AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Alohomora

Consultez régulièrement les nouveautés ici
Pensez lorsque vous vous inscrivez
à prendre un Prénom et un Nom.

15 lignes minimum dans le Rp et 20 lorsque vous ouvrez un sujet

Le nouveau design est arrivé !

Design n°5 le 09/04/2012 par Kyana.

Venez voter pour faire gagner votre maison !

C'est toutes les deux heures ici.
Dans le Rpg, nous sommes passé au mois de Novembre et Décembre 1976 !

Pour vous y retrouver, consultez le calendrier.

 

 Deux blondes valent mieux qu'une || PV Aria

WIZARDHIBOUX
Who are You ?
Alecia L. Lukeither

avatar

Élève ♣ Poufsouffle - 6ème année

Élève
Poufsouffle - 6ème année


▌Age : 23
▌Parchemins : 1393
▌Points de Rp : 200
▌Initiation magique : 19/11/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 16
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Deux blondes valent mieux qu'une || PV Aria   
Lun 28 Jan - 11:15




♫ 2 Janvier 1977 ♫


Quoi de mieux pour finir une journée en beauté qu'une petite sortie avec une très bonne amie ? C'est ce que je me suis dis, ce jour là. C'était encore les vacances, et on venait à peine de passer le nouvel an, qui pour moi avait été plus un tête à tête avec moi-même qu'une vraie soirée entre amis qui rient et s'amusent d'un rien. Cette petite sortie avec Aria rattraperait certainement mon nouvel an minable.

Aria était de ces personnes que je ne connaissais que depuis très peu de temps, mais avec qui je m'entendais vraiment bien. J'avais en général plus d'affinités avec la gente masculine mais avec le recul, il y avait aussi des filles qui me ressemblaient beaucoup. A commencer par Lily Evans, et Aria à présent. Quoi que, la blonde était presque plus sulfureuse que moi. Là où je me serais énervée d'emblée, Aria aurais déjà foncé tête baissée. C'était d'ailleurs un peu amusant de se dire qu'une personne dans l'école manquait encore plus de sang-froid que moi. Si un jour, des gens venaient à nous prendre le chou, je crois que ce serais explosif. Les pauvres !

On avait convenu avec mon amie rouge et or à une sortie à Pré-au-Lard pour l'après-midi. Il neigeait encore à Poudlard et je ne doutais pas que le petit village devait être lui aussi enseveli sous une tonne de glace. Ça me dérangeait autant que ça me donnait le sourire. Je n'aimais pas spécialement le froid et j'avais tendance à vite finir clouée au lit, mais le château et ses environs n'était pas lui-même en hiver quand il n'était pas recouvert d'un joli manteau blanc. Il me suffit de m'habiller chaudement et de bien me couvrir, d'enfiler mes grosses bottes pour défier le sol glissant, et le tour était joué. Je ne quittais pas non plus la grosse écharpe de ma maison. J'étais fière de mes couleurs et les arborait presque toujours. Je laissais un petit mot dans la salle commune, au cas où quelqu'un serait amené à me chercher. Il faut avouer que ce n'était pas mon genre de sortir hors du château, mais bon, je doutais beaucoup que quelqu'un ait envie de me voir aujourd'hui parmi le peu d'amis que j'avais. Les Maraudeurs étaient certainement occupés, Rémus aussi donc, et puis je n'allais pas rentrer si tard que ça... si ?

Bref, je me mis tranquillement en route, direction Pré-au-Lard. Je me rendis compte du froid une fois les pieds dehors. Le temps était humide, des flocons tombaient timidement, mais le peu de vent qui se faisait sentir semblait mordre la peau de quiconque tenterait de le braver. Mes joues étaient déjà sûrement devenues rouge vif à cause du sang devenu fou pour tenter de me réchauffer. En marchant, je me sentis déjà mieux. Le village n'était ni près, ni loin, et même si la route était affreuse à pratiquer, je préférai prendre mon temps, car j'avais de l'avance. J'avais préféré rejoindre Aria sur place pour pouvoir avancer dans la neige à mon rythme, et prendre le temps de regarder autour de moi. Il faut dire que d'un temps pareil, je risquais d'être vite agacée et de râler le long de la route parce que je n'arrivais pas vraiment à aligner un pied devant l'autre. Pas la peine que la blonde me voit rager pour être énervée à son tour.

Pourtant, je me trouvai bien calme à ce moment-là. En passant, je vis la cabane hurlante, au loin. Voilà bien un endroit que je voulais visiter prochainement, histoire de me faire une frayeur, mais personne ne voulait vraiment aller là-bas, quel dommage. Peut-être qu'Aria, qui avait le sang-chaud, voudrait y venir avec moi, un de ces jours ? C'était l'occasion aujourd'hui pour lui demander. Et puis franchement, je me posais pas mal de questions. Les rumeurs sur cette cabane étaient devenus légions depuis quelques temps, tout le monde en faisait tout un plat, et je me rappelle encore de ces pauvres élèves qui, en cours de divination, avaient renoncé à y mettre les pieds à cause d'un professeur voyant la mort partout autour de ce vieux morceau de bois. Dieu merci, on ne m'avait pas encore fait le coup, et je préférais qu'on s'abstienne de le faire.

J'arrivais au village, gelée de la tête aux pieds, avec pour seule idée de vite me jeter dans l'un des magasins au comptoir coloré et animé. On avait prévu, avec Aria, de se rejoindre devant Les Trois Balais avant de tourner un peu dans le village. J'avais fait pas mal d'économies, et bien que mes parents m'avaient gratifiée d'un subtil « Tu es foutue dehors, puisque tu vas avoir ta majorité dans ton monde de dingues », ils m'avaient laissé pas mal d'argent histoire de ne pas avoir un accident sur la conscience. Bizarrement, j'avais aussi reçu de l'argent d'un vieil ami sorcier de ma grand-mère, ce qui m'étonna. Elle ne m'avait jamais réellement parlé de cet ami, mais il disait vouloir veiller sur moi. Je trouvais ça relativement étrange, voire peut-être mal placé, mais je n'avais pas pour habitude de cracher sur l'argent, et je n'avais reçu aucun cadeau de personne ce Noël. Je ne m'étais même pas acheté de friandise, rien. Avoir vu les autres ouvrir leurs cadeaux sous le sapin m'avait fait légèrement grincer des dents, mais il avait été hors de question de leur gâcher leur plaisir. On ne pouvait leur en vouloir d'avoir une famille bienveillante ou généreuse. Et pour l'instant, je n'avais pas envie de penser à comment j'allais m'en sortir à la fin de l'année, pour les grandes vacances, ni comment j'allais rentrer dans mes frais l'année prochaine.

J'allais me poser à côté de l'entrée des Trois Balais en souriant aux gens qui passaient par là et me saluaient de la tête. En général, les élèves de Poudlard en général étaient bien vus ici, et en journée, il ne fallait pas trop avoir peur d'une quelconque attaque, du moins, je l'espérais. J'étais de moins en moins rassurée dans les alentours, avec tous les incidents survenus à Poudlard. Sécurité renforcée ou pas, on était tous en droit de se demander si on devait vraiment continuer de vivre normalement, et franchement, que pouvais-je bien faire si je me retrouvais face à un Mangemort ? Rien.

Je remontais mon écharpe jusqu'à mon nez en attendant mon amie. Je ne savais même pas ce que je pouvais acheter dans les magasins, des choses utiles pour sûr, je n'étais pas tellement fan des babioles en général. Si j'avais de la chance, je pourrais trouver un cadeau pour l'anniversaire de Sirius, mais je n'avais franchement aucune idée de quoi lui offrir. Ce serait un cadeau bien moins extravagant et bien moins cher que ce que pourrait lui offrir James par exemple, mais c'est l'attention qui compte, non ? Il ne fallait pas, en tout cas, qu'il s'attende à ce que je lui offre un balai ou quoi que ce soit de ce genre. Je m'étais déjà arrangée pour organiser sa fête sans qu'il me vole dans les plumes. Puis ce n'était tellement pas son genre.

Au final, j'eus trop froid pour rester dehors, et je n'avais pas envie d'aller boire quelque chose tout de suite. Je me dirigeais vers les vitrines colorées et lorgnai sur les produits en vente. Cela me fit penser que j'aurais quelque chose à demander à Miss Belacqua, car je doutais fortement que l'un des magasins de Pré-au-Lard dispose d'un quelconque bibelot pour chasser des cauchemars tenaces.



Dernière édition par Alecia Lukeither le Dim 3 Fév - 7:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Millenium-Argentic.deviantart.com/
Who are You ?
Invité

avatar


Invité




MessageSujet: Re: Deux blondes valent mieux qu'une || PV Aria   
Mar 29 Jan - 2:59


Alecia & Aria
« Deux blondes valent mieux qu'une »


Comme toujours, j'avais passé un nouvel an fantastique que je n'oublierais jamais. La fête et moi n'avait toujours fait qu'un, ce pourquoi le nouvel an me réussissait toujours aussi bien. Le seule problème dans ses vacances tant attendu, c'était les devoirs que nous avait laissé en masse nos professeurs qui semblaient avoir beaucoup pensé à nous pour Noël ! Mais, fort heureusement, j'avais de nombreux amis qui ne s'étaient pas gênés pour m'aider, si bien que je n'entendrais plus parler de devoirs jusqu'à la fin des vacances. Personne n'aurait pu rompre la joie que j'éprouvais en ce moment même. Hormis peut-être un Serpent venimeux, mais je ne comptais pas les fréquenter. Je tenais à ma bonne humeur, et à mon sens aiguisé de la fête. Et ce n'était pas parce que Noël et le nouvel an étaient passés que je ne comptais pas m'amuser encore. Pour finir cette journée en beauté, j'avais prévu une sortie à Pré-au-lard avec une bonne amie de Poufsouffle, que je ne connaissais que depuis peu. Mais, nous avions beau ne pas nous connaître depuis une éternité, c'était tout comme. Sans doute étaient-ce nos lourdes ressemblances qui nous avaient rapprochés. Après tout, qui se ressemble s'assemble, non ? Enfin, tout cela pour dire qu'une après-midi épique m'attendait. Alecia était vraiment une fille avec qui je m'entendais à merveille, et dont au grand jamais, je n'aurais voulu perdre son amitié, même si celle-là n'avait débuté qu'il y a peu de temps. Et puis, j'étais de ces filles avec qui il était facile de devenir ami, aussi bien qu'ennemi.

Après m'être vêtu aussi chaudement que possible, je sortis du château pour braver la tempête et regrettais dès l'instant où je posais mes pieds dehors, la chaleur de notre salle commune. Le temps était humide, et quelques flocons tombaient timidement, et venaient se déposer sur le sol, recouvert d'une fine couche de neige. Mais, ce n'était pas cela le pire. C'était ce vent qui venait me fouetter le visage à n'en point finir, si bien que je finis par ne plus le sentir. Mais, ce n'était pas ce fichu vent qui allait m'arrêter ! Prenant mon courage à demain, je descendis jusqu'au village de Pré-au-lard. Apparemment, une fois dans le feu de l'action, le vent ne me semblait plus si hargneux. Au contraire, je me sentais légère comme une plume, bien que je savais pertinemment qu'avec toutes les fourrures dont j'étais couverte, je devais peser bien plus qu'à la normale. J'aimais beaucoup cette neige d'une blancheur apaisante qui faisait partie entière du paysage. À présent, on ne distinguait plus que ce blanc épatant. Il était identique à la fourrure de mon chat, Snow, qui portait bien ce nom pour une raison. Au loin, je pus apercevoir les contours de la cabane hurlante, seul endroit où je n'avais encore jamais mis les pieds, bien que j'aie essayé de nombreuses fois. Enfin, cette année était ma dernière, et je n'avais pas dit mon dernier mot. Avant la fin de l'année, j'aurais pénétré en son sein. Je gardais cette certitude dans un coin de ma tête, quand j'arrivais à Pré-au lard, autant touché par la vague de froid qui régnait à Poudlard. On avait prévu avec mon amie Alecia de se rejoindre devant les Trois balais qui regorgeaient de bonnes boissons. Malheureusement, on avait aussi prévu d'effectuer d'abord un tour dans Pré-au lard, mais au final ce n'était pas pour me déplaire. Je voyais sur certain visage une certaine appréhension, comme s'il s'attendait à voir surgir un affreux mangemort. Je ne pouvais affirmer que leur réaction était stupide, car au fond, je savais qu'il commençait à avoir de bonnes raisons de s’inquiéter, mais que viendrait faire des mangemorts à Pré-au-lard? Et puis, on avait toujours un moyen de se protéger. On pouvait me considérer comme naïve, mais j'étais certaine d'une chose : il était bien difficile de rivaliser avec un mang mort, mais pas impossible. Tout dépendais de votre sang-froid et... Bon, il est vrai que j'étais mal placé pour parler de sang-froid. Oubliant ce fantastique sujet qui trottait dans ma tête, je m'arrêtais devant les Trois balais, sans apercevoir la moindre trace d'Alecia. Apparemment, elle n'était pas encore arrivé. Ce qui était inimaginable. J'étais déjà fort en retard. Mon regard balaya les alentours quand je l'aperçus devant les vitrines colorées, qui lorgnai les produits en vente. Avec un pincement au cœur, je me rendis compte que je ne lui avais pas acheté le moindre cadeau de Noël. Mais, je comptais bien me rattraper. Ce n'était pas les produits qui manquaient à Pré-au lard, et j'étais loin de manquait moi-même d'argent. Je me glissais à ses côtés, et avec un immense sourire, je m'exclamais :

" -Salut Alecia ! Pas trop froid ? Tes joues semblent en feu tant elles sont rouges... Alors, une petite envie parmi ces produits ? "

Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Alecia L. Lukeither

avatar

Élève ♣ Poufsouffle - 6ème année

Élève
Poufsouffle - 6ème année


▌Age : 23
▌Parchemins : 1393
▌Points de Rp : 200
▌Initiation magique : 19/11/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 16
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Deux blondes valent mieux qu'une || PV Aria   
Jeu 31 Jan - 7:13




Je fis un petit bond sur place en entendant la voix de mon amie qui s'était discrètement glissée à côté de moi alors que je louchais presque sur tous les produits de la vitrine devant laquelle j'étais placée. Il y avait tellement d'objets plus improbables que les autres d'années en années que j'aurai pu baver sans problème devant eux. Malheureusement, la plupart de ces objets étaient en dehors de mes moyens, et je n'avais encore aucune idée de quoi offrir à Sirius. Je voulais aussi me faire un peu plaisir à moi, mais avec quoi ? Je regrettais davantage de ne pas avoir pu faire de cadeaux de Noël à mes amis, et je culpabilisais en pensant qu'ils m'en voudraient de les avoir oubliés alors que ce n'était pas le cas. Je ne pouvais pas assurer à toutes les fêtes comme tout le monde, et je voulais me rattraper sur les anniversaires, faut-il encore trouver quoi acheter... Je souriais à Aria en tapotant mes joues glacées que la chaleur de mon sang n'arrivait plus à réchauffer. A m'avoir vue baver devant la vitrine, elle devait se douter que j'aurais envie d'aller jeter un coup d’œil à l'intérieur, pour me faire mal certes, mais on avait du temps à tuer.

    « C'est un peu cher tout ça, non ? Je voulais acheter quelque chose pour l'anniversaire de Sirius, mais je crois que je vais me rabattre sur autre chose. Un truc bien de chez nous, Sirius adore les trucs moldus, on dirait un vrai gamin en cours et faut dire que c'est franchement amusant. »


Je revoyais encore sa tête à lui et à James dans le cours du professeur Jane. Ils étaient comme des petits fous, mais des gamins bien sages contrairement à d'autres cours où ils en faisaient baver aux professeurs. Enfin un cours où ils savaient se tenir, mais Lance Jane y était pour beaucoup ! C'était un professeur loufoque, qui sous ses airs de dégénéré déchaîné était admirable et savait remonter le moral de ses élèves autant que les motiver. Du moins, c'était mon point de vue. Je savais que si j'arrivais à dégoter un bon truc moldu, pas trop cher, l'aîné des Black serait aux anges ! Mais que prendre de ce fait ? Certainement pas de rubix-cube, oh non ! Pas envie de l'entendre hurler partout qu'il n'arrive pas à le résoudre et de me prendre ses foudres après ! Non il fallait quelque chose d'intéressant, d'amusant, de facile à manipuler ! Pourquoi pas un 45 tours d'occasion ? Je savais que ma grand-mère en possédait un, et qu'il avait fini dans le grenier chez moi avec bon nombres de Cds... Oui mais c'était chez moi... Comment y aller, et est-ce que Sirius ne le prendrait pas pour un moyen de me débarrasser de trucs inutiles ? Non, les objets de ma grand-mère étaient sacrés, et les donner à quelqu'un était preuve que je lui faisais pleinement confiance. J'étais certaine qu'il en prendrait soin, il fallait juste que je sache comment me rendre chez moi ni vue, ni connue, et repartir tranquillement avec mon butin. Je pouvais aussi prétexter une visite, pour récupérer toutes mes affaires, mes vêtements, et repartir aussitôt sans l'ombre d'un regret... Oui, c'était une possibilité envisageable.

Il fallait aussi que je me trouve une jolie tenue pour l'anniversaire de Sirius. Hors de question de me pointer à une fête que j'avais organisée avec un jean et un vieux pull, non ! Quasiment toute ma garde-robe était à refaire en vérité, mais je me voyais mal trouver une jolie robe ici, à Pré-au-Lard. Et je doutais fortement que ma mère veuille m'acheter quoi que ce soit. J'étais perdue, je n'avais plus tellement d'argent moldu sur moi. Peut-être qu'Aria pouvait m'aider ?


    « Eh bien... Si tu connais une boutique avec de beaux vêtements, et de jolies robes par ici, tu me sauves ! Par contre, si on doit aller du côté moldu... Je suis presque à sec... Enfin je me débrouillerai. Dis, tu vas venir à l'anniversaire de Sirius quand même ? Oui, en fait, j'organise une fête, mais chut, il ne faut rien lui dire, c'est un secret ! En fait, il faudra même faire comme si on avait oublié son anniversaire, comme ça, il arrive tranquillement avec James sur le lieu de la fête, ET BIM ! Surprise ! »


J'éclatai de rire, toute excitée à l'idée d'organiser quelque chose qui lui ferait plaisir. Sirius était vraiment un bon ami qui méritait qu'on pense à lui. Et puis je devais vraiment lui exprimer ma gratitude, lui faire plaisir et lui montrer que je pouvais être une bonne amie, digne de confiance, qui pensait aussi parfois au plaisir des autres, car c'est ce que je voulais, je n'étais pas réputée pour être une sale égoïste, enfin réputée... Le mot est un peu gros pour moi. Or il fallait que je la joue fine, je devais rentrer chez moi au moins une journée avant la fin des vacances pour récupérer ce cadeau, et le rendre comme neuf, faire un beau paquet ! J'avais encore tout un tas de choses à faire, l'organisation, l'autorisation, les invitations...

    « De toute façon, c'est moi qui enverrai les invitations ! Alors s'il-te-plaît, dis pas non ! Ce sera nettement moins drôle si tu n'es pas là là-bas. J'ai besoin de ma meilleure amie à mes côtés pour être sûre de passer une bonne soirée ! Tu mettras de l'ambiance, comme toujours ! »


Je lui souriais de bon cœur en reposant mes yeux sur la vitrine. J'hésitais à entrer, mais n'étais-ce pas là qu'on pouvait trouver, avec un peu de chance, un truc contre les mauvais rêves, ou ce genre de choses? Car je commençais à avoir de plus en plus de mal à attendre le prochain cours de Défense Contre les Forces du Mal pour demander à Miss Belacqua de m'aider. Depuis le cours de divination, je n'étais pas dans mon assiette mais je faisais en sorte que personne ne le sache, et ça fonctionnait vraiment bien !

    « Alors ! Une idée de boutique ? »



Dernière édition par Alecia Lukeither le Dim 3 Fév - 7:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Millenium-Argentic.deviantart.com/
Who are You ?
Invité

avatar


Invité




MessageSujet: Re: Deux blondes valent mieux qu'une || PV Aria   
Sam 2 Fév - 2:45


Cette après-midi allait être magique, j'en étais certaine. Comme tous les moments que je passais avec Alecia, personne que j’appréciais énormément avec qui il était aisé de communiquer. Je ne la connaissais que depuis peu, et pourtant je la considérais déjà comme une meilleure amie. Et Dieu seul sait comme il est difficile d'accéder à ce rang, si l'on compte le nombre infini d'ami qui m'entoure, tout comme le nombre de mes ennemis. Mais, Alecia était quelqu'un d'exceptionnel et d'unique. Comment pouvait-on faire pour ne pas apprécier la jolie blonde ? C'est avec une joie non cachée que je venais de parler. À l'instant où le son de ma voix accéda aux oreilles de mon amie malgré le vent qui tentait d'emporter mes paroles au loin. Mais, je possédais des cordes vocales légendaires ce qui me valut un sursaut de la part de la jaune et noir lorsqu'elle m'entendit. Je venais de la surprendre face à une magnifique vitrine où était exposé de nombreux objets en tous genres sur lequel mon amie semblait loucher, d'un regard avide. Je savais qu'elle manquait d'argent, ce qui était tout mon contraire. Mon père qui roulait sur l'or ces derniers temps, changeait l'or moldu en or de sorcier, ce qui rembourrait davantage la petite sacoche qui contenait mon argent. Dans tous les cas, je comptais bien me servir de cet argent pour offrir un somptueux cadeau à mon amie, à défaut de n'avoir pu le faire à Noël. Je m'en voulais d'ailleurs de ne lui avoir rien offert... Mais, j'allais me rattraper cette après-midi. De plus, il me suffisait d'attendre qu'elle louche sur un objet en particulier, les yeux emplis d'étoiles et je savais que le tour était joué ! Je n'avais donc plus qu'à le payer pour mon amie, et TADAM cadeau de Noël-Nouvel an-anniversaire de notre amitié. Un tas de motif pour justifier le cadeau, en sachant pertinemment qu'elle allait refuser dès que je lui aurais proposé. Je me lançais donc un ultime défi pou l'après-midi : parvenir à offrir un bon cadeau à Alecia. Cette dernière me souriait, tapotant ses joues qui semblaient avoir pris feu tant elles étaient rouges, semblable à un coucher de soleil. Je ne doutais pas sur le fait que les miennes aussi devaient être en feu, mais encore fallait-il parvenir à apercevoir mes joues, cachés sous deux grosses écharpes rouge et or. La seule partie de mon visage que l'on pouvait apercevoir était mes yeux d'un bleu océan. La partie supérieure de ma tête se trouvait sous un bonnet en laine, particulièrement chaud et confortable. On aurait pu croire que je descendais des esquimaux, vêtu ainsi, mais je n'y pouvais rien s'il se trouvait que j'étais une frileuse professionnelle.

« C'est un peu cher tout ça, non ? Je voulais acheter quelque chose pour l'anniversaire de Sirius, mais je crois que je vais me rabattre sur autre chose. Un truc bien de chez nous, Sirius adore les trucs moldus, on dirait un vrai gamin en cours et faut dire que c'est franchement amusant. »


L'anniversaire de Sirius. Ce détail m'était complètement passé au-dessus de la tête comme tous les anniversaires. Parfois, je parvenais même à oublier le mien, alors c'était pour dire... Voilà qu'à présent, j'allais devoir acheter deux cadeaux. Celui d'Alecia me semblait déjà dans la poche, mais en ce qui concernait Sirius... Comment trouver un cadeau génial sans la présence de la personne en question ? Dur. Un défi bien plus compliqué venait s'ajouter à ma liste.

« -Sirius ! Oh, merci de m'y avoir fait penser, de quoi j'aurais eu l'air si je ne lui offrais rien pour son anniversaire... Tu crois que si je vais voir Sirius et que je lui demande innocemment ce qu'il a toujours rêvé de possédait manquerait de tact .... En fait, non, je retire ma question, ça manquera de tact obligatoirement. »

Je parlais plus pour moi-même que pour Alecia, et abordait une mine concentrée -oh, fait miraculeux!-. Je n'avais jamais été douée pour trouver de bons cadeaux. Je connaissais bien Sirius, mais je ne savais pas pour autant ce qu'il avait ou non en sa possession. Il me fallait un magnifique cadeau, et peu en importe le prix, j'allais le dénicher. Il est vrai que le rouge et or appréciaient les objets moldus... Pour cela, il me suffisait de me pointer chez moi, de saisir le premier objet qui me semblait le plus approprié vis-à-vis du caractère de Sirius et c'était dans la poche. Mais, cela semblait trop simple. Un cadeau, c'était quelque chose de spécial et d'unique. Quelque chose de neuf, également. Et on avait beau dire que c'était l'intention qui comptait, offrir un cadeau qui plaisait, c'était la meilleure des récompenses. Alors, je comptais bien à m'acharner pour trouver le cadeau du siècle. À nous deux, j'étais certaine qu'on allait y parvenir. Un pour tous, et tous pour un ! Hum... Je crois bien que je n'avais pas entièrement dessoûlé des précédentes fêtes. Mais, une grosse après-midi d'achat impossible allait y parvenir, je n'en doutais pas.

« Eh bien... Si tu connais une boutique avec de beaux vêtements, et de jolies robes par ici, tu me sauves ! Par contre, si on doit aller du côté moldu... Je suis presque à sec... Enfin je me débrouillerai. Dis, tu vas venir à l'anniversaire de Sirius quand même ? Oui, en fait, j'organise une fête, mais chut, il ne faut rien lui dire, c'est un secret ! En fait, il faudra même faire comme si on avait oublié son anniversaire, comme ça, il arrive tranquillement avec James sur le lieu de la fête, ET BIM ! Surprise ! »


Elle éclata de rire, et je ne pus m'empêcher de rire avec elle. Cette idée était juste fantastique ! Elle semblait vouloir se donner beaucoup de mal pour l'anniversaire de Sirius et je n'en étais que très heureuse. Je m'imaginais déjà la tête qu'il ferait lorsqu'il verrait la fête qu'Alecia allait lui préparer. À présent, j'étais tout aussi excité que mon amie, mais je n'en montrais rien, faisant mine de réfléchir à sa suggestion, sachant pertinemment qu'elle allait lourdement insister. De toute façon, je ne pouvais rater une telle soirée, et n'importe quelle fête était la bienvenue dans mon emploi du temps. D'autant qu'il s'agissait de l'anniversaire de Sirius. Au grand jamais au cours de ma vie, je n'avais opté pour le travail lorsqu'une fête avait lieu. Faire semblant d'avoir oublié allait être aisé. J'avais beau être une piteuse menteuse, je restais une grande actrice ! Comme l'avait si bien précisé Alecia, il nous fallait trouver une boutique avec de magnifiques vêtements. Une occasion de m'acheter une jolie tenue, même s'il se trouvait que j'en avais déjà quelques-uns dans ma valise. Mais, cela faisait un bon moment que je n'avais pas acheté ce genre de tenue. En y réfléchissant bien, la seule boutique de vêtements qui me venait à l'esprit était celle du nom de Gaichiffon, mais il devait bien y en avoir d'autres dans les parages. Comme je m'y attendais, elle insista lourdement par la suite :

« De toute façon, c'est moi qui enverrai les invitations ! Alors s'il-te-plaît, dis pas non ! Ce sera nettement moins drôle si tu n'es pas là là-bas. J'ai besoin de ma meilleure amie à mes côtés pour être sûre de passer une bonne soirée ! Tu mettras de l'ambiance, comme toujours ! »


Elle me souriait, et arrêtant ma petite scène de mensonge où j'étais censée réfléchir, je lui lançais un immense sourire. Si elle comptait sur moi pour refuser, elle n'aurait pas satisfaction, mais de toute évidence, ce n'était pas le cas. J'étais ravie qu'elle accorde autant d’importance à ma présence lors de cette fête. Mais, il fallait avouer que pour mettre de l'ambiance, j'étais la reine. J'avais un don pour secouer le popotin de ceux qui restaient assis dans un canapé, le regard vague... Au final, tout le monde profitait de la fête grâce à mon talent de persuasion et mon sens du contact. Je m'exclamais, à l'adresse de mon amie :

« - Compte sur moi, je serais de la partie ! Rater une telle fête? Jamais ! À moins d'être gravement malade, et encore, dans ce cas, je trouverais un moyen express pour guérir, comme toujours. Et si tu as besoin d'aide pour les préparatifs, je suis là pour ça.»

Je lui adressais un clin d’œil, excitée comme une puce. Je me languissais déjà de cette journée, mais avant, la partie effort devait avoir lieu. En somme, trouvait le cadeau parfait pour Sirius, ainsi qu'une tenue pour la soirée et en supplément le cadeau de Noël de mon amie. Beaucoup de boulot, donc ! Mais, en compagnie d'Alecia, il n'y avait aucun boulot insurmontable. Elle me demanda alors si j'avais une quelconque idée de boutique. Dur de choisir par laquelle commençait. En une après-midi, nous n'aurions pas le temps de visiter les moindres produits de chaque boutique. Nous devions donc procéder à un choix parmi les nombreuses boutiques qui s'offraient à nous. Je sentais qu'elle avait bien envie de pénétrer dans la boutique qui nous faisait face, alors je proposais en un sourire :

« - Rendons-nous dans celle-ci pour commencer. Ensuite, il faudrait se trouver des vêtements, en allant chez Gaichiffon. Et puis, il faut absolument que je trouve un cadeau pour Sirius...quelque chose d'original. Une boutique original, donc. »

Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Alecia L. Lukeither

avatar

Élève ♣ Poufsouffle - 6ème année

Élève
Poufsouffle - 6ème année


▌Age : 23
▌Parchemins : 1393
▌Points de Rp : 200
▌Initiation magique : 19/11/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 16
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Deux blondes valent mieux qu'une || PV Aria   
Dim 3 Fév - 8:29




J'étais vraiment ravie que ma camarade Gryffondor soit partante pour la fête ! Quel plaisir de l'avoir à mes côtés, et pour Sirius aussi, sans aucun doute. Oui, car je savais très bien qu'il avait les yeux sur Aria en ce moment. En même temps, me direz vous, Sirius Black c'est Sirius Black, et ça faisait bien longtemps que je ne l'avais vu jouer la carte du beau brun charmeur. Ça me manquait presque à vrai dire, de le voir faire enrager des groupies de folles dingues. D'ailleurs bon nombre de filles me dévisageaient depuis le bal parce que j'avais osé être la cavalière du griffon, et ça me faisait particulièrement rire. Ensuite, ce n'est pas que je ne voulais pas qu'Aria ne participe pas aux préparatifs, mais je voulais qu'elle soit une vraie invitée, et pas une invitée de corvée comme ça arrive trop souvent dans de multiples fêtes et soirées. Elle avait le droit de s'amuser, et non pas de nettoyer les tables et ramasser les fonds de bouteille. Non, j'avais d'elle pour une toute autre chose, mais ça viendrait. J'attendais le moment opportun pour lui dire qu'avec Rémus, on s'était... plus ou moins mis ensemble. Un baiser et deux « je t'aime » ça vaut bien un engagement, non ? Personne à part Chris n'était au courant, et je devais bien la surprise à ma meilleure amie, comme je ne doutais pas qu'entre les événements de la bibliothèque et l'anniversaire de Sirius, Rémus en ait touché mot à ses amis Maraudeurs. Oh oui, ce serait une sacrée surprise pour eux aussi... A moins qu'ils n'aient vu la chose venir depuis bien plus longtemps ?

Bref, Aria me traîna jusqu'à l'intérieur d'une boutique de gadgets. Malheur ! Il y avait tant de belles choses ici, c'en devenait presque une torture. Et je voyais mon amie arriver, en m'offrant quelque chose, alors que moi j'aurais la honte de n'être qu'en mesure de lui offrir ma bien maigre compagnie. Me reposer sur les autres n'était pas quelque chose qui était ancrée dans mes habitudes, et au risque de me retrouver dans une situation très délicate, je faisais toujours en sorte de me débrouiller seule et de garder mes soucis pour moi. Comme par exemple le fait d'avoir été foutue dehors par mes parents. Aux grandes vacances, je ne savais vraiment pas où aller, et ça poserait de sérieux problèmes. Je savais pertinemment que j'allais me faire recevoir par bon nombre d'amis qui me diraient que je ne suis qu'une idiote et qu'ils peuvent m'accueillir à bras ouverts. Mais comment annoncer aux parents d'un ami que s'ils ne vous acceptent pas, vous vivrez certainement sous un carton en pleine rue ? Non, très peu pour moi. Et à choisir, je voulais passer un maximum de l'été au plus près de Rémus, sauf que pour ça il fallait se trouver un endroit où vivre, près de chez lui, un endroit à payer donc, et à payer seule... Cet aspect des choses me déprima, et je tournai en rond dans le magasin en repassant devant les mêmes objets pour essayer de me changer les idées. Ne rien laisser entrevoir. Et puis si je ne voyais pas Rémus, il y avait toujours les hiboux, comme tous les ans... Mais comment allais-je supporter d'être séparée de lui pendant ne serait-ce que deux mois alors qu'on était presque toujours collés l'un à l'autre et que nos sentiments avaient à présent évolué ?

Rien ne me plaisait dans la boutique, finalement, ou plutôt les seules choses qui me plaisaient étaient trop chères et je jouais les désintéressées pour qu'on ne me fasse pas le coup du cadeau surprise. J'entrainais Aria avec moi une fois son tour à elle fini à l'extérieur de la boutique en saluant le propriétaire d'un sourire gêné. Le pauvre savait qu'avec moi, le lèche-vitrine n'aboutirait à pas beaucoup d'achats, voire pas du tout, mais il se montrait plutôt compatissant. Je filais ensuite jusqu'à Gaichiffon, rapidement, pour que le froid ne parvienne pas assez rapidement à mordre mes joues déjà redevenues rouge vif. C'est là que l'aide d'Aria serait très précieuse, car je comptais bien impressionner Rémus avec une jolie tenue, ou alors prendre quelque chose de plus extravagant pour carrément lui faire tomber la mâchoire. C'était une façon de le séduire encore par dessus, de lui montrer qu'au delà d'une fille douce et prévenante qui prendrait soin de lui et lui donnerait tout son amour, je pouvais être une jeune femme qui sait ce qu'elle veut et qui peut parfois être... bestiale et sensuelle.

Une fois dans la boutique, je scrutai avec soin chaque recoin pour tomber sur LA perle rare. C'était un anniversaire en plus, pas un bal, donc les longues robes, c'était bon pour un sortilège d'oubliettes. Non j'allais tout miser sur non pas un décolleté, mais un dos nu qui plongerait jusqu'aux hanches, et si possible une jupe plutôt courte, sans pour autant qu'on ait l'impression que je ne porte qu'un haut... Les chaussures, c'était déjà dans la poche, j'avais celles du bal, toutes neuves. Avec le recul, je tombais sur une tenue qui respectait bien ce choix ! Une petite robe noire, qui avait un effet cuir, un joli dos nu, et une longueur à mi-cuisse. Je me tenais le menton devant la robe, regardant le prix, encore et encore. Ce n'était pas donné, comment pouvait-on aligner de tels prix sur des machins aussi petits ? La renommée de la boutique, sans doute... Je repartais dans une autre allée, traînant des pieds en me mordant la lèvre. Acheter cette robe, ce serait renoncer à mon anniversaire, certes, mais aussi pomper sur l'argent donné à contre coeur par mes parents. Mais inévitablement, mes pas me ramenaient toujours vers cette robe qui me plaisait bien trop pour que je laisse quiconque piquer la dernière du modèle encore à ma taille. Je chipais la robe, et filai au fond du magasin pour l'essayer. En la portant, je me dis qu'il faudrait ajouter des collants, même mieux ! Des collants mi-cuisses, encore mieux ! Un peu provoquant, pas qu'un peu en vérité, mais quand bien même ! J'allais leur montrer à tous, qu'Alecia Lukeither avait de quoi faire tourner des têtes aussi ! Je me dandinais un peu, et alla me montrer à Aria avec une petite appréhension. C'est la première fois que je portais quelque chose d'aussi sensuel et provoquant, j'avais l'impression d'avoir les cuisses horriblement vides, mais je l'avais voulu !


    « Alors... Verdict ? Tu vas certainement me demander pourquoi j'ose ça aujourd'hui alors que d'habitude je rechigne affreusement. C'est pour... Rémus en fait. Je veux lui plaire. Enfin, c'est déjà fait, c'est une longue histoire, pour te résumer on s'est embrassés et... Vraiment, Aria, je l'aime passionnément et je veux lui montrer que je n'ai rien à envier à personne. Ce n'est pas un peu trop ? J'ai peur qu'il me dévisage et me dise que j'suis mieux avec un jeans... Il m'a toujours vue naturelle et détachée, mais il est temps de changer un peu, non ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Millenium-Argentic.deviantart.com/
Who are You ?
Invité

avatar


Invité




MessageSujet: Re: Deux blondes valent mieux qu'une || PV Aria   
Lun 4 Fév - 9:04



Vous est-il déjà arrivé de vouloir absolument, par tous les moyens existants, accorder un magnifique sourire à son amie ? Un sourire qui signifierait « merci » ? Eh bien, aujourd'hui, j'avais plus que tout envie de satisfaire deux personnes. En premier point, ma meilleure amie. Je savais que l'argent ne coulait pas à flot de son côté, et lui offrir un cadeau dont elle rêvait la nuit m'aurait comblée de joie. J'ai toujours tant apprécié de faire plaisir à ma meilleure amie, Alecia. Mais, la connaissant il allait être bien rude et dangereux d'essayer de lui offrir le moindre cadeau, même si ce dernier ne coûterait qu'une noisette. Toute personne de mon entourage aurait su d’ores et déjà que j'allais arriver à mes fins. Quand je m'étais fixé un but, je parvenais à l'accomplir coûte que coûte. Et une après-midi en sa compagnie était largement suffisante pour y parvenir, non? Quoi que, j'étais certaine qu'Alecia me voyait déjà venir avec mon bon gros sac de gallions et mon immense sourire... j'étais une piteuse menteuse, et nier ce que je comptais faire aurait été tout à fait stupide. Mais, fort heureusement Alecia se contenta de pénétrer dans la boutique qui nous faisait face, sans ajouter le moindre mot. Je sentais pourtant une atmosphère de mal aise. Cette boutique était emplie de mille objets différents, si bien que je ne savais plus où donner de la tête. De plus, je surveillais du coin de l’œil mon amie, au cap où, j’entrapercevrais une lueur d'envie si puissante que je ne pourrais que l'apercevoir à l'égard de l'un de ces objets. Mais, Alecia semblait aussi déterminé que moi, et ne faiblit pas une seule seconde, se contentant de passer et repasser devant les mêmes objets, sans leur jeter un seul regard. Mon défi semblait se corser quelque peu... Ce n'était pas n'importe qui, c'était Alecia ! Et ce n'était pas pour rien si nous étions amies. Nous possédions toutes deux un identique caractère, et en ce moment nous étions toutes deux aussi déterminés à arriver à nos fins, pour une raison différente. Sachant voir la défaite là où elle se trouvait, j'abandonnais l'idée de lui acheter quoi que ce soit dans cette boutique-ci. Mais, ce n'est pas pour autant que je la quittais. Il me fallait également un cadeau pour Sirius. LE cadeau du siècle ! Alecia faisait bonne impression en préparant cette fête, et je comptais bien faire de même grâce au cadeau. Mais, il était si difficile de choisir! Pourquoi ne pas prendre toute la boutique, tiens donc ? J'aurais une chance de le satisfaire... Mauvaise idée. Je me voyais mal débarquer avec un immense sac à l'anniversaire de Sirius. Oh, nom d'une citrouille ! Qu'est-ce que j'allais bien lui offrir ? Des objets moldu? Un balai ? Des objets en provenance de chez Zonko ? Pas la moindre idée. Mais, j'allais trouver. Ne croyais pas que j'allais baisser les bras aussi facilement, oh que non ! J'avais encore de la marge avant le dit anniversaire.

Finalement, je désespérais de dénicher mon bonheur ici, et laissai Alecia me trainait à l'extérieur de la boutique, jetant un regard compatissant au propriétaire qui n'allait pas faire fortune avec nous. J'avais décidé de dépenser mais gallions seulement pour des choses utiles, et non pour quelques gadgets inutiles bien que certains eurent réussi à attirer mon regard. J'avais bien remarqué que mon amie avait eu une période de déprime dans la boutique, et je ne comptais poser de questions pour le moment, bien que ma langue commence à me brûler sérieusement. Je devais savoir en tant que curieuse professionnelle. Mais, soit elle allait me le dire de sa propre initiative, soit j'allais lui tirer les vers du nez moi-même, en fin d'après-midi. En attendant, j'allais dénicher une magnifique tenue pour l'anniversaire de Sirius. Et si Alecia avait besoin de mes conseilles d'expertes en la matière, elle n'avait qu'à me demander ! Nous entrâmes dans la boutique, et comme à mon habitude, je sentais comme une montée d’adrénaline m'envahir lorsque je constatais toutes les tenues qui n'attendaient que moi, sagement, sur leur cintre. Je voulais toutes les essayés, mais cela prendrait trop de temps, et ma meilleure amie aurait vite fait de s'arracher les cheveux, après des heures d'attente. Je devais procéder avec méthode et stratégie pour choisir deux ou trois robes à l'essayage. Mais, mes yeux ne savaient où regarder, au contraire d'Alecia, qui ne cessait de revenir face à une même robe courte noire, mais qui a la vue du prix, tentait d'en dénicher une autre. Dans tous les cas, cette robe ne semblait pas correspondre à la Alecia raisonnable... Une idée me passa dans l'esprit, mais je la gardais dans un coin de ma tête, bien à l'abri. De mon côté, il n'y en avait pas qu'une que j'appréciais, mais au moins des dizaines ! Toutes très courtes, et quelque peu provocante tout comme celle sur laquelle avait flashé mon amie. Mais, jouer de mes charmes, c'était belle et bien mon point fort, à présent que je savais que j'étais loin de laisser indifférents les garçons. Après quelques sélections, je filais les essayer et tomber folle amoureuse de la dernière. Elle était parfaite ! Tout aussi noire que la robe qui jouait des tours à Alecia, en dentelle, particulièrement courte, mais qui avait l’avantage de mettre en avant mes longues jambes que j'appréciais tout particulièrement. Plus moulant que cette robe, c'était impossible, mais à présent que je possédais enfin les formes dont je rêvais en 4ème année, je n'allais pas me priver de le montrer. Cette robe avec des talons hauts tout aussi noirs, quelques bijoux tout droit sorti de ma valise, une petite touche de maquillage, et le tour était joué ! Je faillis tomber à la renverse avec les talons hauts que j'essayais actuellement, lorsque je vis mon amie s'approchait de moi, vêtue d'une robe sublime qui lui allait sacrément bien ! Elle était sublime ! Cette robe quelque peu provocante et sensuelle lui correspondait à merveille, bien que je n'aie pas pour habitude de la voire ainsi vêtue. C'est qu'elle allait me faire de l'ombre, la jolie Alecia, ainsi accoutré. Pensais-je en un sourire. Mais, il était étrange qu'elle ait essayée de sa propre initiative. Généralement, elle aurait rechigné si je l'avais moi-même forcée à l'enfiler... Je n'eus pas le temps de me faire le moindre film dans ma tête, qu'Alecia répondit aux questions qui trottaient dans ma tête :

« Alors... Verdict ? Tu vas certainement me demander pourquoi j'ose ça aujourd'hui alors que d'habitude je rechigne affreusement. C'est pour... Rémus en fait. Je veux lui plaire. Enfin, c'est déjà fait, c'est une longue histoire, pour te résumer on s'est embrassés et... Vraiment, Aria, je l'aime passionnément et je veux lui montrer que je n'ai rien à envier à personne. Ce n'est pas un peu trop ? J'ai peur qu'il me dévisage et me dise que j'suis mieux avec un jeans... Il m'a toujours vue naturelle et détachée, mais il est temps de changer un peu, non ? »

Je ne savais quoi dire. J'étais pour le moins surprise par sa révélation, même si j'avais senti le coup venir il y a un bon moment déjà. Rémus & elle ? C'était... Ouah ! J'abordais un immense sourire, ravie pour mon amie. Je ne savais par où commencer... Oh, je n'aurais jamais pu souhaiter mieux pour elle ! Rémus était un type bien, elle méritait quelqu'un comme lui. J'avais la forte envie de sauter de joie en tous sens, mais avec des talons aiguilles, je risquais de finir à St mangouste sans avoir pu donner mon avis sur la chose à Alecia. Et Dieu seul sait comme mon avis était important ! J'étais si excitées qu'une ribambelle de paroles dans de nombreux ordres m'échappèrent, toujours accompagné de ma sincérité radicale :

« - Je... c'est fantastique Alecia ! Je savais qu'entre vous, il y avait quelque chose... Non, c'est réellement fantastique ! Tu mérites quelqu'un comme lui! Je... Oh la la, je ne sais plus quoi dire... Après tout, comment ne pas tomber sous ton charme ? Tu es resplendissante ! Une véritable déesse ! Jamais il ne pourra te dévisager et te dire que tu es mieux en jeans... Sérieusement, tu devrais t'habiller plus souvent de cette façon... Tu es p.a.r.f.a.i.t.e !.. Je ne suis pas un peu trop enthousiasme là? Si ? Il faut que tu me racontes tout cela en détail, je compte sur toi... Tu as raison, il est temps de changer un peu ! Mais, là, c'est un changement de dingue si tu veux mon avis ! S'il n'était pas encore fou amoureux de toi, à présent, il le sera, sans l'once d'un doute."

Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Alecia L. Lukeither

avatar

Élève ♣ Poufsouffle - 6ème année

Élève
Poufsouffle - 6ème année


▌Age : 23
▌Parchemins : 1393
▌Points de Rp : 200
▌Initiation magique : 19/11/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 16
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Deux blondes valent mieux qu'une || PV Aria   
Mar 5 Fév - 5:13




Aria avait le don de me mettre en confiance dans les situations un peu délicates, ces moments où je cédais un temps soit peu à la mode ou à l'image que je voulais renvoyer de moi. La Gryffondor était magnifique dans ses robes. Elle avait de quoi faire tourner des têtes et savait parfaitement se mettre en valeur. Parfois je regrettais de ne pas avoir son sens du goût, des années à ne pas faire attention à moi et voilà qu'à l'heure des efforts, je coulais comme le Titanic au milieu de ces vagues de possible superficialité. J'étais assez forte pour soutenir le regard des autres, mais je ne pouvais pas dire que ça ne me faisait rien de me faire par exemple dévisager. Il m'arriva parfois d'être jalouse de la beauté d'Aria, mais en l'instant...

Les paroles débitées comme la foudre de mon amie me firent horriblement rougir autant qu'elles m'emplirent de joie. Selon elle, j'étais parfaite dans ce genre de vêtements, et si je ne faisais pas déjà tourner la tête de Rémus, ça ne tarderait pas. J'éclatai de rire, un rire tonitruant éclatant à travers le magasin. Je me regardai encore dans un des miroirs en face de moi, tournant, et tournant encore sur moi-même pour me certifier que le choix était bon. Restait à payer l'addition.


    « Tu sais Aria, tu n'as rien à m'envier. Vraiment, tu es une femme magnifique, suffit de voir comment Sirius te regarde parfois. Ça ne m'étonnerait pas qu'il essaie de t'attraper dans ses filets. »


Il fallait aussi dire que Sirius n'était pas un garçon auquel on pouvait résister, sauf si on le détestait bien sûr, mais ça restait encore à prouver. Je ne souhaitais pas m'avancer plus que ça, j'avais beau connaître Sirius de mieux en mieux, je ne pouvais pas prédire ses réactions, et Aria devait être assez grande et assez expérimentée pour pouvoir agir seule, non ? Enfin, si elle avait besoin de moi, il était clair que je n'allais pas rechigner à lui filer un coup de main, même si j'étais certaine de ne pas être d'une grande aide au final. C'était plus son domaine à elle, et elle était plus en mesure que moi de conseiller autrui, surtout qu'elle était déjà sortie avec James, elle était donc à même de savoir ce qui l'attendait. Je ne changeais pas d'opinion pour autant : James et Sirius avaient beau être des charmeurs, je savais que ce dernier n'était pas du genre à faire autant collection que son ami. Tant qu'Aria ne se faisait pas jeter comme une malpropre, tout allait bien pour moi, mais si Sirius venait à lui faire du mal, il entendrait parler du pays ! Solidarité féminine avant tout !

Je retournai dans la cabine pour me changer et récupérer mes vêtements. J'étais décidée à me faire un peu de mal et à acheter cette robe. Je souriais gaiement à mon amie, bien contente d'avoir reçu un compliment sincère et de ne pas l'avoir vue au contraire me jeter des gros yeux en me demandant si je n'étais devenue folle entre-temps. J'attendais que mon amie ait fini de son côté pour pouvoir passer à la caisse. J'utilisai ce temps pour sortir l'argent nécessaire et le garder dans ma poche de jeans. Une fois qu'elle fut sortie, j'eus en effet envie de lui parler de Rémus. Mais que dire ? Il n'y avait pas grand chose à dire sur ce changement de situation, si ce n'est ô combien je trouvais cet homme merveilleux, beau, intelligent, toute une ribambelle de compliments qui me sautaient aux yeux... Je n'avais pas non plus envie de paraître rabat-joie à toujours parler de lui, je savais que ça en gaverait plus d'un, mais pas Aria j'imagine.


    « Tu sais... Il n'y a pas grand chose à dire. Ça faisait certainement pas mal de temps déjà que ça germait, enfin, pour ma part j'imagine. »


Je repensais à cette prédiction de Ron Weas au premier cours de divination. Outre l'annonce de ma mort avec peu de tact, il y avait eu la possibilité que je tombe amoureuse d'un « lion blond ». Finalement c'était arrivé, dans les mêmes conditions que celles prévues. Je me mordis la lèvre en tâchant d'oublier le reste, me persuadant que bien évidemment, ça ne voulait rien dire pour la suite.

    « J'ai déjà été jalouse au bal, parce qu'il est venu avec quelqu'un d'autre, mais c'était ma faute, je ne l'ai pas invité. Puis, quelques jours plus tard à la bibliothèque, j'ai encore failli me battre avec des serpents, et il est intervenu. De fil en aiguille... Je ne sais pas, j'ai eu l'impression de devoir lui dire ce que j'avais sur le cœur. Disons qu'il a été le premier à se montrer relativement proche, j'ai bien cru qu'il allait se déclarer, mais au dernier moment, il s'est arrêté, de peur que je le rejette j'imagine. Puis... Je lui ai dis que je l'aimais, il en a fait de même et... »


Je sentais mes joues s'empourprer, et mon cœur se remplir d'un feu intense. Le seul souvenir des lèvres de Rémus sur les miennes, dans un baiser passionné, accompagné de sa main dans mes cheveux, et l'autre pour serrer mes doigts, me mettait dans tous mes états. C'est comme si l'un comme l'autre, on aurait voulu fusionner, qu'on n'aurait voulu en aucun cas laisser filer l'autre. Malheureusement il avait fallu se quitter, et j'étais restée toute la soirée béate dans mon lit, à me demander si tout ça avait été réel, ou simplement un rêve. Ça avait beau être les vacances, je n'avais pu le revoir depuis, et il me manquait atrocement. Je n'attendais qu'une chose : qu'il me prenne dans ses bras, car il n'y avait au fond que là où je me sentais bien.

    « Je l'aime vraiment, maintenant que je m'en rends compte... Je crois qu'il n'y a personne au monde que j'aime autant. »


Je me dis aussi, qu'un jour ou l'autre, je devrais me montrer sincère avec lui, lui exposer mes faiblesses, lui faire part de mes peurs... Mais comment réagirait-il si je lui disais « Tiens, on m'a prédit que j'allais mourir, et le prof ne m'a même pas dit le contraire ! Sinon, tu me passes les yeux de poisson ? ». Mal, sûrement, ou alors il me dirait que ça ne veut rien dire, qu'il ne préfère pas y penser.

    « Tu ne penses pas que c'est stupide au moins ? Surtout à notre âge. On est encore jeunes je sais, des gamins aux yeux de certains mais... Je ne m'imagine pas être avec quelqu'un d'autre que Rémus. C'est comme ça, et je suis têtue. Moi je ne le laisserai jamais tomber. »


Je souriais bêtement, et tapotait mes joues pour essayer de revenir à autre chose. Je tenais fermement la robe entre mes doigts, et n'attendais qu'une chose : Aller payer le plus rapidement possible pour ne pas avoir de regrets.

    « Sinon, on file à la caisse ? Et pas de coup fourré, hein ! C'est moi qui la paye, cette robe. En plus, tu dois me dire si toi, de ton côté, Sirius te plaît ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Millenium-Argentic.deviantart.com/
Who are You ?
Invité

avatar


Invité




MessageSujet: Re: Deux blondes valent mieux qu'une || PV Aria   
Jeu 7 Fév - 7:10


Lorsque je m'adressais à une personne, aucun mensonge ne venait s’immiscer entre nous. Je ne savais pas le moins du monde mentir, et j'avais la sacré manie de ne dire que la vérité et toute la vérité, bien que j'eusse parfois essayé de mentir. Mes tentatives avaient frôlé la catastrophe, mais j'assumais parfaitement ce détail de mon caractère. Il suffisait seulement de faire avec. Bien que parfois, ma sincérité radicale brisa quelques liens très forts. Mais, qui pouvais-je ? Je me devais de dire par tous les moyens existant de dévoiler le fond de ma pensée. Et en ce moment, je venais de déferler un flot de paroles tout droit sorti de mon cœur. Alecia était réellement magnifique, et jamais je n'aurais osé lui mentir -même si le mensonge avait été ma profession, ce qui n'était pas le cas-. Rémus allait être charmé, j'en étais certaine. Je voyais la Poufsouffle virer au rouge sous le flot de compliment que je venais de lui déverser, puis son rire résonna dans la boutique. Son rire semblait contagieux, si bien que je ne pus m'empêcher de rire avec elle. Elle paraissait si heureuse ! J'étais enchanté de l'effet qu'avaient produit mes paroles, c'était le cas de le dire. J'adorais la joie qu'émanait Alecia, et je m'y accrochais comme à un radeau. Rire, sourire, être heureux semblait si facile... alors qu'en ces temps sombres, beaucoup ne parvenaient plus à garder la moindre once positive en soi. Ce qui était loin d'être mon cas, bien que comme tant d'autres je m'attendais au pire. Pourtant, je n'en montrais rien et poursuivais ma vie, mes habitudes comme si de rien n'était. Et j'étais certaine qu'il s'agissait de la meilleure solution. Mon amie se regardait, tournant et tournant sur elle-même en riant. Cette robe lui allait à merveille, et convenait parfaitement au type de soirée prévu. J'étais aussi satisfaite de la mienne, que j'appréciais énormément. Il ne faisait aucun doute qu'il s'agissait de la bonne tenue. Certes, le prix était plus ou moins exorbitant, mais cela valait le coup. Je me demandais un instant combien devait coûter la robe d'Alecia, et l'idée qui m'avait traversé l'esprit un peu plus tôt revint à la charge. C'était le cadeau parfait que je souhaitais lui offrir, non ? Encore fallait-il que je puisse la convaincre. Dur.

« Tu sais Aria, tu n'as rien à m'envier. Vraiment, tu es une femme magnifique, suffit de voir comment Sirius te regarde parfois. Ça ne m'étonnerait pas qu'il essaie de t'attraper dans ses filets. »

Probablement, mais je savais que Sirius avait pour habitude de prendre dans ses filets un tas de filles différentes. Dont ses groupies insupportables qui ne pouvait s’empêcher de le suivre en hurlant comme des dingues. De véritable folle, qui devrait se détendre un peu. Je n'avais encore jamais vu auparavant de pareils excités. Personnellement, je plaignais le Gryffondor d'avoir à supporter pareil attroupement. Si j'étais lui, je les aurais déjà toute cloués sur un mur pour le restant de leur jour avec du scotch double face sur leurs sales bouches. Mais, je n'étais pas Sirius donc... Je lançais un sourire à mon amie qui partit se changer dans une cabine. Je n'étais pas une fille très complexée qui passait son temps à se peser ou bien à constater le dégât qu'avaient causé les boutons -pour faute d'en avoir...-. Cette année, je savais que je ne laissais pas indifférente les garçons, mais au final, je me fichais de cela. J'attendais toujours l'âme sœur, avec patiente. Ce qui était bien rare, chez moi. La patiente et moi n'avions jamais fait bon ménage. Je partis me changer à mon tour dans une cabine, et en ressortis couverte de la tête aux pieds par de simples vêtements qui n'avaient rien de la beauté de la robe que je tenais dans mes bras, comme s'il s'agissait d'un vase extrêmement fragile. Je me dirigeais vers mon amie, qui semblait prêtre à me parler de Remus. Tout excitée, je l'écoutais, ravie qu'elle me parle aussi ouvertement :

« Tu sais... Il n'y a pas grand chose à dire. Ça faisait certainement pas mal de temps déjà que ça germait, enfin, pour ma part j'imagine... J'ai déjà été jalouse au bal, parce qu'il est venu avec quelqu'un d'autre, mais c'était ma faute, je ne l'ai pas invité. Puis, quelques jours plus tard à la bibliothèque, j'ai encore failli me battre avec des serpents, et il est intervenu. De fil en aiguille... Je ne sais pas, j'ai eu l'impression de devoir lui dire ce que j'avais sur le cœur. Disons qu'il a été le premier à se montrer relativement proche, j'ai bien cru qu'il allait se déclarer, mais au dernier moment, il s'est arrêté, de peur que je le rejette j'imagine. Puis... Je lui ai dis que je l'aimais, il en a fait de même et... »


J'écoutais attentivement Alecia, dont les joues s'étaient empourprés. Je savais qu'elle devait penser au souvenir de ladite déclaration, et je ne pus retenir un sourire à l'idée que mon amie avait trouvé la parfaite âme sœur. Plus visible que l'amour qu'elle luit portait, il n'y avait pas. Ses yeux débordaient de cet amour à son égard, et sa voix changeait quelque peu lorsqu'elle parlait de lui. Ce n'était pas qu'une simple amourette passagère, j'en étais certaine. De plus, si elle avait été jalouse, cela voulait tout dire. En ce qui concernait Rémus, je savais qu'il ne l'aurait pas embrassé s'il ne l'aimait pas. C'était la version sage des maraudeurs, il ne pouvait être qu'un type bien. Dans tous les cas, il avait tout intérêt à ne pas briser le cœur de ma meilleure amie, sinon il aurait affaire à moi. Et Dieu seul savait comment j'étais lorsque la colère me prenait. Une véritable meurtrière.

« Je l'aime vraiment, maintenant que je m'en rends compte... Je crois qu'il n'y a personne au monde que j'aime autant. »


Mon sourire ne fit que s'élargir. C'est que quand la Poufsouffle était amoureuse, elle l'était réellement! À moins qu'elle ne soit une très grande actrice. Je sentais tout l'amour qui irradiait de son corps à l'adresse de Rémus, et je me demandais comme cela était possible d'aimer autant une personne.

« -Oh, même pas ta bonne vieille amie Aria ? ... ironisais-je. Je suis vraiment très heureuse pour toi. Rémus a bien de la chance, dis donc. »

À présent, je parlais clairement. L'effet de la surprise s'était dissipée, et je ne ressemblais plus à une vieille hystérique ne sachant même pas aligner deux mots devant l'autre. Je l'enviais quelque peu, mais n'en montrais rien. Il n'était pas donné à tout le monde de vivre une véritable histoire d'amour, et pour ma part, j'avais toujours eu quelques ennuis dans ce domaine. Ce n'était jamais la bonne personne. Et je ne pensais pas n'avoir jamais donné la moitié de l'amour qu'Alecia portait à Remus à quelqu'un. Qui sait ? J'allais peut-être rester à jamais une célibataire. Enfin, j’espérais tout de même que ce ne serait pas le cas. Vous imaginez vivre seul dans une maison, sans parler à personne durant des heures? Horrifiant.

« Tu ne penses pas que c'est stupide au moins ? Surtout à notre âge. On est encore jeunes je sais, des gamins aux yeux de certains mais... Je ne m'imagine pas être avec quelqu'un d'autre que Rémus. C'est comme ça, et je suis têtue. Moi je ne le laisserai jamais tomber.
- Stupide? Non, je trouve ça simplement... génial ! Justement, ce n'est pas donnée à tout le monde à notre âge de vivre une telle histoire. Alors, accroches toi y coûte que coûte. Je sais que je peux compter sur toi sur ce fait. ». répondis-je avec un sourire complice.

Pour être têtue, Alecia l'était. Autant que moi, alors c'était pour dire. À nous deux, nous formions LE duo du siècle. Mon amie tapotait ses joues, comme pour revenir à la réalité, submergé par le poids des souvenirs probablement. L'amour rendait bête disait-on... Je n'y croyais pas une seule seconde. L'amour rendait fort. C'était une certitude. Malheureusement pour moi, Alecia reprit ses esprits et elle était loin d'avoir oublié mon air déterminé pour lui offrir un cadeau.

« Sinon, on file à la caisse ? Et pas de coup fourré, hein ! C'est moi qui la paye, cette robe. En plus, tu dois me dire si toi, de ton côté, Sirius te plaît ! »

Hum... Si Sirius me plaisait? Je n'avais encore jamais réfléchi à la question. Ou peut-être que si... Enfin, peu importait. Il fallait absolument que parvienne à lui payer la robe. Je me devais au moins de tenter une méthode pour l'amadouer. Oh là, mon défi se compliquait ! J'aurais dû me douter qu'avec Alecia, il était quasi impossible de lui offrir la moindre chose. Avec un regard suppliant, je m'approchais d'elle et commençais mon discours soigneusement recherché :

« -Sûr ? Il faut absolument que je t'offre un cadeau pour rattraper Noël. Et si ce n'est pas assez comme argument, ce cadeau généralisera tes cadeaux de Noël pour les trois prochaines années . Et le nouvel an se fête ! Il s'agit d'un motif également. Ou bien ce cadeau sera en l'honneur de notre amitié, et de la confiance qui nous lient. S'il te plaît ! Tu ne peux pas savoir à quel point cela me ferait plaisir que tu acceptes ! Ce serait pour moi ton cadeau. Tu ne peux pas refuser... Je te paye au moins la moitié de la robe, alors... »

Je lui lançais mon sourire le plus sincère, en espérant que ces quelques paroles durement recherchées feraient l'affaire. Si ce n'était pas le cas, je ne comptais pas baisser les bras immédiatement. Nous allions certainement nous rendre dans un tas d'autres boutiques, par la suite alors, j'avais tout mon temps. Peut-être que répondre à sa question en ce qui concernait Sirius l'amadouerait. Ou peut-être étais-je trop naïve. Je connaissais très bien Alecia, et je savais que si elle acceptait mon offre, ce serait le miracle du siècle. Mais qui n'essaie rien n'a rien, non ? Avec un sourire, je répondis à sa question honnêtement, sans la moindre gêne :

« - En ce qui concerne Sirius, je pense qu'il est trop tôt pour déclarer s'il me plaît ou non. Mais, je l'apprécie énormément, et qui sait peut-être qu'au fond je ressens quelque chose pour lui ? Aucune idée, pour le moment. Mais, je te préviendrais s'il y a de nouveau, promis. »
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Alecia L. Lukeither

avatar

Élève ♣ Poufsouffle - 6ème année

Élève
Poufsouffle - 6ème année


▌Age : 23
▌Parchemins : 1393
▌Points de Rp : 200
▌Initiation magique : 19/11/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 16
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Deux blondes valent mieux qu'une || PV Aria   
Ven 8 Fév - 5:38




C'était rassurant de voir qu'enfin quelqu'un me comprenait sur le sujet des sentiments. Enfin, qui ne me dise pas qu'à mon âge, je n'avais pas à parler d'âme-soeur, de coup de foudre, d'amour durable... L'avantage d'être amie avec une personne comme Aria, qui me ressemblait beaucoup, c'était qu'au moins on se comprenait vraiment, on avait pas à se lancer dans des explications affreusement longues. Le défaut de cette forte relation d'amitié, c'est que malheureusement, on ne pouvait vraiment se mentir l'une à l'autre. Je m'estimais d'ailleurs heureuse d'avoir tenu autant de temps sans qu'elle ne découvre mes problèmes. Je savais pourtant qu'un jour ou l'autre, je serais amenée à lui dire la vérité, indéniablement. Surtout sur ma situation familiale et sociale. Le problème, c'était qu'Aria était en dernière année, qu'elle aurait fini ses études à Poudlard d'ici six mois et qu'elle irait certainement s'installer loin, si ce n'est dans un autre pays, donc ce n'était pas comme si je pouvais lui demander de m'héberger en Angleterre si elle voulait voyager à l'étranger. Sirius vivait chez James aux dernières nouvelles, je connaissais mal la famille de Chris pour prétendre lui demander un coup de main. Non, j'en parlerais à ma meilleure amie après l'anniversaire de Sirius, parce que justement cette après-midi me prenait trop de temps et de concentration. Une fois la fête passée, j'aurais tout le temps de parler à mes proches.

Le comportement d'Aria m'amusait fortement et j'étais sûre qu'elle chercherait un plan pour me faire céder. Et c'est qu'elle était plutôt douée à ce petit jeu, j'aurais presque cru à du chantage affectif si je ne savais pas à quel point mon amie rouge et or était une femme honnête. Et puis comment résister à un plan aussi bien monté ? Je me sentais déjà coupable d'ailleurs. Franchement, de mon point de vue, ça ne se faisait pas de se laisser offrir des cadeaux alors qu'on ne pouvait pas rendre la pareille. Il était clair que j'allais lui offrir un cadeau pour son anniversaire de ce fait. Mais j'étais contente de pouvoir attraper la perche qu'elle venait de me tendre. Un cadeau pour trois ans, n'est-ce pas ? Voilà qui devrait faire un bon dilemme.


    « Bon... D'accord pour la robe, mais pas de cadeau de Noël les trois prochaines années ! Ou t'auras le droit à mon pied dans tes petites fesses ! »


J'éclatai de rire en cédant, lui donnant ma robe entre les mains en levant les yeux au ciel. Sacrée Aria ! Arrivée à la caisse je m'en mordis presque les doigts. Autant j'étais mal à l'aise, autant les presque aveux de mon amie firent passer le paiement de toutes ces tenues. Je ne voulais pas m'avancer, mais j'avais vraiment l'impression que Sirius ne laissait pas indifférent Aria ! Néanmoins, elle était bien assez intelligente pour ne pas adopter un comportement de groupie extasiée et c'était rassurant. Néanmoins, j'espérais qu'elle reste sur ses gardes. Sirius avait beau être un vrai nounours quand on le connaissait, il n'en restait pas moins un charmeur né. Aria avait beau être déjà sortie avec James et donc, avoir eu un aperçu des coups durs, ce n'était jamais facile de se prendre ce genre de tuiles... Enfin, j'imagine. Malgré tout, si j'étais à la place d'Aria, je n'hésiterais pas. Attirer l'attention de Sirius n'était pas chose aisée, et si elle arrivait à lui mettre le grappin dessus pour de bon après l'avoir bien fait mariner, elle aurait tout mon respect !

    « Je compte sur toi pour me tenir au courant en effet ! Mais fais attention à toi quand même, je sais que tu es grande, et que tu as plus d'expérience que moi en la matière, mais quand même. Ne laisse personne briser ton cœur, Aria. »


Une fois dehors, à l'air libre -bien que froid, je me sentais un peu mieux, loin de toutes ces étiquettes imprimées de prix incroyables et de la tentation de tout et n'importe quoi. L'heure avait bien plus tourné que je ne l'imaginais, et l'idée de rentrer alors que la nuit tombait ne me plaisait pas vraiment, bizarrement, alors que quelques heures auparavant j'étais la première à vouloir vagabonder dans la Forêt Interdite ou dans la Cabane Hurlante. Décidément j'étais vraiment lunatique ces temps-ci. Je me dis qu'un petit tour aux Trois Balais, histoire de boire une petite bière au beurre, ce serait pas de refus avant de rentrer. Aussi je proposais à Aria d'aller s'y poser avec nos sacs pleins de robes, histoire de se mettre au chaud en vitesse. Ah, je n'aimais vraiment pas le froid ! Je repensai à la main de Rémus, et ses lèvres, brûlantes, bien plus chaudes que ma propre peau, ce qui me donna des frissons. Qu'est ce que ça donnerait avec ses bras, ou son corps tout entier ?

Je ravalai ma salive, ne doutant pas qu'avec ce genre de pensées, j'avais une fois de plus viré au rouge, bien malgré moi. Et que pouvais-je y faire ? Que toute personne sensée me dise qu'il n'y pense jamais, surtout en étant en couple, et là je pourrais dire que je suis une perverse. Mais je le suis pas ! C'était plus fort que moi de toute façon...

Une fois à l'intérieur des Trois Balais, je filai m'asseoir à une table libre avec mon amie Gryffondor. Il n'y avait pas l'air d'avoir beaucoup de monde, chose normale puisqu'on était en pleine semaine, les gens travaillaient certainement alors que nous, élèves, étions encore en vacances à ce moment là. En y réfléchissant bien, je n'avais plus tellement de choses à dire à Aria si ce n'est mes difficultés. Sans trop entrer dans le sujet, évidemment.


    « Hum, et sinon, tu comptes faire quoi après Poudlard ? Ou même pendant ces vacances. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Millenium-Argentic.deviantart.com/
Who are You ?
Invité

avatar


Invité




MessageSujet: Re: Deux blondes valent mieux qu'une || PV Aria   
Mer 13 Fév - 5:57


J'avais donné le meilleur de moi-même pour la faire céder, comme dans mes habitudes. Qu'elle accepte ma proposition me ferait énormément plaisir. J'adorais peindre un sourire sur le visage de ma meilleure amie. Mais, pour y parvenir encore fallait-il qu'elle accepte ma proposition. Je ne manquais aucunement d'argent, et rien de mieux que de dépenser son argent pour une amie comme Alecia. De plus, cette robe lui allait à merveille et il ne faisait aucun doute qu'elle lui plaisait énormément. Je la regardais d'un regard suppliant, attendant sa réponse avec impatiente. Au pire des cas, je lui trouverais un autre cadeau qui égalerait la beauté de ce dernier. Mais, cela risquerait d'être un poil plus difficile. Il est vrai que la robe qu'elle avait choisie était m.a.g.n.i.f.i.q.u e ! Elle était si ravissante revêtue avec! Pas qu'elle ne l'était pas à l'ordinaire, tout au contraire. J'avais toujours admiré la beauté de mon amie, bien que cette dernière n'en soit conscience. Mais, je n'en étais jamais allé jusqu'à l'envier. J'étais très bien dans ma peau, et je ne voulais en aucun cas en changer. Mon apparence physique n'était pas à plaindre. Mes paroles faisaient penser à un chantage affectif, mais ce n'était rien de cela. Ce genre de comportement n'était pas mon genre. Alecia semblait réfléchir à ma proposition en y accordant un certain intérêt, ce qui signifiait qu'il y avait de forte chance pour qu'elle accepte. Il était bien rare de demander l'avis d'une personne pour lui offrir un cadeau, mais connaissant la jaune et noir, elle n'aurait pas aimé que je débarque avec un cadeau sous la main que je lui imposerais. Finalement, à mon plus grand bonheur elle céda, en ajoutant bien que je ne devrais lui offrir de cadeau de Noël pour les trois prochaines années. À moins de vouloir subir les foudres de la jeune Poufsouffle. Elle éclata de rire, et ravit, je l'imitais. Je sentais comme une vague de bonheur m'envahir, et sans pouvoir m'empêcher de faire des petits bonds, je saisis la perle rare qu'elle tenait dans ses bras et me dirigeait droite vers les caisses, avant qu'elle ne puisse changer subitement d'avis. Je la voyais du coin de l’œil, prête à se mordre les doigts, affreusement mal à l'aise et pour détendre l'atmosphère je lui répondis au sujet de Sirius. Elle parut apaiser, et je m'empressais de payer les deux robes avec un sourire au vendeur qui paraissait ravi de mes achats. Il faut dire que ces robes étaient loin d'être donné, mais il se trouvait que c'était pour la bonne cause, alors... Alecia, en bonne amie qu'elle était me donna quelques conseils pour éviter de me faire de nouveau briser le cœur par un des maraudeurs. Mais, je n'étais plus la même fille qu'en quatrième année où James m'avait effectivement plus ou moins brisé le cœur, bien que notre relation semblât plus hormonale qu'autre chose. J'étais à présent prête à tout, et ma confiance était loin d'être acquise en un coup de baguette magique. Il en fallait bien plus. Et par expérience, je savais que Sirius avait pour habitude de collectionner les jolies filles, alors au grand jamais je ne comptais me faire avoir dans ses filets avant d'être certaine qu'il ne s'agissait pour lui que d'un amour passager. Tout comme avec n'importe quel autre garçon. J'étais forte, et mes histoires de cœur précédentes m'avaient bien endurci, si bien que je savais à présent faire faire mariner avec soin mes prétendants. Ou du moins, je m'en croyais capable.

Nous sortîmes de la boutique, Alecia d'un pas bien plus pressé que le mien. Elle avait probablement peur de se faire envouter par quelques vêtements tout aussi sublimes que sa robe, et cédait à la tentation. Ce qui semblait plus être mon style que le sien. Plus d'une fois, cela m'était arrivé et avait failli à mes galions qui semblaient si peu nombreux une fois les achats terminés. Le froid mordant vint fouetter mon visage pâle avec une ardeur déconcertante, si bien que mes joues avaient viré au rouge vif tout comme Alecia. Mais, un pressentiment me disait qu'une raison autre que celle-ci avait donné cette couleur digne d'un coucher de soleil à ses joues. Néanmoins, je m'abstins de commentaire, mais je ne pus retenir un petit sourire. Nous nous rendîmes avec une certaine hâte aux Trois balais, évitant de justesse une rafale de froid. Une fois à l'intérieur, je poussais un soupir de contentement en sentant la chaleur de la pièce m'assaillir. En compagnie de la jaune et noir, j'allais m'installer à une table libre, remarquant qu'il n'y avait que peu de monde. Chose normale étant donné que nous étions en semaine, et que la plupart des gens travaillaient. Alecia me posa alors une question inattendu : ce que je comptais faire à la fin de l'année, durant les vacances et après Poudlard. J'avais déjà réfléchi à la question, mais à la simple idée qu'il s'agissait de ma dernière année dans ce château, que je considérais comme ma seconde maison, me révoltait. Quitter mes amis, et ces lieux me procurait une certaine appréhension, ainsi que le vaste monde qui n'attendait que moi. J'avais depuis longtemps déjà, l'ambition de devenir Auror, mais encore fallait-il que je réussisse mes ASPICs. Chose plutôt complexe. Mais, j'y croyais. J'avais bien réussi mes BUSEs alors pourquoi pas les ASPICs ? Il suffisait d'un peu de persévérance, et le compte y était. Du courage. Mais, je n'aimais pas l'idée que l'année prochaine, je ne verrais qu'en de rares occasions Alecia, qui allait me manquer au plus haut point. Avec un petit sourire, je répondis à mon amie avec un petit sourire :

« -Oh, je pense que durant les vacances, je vais chercher un appartement douillet où habitait près de Londres. Puis, si je réussis mes ASPICs, je vais certainement suivre une formation de 3 ans pour devenir une Auror, comme j'en ai toujours rêvé. Mais, je te promets que je te rendrais visite lors des vacances... Et si tu as besoin de quoi que ce soit, d'une quelconque aide, je serais toujours là pour toi. »

Je savais que mon amie avait quelques problèmes ces temps-ci. Ou du moins, il s'agissait d'un pressentiment. Dans tous les cas, j’espérais qu'elle n'hésiterait pas à me les dévoiler tôt ou tard, et à me demander une aide si elle en avait le moindre besoin. J'étais là pour cela, non?
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Alecia L. Lukeither

avatar

Élève ♣ Poufsouffle - 6ème année

Élève
Poufsouffle - 6ème année


▌Age : 23
▌Parchemins : 1393
▌Points de Rp : 200
▌Initiation magique : 19/11/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 16
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Deux blondes valent mieux qu'une || PV Aria   
Ven 22 Fév - 5:17




Ce qui était bien avec Les Trois Balais, c'est qu'ils servaient l'excellente bière au beurre tant appréciée des élèves de Poudlard qui s'aventuraient à Pré-au-Lard. Je me souviens encore de la première fois que j'en avais pris une pinte, ici-même, avec Rémus. J'avais été plus que perplexe sur cette boisson, mon esprit de née-moldue s'étant mis en route ; je m'étais imaginé de la bière dans lequel on y avait casé un gros morceau de beurre, le tout remixé et servi. J'avais fait la grimace, avait rechigné à goûter, sans compter sur l'insistance du lion blond, après quoi j'étais presque devenue accro à cette boisson s'avérant être plus que délicieuse et ben suc rée, tout ce que j'aime. Cela contribuait beaucoup à me mettre à l'aise et à me remonter le moral.

Demander à ma meilleure amie ce qu'elle prévoyait pour les vacances était un subtil moyen pour enfin lui exprimer ce que j'avais sur le cœur, mes problèmes, la honte que j'éprouvais et la rancoeur que je ressentais vis-à-vis de mes parents moldus, qui ne comprenaient rien à rien et pour qui la magie faisait plus office de sorcellerie bonne à tuer. Malheureusement, avec la montée au pouvoir des sorciers adeptes de magie noire, on ne pouvait que leur donner tord à moitié. Aria me conta ses projets, celui de devenir Auror, voie devenue bien plus risquée depuis quelques temps mais tout à son honneur tout de même, sur le fait qu'elle chercherait un appartement, me rendrait visite et m'aiderait au cas où. Déjà, les visites chez moi d'amis sorciers étaient impossibles de base, car mes parents ne voulaient en entendre parler sous aucun prétexte, mais maintenant que je n'avais plus de toit au dessus de la tête en dehors de Poudlard, l'ironie tragique de ma situation me fit doucement rire.

Pouvoir compter sur Aria et avoir confiance en elle était une porte de secours non négligeable. Elle avait eut brièvement vent de ma situation, sur le caractère serpentesque de mes parents, donc il était inutile de lui cacher plus longtemps dans quelle galère j'étais. Après mon dernier saut chez moi pour récupérer toutes mes affaires, je ne reverrais plus ma famille. Jamais. Mon indépendance me tombait sur le nez d'une façon très peu joyeuse, quoi que je saluais quand même la relative désense de mes parents à me laisser de l'argent en guise d'adieu définitif. Je ne pouvais m'imposer chez Rémus, en ne sachant absolument où et comment il vivait. Je ne pouvais m'arranger avec Sirius, il vivait déjà chez James, et je ne me voyais pas demander à James de ce fait, pour me retrouver entre les pires dragueurs de l'école, à défaut de les adorer... Non merci. J'avais de la volonté, mais pas à ce point.


    « A vrai dire... J'aurais bien besoin que tu m'aides cet été. Comment dire... Mes parents m'ont mise dehors, avec un peu d'argent, juste histoire de pas se sentir trop coupables, tu vois ? Comme ma majorité approche, ils ne veulent plus de moi, ils savent qu'ils n'auront plus à s'occuper de moi. Résultat, cet été, je vais me retrouver à la rue. Alors... Si tu pouvais voir avec tes parents, ou même si toi tu pouvais me dépanner juste cet été, ou au moins un mois... Rassure toi, je partagerai le loyer avec toi, sans problème, je pense pas être si fauchée que ça... »


Voilà que je rougissais, mais de honte cette fois. Je détestais ça, me reposer sur les autres, ou dépendre d'eux, les déranger et les mettre sous le fait accompli, du genre « Si tu m'aides pas, tu contribues à ce que ma vie soit un merdier pas possible », très peu pour moi. Pourtant, une main m'étais tendue de bon cœur, alors pourquoi j'allais refuser cette fois ? Pourquoi me laisser couler alors qu'on voulait m'aider ? A ce moment je pensai qu'il serait pire de ne rien dire et de laisser tout le monde découvrir où j'en étais arrivée, que d'accepter de l'aide et arrêter de jouer les têtes dures. Je savourais tant bien que mal ma pinte de bière au beure en découvrant la réaction de mon amie, misère !

J'étais sûre de m'en prendre plein les dents pour n'avoir rien dit, même si la lettre de mes parents était toute fraîche. Même si mon amie rouge et or ne me connaissait pas depuis très longtemps, ayant à peu près le même caractère, elle me passerait certainement un savon parce que j'aurais très bien pu ne rien dire et m'enfoncer toute seule. Néanmoins, je ne voulais en aucun cas m'imposer chez la lionne ni être en froid avec elle à ce sujet. Je venais de faire un énorme effort pour lui avouer que j'avais plus que jamais de gros soucis. Ne restait plus qu'à attendre sa réponse, finir notre boisson pour retourner tranquillement à Poudlard pour vaguer à d'autres occupations.


    « Néanmoins, gare ça pour toi... N'en parle à personne. Si Rémus doit être au courant, je préfère que ce soit moi qui lui dise. J'ai tellement de choses à lui dire... »


Je baissai la tête, de nouveau gênée. Les semaines à venir allaient être dures.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Millenium-Argentic.deviantart.com/
Who are You ?
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Deux blondes valent mieux qu'une || PV Aria   

Revenir en haut Aller en bas
 

Deux blondes valent mieux qu'une || PV Aria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Achat]Deux queues valent mieux qu'une.
» Deux soeurs valent mieux qu'une....[PV Famille Cadell]
» Deux étalon qui s'entendent bien valent mieux que 1000 juments en furie [PV Khandray] [A archiver]
» Avez-vous déjà vu deux blondes dans un magasin ? Maintenant oui... [Jessica Farelly]
» Deux Blondes dans une laverie. [ft. Audrey M. McCarter]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Alohomora ♣ ::  :: Pré-Au-Lard :: Les ruelles-