AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Alohomora

Consultez régulièrement les nouveautés ici
Pensez lorsque vous vous inscrivez
à prendre un Prénom et un Nom.

15 lignes minimum dans le Rp et 20 lorsque vous ouvrez un sujet

Le nouveau design est arrivé !

Design n°5 le 09/04/2012 par Kyana.

Venez voter pour faire gagner votre maison !

C'est toutes les deux heures ici.
Dans le Rpg, nous sommes passé au mois de Novembre et Décembre 1976 !

Pour vous y retrouver, consultez le calendrier.

 

 Mana O'Neill

WIZARDHIBOUX
Who are You ?
Mana O'Neill

avatar


Professeur ♣ Astronomie


▌Age : 25
▌Parchemins : 108
▌Points de Rp : 30
▌Initiation magique : 17/06/2011


On a des curieux ici...
♣ Age: 26 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Mana O'Neill   
Mar 26 Fév - 12:14



❥ O'NEILL&Mana
Ft Evangeline Lilly - © CREDIT GIF

Personnage : Inventé Poste vacant

'' Fiche d'identité :
Nom : O'Neill
Prénoms : Mana Helena
Date de naissance : 08/08/1944
Age : 32ans
Pays de naissance : Angleterre
Ancienne maison à Poudlard : Serdaigle
Sang : mêlé
Ville d'habitation : Poudlard
Baguette : Bois de vigne, crin de licorne, 24cm, flexible
Camp : Ordre
Epouvantard : Nosferatus


'' Il était une fois ...
Je n'ai jamais vraiment raconté mon histoire, je n'aime pas que les gens s’apitoient sur mon sort. C'est dans mon caractère, en fait je suis une personne au tempérament naturel plutôt joyeux. Enfin pour comprendre mon histoire il faut commencer du début. Pas ma naissance, mais plutôt la rencontre de mes parents.

Ma mère et mon père se sont rencontrés dans un lieu moldu : le planétarium. Mon père était un sorcier d'un naturel curieux, alors quand il avait entendu parlé de cette technologie moldue, il s'est immédiatement rendu sur les lieux. Pour maman c'était plus simple : elle aimait les étoiles, le ciel, elle aimait rêver. Souvent, pendant ses après-midi de pause, elle allait au planétarium s’asseyait et observait. Elle n'observait pas uniquement les étoiles, les passants étaient de bons sujets d'étude également pour elle. Alors quand mon père, sorcier de son état, entra dans la salle un bel après-midi de juin, maman le remarqua tout de suite.

Quelle personne saine d'esprit, allait s'habiller comme ça ? Il était couvert comme s'il allait affronter une tempête polaire. Maman éclata immédiatement de rire, ce qui attira le regard de mon père. Cette scène on me l'a raconté des milliards de fois quand j'étais petite. J'adorais cette histoire et je me disais qu'un jour je rencontrerais l'homme de ma vie de cette façon. Depuis, je crois toujours en l'amour, je sais qu'il existe, mais je pense que le genre de vie que je mène ne l'appelle pas.

Papa et maman se sont rencontrés ce jour-là. Il lui a proposé d'aller boire un verre, elle a accepté. Ils ont énormément discuté, d'abord d'astronomie, puis d'eux. Maman trouvait que papa posait des questions étranges, mais jamais elle ne l'a pris pour quelqu'un de complètement dérangé (et elle aurait pu pourtant!).

Je suis née très exactement un an et deux mois après cette rencontre, pendant une matinée d’août. Maman savait tout du monde de papa depuis leur mariage environ dix mois plus tôt. Si, au début, elle avait été choquée et prête à le traiter de fou, elle a depuis longtemps changé d'avis. A cette époque là, elle se servit de ses études d'anthropologie, que ses parents lui avaient payé à grand frais dans l’espoir de lui trouver un époux, pour étudier le monde sorcier. Je le sais parce que j'ai retrouvé dans les nombreux cartons, quelques écrits de ma mère qui n'ont jamais été publiés.

La première partie de mon enfance fut des plus heureuses. Ce sont des souvenirs que je chéris de tous mon cœur. Avec une maman moldue et un papa sorcier, j'avais accès au meilleur des deux mondes. Dans la bibliothèque de ma chambre, l'on pouvait trouver les contes de Beedle le barde ou les contes de Perrault l'un à côté de l'autre. J'ai également commencé ma scolarité dans une école privée de Londres. J'adorais les innovations moldues, et le monde magique avait pour moi une dimension féerique. J'ai grandi dans un cocon rempli de douceur.

L'école … J'aimais déjà apprendre à cette époque. Je pense que j'ai hérité de mes deux parents, tous les deux férus de savoir. A la maison j'avais un accès illimité aux livres moldus de maman qui trônaient fièrement dans le salon. Pour les grimoires magiques, ils étaient entreposés dans une pièce fermée à double tour au bout d'un couloir de l'étage. Très souvent j'y passais mes week-ends, avec mon père, à lire.

Mon domaine de prédilection était alors l'astronomie. J'adorais. Cela me donnait l'impression de me lier un peu plus à mes parents et avec un peu de chance j'aurais pu rencontrer l'homme de ma vie de la même façon.

Mais la vie décide parfois que la voie qu'on croyait toute tracée n'est pas celle qui vous est destinée. Pour moi, le changement est arrivé tout doucement, j'étais trop jeune pour le voir venir. Le premier indice a été semé sous la forme d'un déménagement. Nous avons quitté notre jolie petite maison londonienne pour l'Ecosse. Immédiatement je n'ai pas aimé cette nouvelle maison. D'abord, parce que le déménagement avait été trop brutal, ensuite parce que j'avais du renoncer à une bonne partie de mes affaires et surtout parce que j'avais perdu tous mes amis. Mes parents n'avaient jamais voulu que j’envoie ma nouvelle adresse à mes amis restés à Londres. Pour moi c'était incompréhensible. Je leur en ai longtemps voulu. Pourquoi m'arracher si brutalement de ce doux cocon ? Même après en avoir connu la raison, j'ai gardé quelques rancunes.

Le second indice ne mit pas longtemps à apparaître : je n'allais plus être scolarisé dans le monde moldu. Ma mère se chargerait de mon éducation. A huit ans, je n'aimais pas cela de tout, l'école était pour moi synonyme de travail mais également d'amis. Or des amis, je n'en avais plus après ce déménagement et je n'étais visiblement pas prête de m'en refaire d'autres. En ce qui concerne le travail, il ne me faisait pas peur, j'aimais la satisfaction que me procurait une bonne note.

J'étais comme coupée des deux mondes. Le monde sorcier, plus de sortie au chemin de Traverse, plus de nouveau lieu magique à découvrir pendant les vacances. Mais également du monde moldu, notre maison était reculée, le premier voisin se trouvait à des kilomètres et je n'avais pas le droit de sortir de la cour alors que tout un nouveau univers s'offrait à moi.

C'était encore pire la nuit. Plus l'heure du crépuscule arrivait, plus je voyais ma mère se tendre. Nous avions pourtant déménagé en écosse ! Il était difficile d'avoir moins de nuit à certaines périodes de l'année. En plein mois d’août à minuit passé vous pouviez lire un livre sans ressentir le besoin d'allumer une lumière artificielle.

Troisième indice : très rapidement la maison avait acquis une vague odeur d'ail. Je m’aperçus rapidement que la maison n'était pas la seule à avoir acquis une odeur d'ail, mes vêtements également et très certainement ceux de ma mère et de mon père. Bien qu'encore jeune, je n'étais pas idiote. J'avais rapidement compris que quelque chose clochait dans mon petit monde jusque là bien organisé. Seulement je n'osais pas demander à mes parents ce qu'il se passait. J'étais bien trop confiante, pour moi ils avaient cette image qu'ont la plupart des enfants envers leurs parents : celle de protecteurs infaillibles.

Papa, qui était langue de plomb au ministère de la magie, n'allait plus vraiment travailler. Il n'osait sortir de la maison que pour de brèves courses. Le reste du temps, il le passait dans un petit bureau qu'il s'était installé à l'étage. Cette fois-ci, son accès m'était totalement refusé. Il prenait d’ailleurs bien soin de verrouiller la porte à l'aide de sa baguette à chaque fois qu'il en sortait. Une fois par semaine un hibou sécurisé, appartenant au ministère venait récupérer une lettre qui devait très certainement contenir l'avancement de ses recherches dans un langage codé.

Nous ne sommes pas restés bien longtemps dans cette première maison : deux mois. Deux longs et terribles mois pour moi. Je ne me doutais pas que les prochaines années de ma vie allaient ressembler à ces deux mois.

Cette fois-ci, la maison était protégée par un fidelitas dont mon père était le gardien du secret. On m'en expliqua en long en large et en travers le fonctionnement pour pas que je commette un impair. C'était une de ces belles demeures familiales que l'on trouve au centre d'Edimbourg.

J'avais bientôt neuf ans à cette époque-là. Mes parents voulaient encore me cacher la vérité, mais suite à un événement, il furent obligé de m'avouer la vérité. Cet événement se produisit lors d'un de ces trop nombreux après-midi d'oisiveté. Ma mère ne savait plus trop quoi me faire faire pour que je ne m’ennuie pas. J'étais d'ordinaire une enfant plutôt calme, mais j'avais également l'habitude de sortir et de voir mes amis. Or cela m'était refusé depuis de trop nombreux mois. Pour moi, même les lourds grimoires sur la magie n'avait plus aucuns intérêt à mes yeux, face à quelques heures passées en extérieur.

J'avais profité d'une baisse de vigilance de la part de ma mère et que mon père soit encore enfermé dans son bureau, pour prendre la voie des champs. Enfin, ici c'était plutôt celle de la ville. Je ne suis pas allé très loin, la journée ensoleillée m'avait attiré dans le parc voisin où de nombreux enfants jouaient. Je n'avais plus vraiment l'âge pour ce genre de jeux, j'en avais conscience. Par contre j'ai très rapidement repéré des enfants de mon âge qui jouaient un peu plus loin à se courir après. J'étais plutôt d'un naturel timide, mais l'envie de jouer avait été ce jour là beaucoup plus forte. Alors je me suis approché et j'ai demandé à la fille qui semblait un peu diriger le groupe. Elle m'accepta sans trop faire d'histoire, et me posa milles questions pour savoir d'où je venais. J'ai passé un excellent après-midi...

Mes parents ont vécu l'enfer dès qu'ils se sont aperçus de ma disparition. Je ne suis resté que deux heures hors de leurs vue, ils s'étaient déjà imaginé le pire pour moi. Heureusement pour moi, j'avais choisi un après-midi particulièrement ensoleillé, je ne m'étais pas aventuré dans des endroits sombres et j'étais rentrée avant la tombée de la nuit. Peut-être que mon histoire aurait été différente si cela n'avait pas été le cas, peut-être pas. Mais là n'est pas mon histoire. Quand je suis revenu de moi-même, j'ai trouvé la maison vide, et un mot de mes parents de ne plus bouger si je rentrais. C'est ce que je fis.

Quand enfin, eux-même rentrèrent de leur recherche juste avant la tombée de la nuit, ils étaient tellement soulagés qu'ils en oublièrent de me gronder sur l'instant. Et j'eus le droit, enfin, à toute la vérité. Enfin une version pour enfants, mes parents savaient que je n'étais pas bête. Seulement je restais un enfant, en l'occurrence, le leur.

Mon père, langue-de-plomb, avait travaillé sur un projet top secret du ministère de la magie. Or quelque chose s'était mal passé et avait mis en colère un clan de vampires assez puissant. Que font des vampires en colère ? Et bien, ils vous traquent. Voilà pourquoi nous n'étions plus en sécurité nulle part. Nous ne pouvions savoir qui était leurs yeux et leurs oreilles le jour. D'autant plus qu'ils avaient des partisans qui étaient à la fois d'origine sorcière, mais aussi moldus. Plus tard j'apprendrais que mon père avait très certainement dirigé des expériences à la limite de la légalité sur quelques vampires. Il aurait pu tomber sur quelques êtres solitaires, ce qui n'était évidemment pas le cas. L'un d'entre eux n'est jamais revenu « vivant » de ces expériences. C'était la goutte d'eau de trop, pour le clan auquel appartenait ce vampire. Ma famille devint alors leur cible prioritaire.

Ce n'est que quelques jours plus tard que j'ai enfin manifesté mes premiers signes de magie. Jusqu'alors je n'avais jamais démontré qu'une seule goutte de magie pouvait couler dans mes veines. C'était comme si la terreur que je ressentais désormais vis-à-vis du monde extérieur avait enfin fait ressortir la magie en moi. Mes démonstrations de magie n'étaient jamais spectaculaires, mais je crois que cela rassura mon père. Il aimait sa femme de tout son cœur, mais il avait toujours voulu que je puisse également évoluer dans le monde magique. J'avoue que pour moi aussi ce fut un soulagement. J'adorais trop la magie, pour en être à la fois si proche et si éloignée.

Dès cet instant, mon père se décida enfin de me parler de sa scolarité à Poudlard. Il me raconta des tas d’anecdotes sur le château et ses habitants. Pour moi, Poudlard ressemblait de plus en plus à un paradis où je pouvais enfin sortir sans avoir peur d'une ombre.

En parallèle à tout cela, j'ai développé un goût sans limite pour la défense contre les forces du mal. Cela effrayait un peu mes parents, qui filtrèrent énormément mes lectures, mais moi, cela me rassurait. En fait, j'ai développé une très grosse envie de savoir me protéger pour pouvoir vivre ma vie comme je l'entendais. Je mis un peu l'astronomie de côté pour me consacrer à la défense contre les forces du mal. Et les longues journées d'enfermement me permettaient de m'y consacrer autant que mes parents me laissaient faire.

Nous déménagions assez régulièrement, environ tous les six à huit mois, quand mon père estimait que notre cachette n'était plus sûr malgré le fidelitas. Mes parents étaient bien désolés des sacrifices qu'ils demandaient à leur enfant, mais ils ne pensaient qu'à fuir pour pouvoir rester en vie.

Rien d’exceptionnel ne se passa l'année de mes dix ans. Nous allions de lieu en lieu sans nous attacher vraiment. De toute façon, ni papa, ni maman, n'avait encore de la famille en vie. Nous étions seuls, aidsé par le ministère qui nous fournissait nos cachettes. De temps à autre je croisais un Auror venu nous aider dans nos déplacements, mais c'était tout.

Pour mes onze ans, je reçus la fameuse lettre de Poudlard. Nous le fêtâmes dignement en allant m'acheter ma baguette magique sur le chemin de Traverse. Cela faisait des années que je n'y avait pas mis les pieds. Dans mes souvenirs, l'endroit était merveilleux et rempli de magie. Ce jour d’août il m’apparut à nouveau comme un lieu hors du temps et de l'espace. J'avais encore gardé un œil neuf sur la magie bien qu'elle ait toujours été une partie de mon univers. La chasse que nous donnait les vampires ne m'en avait pas détourné, bien au contraire ! Pour moi il était impossible de me sentir forte si je ne maîtrisais pas la magie. Et but ultime dans ma vie : je vouais devenir Auror pour pouvoir enfin supprimer cette menace qui pesait sur ma famille.

Cette sortie millimétrée à la seconde et organisée avec l'aide du ministère, me fit beaucoup de bien. Les jours qui suivirent, je ne sais pas combien de fois j'ai pu raconter tout ce que j'avais pu voir d'étrange et de merveilleux sur le chemin de Traverse.

Ma première rentrée à Poudlard, arriva très rapidement après l’événement de la sortie au chemin de Traverse. J'étais à la fois triste de quitter mes parents et à la fois excitée d'enfin rentrer à Poudlard. Pour moi le château allait me permettre milles libertés qui m'étaient interdites en temps normal.

Je me revois encore, excitée et contente de voir le train quitter le quai de la voie 9 ¾, je me revois passer pour la première fois l'uniforme de l'école. Je me souviens de la terreur qui m'a prise au moment de poser le Choixpeau sur ma tête et du résultat qui sonna dans toute la salle : SERDAIGLE ! Ma maison pour les sept prochaines années, allait donc être celle du savoir. Je m'étais longtemps interrogée la veille sur la qualité qui me définissait le mieux. Etais-je ambitieuse ? D'une certaine façon oui, j'avais l'ambition de vouloir être Auror, mais pas de conquérir le monde ça c'était certain. Courageuse ? Non. Si je l'étais, pourquoi mon ventre se tordait-il d'angoisse au moindre bruit suspect dès la nuit tombée ? Pourtant le Choixpeau m'a dit que j'avais peut-être plus de courage que je ne le pensais. Travailleuse ? Oui, oui et reoui. Mais mon travail n'était pas là pour me faire plaisir il visait un seul et même objectif : le savoir. Pour moi Serdaigle était la maison idéale, celle où j'allais enfin pouvoir apprendre tout ce que l'on peut savoir pour se défendre et accessoirement où j'allais pouvoir approfondir ma connaissance de l'astronomie. Le Choixpeau avait compris où se portait mes souhait, et il l’exauça.

Je me souviens encore de la première fois où j'ai pénétré dans la salle commune. Déjà, j'avais adoré le système d'énigme, c'était stimulant pour l'esprit. J'adorais la salle commune, pour moi elle me parut tout de suite un lieu propice au travail, et surveillé par le regard de la statue de Rowena Serdaigle.

Pour la première fois depuis des années, je me sentais enfin sereine et protégée.

Ma première année se passa sans embrouille. Je me révélais comme une élève assidue, qui connaîssait ses leçons et avide de savoir, c'était particulièrement vrai en défense contre les forces du mal et en astronomie. Par contre, quand il s'agissait de passer à la pratique, j'étais plus longue que les autres, mes sorts, s'ils étaient réussis étaient bien moins puissants. Je passais donc un temps considérable à exercer ma pratique pour les cours de défense contre les forces du mal qui avaient mon attention. C'était également le cas pour les autres matières, je refusais de me sentir inférieure aux autres, mais j'avais un objectif que je voulais atteindre.

Ma seconde année fut semblable à la première. Je me sentais bien mieux à Poudlard et redoutais les moments où j'allais devoir rentrer chez mes parents. Pas que je n'avais pas envie de les voir, c'était l’ambiance de la maison qui me pesait. En plus, comme mes parents déménageaient de plus en plus souvent au fil des ans, je n'avais jamais mes affaires d'installées quand j'allais les voir. Je pense aussi qu'ils s'entendaient un peu moins. Les années de fuite usaient leurs nerfs à tous les deux. Mais ils faisaient bonne figure devant moi. Mon père adorait que je lui raconte tout ce qui se passait à Poudlard, même si je l'avais déjà fait dans mes lettres. Maman voulait juste m'avoir auprès d'elle. Je la trouvais moins bavarde au fils du temps.

En troisième année je fut un peu moins sage. Je m'étais fait quelques amis et j'adorais marauder la nuit à la recherche de bêtises à faire. C'est comme cela que j'ai rencontré mon meilleur ami, je le connaissais déjà, mais jamais nous n'avions vraiment discuté. J'adorais la sensation de liberté que me procurait ces virées nocturnes, je me savais en sécurité dans le château, alors pourquoi se priver ? La vie pouvait être si courte et le danger pouvait arriver si vite. Papa et maman m'ont accueillit lors des vacances de Noël, je n'avais alors pas conscience que c'était la dernière fois que je les voyais.

Je passais l'été de ma quatrième année, bien en sûreté dans le château de Poudlard. Mes parents en avait fait la demande expresse, et au vu de la situation, le directeur ne put le leur refuser. Je ne retiendrais qu'une seule chose de ma quatrième année, même si cela eu lieu quatre jours avant le début des grandes vacances : la mort de mes parents. En cavale, fatigués par leurs enfermement, de plus en plus acculé par les vampires qui avaient fini par connaître leurs ruses et astuces, ils s'étaient laissés prendre dans un piège. Pour moi, mes deux parents sont morts ce jour-là, même si un seul est effectivement enterré. Mon père repose enfin en paix, ma mère n'a pas eu ce plaisir. Elle parcourt désormais la terre à ma recherche en tant que vampire. Je ne sais pas exactement pour quelle raison, mais je n'ai pas vraiment envie de le savoir. Tous ce que je sais, c'est qu'elle a intégré le clan qui l'a poursuivi sans relâche pendant des années et qui a assassiné mon père après l'avoir transformé devant ses yeux. Si ça ce n'est pas un signe … J'ai énormément pleuré et déprimé à cette époque et si je m'en suis sorti c'est grâce à mon meilleur ami. Il m'a consolé d'une façon un peu particulière … Rien n'avait été prémédité, je pense que ma détresse, l'envie de me consoler et l'affection que nous nous portions a tout fait. Toujours est-il que le lendemain nous étions en couple. C'est cette relation qui me sauva de la dépression.

Je passais à nouveau mon été dans l'enceinte du château, comme tous les étés qui m'ont séparés de la fin de ma scolarité. Pour ma cinquième année, j'ai un peu marché sur des œufs, j'avançais pour continuer, ma motivation étant au plus bas. Surtout que je ne fut pas aidée quand j’eus mon rendez-vous d'orientation avec mon directeur de maison : Septimus Blackbird. Il s'avérait que si mes résultats était assez bons en ce qui concernait la partie théorie, j'étais bien trop faible pour la partie pratique si je voulais pouvoir passer les examens d'entrée pour devenir Auror. Cette nouvelle me poussa un peu plus dans mes retranchements. Je passais cette fin d'année scolaire à travailler jusqu'à user ma santé pour atteindre mon rêve : être Auror. J’eus d’ailleurs d’excellents résultats pour mes buses.

A la rentrée de ma sixième année, j'avais longuement réfléchi durant l'été sur ce que j'allais faire. Je décidais d'écouter les conseils de mon meilleur ami et désormais petit copain : de faire ce qui me plaisait et de profiter de la vie que mes parents m'avaient donnés. Je ne savais plus ce que je voulais faire de ma vie, je savais juste que je voulais vivre. Alors je me lançais à corps perdu dans mes deux matières fétiches : défense contre les forces du mal et astronomie. Quand aux autres matières que j'avais décidé de garder, je les travaillais, mais juste assez pour m'assurer d'avoir de bonnes notes.

Ma septième et dernière année à Poudlard, passa bien trop vite à mon goût. Nous avions rompus en début d'année avec mon meilleur ami, mais nous restions toujours soudés. L'amour passionnel n'a jamais fait partie de notre couple, je pense que cette relation n'aurait jamais existé sans la mort de mes parents. Nous avions repris nos petites sorties nocturnes, et je profitais à fond du château pour ce que je pensais être la dernière fois.

Je sortis de Poudlard avec d’excellentes notes pour mes ASPICs et je décidais de m'installer, malgré le danger, à Londres. L'appartement que je louais par le biais du ministère de la magie qui connaissait ma situation difficile, fut soumis à un fidelitas dont j'étais le gardien du secret. Les premiers mois furent étranges pour moi, il y a bien longtemps que je n'avais pas connu la vie hors du château.

On me proposa un poste au Ministère que je refusais. Je pense que ce sont d'anciens amis à mon père qui ont proposé ma candidature à un poste. Ils devaient avoir envie de faire quelque chose pour moi.

A la place et grâce à mes résultats scolaires, j'ai trouvé un poste de gouvernante dans une riche famille sorcière. Ceux-ci voulaient que leurs enfants reçoivent une éducation de qualité et que je pouvais très certainement y pourvoir. Je restais chez ses gens qui m'ont logées, pendant deux longues années. Leur argent permettait d'assurer leur protection par des professionnels et par la même occasion d'assurer la mienne. Je crois que c'est à cette époque que je me suis rendu compte que j'aimais enseigner et que c'était cela que je voulais faire. Or malgré mes bonnes recommandations, je ne pus qu'enchaîner les petits boulots au bonheur la chance pendant toute une année.

C'est à cette époque que je conçus le projet de voyager à l'étranger. Je voulais connaître les mondes moldus et sorciers des autres pays. Je voulais également apprendre d'autres techniques que la magie pour me protéger . Elle était finie l'époque où je pensais que seul la magie pouvait être mon sauveur.

Je passais donc quelques années à voyager à l'étranger et j'appris quelques bases d'autodéfense. Je ne suis toujours pas la meilleure en sport de combat, mais je me débrouille pas trop mal avec mes adversaires.

Je passais plusieurs mois en France, mais aussi en Russie, dans les pays d'Afrique et en Amérique du sud. Mais au fils du temps, mon pays natal et mes amis me manquaient, je rentrais donc.

J'avais vingt-six ans. Je vécus ma première histoire d'amour avec un homme légèrement plus âgé que moi. Je crois que lors de notre rencontre j'en avais eu une image bien trop idéalisée. A chaque fois que cette image se fissurait, cela m'éloignait un peu plus de lui. Je l'aimais peut-être, mais je ne pus supporter de voir la réalité en face. Cet homme n'avait rien de particulier et je le savais, mais notre relation n'a jamais pu passer ce cap. Cela dura un an. Une année incessante de va et vient, de rupture et de réconciliation.

Professionnellement je passais à nouveau deux années de précarité. J'avais bien trop peur d'être découverte si je trouvais un boulot stable, alors je voyageais de ville en ville. Je changeais d'identité, je faisais des boulots sorcier, mais également moldus.

Je vis mon salut venir, le jour où j'ai découvert dans la Gazette du sorcier une annonce. Cette annonce indiquait que Poudlard était à la recherche d'un professeur d'astronomie. Je n'ai jamais caché que ma matière de prédilection était la défense contre les forces du mal, mais que j'avais une seconde passion : l'astronomie.

Pour moi c'était le poste idéal. J'avais découvert que j'adorais enseigner et Poudlard était associé aux meilleurs souvenirs de ma vie, comme les pires. Mais j'avais choisi de ne retenir que le meilleur.

J'envoyais donc ma candidature à Albus Dumbledore en lui expliquant à la fois mes motivations, réelles, mais aussi ma situation qu'il connaissait aussi assez bien. Je ne sais pourquoi, mais suite à un entretien qui eut lieu à Poudlard, j'eus le poste. A vingt-huit ans, je retournais à Poudlard et j'espérais y faire toute ma carrière.

A mon entrée à Poudlard j'avais acquis une pseudo-apparence d'enseignante que j'aimais entretenir.Je portait la robe traditionnelle sorcière, je gardais souvent mes cheveux lâchés et je n'avais pas à rougir de ma taille face aux élèves les plus grands. Mon mètre soixante-douze n'était peut-être pas très grand, mais je n'étais pas non plus dans la moyenne basse. Enfant, j'étais aussi blonde que les blés, avec l'âge mes cheveux ont foncé et sont devenus bruns. Lors du décès de mes parents, j'évitais toujours de me regarder dans une glace. Mes cheveux ondulés ainsi que la couleur de mes yeux (vert d'eau), me rappelaient trop ma mère. Tandis que mes tâches de rousseurs étaient un constant rappel à celles de mon père. Aujourd'hui j'ai appris à prendre de la distance et à ne voir que mon image dans le reflet.

Cela fait donc cinq ans cette année que j'enseigne. J'ai découvert l'envers du décor à Poudlard et je dois avouer que je m'y plais.

Sauf que cette année, un mal rôde en plus de celui-dont-on-ne-doit-pas-pronomncer-le-nom et il a atteint l'enceinte de ma très chère école. Si j'étais hors de moi après l'agression de la préfète-en-chef des serdaigles, je crois que je le suis plus depuis la récente mort de Septimus Blackbird. J'avais appris à apprécier se collègue qui avait été mon directeur de maison plusieurs années plus tôt. Je ne supporte pas que mon havre de paix soit lui aussi menacé. Je ne supporte pas que le monde sorcier soit menacé …



© yuya_lovah© yuya_lovah© yuya_lovah

❥ un peu plus sur le moldu que vous etes

Prénom/ pseudo : Lily
Age : age
Tes passes temps favoris sont : tes passes temps
Tu as connu le forum ou ? Je reprends le compte de Kyana, du coup nouvelle fiche !
Un commentaire a apporter sur le forum ? Commentaire



____________________________
Double compte Lily Evans

▬ Mana O'Neill;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
James Potter

avatar

Admin Gryffondor ♣ 6ème année

Admin
Gryffondor ♣ 6ème année


▌Age : 40
▌Parchemins : 2649
▌Points de Rp : 229
▌Initiation magique : 05/06/2011


On a des curieux ici...
♣ Age: 16
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Mana O'Neill   
Mer 27 Fév - 0:21

Oh là la quelle excellente fiche... Très longue et pourtant fluide, je l'ai lu très vite. Elle est complète, avec du suspens, elle intègre l'intrigue... que dire de plus ?

Tu es déjà validée, mais pour une reprise, c'est une bonne reprise !

Re-validée donc, chère prof d'astronomie cheers .

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Invité

avatar


Invité




MessageSujet: Re: Mana O'Neill   
Mer 27 Fév - 0:38

Héhé rebienvenue Lily d'amour! =) Faudra que je lise ta fiche ce soir!!! =)
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Mana O'Neill

avatar


Professeur ♣ Astronomie


▌Age : 25
▌Parchemins : 108
▌Points de Rp : 30
▌Initiation magique : 17/06/2011


On a des curieux ici...
♣ Age: 26 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Mana O'Neill   
Mer 27 Fév - 6:39

Merci vous deux lovvvv

____________________________
Double compte Lily Evans

▬ Mana O'Neill;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Alohomora

avatar

Admin  ♣ Maître du Jeu

Admin
Maître du Jeu


▌Age : 30
▌Parchemins : 569
▌Points de Rp : 135
▌Initiation magique : 01/04/2011


On a des curieux ici...
♣ Age:
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Mana O'Neill   
Jeu 28 Fév - 11:54

Choixpeau a écrit:
Bienvenue parmi le personnel de Poudlard, vous rejoignez l'équipe éducative du prestigieux collège Poudlard.

N'oublie pas de passer par le coin des relations, celui des demandes de RP et de te créer un espace où ton personnage pourra recevoir du courrier .
De plus pense que tous les 20 points de RP tu peux les utiliser en donnant des points à la maison de ton choix. Tu peux aussi réclamer des points pour une maison quand tu as posté un message de plus de 700 mots. Pour réclamer des points cela se passe par ici. Tu peux aussi gagner des points en votant pour le forum.

Bon jeu sur Alohomora !

____________________________
Le Staff - Demande de Partenariat - Questions - Postes Libres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudlard.forumactif.fr
Who are You ?
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Mana O'Neill   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mana O'Neill

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Après O'Neill, Jackson s'invite à SGU.
» secret of mana
» Tatsumiya Mana
» Tatsumiya Mana
» Dossier de Jack O'Neill
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Alohomora ♣ ::  :: Fiches personnages :: Présentation :: Fiches validées-