AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Alohomora

Consultez régulièrement les nouveautés ici
Pensez lorsque vous vous inscrivez
à prendre un Prénom et un Nom.

15 lignes minimum dans le Rp et 20 lorsque vous ouvrez un sujet

Le nouveau design est arrivé !

Design n°5 le 09/04/2012 par Kyana.

Venez voter pour faire gagner votre maison !

C'est toutes les deux heures ici.
Dans le Rpg, nous sommes passé au mois de Novembre et Décembre 1976 !

Pour vous y retrouver, consultez le calendrier.

 

 Trahison (PV:Hermione)

WIZARDHIBOUX
Who are You ?
Invité

avatar


Invité




MessageSujet: Trahison (PV:Hermione)   
Dim 4 Nov - 14:11

« Trois p’tits chats,
trois p’tits chats,
trois p’tits chats-chat-chat »



J’étais en train de perdre patiente, carrément. Assit dans mon fauteuil préféré tout époque confondu, je subissais les paroles de cette stupide chanson moldu que s’amusait à beugler trois gamines de première année. Déjà très irritante, les voix aigues et surtout désagréable de ces mouettes finissaient de rendre cette comptine totalement exaspérante. J’allais faire un meurtre bientôt, je sentais mon sang bouillir dans mes veines. Était-ce à cause d’une stupide chanson que Voldemort était devenu ce qu’il était à mon époque? Un sourire se dessina sur mon visage et un gloussement amusé souleva ma poitrine. Voilà ce qui détruirait à jamais la réputation de Vous-Savez-Qui. Ton Jedusor devenue le seigneur des ténèbres à cause d’une chanson moldu, mouhahahaha. Mais qu’est-ce que je pouvais être con parfois! Toujours énervé, mais légèrement calmé par mon imagination débordante, je me suis levé et j’ai fixé les trois gamines d’un air sombre. Je ne sais pas si c’est mon visage menaçant, mes yeux légèrement fous ou mes cheveux roux qui les effrayèrent, mais le résultat était le même; elles déguerpirent dans leur dortoir. ENFIN! Merlin, comme le silence de la centaine d’étudiant qui parlait plus ou moins loin fort dans la salle commune était bénéfique pour mes oreilles. Je savais qu’Hermione allait me crier des noms d’animaux lorsqu’elle entendrait parler de cette histoire, mais sincèrement, je n’avais jamais pu cadrer cette chanson. Je trouvais les paroles d’une stupidité affligeante…en plus de ne pas comprendre de quoi elle parlait. Me grattant le dessus de la tête, je me suis dirigé vers l’une des tables de travail, abandonné de ses anciens utilisateurs. Je ne comptais aucunement faire mes devoirs, mais peut-être qu’il y avait un magasine de Quidditch caché sous la pile de bouquin, je m’ennuyais tellement en attendant qu’Harry et Hermione daignent sortir de leur dortoir. Fouillant parmi la tonne de livre, je vis avec satisfaction une photo représentant un balai. Parfait! J’allais pouvoir me divertir les pupilles pendant une autre heure...merde, ce n’était pas un magasine de Quidditch, mais bien un journal ennuyant…


Le nom de James Potter attira mon attention alors que je redéposais le journal sur la table. Je ne lisais jamais les journaux, ils étaient beaucoup trop sérieux pour moi, cependant, aujourd’hui j’allais faire une exception. Ce n’était pas tous les jours que l’on pouvait lire le nom du père de son meilleur ami écrit à la première page du journal. Je me suis assit sur l’une des chaises et j’ai jeté un regard à la date…hum, ce n’était pas très récent, mais ce n’était pas grave, au moins les évènements dataient dans la période après notre arrivé, j’allais peut-être pouvoir me rappeler certains moments et découper l’article pour Harry, il allait être si heureux de ramener un petit souvenir de cette expérience…ou pas. Pendant que mon esprit songeait à Harry, mes yeux s’occupaient à lire les premiers mots. La surprise, la colère et…la fureur me firent tomber de ma chaise. Plusieurs regards se tournèrent vers moi, mais mon visage menaçant dut les dissuadé de faire la moindre remarque; tous pouvaient voir que mes yeux bleus étaient presque noirs de colère. Je…je n’arrivais pas à croire ce que je venais de lire. Potter et…Hermione…ensemble? QUOI! C’était impossible! Pas…pas Hermione, elle n’avait pas pu faire ça à Harry, pas en sortant avec James…elle n’avait pas pu faire quelque chose d’aussi stupide! Elle devait bien se douter que ce dernier ne lui pardonnerait jamais. Par Morgane! Qu’est-ce qui lui avait prit? Comment avait-elle pu faire ça à Harry? Comment avait-elle pu ME faire ça. Le torrent de colère qui m’habitait m’empêchait de comprendre ce que je pensais, je pensais à une seule chose; parler à Hermione, l’entendre me dire que ce n’était que des mensonges, que le journaliste avait tout inventé. J’aurais pu attendre qu’elle descende et lui dire de me suivre, mais tout le monde aurait entendu, non la manière que j’ai utilisé pour lui faire savoir que je voulais lui parler calmement était beaucoup plus subtile…



-JANE GRANGER, DESCENT TOUT DE SUITE DE CE DORTOIR ET REJOINS MOI DANS LE LOCAL DE L’A.D TOUT DE SUITE!


Toutes les têtes se retournèrent vers moi et le silence se fit dans toute la salle commune. J’ai tourné les talons et je suis sortit de la salle commune en me fichant bien de tout ce qui allait être raconté sur moi par la suite. Je savais qu’Hermione aurait comprit l’allusion à la Salle sur demande, je la connaissais assez pour le savoir, mais…la connaissais-je vraiment? La Hermione que je connaissais n’aurait jamais fait un truc pareil, non? Passant trois fois devant un pan de mur que je connaissais trop bien, j’ai vu sans grand étonnement une porte apparaitre devant moi. Sans me poser plus de question sur ce qui serait derrière elle, je l’ai ouvert et j’ai pénétré dans la pièce. Je savais que, selon mon désir, seule Hermione pourrait y entrer.


« Un cachot sombre et menaçant, belle illustration de ce que tu ressens en ce moment, pauvre petit rouquin abandonné » susurra ma conscience pendant que mon poing alla s’abattre contre l’un des murs de pierre.


La douleur que je ressentie me fit grimacer, mais ma colère s’en retrouvait encore plus grande. Un deuxième coup de poing contre le mur vint rapidement rejoindre le premier.



Hermione.


Le troisième coup de poing me saigner mes jointures.



N’avait pas pu.



Le quatrième coup de poing fit tordre mon poignet dans un sombre craquement qui était tout sauf rassurant.



ME.



Mon cœur battait à tout rompre, mon souffle se faisait de plus en plus saccadé, mon poing était recouvert de sang, mais je continuais toujours à frapper ce stupide mur.



Faire ça.



Le dernier coup de poing termina de me vider de tout mes énergies et je me suis laissé glissé contre le mur, m’écrasant contre le sol. Tenant mon poing contre mon abdomen, j’ai poussé un long soupire et je me suis mit à fixer la porte d’entré, attendant l’arrivé de cette fille qui me rendait fou. Mes yeux étaient remplis de rage et d’incompréhension, je le savais. Hermione oserait-elle se présenter devant moi?
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

avatar


Invité




MessageSujet: Re: Trahison (PV:Hermione)   
Mer 26 Déc - 6:30



Trahison – Ronald & Hermione


Encore une journée supplémentaire dans ce temps qui n’était pas le nôtre, je commençais à croire que je ne rentrerais jamais à mon époque ce qui me chagrinait énormément. Une chose était certaine entre notre année et celle-ci, les professeurs donnaient toujours autant de devoirs ce qui n’était pas pour me déplaire. Même les potions me plaisaient beaucoup, à dire vrai nous n’avions pas Rogue pour les cours donc cela changeait un peu. Je refermais mon livre de métamorphose sur mon lit à baldaquin rouge et commençait à m’étirer. Je voulais me reposer un peu dans mon lit avant de descendre dans la salle commune auprès du feu pour passer du temps avec les garçons et Ginny.
Ronald – JANE GRANGER, DESCENT TOUT DE SUITE DE CE DORTOIR ET REJOINS MOI DANS LE LOCAL DE L’A.D TOUT DE SUITE!
Je venais de sursauter tellement que j’avais cru que le lit aurait craqué sous le poids. Je me rappelais soudainement les mots ainsi que la voix qui venait de parler quelques secondes auparavant. Parler, je devrais plutôt dire crier. Ron venait de m’appeler en criant et le ton furieux qu’il emploie, n’avait pas l’air de me rassurer beaucoup. Puis le fait qu’il fasse appellation de la salle de l’Armée de Dumbledore voulait tout dire. Nous allions avoir une conversation assez houleuse. Je n’ avais toujours pas bougé de mon lit, je ne voulais pas me prendre la tête avec Ron, pas une nouvelle fois. Pourquoi est-ce qu’il fallait que l’on se prenne souvent la tête, je l’apprécie beaucoup, plus même je crois que c’est lui mon grand A. Mais je ne ferais jamais le premier pas. Puis les autres qui devaient être présent dans la salle commune, je n’avais pas envie de voir leur réaction pour le moment. Allez, Mione il faut se bouger et le rejoindre le plus rapidement possible, la patience n’est pas vraiment le point fort de Ron.

C’est donc avec des mouvements assez lents que je sortais de la chambre que je partageais avec des jeunes filles pour ensuite descendre dans le salon de la salle commune. Comme je me l’étais imaginé, au moment où je traversais le salon d’un pas rapide cette fois-ci, tous les regards se sont braqués sur moi. Sur le chemin non plus je n’avais pas trainé, la preuve je me trouvais déjà devant la porte de la salle sur demande après y avoir pensé très fort en passant trois fois devant. Seulement je restais planté devant la porte, la main tremblante sur la poigné. Une partie de moi me disait de foncer et d’affronter les conséquences de mes actes quels qu’ils soient, mais une autre partie de moi me disait que Ron et moi n’étions pas prêt pour une conversation d’adulte.

Finalement, j’ouvrais la porte tout en douceur pour ne pas la faire grincer. Je ne voulais pas me ramasser les foudres de Ronald Weasley direct après avoir franchi la porte. Ce que je voyais en face de moi me rendait estomaquer. Ron faisait face au mur et semblait le frapper de ses points tout en maudissant quelques mots que je ne saisissais pas vraiment, puisque je n’étais pas vraiment connecté en ce moment. Je regardais toujours Ron, ma main droite se positionna sur ma bouche alors que je lâchais un léger cri d’horreur. Je n’avais jamais vu Ron avoir autant de colère au point de frapper un mur, même en quatrième année lorsque Harry et lui se sont fait la tête à cause de la nomination non voulu d’Harry pour la coupe des trois sorciers.

Apparemment mon meilleur ami ne m’avait toujours pas aperçu, même avec mon petit cri que j’avais poussé quelques secondes plutôt. Je le regardais toujours avec de la tristesse dans mes yeux, j’étais triste de le voir ainsi et par ma faute en plus. Je le savais que c’était à cause de moi et un mauvais pressentiment me disait que le sujet était encore plus houleux sachant la bêtise monumentale que j’avais osé commettre dans ce temps. C’est avec appréhension et délicatesse que je me dirigeais vers mon ami pour lui faire face comme une grande personne. Je voulais aussi le soigner aussi mais je doutais qu’il me laisse faire aussi facilement.
Hermione – Ron […]
Je ne savais pas vraiment quoi lui dire, les mots ne venaient pas aussi simplement qu’à l’ordinaire. Mais il fallait que je rajoute quelques choses au lieu de laisser place à un gros blanc.
Hermione – […] je… laisse-moi te soigner s’il te plait. On pourra parler ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

avatar


Invité




MessageSujet: Re: Trahison (PV:Hermione)   
Mer 26 Déc - 7:18

-Éloigne toi de moi Hermione, sinon je sais que je serais capable de te faire du mal, Crachais-je hargneusement.


Jamais, je n’aurais été capable de faire du mal à Hermione, physiquement en tout cas, mais dans l’état de colère dans lequel je me trouvais, je ne voulais pas prendre de chance. Je n’étais pas en état pour voir ses yeux inquiets et son attitude aidante, la seule chose que je me souvenais, c’était qu’elle m’avait trahit...qu’elle nous avait trahit plutôt. Sortir avec James Potter, et puis quoi encore? Comment avait-elle pu mettre la vie d’Harry, ainsi que des milliards d’autres vie, en danger pour quoi? Une amourette de passage? James l’avait-il vraiment aimé? Non, l’amour de sa vie était Lily Evans, tout le monde le disait, alors ça devait être vrai. Comment Hermione avait-elle pu faire quelque chose d’aussi stupide, elle qui se repaissait d’être la sorcière la plus intelligente de notre génération. Elle m’avait fait mal...j’avais mal...

Serrant ma main blessée contre mon abdomen, j’ai lever mes yeux rageurs vers son visage que je connaissais par cœur. Pourquoi voulais-je tout démolir, pourquoi voulais-je m’enfuir au loin et tout détruire jusqu’à ce que la fatigue ne m’épuise totalement? Pourquoi avais-je autant l’impression qu’elle m’avait abandonné dans une terre qui n’était pas la mienne. Mon cœur battait lentement à chaque pulsation me faisait souffrir, comme si un poignard me déchirait l’âme. Mes yeux piquèrent et j’ai vite passé une main sur mon visage pour les essuyés; non, je n’allais pas pleurer, je n’allais pas lui laisser cette joie de me voir souffrir. J’ai fermé mes yeux, tentant de me faire oublier ma détresse et ma colère, mais c’était beaucoup plus facile à dire qu’à faire. Je ne pouvais pas faire le vide dans mon esprit tout en sachant qu’elle était à côté de moi. J’étais fatigué, elle me détruisait à petit feu sans même s’en rendre compte. Ignorait-elle que j’étais le plus fragile de la bande? IGNORAIT-ELLE DONC TOUT CE QUE JE RESSENTAIS POUR ELLE? Toujours assit contre le mur, j’ai levé mes yeux vers elle et je l’ai fixé. Pouvait-elle voir à quel point j’avais mal? Pouvait-elle voir à quel point je souffrais?



-Hermione, peux-tu me dire pourquoi tu as prit la décision de tuer Harry, notre meilleur ami? Dis-je d’une rocailleuse.


Dire de tels mots étaient difficiles pour moi, sachant qu’ils la blesseraient plus que tout et sentant ma gorge serrer en étaux aux moments où ils franchirent mes lèvres. Oui, elle avait prit la décision de tuer Harry au moment où elle avait décidé de sortir avec James Potter. Si James était tombé en amour avec Hermione, jamais il n’aurait tenté de séduire Lily, jamais il ne l’aurait marié et Harry ne serait jamais né, le détruisant ainsi sans lui laisser la moindre chance. Si MOI j’avais pu faire un tel raisonnement, elle devais sans doute l’avoir fait. N’était-elle pas l’esprit le plus brillant de notre époque? Portant ma main blessé sur mon genoux, je l’ai dévisager, me sentant désagréable. À quoi devais-je ressembler, le visage en sueur, tordu par la souffrance et par la colère? Elle s’était moqué de moi, de nous. Dire que je pensais qu’elle ressentait la même chose que m...peut importe, il n’était pas le temps de me faire encore plus mal.



-Et tu comptais nous le dire quand que tu vivais une idylle amoureuse avec le père de celui qui est, supposément, ton meilleur ami? Tu comptais nous le dire quand que tu m’a...nous avais trahis? Tu pourrais travailler pour Voldemort, tu as presque fait ce qu’il tente de faire depuis des années! Dis-je d’une voix glaciale, mais calme.


Les mots sortaient avec une verve que je ne me connaissais pas. C’est vrai, j’avais toujours été Ronald Weasley, le garçon maladroit, mais terriblement sympathique. Qui étais-je maintenant? Un garçon au cœur brisé? Un homme qui venait de réalisé l’ampleur du chaos qui régnait dans sa vie? Un enfant perdu, seul, dans les méandres du temps. J’avais toujours eu l’impression que je serais chez moi partout où serait Harry et Hermione, mais si elle m’abandonnait, serais-je encore chez moi? Non. Et Harry, comment prendrait-il cette nouvelle, car je suppose qu’il ne devait pas être au courant vu comment il avait un sourire permanant sur son visage qui avait été trop souvent malheureux.



-Hermione, je croyais qu’on serais amis pour toujours, qu’il n’y avait pas de secrets entre nous, mais tu en as décidé autrement! Tu aurais pu simplement nous dire que tu en avais marre de nous et que tu voulais d’autre ami à « ton niveau ». Tu devais essayer de nous détruire pour parvenir à nous faire passer le message? Murmurais-je en sifflant.


Oui, elle nous avait détruit ou elle le ferait dès qu’Harry connaitrait la nouvelle. Comment pourrait-il en être autrement? Et moi, dans cette histoire, qu’étais-je? Le lourdaud avec qui elle trainait pour sentir son intelligence valorisée?



-M’as-tu seulement considéré un jour comme ton ami, Hermione? M’as tu seulement fait confiance une fois dans ta vie? Je suis simplement l’ami d’Harry Potter pour toi, le pauvre gamin goinfre que tu ne supporte que parce que tu es la meilleure amie d’Harry Potter!


Je me suis lever, furieux et je l’ai regardé droit dans les yeux. J’ai affronté ce visage que j’avais tant chérie dans mon sommeil et j’ai continué mon monologue:


-Tu me détruits Hermione, en as-tu seulement conscience? Jamais je ne te pardonnerai ce que tu as fait, tu m’entends? Jamais! Si Harry en a la force, grand bien lui en fasse, de toute façon, Harry a toujours été meilleur et plus gentil que moi! Je souffre ici -J’ai posé la main contre mon cœur- j’ai mal, mais plus jamais je te laisserai avoir un tel pouvoir sur moi!


Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

avatar


Invité




MessageSujet: Re: Trahison (PV:Hermione)   
Mer 26 Déc - 11:01



Trahison – Ronald & Hermione


Je n’étais cas quelques centimètres de lui, mais je n’avais pas osé me rapprocher d’avantage. Pourquoi ? Peut-être par le simple fait que la colère de Ron me terrifiait au plus profond de moi. Où bien que je savais déjà qu’il allait me rejeter, ce qui me ferait atrocement mal moralement. Je n’avais pas vraiment tord lorsqu’il prononça ces quelques mots.
Ronald – Éloigne-toi de moi Hermione, sinon je sais que je serais capable de te faire du mal.
Ces mots étaient durs. Ces mots étaient largement mérités, mais ils faisaient mal. Je ne pensais pas qu’on était arrivé au point de se tenir éloigné l’un de l’autre. Lui avais-je fais si mal que ça ? Sans doute. Je le regardais, en vérité je n’arrivais pas à détacher mon regard de cette personne si importante à mes yeux que je faisais souffrir. Il souffrait moralement cela se voyait comme un nez au milieu d’une figure. Seulement il souffrait physiquement aussi au vue de ses poings couverts de plaies et de sang. Je m’en voulais tellement, comment est-ce que j’étais capable de faire souffrir un de mes meilleurs amis. Je ne pouvais prononcer un mot, je n’y arrivais pas. J’aurais beau ouvrir la bouche, aucun son ne sortirait.
Ronald – Hermione, peux-tu me dire pourquoi tu as pris la décision de tuer Harry, notre meilleur ami?
Les mots qu’il venait de prononcer étaient encore plus durs à entendre que les précédents. Mais maintenant j’étais certaine du sujet auquel j’avais affaire : la relation que j’avais eu avec James Potter. C’est vrai que les mots de Ron faisaient mal, mais quand j’ai craqué face à James, je n’ai pas vraiment pensé que je ferais disparaitre Harry. C’est vrai jamais, je ne voudrais la disparition de mon frère de cœur. Je savais qu’avec James ça n’aurait pas duré, il est trop accro à Lily Evans. Mais c’est certain, je n’aurais jamais du fondre devant ce joueur de Quidditch. Pouvais-je seulement dire quelques choses ? Aucun des mots que je pouvais dire ne servirait d’excuse je le savais pertinemment. Lentement les larmes se sont mises à couler. Je crois que je pleure beaucoup plus depuis que je suis en 1976. Je ne voulais pas pleurer, je ne voulais pas souffrir, seulement que faire face à la vérité ?

Je n’avais pas vraiment suivis le fil de son monologue, je n’avais retenu que quelques brides tels que « idylle amoureuse avec le père », « pourrais travailler pour Voldemort ». Je ne voulais plus l’écouter, c’était beaucoup trop dur à supporter. Ma mère m’a toujours dis de me montrer forte et courageuse quel que soit la situation. Néanmoins, je n’ai pas assez de courage en moi pour affronter les effets de ma relation avec le père d’Harry. Puis la force me quittait minute après minute. Je ne pouvais même pas le regarder en face, mais j’étais persuadée que lui n’arrêtais pas de me regarder avec un air de méchanceté. Je ne disais toujours rien, j’attendais lamentablement qu’il vide son sac et j’encaissais tous ce qu’il disait comme je le pouvais. Je continuais également de fixer le sol pour ne pas montrer le déluge que je pouvais offrir.

Au moment où il sait lever pour me faire face, je l’ai fixé dans les yeux. Je voulais plonger dans ses prunelles et que l’on finisse par se réconcilier. Je rêvais beaucoup trop et j’étais stupide de penser cela. Ron pouvait être très rancunier parfois. Je n’obtiendrais pas son pardon si facilement, alors celui d’Harry n’en parlons pas. Je crois que je finirais l’année seule dans mon coin. Si seulement j’avais un retourneur de temps pour changer les choses que j’avais faite depuis mon arrivé dans ce Poudlard. Je le regardais sans rien dire, il allait continuer à parler sinon il ne serait pas lever. J’attendais sagement qu’il est fini. Je devrais finir par lui répondre, je le sais que trop bien. Mais que lui dire, je ne le savais toujours pas.
Ronald – Tu me détruits Hermione, en as-tu seulement conscience? Jamais je ne te pardonnerai ce que tu as fait, tu m’entends? Jamais! Si Harry en a la force, grand bien lui en fasse, de toute façon, Harry a toujours été meilleur et plus gentil que moi! Je souffre ici, j’ai mal, mais plus jamais je te laisserai avoir un tel pouvoir sur moi !
Je le détruis, je suis une fille ignoble qui ne mérite pas son amour. Et oui Ron, j’ai conscience de t’avoir fait mal, de faire souffrir Harry, de perdre l’amitié de Ginny. Vous me tournerez tous le dos, je le sais aussi. Il avait mal au cœur, se pourrait-il qu’il est des sentiments pour moi ? Même si c’était le cas, c’est peine perdu maintenant. Il ne me confiera plus jamais son cœur. Pourquoi l’amour ça fait si mal maman ? Pourquoi tu n’es pas là pour me conseiller quand j’en ai besoin maman ? Je continuais de le fixer avec les chutes d’eau qui coulaient toujours, impossible de fermer les robinets maintenant.
Hermione – Je… Ron… Que dire ? Franchement ?
Je marquais un petit temps de pause, le temps de trouver mes mots, de les peser. D’essayer de me contrôler un minimum. Mais on pouvait clairement percevoir les tremblements dans ma voie et mon mal être aussi.
Hermione – Oui je sais que j’ai fait la plus grosse bêtise sur cette planète. Mais jamais je n’ai voulu faire de mal à qui que ce soit, ni à Harry, Ginny ou toi. Surtout toi. J’avais conscience de mes actes, mais je n’ai pas vraiment réfléchis. Je n’ai pas réfléchis du tout. J’ai craqué, je ne sais même pas pourquoi. C’est vrai, j’ai jamais été amoureuse d’Harry, alors pourquoi être attiré par son père ? Tu peux m’insulter de tout et n’importe quoi, ça n’effacera pas ce que j’ai fait, je le sais. Puis je n’ai pas vraiment aimé James, c’est un autre garçon que j’aime. Seulement, il ne m’a jamais vu, il n’a jamais eu de sentiments amoureux pour moi. Du moins, c’est ce que je pensais. Déteste-moi, je continuerais de t’aimer de loin, je continuerais d’aimer Harry de loin et Ginny aussi. Fais de ma vie un enfer si cela peut te faire du bien, je n’aurais aucune réaction de toute façon.

Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

avatar


Invité




MessageSujet: Re: Trahison (PV:Hermione)   
Jeu 27 Déc - 8:29

Plus les secondes passaient, plus je regrettais d’avoir demandé à Hermione de venir me rejoindre. J’aurais du me douter que cette conversation ne me plairais pas du tout. De toute évidence, elle ignorait que dire pour se justifier et disait à peu près n’importe quoi. Je la regardais piétiné le sol comme une enfant qui savait avoir fait quelque chose de mal. Cela ne me calma pas du tout, bien au contraire. Je sentis la colère monté d’un cran. Ainsi, donc, elle était « accidentellement » sortit avec le père de notre meilleur ami...Comment le fait de fréquenter quelqu’un pouvait relever de l’accident, pouvait-elle bien me l’expliquer? N’avait-elle pas compris la porté à long terme que son geste aurait pu avoir? N’avait-elle pas compris que, par son égoïsme, nous avions presque faillit perdre notre meilleur ami? Si MOI je l’avais compris, il ne faisait aucun doute que la sorcière la plus brillante de notre génération soit parvenu à la même conclusion, non?

J’ai pris une profonde inspiration pour me calmer. Et moi, dans cette histoire, qu’étais-je? Le pathétique acolyte qui ne méritait aucune œillade? Pourquoi ne nous avait-elle pas parlé de ses sentiments pour James Potter avant de se mettre en couple avec lui? Nous aurions pus lui dire que c’était une TRÈS mauvaise idée. En plus, elle n’avait jamais eu le courage de nous le dire, nous avions dut l’apprendre via le pire journal de cette école! Où était donc passé la « si grande confiance » qu’elle disait avoir en nous? Tant de question se bousculait dans ma tête....tant de question et si peu de réponse....

J’ai pris une seconde inspiration vu que la première n’était pas parvenu à me calmer, mais rien à faire, respirer profondément ne m’avait jamais aidé à calmer ma colère. Hermione se décida enfin d’ouvrir la bouche pour parler, mais vu ce qui en sortait, elle aurait aussi bien fait de se taire et ne de rien dire. Pensait-elle réellement que ce qu’elle venait de dire me calmerait? Pourquoi avais-je l’étrange impression qu’elle cherchait une excuse pour expliquer son geste? Comme si ce n’était pas sa faute si tout cette pagaille arrivait. James Potter ne l’avait pas tout de même forcé à le fréquenté!



-Pourquoi ferais-je de ta vie un enfer, Hermione? Faire une telle chose est indigne de moi...à moins que l’opinion que tu ais de moi soit tellement piètre que tu ne me crois pas. En fait c’est ça, tu ne me connais pas du tout! Dire que moi, je vais même jusqu’à savoir le nom de ton parfum et avec quelle plume du préfère écrire dans chacun des cours! Mais quel crétin ais-je été! Sache une chose, faire de ta vie un enfer voudrais dire que tu as encore une certaine importance pour moi, et c’est bien la dernière chose que je veux que tu pense, crois-moi!


Voilà, ça avait maintenant été clairement dit; je ne voulais plus avoir de lien, positif ou négatif, avec Hermione Granger, car, dans un cas ou dans l’autre, c’est moi qui souffrirait, pas elle. Je lui ais jeté un dernier regard un dernier regard et j’ai marché vers la porte. Jamais je n’avais pensé que parcourir une aussi courte distance puisse m’être aussi pénible. Pourquoi cette sortit me rappelait la dernière marche d’un condamné à mort? Mon âme était-elle vraiment sur le point de mourir, comme j’en avais l’impression en ce moment même? Depuis quand étais-je aussi tragiquement mélodramatique? Où était le gamin à la capacité émotionnelle d’une cuillère à café? Ne pouvait-il pas venir prendre ma relève afin que je puisse cesser de me sentir aussi mal?


Il était difficile pour moi d’avoir des propos aussi hargneux, s’il fallait en plus que je la regarde, j’allais laisser mes larmes sortir de mes yeux et c’était bien la dernière chose que je voulais. Je me suis légèrement retourné vers Hermione pour scruter une dernière fois son visage et je lui ais dit:


-Au revoir, Hermione.


C’est en sortant de cette salle, qui m’avait arrachée l’une des personnes que j’aimais le plus au monde, que j’ai réalisé que je devais continué ma vie sans la présence d’Hermione à mes côtés. Mes doigts essuyèrent des larmes sur mes joues, je ne me rappelais même pas d’avoir pleuré. Ça y ait, je devenais fou! Cette fille m’avait rendu complètement cinglé, au point tel que je pleurais sans même m’en apercevoir!


« Laisse les sortir mon vieux, c’est la meilleure chose qui te reste à faire » Me recommanda ma conscience, pour une fois de mon côté.


Un violent sentiment de détresse me submergea et tout mon corps fut parcourut d’immenses soubresauts. J’avais l’impression de mourir à petit feu à chaque pas qui m’éloignais de la Salle sur demande et d’Hermione. J’avais besoin d’aide avant de sombré pour de bon...j’avais besoin d’aide et vite! Je ne voulais pas sombré, j’étais fort, je voulais demeurer fort! Je le devais, pour ne pas disparaitre, pour ne pas être engloutit par le chaos temporel. Pour m’en sortir, je devais parlé à Ginny....elle allait m’apporter de bons conseils. En plus, je n’osais pas dire à Harry tout ce que je venais de dire à Hermione. J’avais sans doute peur qu’il me dise que j’avais été trop loin dans mes propos...où qu’il ne découvre la véritable nature de es sentiments pour celle qui avait été, pendant 5 ans, notre meilleure amie.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Trahison (PV:Hermione)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Trahison (PV:Hermione)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le travail ... Toujours le travail ... ( Pv Hermione )
» Hermione Granger ( terminée)
» Journal de Hermione Blake
» Un trahison qui n'a jamais éxister
» Hermione J.Granger [termine]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Alohomora ♣ ::  :: Lieux Spéciaux :: Salle sur Demande-