséquence. Maewan avait prévenu Abigaël que la vert et argent entretenait des relations houleuses avec ses parents, et le Japonais ne douta pas que ce soit affaire d'intérêts et de « Vas-y que tu vas suivre Voldemorve, qu'on va te caser dans je ne sais quelle famille de pourritures diaboliques pour que tu la fermes de suite. » Ravissant, chaleureux, printanier comme mode de pensée. Abigaël décida de faire le premier pas, après tout, il était certainement, d'un point de vue familial, beaucoup moins restreint et surveillé.

    « Je peux facilement tenir ma mère à l'écart de tout ça. Elle ne sait pas pour le bal. Non pas que ce soit une femme méchante ou qui n'est pas ouverte d'esprit. Les... Mangemorts nous ont beaucoup pris, aussi me voir traîner avec une Serpentard la rendrait certainement malheureuse, je veux amener les choses naturellement si on venait à... Enfin, rester ensemble, assez longtemps. Mais ne t'en fais pas, je ne te demande rien. La princesse des Serpentards m'a beaucoup donné, cette nuit. »


Il lui sourit, caressant de plus belle sa joue, se voulant rassurant.

    « Je veux juste que tu saches que je suis bien avec toi, et que je veux que tu te sentes bien avec moi, sans te prendre la tête. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Élève ♣ Serpentard - 7ème année

Élève
Serpentard - 7ème année


▌Age : 25
▌Parchemins : 364
▌Points de Rp : 110
▌Initiation magique : 29/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: Dix-Sept ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Le blaireau & la vipère. [PV Abigaël]   
Dim 13 Jan - 17:16

« Le blaireau & la vipère. »
Pv Abigaël ~




Un petit sourire se dessina sur le visage de la brune lorsqu'elle entendit Abigaël dire qu'il allait bien. Tout était parfait alors si le Japonais se sentait bien à ses côtés. Il avait l'air joyeux, débordant de joie, c'est ce qu'elle aimait avec lui, il était toujours joyeux. Ça leur faisait un autre point commun. Il se mit à parler de la pièce dans laquelle ils se trouvaient. La qualifiant de magnifique. Il n'avait pas tort, l'endroit était vraiment idyllique. Il n'était pas difficile de se croire hors du château, sous les étoiles, dans ce cocon blanc. Pourtant, ils étaient bel et bien à l'intérieur de Poudlard, dans cette pièce mystérieuse. Le Poufsouffle souleva la question de l'apparition de cette salle. Elle ne put s'empêcher de rire lorsqu'elle l'entendit lui demander si c'était un paradis artificiel pour amoureux interdits. L'idée lui plaisait bien. Ainsi le château leur donnait son accord en quelque sorte, leur offrant une pièce rien qu'à eux, pour qu'ils puissent apprendre à se connaitre loin des regards indiscrets et des langues de vipère. Poudlard était vraiment un endroit merveilleux qui arrivait encore à surprendre la brune même après sept ans.

- Je ne sais pas, je suis tombée sur cette porte par hasard. Je crois bien qu'elle apparaît uniquement quand on en a vraiment besoin... Je cherchais un endroit où te retrouver et elle est apparue devant moi et encore cet après-midi le décor n'était pas du tout le même. Ça doit être une sorte de pièce magique, qui répond à toutes nos attentes. Ce château m'épatera toujours.

Cassie avait un sourire vague sur le visage, elle se demandait vraiment comme l'existence d'une telle pièce pouvait rester secrète. Quoiqu'en y repensant, maintenant qu'elle connaissait l'existence de ce lieu elle ne voulait en parler à personne de peur de ne plus pouvoir l'utiliser. C'était un petit trésor qu'il fallait garder avec précaution. Abigaël vint l'embrasser avant de la regarder, elle plongea son regard dans le sien, ses yeux étaient vraiment beaux. Elle resta silencieuse, à le contempler. Elle resta muette lorsqu'il lui posa sa question. Ce n'était pas très fin comme demande. Elle ne savait pas trop quoi répondre. Il faut dire que ce n'était pas le genre de choses à laquelle elle s'était attendue à devoir répondre. Il est vrai que même si elle aimait séduire elle n'était jamais allée jusque là avec une autre personne. La brune n'était pas ce qu'on pouvait appeler une fille facile et surtout elle se devait de garder certaine chose intact avant le mariage. Du moins c'était ce que son éducation lui avait appris. Enfin, pour cela il faudrait repasser. C'était trop tard maintenant. Abi l'avait pris totalement au dépourvue, elle n'avait pu lui dire non, elle n'en avait pas eu l'envie non plus. Le Poufsouffle l'attirait tellement qu'elle n'aurait pu se refuser à lui. Sa volonté avait des limites. Elle hocha la tête.

- Effectivement, je n'ai pas besoin de te poser la question en retour, je sais que ce n'est pas le cas.

Il faut dire qu'elle ne s'attendait pas à autres choses de la part du Japonais, beau comme il était et surtout dragueur il ne devait pas être à sa première conquête. Ca ne dérangeait pas tant que ça la brune. Cassiopée n'était pas jalouse, elle ne comprenait d'ailleurs pas les personnes qui pouvaient l'être. Cela venait peut-être du fait que la jeune femme était adepte du Carpe Diem. Avec cette philosophie il n'y avait nullement de place pour ce genre de sentiment. La jalousie, en plus de ça, impliquait une sorte de possession et il était bien connu que personne n'appartenait à personne. C'était donc un sentiment qui n'avait pas de sens. Voilà pourquoi il n'y avait eu aucune animosité dans sa voix, aucun reproche, juste une constatation.

La brune se redressa lorsque Abigaël se remit à parler, il était passé totalement à autre chose. Tellement que la vert et argent mit quelques secondes avant de comprendre de quoi il pouvait bien parler. Il était question de sa mère, du bal, d'ouverture d'esprit, de Mangemorts aussi, de la maison de la brune. Elle l'écouta attentivement, essayant de comprendre tout ce qu'il lui disait. Il avait mentionné le fait qu'il était possible qu'il reste ensemble. Cassie n'avait jamais vu les choses ainsi. Enfin, qu'ils soient ensemble. Elle savait très bien que leur relation avait changé, ils ne jouaient plus, du moins plus de la même façon et surtout plus ouvertement. Les choses étaient devenues plus sérieuses entre eux, mais jamais elle n'aurait nommé ça comme il l'avait fait. Peut-être que pour elle cela impliquait beaucoup trop. Il ne lui demandait rien. Elle lui avait déjà beaucoup donné.


Cassiopée continua à le regarder, elle devait lui répondre quelques choses, c'était sûr, mais que dire ? Que sa mère ne devait surtout pas savoir ce qui se passait entre eux, que si elle venait à l'apprendre ça serait désastreux et qu'elle risquait de gros ennuis juste parce qu'elle aimait être avec un Poufsouffle plutôt qu'avec un Serpentard ? Ce n'était pas vraiment une chose à dire après un aussi bon moment, ça briserait tout. D'ailleurs c'est ce que ferait sa mère si elle savait, elle briserait tout. Il ne lui demandait rien, mais d'une certaine manière elle lui donnait déjà, rien que par le fait de sa présence. Elle risquait bien plus qu'une heure de colle si elle se faisait prendre en compagnie de ce Velrose, elle le savait et pourtant elle s'en fichait. Elle n'avait pas envie de gâcher ce moment avec ce genre de pensées. Abi continua de parler, lui avouant qu'il se sentait bien avec elle et qu'il voulait que ce soit réciproque. Ça l'était. La brune se sentait très bien en compagnie du Japonais. Peut-être un peu trop, si bien qu'elle en oubliait tout le reste parfois. Elle lui adressa un beau sourire.

- Je me sens bien avec toi Abigaël, tiens, ça m'fait bizarre de t'appeler comme ça d'ailleurs. Tu es quelqu'un d'adorable sous tes airs de dragueur insensible. Je ne sais pas comment les choses vont évoluer entre nous, peut-être qu'on fonce dans un mur. En attendant, je n'ai pas vraiment envie de penser aux conséquences de tout ça. J'ai envie de profiter de ta présence, le temps que ça peut durer. Improviser au fur et à mesure tu vois ?

Elle se tut un instant. Abigaël s'attendait-il à ce qu'elle lui parle de sa famille ? Elle n'aimait pas parler de ça, elle n'en parlait à personne, trouvant cela déplacé. Seulement, lui c'était ouvert à elle, la moindre des choses était d'en faire autant. Ils étaient là pour apprendre à se connaitre, si elle se bornait à rester fermé sur elle-même jamais ils n'y arriveraient.

- Tu sais, avec ma mère ce n'est pas si facile. Je n'ose imaginer sa réaction si elle apprend que je te fréquente d'un peu trop près. Je ne pense pas qu'elle soit aussi sympathique que la tienne.

La jeune femme préféra se taire, elle ne voulait pas en dire trop non plus.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Abigaël A. Velrose

avatar

Élève ♣ Poufsouffle - 7ème année

Élève
Poufsouffle - 7ème année


▌Age : 24
▌Parchemins : 553
▌Points de Rp : 126
▌Initiation magique : 30/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 17 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Le blaireau & la vipère. [PV Abigaël]   
Lun 14 Jan - 3:29

« Le Blaireau & la Vipère. »
Pv Cassie ~


Abigaël était ravi de voir que la brune semblait encline à lui laisser sa chance, pourtant, comme il se l'était imaginé -et comme il avait été prévenu par Maewan-, elle ne voulait pas vraiment s'engager, du moins c'est ce que ses paroles plutôt subtiles signifiaient. Abigaël la comprenait, lui-même dans le fond n'était pas tout à fait prêt à s'engager et à gâcher cette relation. Avec la brune, le bouclier qu'il s'était forgé semblait s'effriter. Abigaël Velrose n'était pas un simple coureur de jupons ravi de poser des noms sur un tableau de chasse : C'était un angoissé qui cherchait quelqu'un pour l'aimer pour de bon. Difficile de se dire qu'à cet âge là, les adolescents rêvent de se poser pour de bon, pourtant le Japonais y songeait beaucoup. Et c'était risqué de se lancer dans ça alors que dans un peu plus de six mois, Poudlard ce serait de l'histoire ancienne, et que chacun irait prendre un nouveau chemin de son côté. Cette idée le révulsait, car il avait des amis ici. Et surtout, d'un côté, il était poussé par l'envie de retourner au Japon avec sa mère. Décidément, l'esprit de Velrose était embrumé par divers dilemmes, et il avait beau savoir jouer les pitres, une fois seul il était souvent taciturne et on ne pouvait plus vraiment l'approcher sans qu'il se mette à grommeler.

Vu comme Cassiopée semblait partie, Abigaël se dit qu'il était inutile de chercher à comprendre davantage ce qu'il pouvait bien se passer dans sa famille ou de chercher à s'engager. Abigaël avait aussi du mal à s'imaginer passer toute sa vie avec Cassie, pourtant c'est une idée qui au fond n'était pas si déplaisante avec le recul. Mais ce n'était pas son truc. Il attendrait d'avoir ses ASPIC en poche pour commencer à songer à ce genre de trucs. Et si la brune entendait ce genre de pensées, elle partirait certainement en courant.

Improviser. Abigaël était plutôt bon à ce jeu. Ça ne le dérangeait pas plus que ça de garder sa liberté, au contraire, pas de contraintes, personne pour vous taper sur les nerfs quand vous délirez avec d'autres filles. Si Cassie lui laissait sa liberté, il en ferait de même pour elle, mais il se savait limité. Il n'avait pas envie de la perdre du jour au lendemain parce que quelqu'un l'aura séduite, ou parce qu'elle aura été forcée à supporter un crétin de première imposé par ses parents. Si ce genre de choses arrivaient, il ne répondrait plus de rien, et se dresser face à la famille Goldstein ne lui faisait pas peur ; dans ce cas de figure, il n'aurait plus rien à perdre puisque Cassie serait déjà perdue. Il mourrait certes comme un fou, mais mourrait amoureux et fier de s'être battu pour quelqu'un qu'il aime.

Il senti bien que justement, avec Cassie, il ne fallait pas trop parler famille, que c'était un point à éviter, et c'était tout autant vrai de son côté à lui. Sa mère était une personne adorable, et on pouvait dire qu'heureusement, il avait pris de son côté aussi pour le caractère. Mikoto était une femme bienveillante qui n'aimait pas les conflits et faisait tout pour que chacun se sente bien sous son toit, elle était d'autant plus protectrice envers ses enfants depuis que Gabriel, son second fils, avait péri avec son mari. Car oui, Abigaël avait une petite sœur, Alix, de six ans, qu'il surprotégeait et avec qui il jouait parfois autant le rôle de grand-frère que de père, car la petite avait tendance à ne se calmer que quand Abi haussait le ton. Il savait que sa mère ne restait en Angleterre uniquement pour que son fils finisse ses études à Poudlard auprès de ses amis, mais ce dernier sentait bien que pour la soulager d'un poids énorme, il serait bon pour elle de la ramener auprès de sa famille au Japon, loin du monde sorcier qui lui rappelait trop de mauvais souvenirs. Comme sa mère, Abigaël espérait qu'Alix ne présente pas de dons magiques, pour qu'elle puisse vivre tranquillement auprès de sa mère. Et de toute façon, à présent, les Velrose et leurs descendants étaient fichés pour de bon.

Abigaël semblait avoir perdu un peu de sa joie, à trop réfléchir, il s'était empalé lui-même. Il passa un bras autour de la taille de la brune et la serra davantage contre lui. Tant que tout allait bien pour Cassie, il était prêt à subir toute la vendetta du monde à sa place. Leur famille, leur maison, leurs amis, il était prêt à tout supporter pour la belle. Néanmoins, il ne voulait pas non plus jouer les martyres, veiller au bien-être de ses proches était dans son caractère. Mais il ne savait pas s'il pourrait abandonner la brune si elle venait à être blessée par sa faute. Et il avait beau parler, il ne savait pas comment il finirait par se faire accepter par les Goldstein. Mais ça, ce n'était pas vraiment le moment d'en parler, puisqu'ils n'étaient pas engagés l'un envers l'autre.

L'Anglo-Japonais ne quitta pas les bras de Cassie, et sentait la fatigue commencer à poindre. Il n'était pas loin de quatre heures du matin, et les cours commençaient très tôt en période normale. Il fut soulagé que ce fut encore les vacances. Manquant à son lit au matin, on ne lui poserait aucune question puisque tous ceux qui le connaissaient savaient qu'il aimait courir de bonne heure. Néanmoins il fallait la jouer fine, et essayer de regagner son dortoir avant que quelqu'un se réveille. Et surtout éviter Rusard. Encore une heure, se dit-il. Laissez moi encore une heure dans les bras de celle que j'aime si ce n'est pas trop demander. Il voulait profiter de chaque battement de cœur de la brune qu'il entendait au creux de son oreille, pourtant ses yeux se fermaient, mais il luttait. Il priait presque pour ne pas s'endormir. Ce serait chose facile, ils pourraient laisser tomber, et dormir jusqu'à l'après-midi, jusqu'au soir même. Il ne savait pas trop quoi faire. S'il revenait dormir dans son vrai lit, il ne faudrait que personne ne vienne tenter de le réveiller ou de le faire lever.

Il ne pouvait, en plus de ça, rien dire à Maewan. Cette pièce devait rester secrète, et s'il avait été à la place de son ami, en entendant parler d'une pièce secrète, il aurait cherché à mettre la main dessus, ce qui était tout naturel. Non sur ce coup là, c'était à Cassiopée et à Abigaël de tenir leur langue pour se laisser la chance de pouvoir être ensemble aussi longtemps que possible. Il eut bien envie de changer de sujet, de revenir à une ambiance un peu plus amusante.


    « C'est bientôt la nouvelle saison de Quidditch, non ? Faudra la jouer fine. J'ai beau t'adorer de tout mon être, je ne suis plus le même sur le terrain, et ça tu le sais. J'aimerais d'ailleurs bien tomber sur une certaine personne tiens. Histoire de me défouler, haha ! »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Élève ♣ Serpentard - 7ème année

Élève
Serpentard - 7ème année


▌Age : 25
▌Parchemins : 364
▌Points de Rp : 110
▌Initiation magique : 29/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: Dix-Sept ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Le blaireau & la vipère. [PV Abigaël]   
Mer 16 Jan - 22:18

« Le blaireaux & la vipère»
Pv Abigaël ~




Cassiopée se demandait comment Abigaël allait réagir à ses mots, après tout comme elle l'avait fait remarquer à Maewan un peu plus tôt dans la semaine, elle ne le connaissait pas tant que ça. Il est vrai qu'ils jouaient ensemble depuis déjà quelques mois maintenant, ils ne s'étaient jamais posés pour discuter. Ce n'était pas ça qui les intéressaient au départ, c'était attiré l'autre dans ses filets, prouver qu'on pouvait facilement avoir le dessus sur l'autre, chose qui était presque impossible en réalité, puisque tous ceux qui connaissent un tant soit peu les deux zigotos - Maewan par exemple - pourrait vous dire qu'ils se battent à armes égales, un match nul pourrait facilement être déclaré, mais ça c'était sans compter la fierté des deux adversaires. Aucun ne lâcherait l'affaire devant l'autre. Leur ego était bien trop grand pour ça. La brune n'avait donc aucune idée de comment le Japonais allait pouvoir réagir à ses mots. Elle venait plus ou moins de lui dire qu'elle ne voulait pas s'engager. Ce n'était pas contre lui, c'était juste dans sa nature à elle. L'anglaise s'était toujours dit qu'elle ne tomberait jamais amoureuse et donc qu'elle ne s'attacherait jamais à personne, parce que ça ne finissait jamais bien. C'était elle qui avait toujours été derrière son frère quand il avait une peine de coeur, ce n'était pas beau à voir. Elle s'était fait la promesse de ne jamais se mettre dans un état pareil. Cassie espérait surtout qu'Abi ne le prenne pas mal. Cela aurait été dommage tout de même, ils venaient à peine de trouver un moyen de se retrouver - ou plutôt de se trouver -

Après tour, il devrait être plutôt content, elle ne lui demandait pas de lui être fidèle, ni une relation exclusive. Juste d'être là de temps en temps. En réalité ce n'était même pas une relation qu'elle lui demandait. Pour tout dire, elle ne savait même pas ce qu'elle attendait de lui. Elle ne s'était jamais posée la question. Avant, ce soir, Abigaël et elle ça coulait de source. Mais maintenant, elle se doutait bien qu'elle allait devoir se poser ces questions, ne serait-ce que pour le Poufsouffle. Cette fois-ci elle ne pouvait pas être égoïste, du moins pas autant que d'habitude, elle n'était pas toute seule.

Ses pensées furent interrompu par la voix d'Abigaël. Il lui rappelait que la saison de Quidditch allait bientôt commencer. Cassie le savait très bien, elle avait déjà convoqué tous ses coéquipiers pour organiser les premiers entraînements. La brune prenait tout ça très à coeur, il faut dire qu'elle était la capitaine de son équipe et que par conséquent, s'ils perdaient c'était elle qui en serait responsable et ça il en était hors de question. Le Japonais ajouta qu'il avait beau l'adorer, il n'était plus le même sur le terrain. Elle le savait très bien, mais lui aussi savait très bien qu'elle n'était plus la même sur un terrain. La Serpentard avait beau apprécier Abigaël, elle n'avait pas l'intention de lui faire de cadeaux. Le Quidditch, ce n'était pas une affaire de sentiments, mais une histoire de talent et elle avait bien l'intention de lui prouver qu'elle en avait plus que lui. Puis il parla d'affronter une certaine personne, Cassie ne voyait pas vraiment de qui il parlait, elle se demandait bien avec qui Abigaël voulait se battre. Elle le regarda avec un petit sourire.


« Tu sais, je n'ai pas l'intention de te laisser gagner juste parce que tu as de beaux yeux. Ni voie rien de personnel, mais j'ai bien l'intention de te montrer de quoi je suis capable & gagner cette saison. Tu parles de qui ? »

La brune avait dit ça avec un petit sourire en coin. Elle savait très bien qu'en sortant une phrase pareille elle allait titillait la fierté du Japonais, c'était peut-être ce qu'elle cherchait. Pourtant, elle n'avait pas menti, la coupe serait pour son équipe cette année et aucune affinité n'irait se mettre entre elle et la victoire.

Cassie se demandait bien l'heure qu'il pouvait être. Elle devait être redescendue à son dortoir avant que ses amies ne se réveillent, sinon elles lui poseraient des questions. Surtout que la brune n'était pas habillée pour sortir, sinon elle aurait bien pu prétexter une envie de jogging matinal, mais en pyjama ce n'est pas très crédible. Pourtant, elle n'avait pas vraiment envie de quitter Abigaël et ses grands bras, elle était bien à ses côtés.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Abigaël A. Velrose

avatar

Élève ♣ Poufsouffle - 7ème année

Élève
Poufsouffle - 7ème année


▌Age : 24
▌Parchemins : 553
▌Points de Rp : 126
▌Initiation magique : 30/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 17 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Le blaireau & la vipère. [PV Abigaël]   
Jeu 17 Jan - 22:47

« Le Blaireau & la Vipère. »
Pv Cassie ~


Abigaël savait qu'il devrait bientôt quitter Cassiopée, et ce n'était pas pour lui plaire. La nuit était décidément passée trop vite pour qu'il en profite assez.

Cassie en faisait n'en vraiment qu'à sa tête, et comme elle commençait à connaître le Japonais, elle savait comment le faire rager, ou du moins le faire réagir. Elle s'amusait à froisser son ego en insinuant qu'elle était meilleure que lui au Quidditch, qu'elle lui montrerait de quoi elle était capable et qu'elle comptait bien gagner cette saison. Abigaël n'avait jamais douté des capacités de Cassie. Avant qu'il n'entamme de pause et lorsqu'il jouait encore au Quidditch avec son frère pour l'encourager, l'Anglo-Japonais avait croisé plusieurs fois la brune sur un terrain alors qu'il n'était pas encore capitaine. C'était une rageuse, une battante qui n'avait aucun scrupules à démonter le moindre être-vivant qui se tenait face à elle. Elle en était même parfois flippante et elle était Serpentard en plus. Abigaël se souvenait encore très bien de la façon dont il la regardait à l'époque, d'une expression révulsée, il voyait en elle la pire ennemie possible sur un terrain aux côtés de ces serpents d'amis montés sur des balais. Il n'avait jamais pris le temps de la regarder plus que ça, pour lui aussi c'était une fille quelconque qui méritait de se prendre un cognard autant que les autres.

Abigaël n'était plus le même non plus sur un terrain. Sa soif de victoire et son envie de prouver à tous les autres joueurs qu'il était le meilleur prenaient le dessus sur son habituelle galanterie ou sur son altruisme. Batteur et à présent capitaine, il faisait de son maximum pour remotiver ses troupes et mener enfin sa maison à la victoire. Il faisait d'énormes efforts chaque jour ce qui lui donnait encore plus la conviction de mériter la victoire finale. Abigaël Velrose était une vraie bête sur le terrain, très fair-play, mais il se donnait vraiment à fond et sortait souvent complètement épuisé de ses matchs quand il ne débarquait pas en civière à l'infirmerie. Une fois, il avait eu la jambe dans le plâtre pendant un mois, et il passait son temps à grommeler et à râler.

Cette année, le brun non plus ne voulait pas se laisser faire, il comptait bien faire ravaler ses paroles à Cassie et la faire rager en embrassant la coupe dès la fin de la saison. Il tiqua à la petite remarque que la brune lui fit au sujet de la personne qu'il disait vouloir affronter. Il n'allait pas lancer sur la table le nom de James Potter, pour ne pas créer un débat sulfureux dans lequel la jeune Goldstein aurait tout le loisir de déverser sa haine sur le Gryffondor et ses amis. Abigaël avait beau avoir eu un différend avec lui, il ne le respectait pas moins malgré son rapprochement avec Lily Evans, qui était bien une fille qu'Abigaël apprécierait de ridiculiser à la première occasion venue. Il se contenta d'un sourire et d'un petit rire narquois.


    « J'ai bien envie d'arracher la coupe aux Gryffondors. Ca les remettrait un peu à leur place, à vrai dire... »


Il sentit sa gorge se serrer, ça ne lui ressemblait pas d'être aussi médisant, ou peut-être était-ce parce qu'il savait que l'heure tournait, et que s'il regardait la montre à son poignet, il aurait une très mauvaise surprise. Pourtant il fallait bien regarder à un moment ou un autre. S'il sortait trop tard, il risquerait d'être vu par des élèves et il ne tenait pas à ce que l'existence de cette salle soit connue de tous. S'il sortait au mauvais moment, il risquait de croiser Rusard et il aurait peine à s'expliquer, sachant que l'excuse du somnambulisme n'était déjà pas passé en troisième année. Il ne voulait aussi pas tomber sur quelqu'un de réveillé dans son dortoir, pas même Maëwan..

Au final, il se redressa, une expression pleine de regret dominant à présent son visage. Il regarda l'heure sur sa montre. Cinq heures de matin passées. Il eut l'air encore plus déprimé, et finit par se lever quand même, essayant de retrouver toutes ses affaires pour s'habiller.


    « Faut retourner à nos dortoirs, miss Goldstein... Je voudrais pas que Rusard t'attrape... On va faire notre chemin ensemble mais quand même... J'ai jamais dis que je savais échapper à cet idiot de concierge comme un professionnel. »


Il vint se poster au bord du lit pour enlacer la brune comme si c'était la dernière fois qu'il la voyait avant des années. Il respira son parfum, profita de la douceur de sa peau et de ses bras rassurants.. Il ne se sentait effectivement apaisé que près d'elle. Pour lui, il avait enfin trouvé la bonne personne.

    « Mais promets moi qu'on se retrouve vite... Et que tu penseras à moi, ma belle. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Élève ♣ Serpentard - 7ème année

Élève
Serpentard - 7ème année


▌Age : 25
▌Parchemins : 364
▌Points de Rp : 110
▌Initiation magique : 29/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: Dix-Sept ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Le blaireau & la vipère. [PV Abigaël]   
Mar 22 Jan - 11:20

« Le blaireau & la vipère »
Pv Abigaël ~




Cassiopée se sentait vraiment bien en compagnie du Japonais. Il faut dire qu'après leur dispute au bal elle pensait vraiment l'avoir perdue. Elle y était allée un peu fort, il est vrai, mais elle avait dû y mettre les formes si elle voulait être sûre que les gens se laisseraient prendre au piège, sinon ça n'aurait servi à rien. Pourtant, elle avait vu une chose dans les yeux de son Japonais qu'elle avait espéré ne jamais voir et elle avait bien cru l'avoir perdue. Ça n'avait pas été le cas, puisqu'il était maintenant à ses côtés. La brune avait été rassurée lorsqu'elle avait revue Lady débarquer dans sa chambre, une nuit. Abigaël lui proposait d'aller en cours d'étude des Moldus. Il était fou, mais elle rassurée. Puis il lui avait proposé de se voir, bien entendu elle ne refusa pas et les voilà, ensemble, dans cette pièce juste magnifique. Elle ne voulait pas repartir, ça c'était net, retrouver ses draps froids, très peu pour elle. Cependant, elle savait qu'elle devait le faire. Elle n'avait pas risqué de perdre Abi juste pour tout briser avec un caprice.

Abigaël avoua qu'il aurait aimé arracher la coupe de Quidditch aux Gryffondors, Cassie était d'accord avec lui, d'une part pour la victoire, mais aussi pour faire dégonfler le melon qui servait de tête à James Potter. Les rouges et ors se prenaient un peu trop pour les meilleurs de Poudlard, la brune n'aimait pas vraiment ça. Déjà parce qu'elle pensait que ce n'était pas du tout le cas, elle trouvait les gryffondors bien trop prétentieux et surtout qu'ils avaient tendance à juger les gens bien trop rapidement. Surtout les Maraudeurs en réalité. Ces quatre-là étaient bien les pires. Le comble de la prétention, se pavanant dans les couloirs de l'école. Cassie était bien contente d'être capitaine cette année, elle avait enfin l'occasion de calmer le Potter. La brune ne put qu'acquiescer aux mots du japonais.

La Serpentard vint déposer un baiser au coin des lèvres d'Abigaël avant qu'il ne se redresse. Elle le regarda un peu étonnée, elle ne s'attendait pas à ce qu'il se relève aussi vite. De plus, il avait l'air pas très bien lorsqu'elle reposa une nouvelle fois les yeux sur lui. La brune aurait aimé le voir un peu plus joyeux, mais elle compris vite pourquoi il faisait une tête pareille. Lorsqu'il ouvrit la bouche, il lui expliqua qu'ils devaient partir maintenant, qu'il se faisait tard - ou tôt en fonction du point de vue - qu'il ne fallait surtout pas se faire attraper par Rusard et aussi qu'il n'était pas vraiment un professionnel pour l'éviter. Cassie n'ont plus n'en était pas une, mais elle se disait qu'à cette heure-là, le vieux concierge dormait encore et même son chat ne viendrai pas les déranger. Enfin, elle finit tout de même par avouer qu'il avait raison. Ce n'était pas le moment de prendre des risques inconsidérés, il valait mieux retourner tranquillement vers leurs dortoirs plutôt que de devoir courir à la dernière minute en faisait un boucan d'enfer pour ne pas se faire prendre.


« Tu as raison, mais je n'ai pas vraiment envie de partir... enfin, quand il faut, il faut. On va essayer de ne pas se faire prendre, je n'ai pas envie que tous nos efforts soient vains. »

Cassie fut un peu surprise - une nouvelle fois - de voir Abigaël la prendre ainsi dans ses bras. Il y avait une sorte de désespoir dans son étreinte, mais d'un autre côté c'était tellement agréable de le sentir contre elle. Son souffle chaud venait caresser la nuque de la brune alors que ses doigts à elle, venaient jouer avec les cheveux du japonais. Si ça n'avait tenue qu'à elle, elle serait restée là à attendre que le temps passe, mais ça ne tenait pas qu'à elle, malheureusement. L'étreinte allé bien finir par prendre fin. Elle prolongea tout de même ce contact, gardant le jeune homme dans ses bras, un sourire vint se dessiner sur son visage quand Abigaël lui demanda de lui promettre qu'elle penserait à lui et qu'ils se retrouveraient vite. Bien entendu qu'elle penserait à lui, comment ne pas le faire de toute façon. Malgré tout elle savait que le plus dur restait à venir. A partir de maintenant, elle allait devoir le croiser dans les couloirs et l'ignorait comme s'il était un inconnu pour elle. Plus question de petit jeux dans les escaliers, plus de provocations ouvertes, rien du tout. Ils étaient censés être en froid et il allait falloir jouer le jeu jusqu'au bout. C'est-à-dire qu'à l'instant où ils se quitteraient, ils allaient devoir faire croire à tout le monde qu'ils n'étaient plus rien l'un pour l'autre. Ça n'avait jamais été aussi faux... Pour répondre à sa question, elle vint déposer un baiser dans son cou avant de parler.

« Tu crois vraiment qu'il est nécessaire de me le demander Abi ? Mais si ça peut te rassurer, je te le promets. » dit-elle avec un petit sourire.

Voilà, il était temps de se quitter cette fois. Cassie lâcha doucement Abigaël, un peu à contre coeur. D'un accio elle appela toutes ses affaires pour rapidement les enfilées, elle n'avait pas vraiment envie de faire traîner ce moment, pas qu'elle voulait retrouver son lit au plus vite, mais plutôt qu'elle savait très bien que plus elle ferait durer ce moment et plus ça aller être difficile. Elle attrapa son peignoir qu'elle enfila avant de le nouer à la taille.


« Je crois qu'on devrait y aller maintenant, Rusard est bien du genre à être matinal, je n'ai pas envie de tomber sur lui de bon matin. »

Cassie avança vers la porte, adressant un dernier sourire bien chaleureux au Japonais. Elle allait bientôt retrouver son dortoir, ainsi que son lit vide et ses draps froids, cette idée ne la réjouissait pas vraiment. Surtout qu'elle n'avait pas sommeil, non, elle ne voulait pas dormir, même si ses yeux lui piquaient un peu. La brune allait sûrement retrouver son lit et repenser à la merveilleuse nuit qu'elle avait passé en compagnie de son Poufsouffle.






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Abigaël A. Velrose

avatar

Élève ♣ Poufsouffle - 7ème année

Élève
Poufsouffle - 7ème année


▌Age : 24
▌Parchemins : 553
▌Points de Rp : 126
▌Initiation magique : 30/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 17 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Le blaireau & la vipère. [PV Abigaël]   
Mar 22 Jan - 23:56

« Le Blaireau & la Vipère. »
Pv Cassie ~


Il était temps de quitter la merveilleuse salle dont Abigaël ignorait le nom. Il était à présent habillé, tout comme Cassie qu'il avait bien pris le temps d'observer -après tout, ça se comprend-. Il n'attendait plus qu'elle qui avoua aussi espérer ne pas tomber sur un Rusard un peu trop matinal. Il fallait avouer qu'il était presque six heures du matin, et il n'était pas rare que certains professeurs, ou même les elfes de maison se lèvent bien tôt. Le Japonais espérait, qu'en cette période de vacances, tous ces gens préfèrent rester au chaud dans leur lit plutôt que d'aller se promener dans la neige. Il accompagna la brune jusqu'à la sortie de la salle, un bras autour de sa taille. Une fois la porte passée et refermée, celle-ci disparut comme si elle n'avait jamais existé, et la tapisserie avait reprit place contre le mur. Abigaël eut une drôle de sensation à cette vue, comme si tout ce qui s'était passé ces dernières heures ne s'était jamais déroulé, comme si ce n'était qu'un songe un peu trop beau, un tour de son subconscient pour lui redonner un peu d'espoir. Il se demanda s'ils retrouveraient la salle la prochaine fois qu'ils la chercheraient.

Abigaël était triste de quitter Cassiopée, mais ce n'était pas pire qu'au bal, ou la reste de sa nuit avait été un calvaire, et encore,n c'est peu dire. Là, pas de dispute manigancée, pas de parole plus haute que l'autre, pas de regrets. Si cette nuit était à refaire, il la referait cent fois, mille fois, une infinité de fois. Il gardait son sourire, et sentait son cœur apaisé tambouriner dans sa poitrine. Cette sensation, qu'il n'avait pas ressentie depuis fort longtemps, lui était très agréable. Ça lui rappelait les fois où sa mère le prenait dans ses bras, ou la présence de son père et de son frère. Abi se sentait enfin complet, il avait trouvé quelqu'un à Poudlard pour commencer à s'occuper de lui. Resterait à trouver le moyen de garder la jeune Goldstein auprès de lui, durant l'année, et même après si le destin lui en laissait l'occasion. Il avait du mal à se faire à l'idée lui-même et ne l'avouerait certainement pas à la vipère pour ne pas la faire fuir, mais il lui sembla qu'il tombait lentement mais sûrement passionnément amoureux d'elle. Oh, il avait déjà été amoureux, plus ou moins, mais ça n'avait jamais vraiment duré, et il s'était toujours rapidement lassé ou la personne en face ne l'avait jamais compris. Or, il avait le sentiment que c'était complètement différent avec Cassie. Cette fois, il avait l'impression que ce n'était plus à lui de recevoir de l'attention, mais à elle. Elle était devenue son centre de gravité, son petit soleil, et lorsqu'elle n'était pas à ses côtés, il se sentait comme malade, mal dans sa peau. C'était assez stupide de se dire ça actuellement, alors qu'il se disait encore gamin lui-même, mais il trouvait ça néanmoins très sérieux. Cela faisait plusieurs semaines qu'il pensait enfin se poser avec quelqu'un, faire quelque chose de sa vie dans la sûreté.

Il entama la longue descente des sept étages dans le calme et le silence le plus complet. C'était inutile de se lancer dans une conversation à ce moment, surtout qu'il n'avait pas envie de parler. Il préférait garder Cassie contre lui, glisser ses doigts entre les siens pour attraper sa main en lui souriant de toutes ses dents et lui montrer à quel point elle le rendait heureux. Et puis à ce moment, ils ne se disaient pas adieu, c'était plus un au revoir qui promettait de meilleures retrouvailles, sûrement plus intenses.

Le seul point négatif était de continuer à s'ignorer complètement, même à s'éviter. Car Abigaël avait beau avoir de la patience et du sang-froid, il ne pouvait pas jouer la pourriture envers Cassie quand il la croisait, même si ça protégeait leur relation. L'idée même de se montrer virulent avec elle lui donnait une sacrée envie de vomir. Les tableaux étaient eux-mêmes encore endormis, et ne pouvaient donc pas les voir, pour ensuite chuchoter entre eux. Et puis mince alors ! Velrose et Goldstein n'étaient quand même pas les premiers à fricoter devant eux, non ? Il y avait certainement eu des Serpentards et des Gryffondors, ou des Poufsouffles et des Serdaigles, ou il ne savait encore quel couple improbable qui s'était formé au cours des siècles quand même ! C'était fou, qu'après autant d'années, dans une ère qui voulait que les gens soient soudés, et respectueux de l'autre, on soit encore obligé de se cacher du regard des autres. Abigaël avait l'impression de vivre au Moyen-Âge quand il était dans ce château. Il espérait tant que les temps changent, mais apparemment, ils n'étaient pas près à le faire.

Les deux jeunes gens arrivèrent dans les sous-sols de l'école alors qu'il faisait encore un noir d'encre autant dehors que dedans. Cette fois, c'était tout, ils devaient se dire au revoir. Abigaël n'avait pas envie de parler plus que ça., il préféra regarder la brune encore quelques secondes, et plonger ses yeux dans les siens tandis que la paume de sa main glissait contre sa joue. Il lui sourit, avant de saisir son menton entre ses doigts et l'embrasser, longuement. Une fois le baiser scellé, il posa ses lèvres contre les doigts de la belle, lui adressant un petit clin-d'oeil, et partir de son côté en s'assurant qu'elle était bien rentré au moins dans sa salle commune.

Une fois entré dans son dortoir à pas de souris, pour s'assurer que tout le monde dormait encore et qu'il ne réveillerait pas ses camarades, le Japonais se laissa tomber dans son lit comme un loir. La fatigue avait regagné ses muscles, et il se sentit lentement partir dans les bras de Morphée, avec une seule pensée en tête : Cassie Goldstein, la fille de ses rêves et de ses fantasmes.


    « Bonne nuit, Sweetie. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Le blaireau & la vipère. [PV Abigaël]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le blaireau & la vipère. [PV Abigaël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Sophia E. de Roumanie - Colombe le jour et Vipère la nuit.
» Le blaireau, le serpent, et le truant.[PV Jack]
» [Défi] Le Lion, le Serpent, le Blaireau et l'Aigle.
» [Dunland] Col de blaireau
» Léo est un blaireau
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Alohomora ♣ ::  :: Lieux Spéciaux :: Salle sur Demande-