AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Alohomora

Consultez régulièrement les nouveautés ici
Pensez lorsque vous vous inscrivez
à prendre un Prénom et un Nom.

15 lignes minimum dans le Rp et 20 lorsque vous ouvrez un sujet

Le nouveau design est arrivé !

Design n°5 le 09/04/2012 par Kyana.

Venez voter pour faire gagner votre maison !

C'est toutes les deux heures ici.
Dans le Rpg, nous sommes passé au mois de Novembre et Décembre 1976 !

Pour vous y retrouver, consultez le calendrier.

 

 Cordialité et rivalité [feat Julien David]

WIZARDHIBOUX
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




Cordialité et rivalité [feat Julien David] _
MessageSujet: Cordialité et rivalité [feat Julien David]   
Cordialité et rivalité [feat Julien David] Icon_minitimeVen 22 Fév - 11:48

Hadrian faisait les cent pas comme à son habitude dans son bureau. Il était déjà bien tard et il était seul depuis le départ de Mrs Tonks et de Miss Ombrage. Il avait convoqué l'un de ses rivaux pour une affaire pressante que seul lui pouvait mener à bien. Une affaire à double tranchant. Si David échouait, il en porterait la responsabilité et cela pourrait le mener à être éconduit de cette élection. S'il réussissait, alors certes, il aurait un peu la gloire de son action, mais cela rejaillirait également sur Hadrian, qui avait su passer outre-mesure de sa rivalité pour le poste de premier Ministre, pour le bien des Sorciers en employant la personne la plus qualifiée pour enquêter et faire éclore la vérité.

Il allait bien évidemment le faire surveiller par quelqu'un de fiable, de rigoureux, d'efficace : Barthemius Croupton. Certes, l'homme n'avait pas beaucoup d'humour, mais c'était le cas de bien des politiciens et des hommes importants du Ministère. Avait-on le temps de rire par les temps qui courraient? Avec la révolte des Gobelins, les Mages Noirs de plus en plus nombreux, les agressions de Serdaigle, le meurtre d'un professeur et les affaires courantes à gérer, le Ministre n'avait plus l'occasion de rire depuis longtemps... Il s'était d'ailleurs réjoui d'avoir suivi les conseils de Nathaniel Smiley à propos du bal. Cela aurait entaché surement son avenir politique déjà bien noir. Bien sûr, il ne se réjouissait pas de la mort de Septimus Blackbird. Cela allait encore attiré de la sympathie à son cousin, Augustus. Hadrian se servit un verre de scotch en secouant la tête. Depuis quand était-il devenu aussi cynique? Depuis la mort de Summer? Depuis qu'il avait gravi les échelons du pouvoir au détriment des autres? Sûrement un mélange des deux. Il était assez amer. Mais il se battrait jusqu'au bout pour ce pays. Il ne l'abandonnerait pas au main de gens ambitieux et ayant encore moins d'humanité que lui. Wildwind était peut-être doué, mais pas assez. Julien David était le meilleur dans son domaine. Mais il devait s'y cantonner. Quand à Augustus... Que du vent... Il entendit frapper à la porte. Il était là.


"Entrez, David."

Le Ministre se leva et serra la main à son concurrent. La rivalité ne devait pas empêché la politesse et le respect... Bien qu'il souhaitait écraser son adversaire, il souhaitait le faire à la loyal.

"Merci encore d'être venu, surtout aussi tard. Je vous sers un verre?"


Hadrian Bradley devait sembler un peu fatigué, mais il gardait l'énergie et la détermination qui l'avait amené jusqu'à ce poste. A quoi pensait David dans ce bureau? Au fait qu'il serait bientôt à la place du Gryffondor? Hadrian sourit de façon narquoise. S'il perdait ce job, il aurait tout perdu. Il n'allait surement pas se laisser prendre ce fauteuil facilement...

"Bref, allons droit au but, David, voulez-vous? J'ai besoin de vous pour travailler sur le meurtre de Septimus Blackbird. J'aimerais que vous vous en chargiez avec Barthemius Croupton. Cela vous convient-il? Acceptez-vous cette mission? Normalement, par manque de personnel dans ces temps obscurs, je vous aurais demandé de faire lumière sur cette affaire seul. Mais vous vous en doutez... Les anciens de Serdaigle et même nos jeunes élèves ne sont plus à l'abri. Et vous êtes un Serdaigle. Je préfère vous savoir à deux sur cette affaire. D'autre part, cette mort m'a vraiment inquiété et touché. Qu'un brillant sorcier se fasse tuer dans un château plein d'Aurors, d'étudiants et de professeurs m’inquiètent énormément. Comment ce meurtrier a passé les barrières de sécurité de Wildwind? Vous pensez qu'elle a fait preuve d'incompétence? Qu'elle n'avait pas assez d'effectif? Y a t-il eu d'autres incidents lors de cette soirée? Avez-vous découvert, vous ou son bureau des Aurors quelque chose? Un indice? On ne peut plus laisser ce ou ces meurtriers courir les rues et agresser des citoyens innocents."

Hadrian but une gorgée de scotch de nouveau en écoutant son rival de façon posée.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Julien David

Julien David


Ministère de la Magie
Je veille sur la communauté
sorcière


▌Age : 41
▌Parchemins : 94
▌Points de Rp : 35
▌Initiation magique : 21/12/2012


Cordialité et rivalité [feat Julien David] _
MessageSujet: Re: Cordialité et rivalité [feat Julien David]   
Cordialité et rivalité [feat Julien David] Icon_minitimeDim 24 Fév - 5:53

Une convocation chez le ministre, vue la situation actuelle, ça ne manquait pas de piquant.
Le monde sorcier sombrait peu à peu dans la guerre et le chaos. Bien sûr, on n’en avait pas encore l’impression, ce n’était que quelques signes imperceptibles, un peu comme les légers tremblements qui ont précédé l’éruption du Vésuve… Bradley se démenait, où plutôt faisait semblant de se démener. Malgré son charisme indéniable, il n’avait pas les talents nécessaires, ni l’autorité suffisante, pour régler tous les conflits.

Le premier problème était le mage noir, Lord Voldemort, qui risquait de provoquer une guerre civile, avec sa milice spéciale, ramassis d’allumés racistes, de psychopathes à la recherche d’une justification de leurs actes, et de faibles en manque de reconnaissance.
Ce premier problème en entraînait d’autres. Le mage noir voulait le pouvoir, et pour cela, il était prêt à toutes les bassesses. Pour cela, il suffisait de feuilleter le Magical Daily, et non la très partiale Gazette du Sorcier, toute à la botte de Bradley… Depuis le 13 novembre, des vampires ont quitté la Transylvanie pour se diriger vers l’Angleterre. Un vampire est incapable de franchir un cours d’eau, mais si des âmes charitables décidaient de les prendre en bateau… Qui sait si ce n’était pas déjà arrivé ? Les chiffres du Magical Daily sont alarmants… Ils se déplacent par groupes de dix, et le sorciers ont dénombré plus de vingt groupes…

*Pauvre Betty Walles, elle est très optimiste lorsqu’elle espère que le ministère s’est chargé de cette menace…* pensa David en relisant le nom de l’auteur de l’article.
David pensait booster sa campagne. Bradley possédait la Gazette ? Pourquoi David ne se servirait-il pas, lui aussi, d’un organe de presse, mais indépendant ? Le Magical Daily semblait correspondre à son attente. Il faudrait qu’il contacte cette Betty Walles.
L’autre problème d’importance était la révolte de Gobelin qui couve… Chacun avait en mémoire la terrible révolte du XVIIème siècle, mais aussi celle de 1912 près de Pré-au-Lard. L’image de Borbog le Barbu s’imposait à toutes les mémoires.

Fort heureusement, les deux problèmes ne se réuniront jamais en un seul. Les gobelins détestent Voldemort à cause du massacre d’une famille de gobelins, à Nottingham, il y a moins de deux ans. Mais ils n’apprécient pas pour autant le ministère. David relisait un article du Magical Daily de 1975 à ce propos.

Troisième problème… quelque chose qui concernait l’ancien serdaigle au premier chef. Et la raison probable pour laquelle Bradley se résout à lui demander son aide.

Rangeant ses coupures de journaux dans les dossiers appropriés, le juge sortit de son bureau pour se rendre dans celui du ministre. Il frappa à la porte, et attendit l’autorisation de son rival pour entrer. Devant le verre de scotch, David ne pouvait refuser.

« Oui, volontiers, Bradley. J’ai la gorge un peu sèche»

En public, ils se donnaient du « monsieur le ministre » et du « monsieur le juge » ou « monsieur le président », mais dans ce cas présent, ils étaient entre eux et se connaissaient trop pour se faire des courbettes.

S’asseyant sans trop de cérémonies, le juge prit le verre que lui tendit le ministre et jeta discrètement un œil circulaire. Pourvu que ce bureau devienne le sien ! Le monde magique se porterait tellement mieux ! Bradley n’avait pas les épaules pour diriger la communauté, il le démontrait tous les jours. David priait pour que ses administrés s’en rendent enfin compte en mai, et le choisisse, lui, plutôt que de reconduire quelqu’un qui regardait la guerre arriver en agitant les bras.

Le ministre lui révéla bien vite pourquoi il l’avait convoqué. Imperturbable et ne laissant rien filtrer, comme très souvent, David écoutait très sérieusement. Pendant que Bradley buvait, David posé le verre, le fit un petit peu tourner du bout des doigts, ne regardant son rival que par intermittences. Fallait-il qu’il soit aux abois pour se résoudre à faire appel au meilleur dans sa partie… Julien David.

« Bradley, j’avoue que j’aurai été très fâché que vous ne me chargiez pas de cette affaire. Septimus était un de mes anciens professeurs, comme beaucoup d’entre nous, mais comme nous étions de la même maison, nos rapports étaient plus forts. »

David voyait qui était Croupton. Un homme qui se prenait trop au sérieux. Mais un être rigoureux, qui serait capable de faire passer la sécurité du monde magique avant sa famille et lui-même. Quelqu’un de compétent et d’incorruptible, comme les aime David. Si Bradley comptait sur Croupton pour espionner son rival, il risquait d’être surpris de se heurter à la solidarité entre gens de Droit.

« Croupton ? D'ordinaire je choisis mes collaborateurs moi-même..." fit-il remarquer, avant de compléter : Mais j’accepte également. Il me faut absolument un remplaçant au cas où je mourrais. »

Cette fois, il leva complètement ses yeux acier sur Bradley. Des yeux sans peur, sans même ciller. Comme pour le sonder.

« Allons, Bradley, vous êtes trop intelligent pour ne pas y voir pensé, vous aussi… Le ou les meurtriers –car pour moi, ils sont deux ou plus – cherchent quelque chose. Ce n’est pas un vulgaire mangemort psychopathe qui tue au hasard. Ils veulent quelque chose que les serdaigles détiennent. Blackbird était le mieux qualifié pour le leur révéler, et devant son refus- ou son ignorance- ils l’ont tué. Qui est le prochain serdaigle à bonne situation sur la liste ? »

Le juge but un peu de scotch. Malgré son flegme tout britannique, il en avait besoin.

« A partir du moment où il y a eu une victime, Wildwind a forcément fait preuve d’incompétence, et je sais qu’elle le reconnaîtra elle-même. Mais le moment est mal choisi pour se mettre les aurors à dos, en soulignant ce manquement. J’étais présent, Bradley, et si j’avais été un mangemort déguisé en Julien David, je n’aurais même pas passé la première barrière de sécurité. Les aurors entouraient les entrées, les sorties, et le bal. La seule chose à laquelle on ne pouvait rien, c’était les couloirs des étages supérieurs, pour une question d’effectif… et surtout parce que les cibles étaient censé être ailleurs ! Cependant, et sans vouloir faire dans le mauvais roman policier, je dirais que les coupables étaient forcément parmi nous. »

Ce qui signifiait, si on suivait sa logique, que lorsque Julien David avait accompagné Blanche Wayne à l’infirmerie, il avait pris inconsciemment de très gros risques…

« Quant au reste, j’ai envie de vous dire : secret de l’instruction. Si vous me chargez de cette affaire, Bradley, je ne me confierai qu’à monsieur Croupton. Par contre, je vous écrirai un rapport sur l’avancée de l’enquête toutes les semaines. Cela vous convient ? »
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




Cordialité et rivalité [feat Julien David] _
MessageSujet: Re: Cordialité et rivalité [feat Julien David]   
Cordialité et rivalité [feat Julien David] Icon_minitimeLun 15 Avr - 9:15

Hadrian Bradley avait toujours trouvé que son concurrent de chez Serdaigle avait une sorte de suffisance qui l'agaçait. Il était évident qu'il se sentait supérieur à lui. Alors qu'il ne savait rien des fonctions de Ministre de la Magie. Comme tous les autres à sa place, il paniquerait. Il n 'y avait qu'un Gryffondor pour affronter les problèmes qu'il devait gérer chaque jour. Bien sûr, en tant normal, Wildwind, Blackbird et David aurait été des Ministres corrects. Mais pas en ces temps de guerre. Pas quand une menace inconnue s'attaque à une partie de la population sans raison. Pas quand une révolte gobeline gronde. Il était le seul à pouvoir y faire face. On le critiquait volontiers – la rançon du pouvoir – mais aucun ne ferait mieux. Ils ne feraient qu'aggraver la situation. Lui seul savait prendre des décisions impopulaires pour améliorer la situation, endiguer le mal qui se propageait. Les autres candidats faisaient de la démagogie pour s'attirer des voix comme Blackbird ou jouaient de leur situation pour prouver leur valeur. Alors que lui devait s'enliser dans la boue jour après jour, sauvant autant qu'il pouvait la situation. Aucune gratitude, aucun remerciement, on décortiquait la moindre de ses décisions, on critiquait le moindre de ses gestes. Une pression insoutenable, raison pour laquelle Hadrian évitait de trop sortir en public. De toute façon, il n'avait guère le temps.

Hadrian hocha la tête sans dire un mot sur l'acceptation de l'affaire et de Croupton comme collègue. Il passerait ainsi plus de temps à travailler qu'à soigner sa communication. Occuper l'adversaire. Voilà une brillante idée qu'il avait eu. Il devait de son côté travailler davantage sa communication. Et surtout trouver le temps d'élaborer son programme. Il savait d'après certaines sources plus ou moins les idées de ses concurrents et il faudrait qu'il sache s'en démarquer tout en discréditant les idées des autres. Quand David commença à évoquer sa propre mort, Hadrian leva un sourcil. Il ne put retenir cette expression faciale. Son adversaire l'avait surpris. Il était évident qu'il y avait pensé. Cyniquement, évidemment, cela lui enlèverait un concurrent. Hadrian n'espérait la mort de personne, mais il se féliciterait cependant si cela arrivait, de l'avantage qui en découlerait pour lui.

Il écouta sans sourciller l'hypothèse du juge sur l'agresseur de Serdaigle. Sa théorie semblait correcte sur les éléments les plus évidents mais facilement réductible sur la suite. Hadrian qui avait été très attentifs, comme en suspens, se renfonça dans son fauteuil. Malgré toute sa suffisance et sa prétendue intelligence, David en était au même point que lui. Cela amusa fortement Hadrian. Après tous ces beaux discours, le juge valait moins bien que lui. Hadrian avait déjà réfléchi au problème épineux des Serdaigles et avait depuis longtemps fait ses hypothèses simples. Il écouta néanmoins son avis sur l'incompétence de Wildwind. Cette histoire avait de toute évidence décrédibilisait l'Auror considérée comme beaucoup comme la supérieure spirituelle du Bureau des Aurors. Cela convenait à Hadrian. Peu importait que ce soit vrai ou non. Nathaniel avait mis l'accent sur cette disgrâce dès le lendemain. Julien David avait l'air d'en avoir fini et c'était donc à lui de reprendre le relais.


“Je suis parfaitement d'accord pour que vous ne divulguiez rien de l'affaire en cours. Pour plusieurs raisons. On ne peut faire confiance à peu de gens dans le Ministère, surtout depuis que les Aurors ont découverts que les Mangemorts cherchent à s'infiltrer dans le Ministère par le biais d'agents mais plus dangereux par des membres du personnel soumis à l'Impérium. Il ne faudrait pas que des informations capitales rentrent en possession de Lord Voldemort. D'autre part, tout comme vous, je pense que ces agissements contre les Serdaigles ne sont pas du fait du mage noir qui sévit actuellement. J'ai mes sources pour le confirmer. Il ne faudrait donc pas que l'avancée de l'enquête tombe dans les mains de ces agresseurs de Serdaigle.”

Hadrian se servit un autre verre de scotch. Il fallait qu'il surveille sa consommation. Il pourrait finir par trop en dévoiler au juge. Il but une gorgée et reprit :


“Par contre, permettez moi de revenir sur la mort de Septimus. Croyez bien que si le bal n'avait pas eu lieu, si vous, Blackbird et Wildwind n'y avait pas participé, invitant plusieurs personnes extérieures, je pense que rien de tout ceci n'aurait eu lieu. S'il s'agit d'un professeur, d'un élève qui a tué Septimus, le bal a été une occasion rêvée pour faire porter le chapeau à quelqu'un d'autre. S'il s'agissait d'une personne extérieure, vous avez fourni la possibilité d'atteindre notre défunt professeur de sortilèges. Vous avez fourni la distraction nécessaire pour que ce meurtre arrive, David, vous et les autres. Je ne peux que blâmer ce manque de discernement de votre part. Mais je suppose qu'on apprend encore plus de ses erreurs les plus tragiques, hélas. Quand à vos hypothèses, j'aimerais rajouter que vous avez la mémoire courte. Ne vous souvenez vous pas que des élèves sans aucune noblesse de Serdaigle ont également été agressé? Croyez vous vraiment que les Serdaigles forment une faction qui se partage un secret? Un objet? Vous détenez quelque chose, David? C'est ridicule. Certes, l'agresseur recherche quelque chose mais pourquoi n'y a t'il pas plus d'agressions si tous les Serdaigles sont potentiellement détenteur de cet objet ou secret? Il faut que vous essayez de trouver le point commun entre toutes ces personnes. Comme vous le dites, il ne frappe pas au hasard. Interrogez aussi Blackbird pour voir si sa correspondance avec son cousin ne pourrait pas révéler une information importante. Bon, je ne vais pas vous dire comment procédez... Vous connaissez votre métier, au moins.”


Hadrian sourit de façon cordiale mais son discours avait été assassin. Il risquait d'y avoir joute verbale... et malheureusement, aucun public pour voir le juge-candidat se décomposait face à la répartie de celui dont il convoitait tant la place...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Julien David

Julien David


Ministère de la Magie
Je veille sur la communauté
sorcière


▌Age : 41
▌Parchemins : 94
▌Points de Rp : 35
▌Initiation magique : 21/12/2012


Cordialité et rivalité [feat Julien David] _
MessageSujet: Re: Cordialité et rivalité [feat Julien David]   
Cordialité et rivalité [feat Julien David] Icon_minitimeMer 3 Juil - 2:55

Le juge vit le ministre s’enfoncer dans son fauteuil, un siège que Julien David aimerait bien faire sien… Si Bradley prenait du recul, c’est soit parce qu’il avait une idée en tête, soit parce qu’il allait attaquer. Soit les deux à la fois. Il semblait à peu près d’accord sur l’enquête, sauf qu’il révéla (mais était-ce vraiment une révélation ?) que le ministère était infiltré par les mangemorts. Rien de révolutionnaire, mais le juge nota que son Ministre n’évoqua absolument pas une quelconque réciprocité. Pas d’agents du Ministère chez les partisans du Mage noir ? Impensable ! Le ministre, simplement, ne révélait rien à David, pas plus que David ne souhaitait révéler quoi que ce soit à Bradley. Deux rivaux sur la défensive, en train de s’attaquer verbalement en buvant un bon whisky, comme deux soi-disants amis.

C’est peu de dire que la seconde partie du discours contraria le juge, qui sentit intérieurement son estomac se serrer. Pauvre imbécile ! Se croyait-il si supérieur pour lui faire ce genre de leçon absurde ? Il ne savait rien à rien et accumulait les bourdes. Tant mieux, finalement. Plus il commettait d'erreurs, moins il était dangereux. Il lui donnait des directives pour ensuite lui dire qu’il n’allait pas lui apprendre comment procéder ? Il le rend responsable de la mort de Blackbird, de par sa seule présence ? A vouloir toucher le juge, à le déstabiliser, le ministre en devenait incohérent. Le visage d’abord décomposé par la tirade vaine de son principal concurrent, le juge se mit à rire.

« Vous êtes vraiment incroyable, Bradley. Laissez-moi vous raconter une histoire :  il y a soixante-cinq ans, le bateau moldu Titanic, réputé insubmersible, a finalement coulé, tuant plus de mille cinq cent personnes. Les experts ont accusé beaucoup de choses : la structure du bateau, l’iceberg, le capitaine, l'armateur, le lieutenant qui a ordonné de tenter d’éviter l’obstacle… Pourquoi n’étiez-vous pas un de ces experts, Vous auriez été le seul à accuser les passagers. C’est vrai, quoi, pourquoi se sont-ils embarqués dans un bateau qui allait couler, quatre jours plus tard ?
Blackbird a organisé le bal, vous et Dumbledore l’avez permis. Wildwind a été chargé de sa sécurité. Moi, je n’étais qu’un passager, un simple invité. Mais dans votre bouche, il n’y a aucun doute : je suis  un des responsables ! C’est vrai, pourquoi n’avais-je pas prédit ce qui allait se passer, dans ce bal qui a reçu, je le rappelle, votre permission ? Impardonnable !»


Il soupira en souriant, faisant tourner son verre dans ses mains.

« Que n’ai-je une boule de cristal, comme vous, Bradley. Parfois, ça me serait si utile.  Ah, et tenez, puisqu’on parle de mémoire courte, je pense que les agressions des mangemorts et les agressions des serdaigles sont deux choses différentes, perpétués par deux organisations différentes. Je me souviens que vous étiez d’accord il y a deux minutes, mais vous l’avez oublié puisque vous parlez de personnes sans aucun rapport avec les serdaigles, qui ont été agressé.»

Il se leva et posa son verre.

« Cette conversation était enrichissante, Bradley. J’admire votre façon de ne pas me dire comment procéder, qui sait, peut-être ferai-je de même bientôt. Nous sommes d’accord sur beaucoup de choses, dont un  point en particulier. Oui, je connais mon métier. Et je ne peux douter de la réciproque, bien sûr. »

Après cette passe d’armes, inutile de tendre la main pour qu’il la serre, après tout, il n’y avait pas de journalistes qui voudraient une photo mensongère de la bonne entente entre les deux candidats.

« Merci pour le whisky, Bradley. Quel que soit le résultat, je vous promets que je vous enverrai du champagne en mai. »
Ce qui représenterait un beau geste s’il perdait, mais une humiliation s’il gagnait… Et David n’était pas homme à douter de sa victoire. Son slogan n’était-il pas « celui qui gagnera » ?

« Bon travail, monsieur le ministre. » lui souhaita-t-il avant de franchir la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Contenu sponsorisé







Cordialité et rivalité [feat Julien David] _
MessageSujet: Re: Cordialité et rivalité [feat Julien David]   
Cordialité et rivalité [feat Julien David] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Cordialité et rivalité [feat Julien David]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» "Nooooooooooon!" (Feat. Hiryuu, Bakushô Kurei)
» David et Goliath [Riful]
» Welcome to London! Feat. Aleera
» David Nolan | Charming
» Rivale ▪▪ Flora Haskell ▪▪ Feat Mia Wasikowska
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Alohomora ♣ ::  :: Londres :: Le Ministère de la magie-