AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Alohomora

Consultez régulièrement les nouveautés ici
Pensez lorsque vous vous inscrivez
à prendre un Prénom et un Nom.

15 lignes minimum dans le Rp et 20 lorsque vous ouvrez un sujet

Le nouveau design est arrivé !

Design n°5 le 09/04/2012 par Kyana.

Venez voter pour faire gagner votre maison !

C'est toutes les deux heures ici.
Dans le Rpg, nous sommes passé au mois de Novembre et Décembre 1976 !

Pour vous y retrouver, consultez le calendrier.

 

 L'escrime est une tradition française !

WIZARDHIBOUX
Who are You ?
Philippe Chrétien

Philippe Chrétien


Sorcier
J'appartiens au monde magique


▌Age : 41
▌Parchemins : 95
▌Points de Rp : 35
▌Initiation magique : 19/07/2011


L'escrime est une tradition française ! _
MessageSujet: L'escrime est une tradition française !   
L'escrime est une tradition française ! Icon_minitimeVen 22 Juil - 4:05

L'étudiant français avait rendez-vous avec le professeur de duel mais il avait décidé de venir au rendez-vous quarante minutes plus tôt. Ce professeur, homme ou femme, portait le nom de Lefebvre et cette consonnance purement française fit sourire l'agent secret.

*Un bon maître de duel ne peut être que français... J'imagine qu'il est comme mon ancien maître : vieux, petit, avec de grandes oreilles poilues mais alerte !*

Il contempla le terrain de duel. Terrain classique, tout en longueur, avec des matelas de chaque côté au cas où les sorts seraient trop violents... Apparemment ancien, la salle de cours avait prévu des ièges pour les spectateurs, un tableau noir pour expliquer les différentes esquives, bref, si cette salle était un terrain de sport, elle n'avait pas oublié d'être aussi une salle de classe.

La tentation de monter sur le terrain était trop forte pour que le français n'y cède pas. Il adorait ce sport très ancien, datant au moins du 15ème siècle. Il eut une pensée pour la célèbre championne du fond des âges, Alberta Toothil, et pour le champion français du 17ème siècle, Cyrano de Bergerac, qui s'était spécialisé aussi dans le pendant moldu de ce sport: l'escrime.

L'escrime est une tradition française moldue, il en était de même pour le duel de baguettes. La France ne l'avait certes pas inventée, mais les plus grands maîtres se trouvaient dans l'Hexagone et Philippe Chrétien était fier de représenter cette tradition de par son talent. Il commença son entraînement par quelques sorts d'échauffement. les étincelles jaillissaient de sa baguette pendant qu'il sautillait sur place pour éveiller les muscles de ses jambes. Le maître qui l'avait entraîné affirmait que le duel de baguette n'avait rien à voir avec la puissance et que c'était d'abord un sport de jambes. Les élèves dont il faisait partie ne comprenaient pas un traître mot de ce qu'il prétendait, et il fallut quelques séances pour s'apercevoir qu'il avait raison. Unn être massif et très puissant pouvait se faire battre à plate couture par une petite fille, pourvu qu'elle soit rapide, habile et maline.

Immédiatement, le souvenir de sa défaite à 12 ans face à une gamine de 8 ans fit son apparition... qu'est-ce qu'il pouvait être fougueux et stupide à cet âge-là ! Mais ce combat lui avait donné une bonne leçon : ne jamais sous-estimer ses adversaires et toujours écouter les conseils de ses vieux maîtres.

Ses muscles échauffés, Philippe se mit en place et put appeler son adversaire: "Sparter Ring !" Aussitôt une cible à forme humaine apparut, lançant des sorts imaginaires. cela ne remplaçait jamais un vrai adversaire, mais lorsque l'on est seul, il faut bien s'entraîner. philippe ne tenait pas à ce que l'on sache qu'il était très fort à ce sport. Non pas que ce soit incongru pour un étudiant en Histoire de la magie, mais il valait mieux ne pas trop en réveler sur lui-même, donc autant en appeler à un partenaire imaginaire que de solliciter une vraie personne.

Feintes, estoc, pointée, esquives, protego... Philippe répéta sa gamme avec souplesse et conclut son entraînement par un "Expelliarmus" final.

*Cela fait du bien de s'entraîner un peu !*

Ce qu'il ne s'attendait pas, c'était qu'il n'avait pas vu le temps passer, que le professeur aussi avait un peu d'avance et qu'il ne ressemblait pas du tout à ce qu'il s'attendait...

Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




L'escrime est une tradition française ! _
MessageSujet: Re: L'escrime est une tradition française !   
L'escrime est une tradition française ! Icon_minitimeSam 23 Juil - 11:03

Le ciel était clair, dégagé, j'en profitais pour me promener dans le parc. J'avais besoin de me dégourdir un peu les jambes. J'aimais faire du sport, mais là, j'avais trop froid pour faire un petit footing. Le week-end promettais d'être beau. J'espérais que le soleil réchaufferait un peu plus Poudlard. Ma première semaine de cours avait été rude. Certains élèves, les perturbateurs surtout, s'amusaient à mettre le bazar dans mon cours. Mais après leur avoir expliqué ma façon de voir, ils se sont étrangement calmés. Sauf les irréductibles casse-pieds, forcément. Mais je ne perdais pas espoir. Si je devais arriver au point de retirer des points systématiquement, je le ferais ! À moins de leur faire faire des colles. Ou de les faire sortir de cours, c'est aussi une idée à creuser.

Je ne pensais pas que le temps pouvait passer aussi rapidement. Je me souviens de l'époque où s'était moi qui suivait les cours. Je trouvais que le temps s'écoulait drôlement doucement durant certain cours. Je me suis toujours demandée si ces profs-là ne lançaient pas un sort ou quelque chose comme ça pour dilater le temps. Les profs étaient sadiques ! Aujourd'hui, je n'ai pas assez de temps en un cours pour leur montrer tout ce que je voudrais ! Mais dans l'ambiance générale, je trouve que je pourrais faire nettement moins bien.

L'air commençait à se faire de plus en plus frais. J'enroulais ma cape autour de mes épaules et me dirigeais vers le château. Je ne voudrais pas attraper du mal et devoir faire un petit tour à l'infirmerie. Non pas que je détestais notre infirmière, elle était d'une gentillesse extrême, quoi qu'un peu sèche lorsqu'on lui fait perdre son temps. Oui, je ne devais pas l'importuner, surtout en ce début d'année. Je me dépêchais de rentrer au château, d'autant plus que j'avais un rendez-vous dans une vingtaine de minutes. En montant dès à présent, j'aurais une dizaine de minutes devant moi.

J'arrivais dans mon bureau et allumais un bon feu dans la cheminée qui se trouvait derrière mon fauteuil. Je m'installais par la suite dans mon siège et fermais les yeux. Je sentais déjà la chaleur chatouiller ma peau. Tout était silencieux. Je pourrais me réchauffer et être en forme pour tout à l'heure. Cependant, mes oreilles captèrent des bruits venant de ma salle de classe. Encore des élèves, pensais-je. Les cours ne leur suffit pas ? Je me levais rapidement, baguette en main et prenait mon temps pour arriver dans ma salle. J'ouvris la porte, prête à stupefixer les intrus. Quelle ne fut pas ma surprise en constatant qu'il ne s'agissait pas du tout d'élèves, mais de mon rendez-vous. Du moins c'est ce que je pensais. Je me déplaçais pour me placer dans l'ombre et observais la technique de cet homme. Je devais avouer qu'il savait bien se battre, très bien même. Et bien qu'il n'y ait pas de réel adversaire, je savais qu'il devait très bien se débrouiller face à un ennemi. Je décidais de sortir de l'ombre après ce qu'il me sembla sa dernière incantation et l'applaudit. Ce n'était pas très amical comme applaudissement, mais il n'avait rien à faire dans ma classe. Je m'avançais jusqu'au terrain de duel afin qu'il puisse voir à qui il avait en face.


  • « Puis-je savoir qui vous êtes ? Je ne reconnais pas votre visage, vous n’êtes certainement pas un élève. Que faites-vous dans ma salle de classe ? »

Son expression m’indiquait qu’il était intrigué puis surpris. Apparemment, il ne s’attendait pas du tout à ce genre de professeur, jeune et surtout une femme. Il devait surement s’attendre un vieux sage. Si c’était vraiment ce qu’il attendait, il devait surement être plus qu’abasourdi. Je me rapprochais encore de lui, toujours sur le qui-vive et lui tendis la main. J’étudiais le jeune homme de haut en bas. Il était plus jeune que moi, je dirais entre 18 et 20 ans. Plutôt mignon, musclé et agile d’après sa démonstration.

  • « Lefebvre, professeur de duel. Seriez-vous mon rendez-vous ? »

Je n’étais pas très engageante et je ne voulais pas être accueillante et surtout il ne me donnait aucune raison de l’être. Je ne savais pas depuis combien de temps il était là et je ne savais pas s’il était vraiment la personne que j’attendais dans dix minutes normalement.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Philippe Chrétien

Philippe Chrétien


Sorcier
J'appartiens au monde magique


▌Age : 41
▌Parchemins : 95
▌Points de Rp : 35
▌Initiation magique : 19/07/2011


L'escrime est une tradition française ! _
MessageSujet: Re: L'escrime est une tradition française !   
L'escrime est une tradition française ! Icon_minitimeLun 25 Juil - 2:01

L'applaudissement sec et plus ironique qu'amical surprit l'étudiant. Fort en occlumancie, il était une véritable bille en légilimancie et il était incapable de dire qui était cette fille qui avait manifestement dépassé la vingtaine et ce qu'elle faisait là.
*La petite-fille du Maître de duel, sans doute.*C'est lorsqu'elle parla de "sa" salle de classe que Philippe Chrétien ouvrit de grands yeux surpris. On lui avait pourtant appris à rester impassible mais cette situation échappait à tout ce qu'il avait connu jusqu'alors.

"VOUs... VOUs êtes... Maître Lefebvre.... C'est vOUs ?"Il s'attendait presque à ce que la jeune fille éclate de rire, lui sorte un "non, bien sûr que non, le voilà, le vrai Maître!" et qu'un vieil homme rabougri surgisse de derrière elle, mais ce n'était manifestement pas le cas. Au contraire, la jeune fille s'approcha et lui tendit la main. Rangeant sa baguette, le français la lui serra. Se remettant lentement de cette chose impossible pour lui *une jeune fille maître de duel Shocked !*, il essaya d'analyser son vis-à-vis.

*Un peu plus que mon âge, 25 ans pas plus, longs cheveux raides, grande pour une fille, sûre d'elle, apparemment elle a du caractère. Elle se méfie de moi et semble me considérer comme un intrus. Poignée de main formelle. Jeune maître (une jeune fille maître de duel Shocked !), elle doit avoir des choses à prouver, d'autant plus qu'elle porte un nom français. Veut avoir l'air sûre d'elle mais ne l'est peut-être pas tant que ça. Deuxième possibilité : elle ne doute de rien, et c'est une harpie ! Possibilité à creuser...*"Euh... oui, Maître, je suis bien votre rendez-vous." déclara t-il d'un ton qu'il voulait respecteux et formel, comme on lui a appris à faire dans sa vieille école de duel. Il se demandait s'il devait respecter les usages séculaires de s'incliner face au maître tout en montrant sa baguette dans la paume de ses mains.

*Pour arriver au poste qu'elle occupe, elle a dû casser beaucoup de conventions, elle pourrait mal le prendre si je la traitais comme une vieille femme vénérable... il vaut mieux faire simple.*Il se contenta donc de s'incliner légèrement en signe de respect pendant qu'il lui serrait la main. La lâchant, il essaya de remettre ses idées en place.

"Excusez-moi si je vous ai dérangé, mais... j'étais arrivé en avance et... je ne pensais pas que vous viendriez aussi tôt. Philippe Chrétien, étudiant en Histoire de la Magie, Université Magique de la Sorbonne. Le directeur de l'internat m'a conseillé de commencer par vous, pour que je peuve...puisse...peut..? *maudit anglais! J'aurais dû bosser mon subjonctif !* observer vos cOUrs et visiter un peu cet étAge. J'ai aussi quelques questions sur l'éducatif système ANglais, en particulier pour les duels."

Maintenant, qu'elle l'avait vu, il était inutile de cacher son niveau de duelliste.

"Je prAtique ce sport, vous voyez... alors j'ai Accepté très vIte de renconter un maître ANglais. Bien sûr, persônne ne peut battre le champion actuel, Maître Flitwick, mais on m'avait toujours dit qu'il était... comment on dit en anglais? "L'exception qui confirme les règlements" ? J'aurais bEAUcoup des questions à vOUs poser, si vOUs le permettez."
Inutile de fâcher la professeur en avouant directement qu'il l'avait prise pour une petite-fille de maître, cela n'aurait pour seul résultat que de braquer la jeune fille contre lui. De toute façon, elle devait bien s'en douter, vu le machisme de ce sport.

*En gros, je passe à ses yeux pour un étranger machiste arrogant et maladroit qui s'introduit sans autorisation dans des salles de cours et qui doute de ses capacités... Joli début, Philippe ! Tu veux qu'on te prête une ou deux baguettes, ou tu continues à t'enfoncer tout seul ?*
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




L'escrime est une tradition française ! _
MessageSujet: Re: L'escrime est une tradition française !   
L'escrime est une tradition française ! Icon_minitimeMer 27 Juil - 23:43

Je le regardais, toujours aussi peu accueillante. Je n’aimais pas ses manières. Et sa surprise ne m’adoucit en rien. C’était peut-être une façon de me tester. Je penchais la tête sur le côté, attendant enfin une réponse. Au lieu de ça, il bafouilla et m’appela maître. Il ne fallait pas pousser non plus. En tout cas, il avait réellement du mal avec le fait que je sois une femme. Machiste. Pour un début, il commençait très mal. Il n’en revenait toujours pas. Je me retournais et regardais autour de moi avant de lancer :

  • « Vous voyez quelqu’un d’autre dans cette salle ? » N’attendant pas sa réponse je poursuivais. « Je crains fort d’être la personne que vous cherchez. J’en suis désolée.»

Évidemment, je n’étais pas du tout désolée. Un professeur reste un professeur, homme ou femme, peu d’importance. En plus pourquoi m’appelait-il maître ? Je ne suis pas assez âgée pour prétendre être maître de duel. Je fronçais les sourcils tout en lui répliquant qu’il pouvait simplement m’appeler mademoiselle. Je n’étais pas prétentieuse à ce point-là. Cependant, j’inclinais ma tête pour le saluer, respect oblige.

Il commença à m’expliquer le pourquoi il était dans ma classe avant l’heure. Je penchais la tête sur le côté. C’était amusant de le voir perturbé. Son anglais était un peu scolaire et basique, mais j’adorais son accent. So Frenchy! Je me demandais si moi-même j’aurais eu cet accent si j’étais restée plus longtemps en France. Je sortais de mes songes et reprit le fils de son histoire. Le directeur était mêlé à cette histoire. Pourquoi engager un étranger ? Je me jurais de le demander à l’intéressé directement, un peu plus tard.


  • « Si je vous le permets ? Ai-je vraiment le choix ? » Je l'interrogeais du regard. « Vous pouvez suivre mes cours, ou bien l'un de mes cours, je ne sais pas ce qu'il vous faut exactement, mais c'est à une seule condition : faites comme si vous n'étiez pas dans la classe ! C'est compris ? » Mon ton se fit légèrement menaçant. Quand il s'agissait de l'avenir de mes élèves, je pouvais devenir très antipathique. « Si jamais mes élèves n'arrivent plus à se concentrer, je me verrais dans l'obligation de vous faire sortir. Nous sommes peut-être en début d'année, mais devenir un excellent sorcier demande beaucoup plus qu'une année. Vous serez d'accord avec moi, j'espère ? Suivez-moi, nous allons passer dans mon bureau. »

Lieu du rendez-vous. Je le faisais entrer et lui indiquais un siège où il pouvait s'asseoir. Je n'aimais pas être surveillée, mais s'il le fallait, je courberais l'échine, après tout, je n'avais rien à cacher. La lumière du soleil qui passait au travers des vitres venait s'écraser en plein milieu de mon bureau. C'était exactement ce que je voulais. Avec les grandes fenêtres que j'avais la chance d'avoir, le soleil éclairait tout le temps mon bureau, ainsi je n'avais pas beaucoup besoin de lampe de bureau. Assise derrière mon bureau je regardais le jeune homme. En y réfléchissant bien, je me sentais légèrement perdue. Il était, à mon avis, plus jeune que moi, pas de l'âge de mes élèves, mais tout de même. Ce qui me dérangeait le plus c'était sa façon de me voir. Je ressemblais vraiment à une débutante ? Super ! Quelle autorité je devais avoir auprès de mes élèves ! Pourtant, j'arrivais à garder le calme et le sérieux lors de mes cours. Il faudrait que je demande à mes collègues.

  • « Tout à l’heure. Vous ne me preniez pas au sérieux, n’est-ce pas ? Ne le niez pas. J’ai bien vu votre étonnement à l’annonce de mon nom. Vous savez que les femmes peuvent tout aussi être douées que les hommes ? Vous pouvez le demander au directeur : je vaux largement un homme. J’étais l’une des premières de ma classe en duel et ce durant toute ma scolarité. » Je me taisais et le fixais un moment. « Souhaitez-vous une démonstration ? Peut-être qu’après vous serez rassuré quant à mon rôle de professeur ! »

Je m’étais rapproché de lui, par-dessus mon bureau, les mains à plat sur le bois, prête à me lever. Je n’avais pas peur de me mesurer à lui et je crois que ma détermination se lisait dans mes yeux. Le directeur ne m’aurait jamais accepté en tant que professeur s’il jugeait mon niveau trop faible.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Philippe Chrétien

Philippe Chrétien


Sorcier
J'appartiens au monde magique


▌Age : 41
▌Parchemins : 95
▌Points de Rp : 35
▌Initiation magique : 19/07/2011


L'escrime est une tradition française ! _
MessageSujet: Re: L'escrime est une tradition française !   
L'escrime est une tradition française ! Icon_minitimeVen 29 Juil - 2:00

La répartie du professeur fut tout sauf sympathique et l'étudiant ne s'en étonna pas, vu son entrée en matière catastrophique.

*Mademoiselle. Sans l'avoir fait exprès, je l'ai tout de même vieillie. j'ai intérêt à être très prudent la prochaine fois que je parle. L'option "harpie" est maintenant privilégiée !*

Elle lui demanda si elle avait le choix.
*Exactement comme Dumbledore... Ils se sont tous donnés le mot, ou quoi ?*

"Bien Sûr, vous Avez le chOIx ! Je ne suis pas un INspecteur des IMpôts!"
s'exclama t-il.

Les collecteurs d'impôts français étaient connus pour être particulièrement tenaces, s'invitant dans les cheminées sans être attendus, estimant la fortune cachée des gens d'un seul coup de baguette, certains s'entraînaient même pour être de redoutables legilimens. On prétendait que leur système de surveillance anti-incartable était plus pointu encore que celle de la police.

La condition du professeur lui convenait parfaitement.

"ComprIs, mâdemoiselle."


Le ton de la jeune femme se fit menaçant. Il n'eut le temps ni de protester ni d'approuver qu'elle se dirigeait déjà vers son bureau. Philippe fut contraint de la suivre, même si l'envie de partir en claquant la porte pour ne plus voir la harpie s'insinuait en lui.

*Finalement, un inspecteur des impôts serait mieux accueilli.*


Lui indiquant un siège, le français hésita avant de s'asseoir. Il ne voulait pas qu'elle le confonde avec un élève pris en faute. elle le scruta un moment avant de lui avouer ce qui semblait la chiffonner depuis le début et que Chrétien savait déjà : elle le prenait pour un affreux macho arrogant qui se pensait supérieur à elle. Elle lui proposa même une "démonstration". Elle avait commencé à se lever et le regardait droit dans les yeux.

*C’est l'occasion de la détromper.*


Le jeune homme soutint son regard mais sans défi. Il éloigna un peu sa chaise pour reprendre une distance respectueuse.

"Je peux vOUs raconter une histoire ? Il y a longtEMps, un enfant de douze ANs se croyait bien au dessus de ses câmarades. il les avait tous bAttus et se pensait prêt à affronter des plus vieux que lui. C'est alors qu'est apparue une petIte fille de huit ANs, avec une petite baguette lumIneuse d'entraînemENt comme on offre aux enfANts qui pratiquent le duel sANs avoir encore de bâguette à eux. C'est elle qui proposA au grANd garçon de s'affronter un peu. Vous devinez déjA la suite, le garçon rit, il acceptA, échangea sa baguette pour une baguette lumIneuse pendant qu'un maître compta les points, et la petIte fille gagna."

Le jeune homme sourit à ce souvenir. Ce n'était pas un mauvais souvenir, il avait ravalé sa fierté et avait même offert une glace à la gagnante, qui était radieuse.

"Je suis étonné car j'ai connu toujOUrs de vieux maîtres en France, jamais une jeune Femme mais je ne doute pâs de vos capâcités. Après ce combat perdu, même si c'étAIt "pour de faux", j'ai appris à ne jamAIs sous-estimer un adversaire, l'homme ou la femme."

Il secoua la tête en signe de dénégation.

"Je refuse. Pas comme ça. Pas pour ces rAIsons. Un jour, peut-être, si vous vOUlez vous entraîner, si vous êtes détendUe et qu'on se rencontre sur un terrain pour s'amUser ou pour le plAIsir du sport. Mais pas pour prouver quelque chôse. "

Là dessus, l'étudiant se leva et s'inclina de nouveau.

"Je suis vrAIment désolé si je vous manquait... ai manqué de respect *maudit conditionnel !*.Ce n'était pas mon intention. Les français ont la réputâtion d'être ArrogANts mais je vous jure que ce n'est pâs mon cas. Si vous ne dEsiriez...dEsirez pas ma présence, je comprENds. Je ne vous dérANge pas plus longtemps. J'espère vous montrer un jour que vous trOMpez sur moi."

Il remit consciencieusement la chaise à sa place et lui tendit la main en signe de départ, concluant d'un "mâdemoiselle".
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




L'escrime est une tradition française ! _
MessageSujet: Re: L'escrime est une tradition française !   
L'escrime est une tradition française ! Icon_minitimeDim 31 Juil - 6:52

J’écoutais son histoire avec attention. Pourquoi me racontait-il cette histoire ? Me comparait-il à ce garçon ? Je me renfrognais. Je ne me considérais absolument pas comme la meilleure et la plus puissante des deux. Et jamais ô grand jamais je me placerais au-dessus de n’importe qui. Je me pensais simplement à la hauteur des attentes du directeur. S’il comptait me mettre dans sa poche avec son histoire de petite fille battant un garçon, c’était raté. Cependant, je le laissais continuer. Après tout, je m’étais peut-être emballer un peu trop rapidement. Il m’expliqua le pourquoi du comment.

Les Français étaient vraiment arrogants ? Si j’en doutais j’en avais un spécimen remarquable devant mes yeux. Mince ! J’ai échappé à bien des choses en revenant en Angleterre. Du plus loin que je sache, mes parents m’ont toujours parlés en anglais, même lorsque nous habitions en France. Seule Mandy parle français couramment. J’aurais aimé savoir, c’est une langue complexe, mais leur accent est délicieux.

Alors que je voulais l’affronter pour lui prouver ma valeur, il refusa. La première chose qui viendrait à l’esprit serait qu’il a peur de perdre, encore une fois, face à une femme. Mais ce n’est pas ce que j’ai pensé. D’ailleurs, je n’avais rien pensé sur le coup. J’avais attendu de connaître son explication d’abord. J’avouais ma faute : il n’était pas si rabaissant que je l’imaginais. Je le regardais remettre sa chaise et me tendre la main. Je me levais également et lui serrais la main.


  • « Monsieur. Je suis allée un peu trop vite en besogne. Je vous prie de bien vouloir accepter mes excuses. Sans vouloir vous vexer, je vous ai pris pour quelqu’un doutant de mes capacités et je suis montée sur mes grands chevaux. Et j’accepte volontiers de me mesurer à vous une prochaine fois. Reprenez votre place, je vous prie. Et continuions notre conversation, voulez-vous ? »

Je lui montrais la chaise qu'il venait de remettre à sa place puis je me dirigeais vers un meuble bas. Tout en l'ouvrant je lui demandais s'il désirait boire quelque chose. Maintenant que nous partions sur de bonnes bases, autant être la plus aimable possible. Pour ma part, je n'avais rien prit d'autre qu'un verre d'eau. Je n'aimais pas vraiment les alcools forts, mais cela ne m'empêchait pas d'avoir quelques bouteilles en réserve au cas où. Comme on dit souvent : on ne sait jamais. Je revenais à mon bureau, posais les bouteilles et les verres puis je me rasseyais face à mon interlocuteur.

  • « Puis-je vous demandez les raisons de notre entrevue ? Je suis d’un naturel curieux et j’aime savoir pourquoi je fais les choses. Ce n’est pas contre vous ! Et je ne m’opposerais pas à vous, sauf si vous perturbez ma classe, mais je crois que cette partie est déjà claire. »

Je m’autorisais un léger sourire En revoyant la scène passée, je comprenais qu’il ait pu se sentir mal à l’aise. Je n’avais vraiment pas été sympathique. Mais je me devais d’être ferme et parfaitement clair avec lui. Mes élèves passaient avant tout.

  • « Je vous présente encore mes excuses. J’ai été un peu sèche avec vous. Mais, je pense que nous n’aurons plus ce genre d’incident si toutes les règles sont parfaitement bien établies entre nous. Je me suis trompée sur vous et je vous ai montré une fausse facette de moi. Et j’espère bien me rattraper. »

Je me recollais à mon siège, le dos bien droit et mes yeux dans les siens. Les yeux sont les fenêtres de l’âme, dit-on. Je prenais mon verre et fit couler le liquide blanc et sans goût dans ma bouche. L’eau était fraîche, ce qui me rafraîchissait vu que la température avait légèrement monté quelques minutes avant.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Philippe Chrétien

Philippe Chrétien


Sorcier
J'appartiens au monde magique


▌Age : 41
▌Parchemins : 95
▌Points de Rp : 35
▌Initiation magique : 19/07/2011


L'escrime est une tradition française ! _
MessageSujet: Re: L'escrime est une tradition française !   
L'escrime est une tradition française ! Icon_minitimeLun 1 Aoû - 6:53

S'attendant à un "good bye", et ayant déjà fait une croix sur l'entretien, le français ne s'attendit pas à des excuses. Elle l'invita à reprendre sa place, ce qu'il fit. Effectivement, elle avait très mal pris qu'il soit étonné de se trouver face à elle.

"Encôre une fOIs désolé, je ne voulAIs pas du tout."


S'affronter une prochaine fois ? Si ils réussissaient à brise la glace pourquoi pas ?

"Ce sera un Nhônneur."
répondit-il poliment.

Il vit la jeune professeur sortir des bouteilles et lui proposer de boire. Il avait la gorge un peu sèche et trouva que c’était un excellent moyen de détendre l'atmosphère. Amateur de champagne, il ne s'attendait pas à en voir chez une anglaise, même née en France; il fut agréablement surpris par contre de repérer du vin rouge. Il s'empara de la bouteille et la fit tourner autour de ses mains.

"Vous avez du Fronton ? IncroyAble ! J'Adore leur rôsé et encore plus leur vin rouGe. Ils sont un des râres à utiliser le cépAge "négrette", on dit que leur goût est unIque au mONde. Mais c’est un vin qu'on ne peut trOUver qu'à Montauban et Toulouse. C’est excEptionnel d'en trouver en Ecosse, cômment avez-vous fAIt ?"

La réponse s'imposa d'elle-même. Vu son nom français, elle ne pouvait être que du sud-ouest. Il rit de l'opposition géographique des deux nés français.

"C’est Amusant, je suis né à l'oppôsé, dans le Nord-Est, à Troyes, en Champagne. Tout pEtit, on nous apprend à différENcier les vins et chAMpagnes, vous comprenez ? Avec môdération, bien sûr ! Mais je ne peux pAs ouvrir votre bouteille, vous ne devez la garder que pour les grANdes occasions."

Posant à regret la bouteille de vin, il imita la professeur de duel et prit un verre d'eau. L'atmosphère s'était un peu détendu, ce que l'étudiant apprécia. Elle lui demanda le but de sa venue et s'excusa une nouvelle fois.

*Un peu sèche est un euphémisme. Mais si elle a vraiment d'autres facettes... j'aurais tort de ne pas chercher à les voir; et puis elle a l'air vraiment désolée. Et j'ai fortement contribué à ce qu’elle se fâche !*

"Les raisons de nôtre entrevue sont tout simplement de vous demander si je peux vOIr vos cours et prendre des notes sur la façon dont les élèves réagissent ENtre leurs différENtes maisons, et sur l'ôrganisation de votre cours.
Je travaille sur le système édUcatif anglais et je dois consacrer une grANde partie de mon mémoire sur le partAge en quatre des élèves du côllège, les... comment vous dites ? antagogonismes et affifinités entre maisons. Le duel est une des meilleures mAtières qui soit pour constAter ce genre de choses... même s'il ne se passe rien, ce sera instructif. Cela voudra dire que les élèves mettent leurs différENces de coté. C’est une étude passionnANte, je pouvais...pourrais vous parler de ça des heures."


Tout en parlant, Philippe s'était animé et faisait quelques gestes, comme si son anglais était insuffisant pour décrire son sujet d'étude. Cela n'était pas sa vraie mission. En tant qu'agent secret, il devait poser discrètement des questions aux élèves, en particulier les serdaigles. Mais cela ne l'empêchait pas d'être passionné pour sa vraie-fausse étude! Même s'il savait que ce n'était qu'une couverture... c'était une couverture qui lui plaisait bien.

"Je voudrais seulement poser quelques questiONs à vos élèves après leur duel, pourquoi cet Adversaire, aurait-il préféré un aûtre, pourquoi ? Qu'est-ce que ça lui fAIt de gagner ou de perdre fAce à un de sa maison ou d'une autre maison ? J'ai plein de questions toutes prêtes !"

L'enthousiasme de Philippe ne laissait pas de place au doute quant à son investissement dans cette étude.

"Ai-je votre âccord, mademOIselle ?"
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




L'escrime est une tradition française ! _
MessageSujet: Re: L'escrime est une tradition française !   
L'escrime est une tradition française ! Icon_minitimeSam 6 Aoû - 4:10

Je retirais les bouteilles, refermais l'armoire puis posais les bouteilles sur le bureau. À peine les avais-je posées que le jeune homme en saisit une et la fit tourner dans ses mains, comme si c'était une denrée très rare. Il était étonné que je possède une bouteille comme celle-là. Je l'écoutais en souriant. Les Français étaient vraiment des êtres surprenants. Il en connaissait en rayon sur les vins et champagnes. Pour ma part, je n'y connaissais pas grand-chose, mais j'avais des parents qui vivaient encore en France, ils me renseignaient si j'avais besoin et m'envoyaient des caisses des meilleurs alcools français. D'ailleurs je trouvais leur habitude un peu bête puisque je ne buvais pratiquement aucun alcool. Et ce n'est pas les propositions qui manquaient. À chaque soirée, à chaque fête, je refusais. Peut-être que je ne voulais pas perdre le contrôle de moi-même. Ou bien était-ce autre chose. Allez savoir.

  • « J’ai des contacts en France. Des parents, plus exactement, qui m’envoient quelques bouteilles de temps en temps. Ils sont un peu dispersés, mais ils sont tous dans le sud, d’où les bouteilles. »

Je ne les voyais plus souvent, mais je m’étais promis d’aller leur rendre visite un jour où l’autre, ils me manquaient quand même. Il m’expliqua qu’il était bien plus au nord et que dès tout petit il devait reconnaitre les différents champagnes et autres vins. Pauvres gosses ! Il refusa que je l’ouvre spécialement pour lui, mais je lui promis de l’ouvrir pour une grande occasion, si jamais il était présent également. Reprenant le cours de notre discussion, je lui avais demandé le pourquoi de notre rendez-vous. Il voulait tout simplement étudier mes cours et voir comment mes élèves réagissaient en cours – sous-entendu pour savoir si je savais bien les tenir, en réalité – afin d’avoir de la matière pour son mémoire. C’était étrange, il m’avait pourtant dit qu’il était en Histoire de la magie. En quoi l’étude de l’ambiance d’un cours pouvait avoir un lien avec l’histoire de la magie ?

  • « Je n’y vois aucun inconvénient, du moment que j’arrive à faire mon cours normalement. Mais puisque vous m’avez donné votre parole, j’imagine que tout se passera très bien. »

C’était tout de même bien étrange quand on prenait le temps de réfléchir. Juste quelques secondes même. Une élève fut victime d’un très mauvais sort et voilà cet étudiant qui pointe son nez et qu’il interroge tout le monde. Une coïncidence ? Je n’y croyais pas vraiment. D’ailleurs je ne crois pas au hasard. Non, il devait y avoir beaucoup plus que ça. Mais quoi ? Pensait-il que le coupable était encore dans l’école ? Si jamais c’était le cas, le coupable était plutôt idiot ! Dumbledore est le sorcier le plus puissant. Personne n’échappe à Dumbledore. Une minute, pensait-il que ce soit moi ? Pensait-il que ce soit moi qui avais lancé ce sort ? Mais oui ! Après tout je suis prof de duel, je m’y connais en sortilèges ! J’étais suspecte. J’en étais certaine à présent. Cependant, je n’affichais rien sur mon visage, je restais de marbre. Aucune émotion ne devait transparaitre sur mes traits.

  • « Vous voulez commencer quand ? Dois-je prévenir mes élèves avant de commencer ? Ou bien préférez-vous leur laisser la surprise ? »

C’était bien la première fois que je me retrouvais dans ce genre de circonstance. Je ne savais pas comment réagir face à ça. D’autant plus que j’avais quand même de légers doutes sur ses réelles intentions. Je fronçais les sourcils et me mordillais l’intérieur de mes joues : signes que j’avais trop de questions en tête. Pourquoi cette agression ? Pourquoi ce jeune homme étrange ? Pourquoi avais-je l’impression d’être suspecte ? Je n’aimais pas. Je n’aimais vraiment pas. S’il fallait faire n’importe quoi pour que disculper, je le ferais. Je n’étais pas coupable et j’allais le lui faire comprendre.

  • « Dites. J’ai un élément qui me vient comme ça. Vous m’avez bien dit que vous étiez étudiant en Histoire de la magie, non ? En quoi vos questions vont vous aider ? »

Je n’étais pas agressive, loin de là. J’essayais d’être tout à fait polie et légèrement curieuse. J’aimais apprendre et comprendre les choses. Et ce Français était une énigme épineuse que j’aimerais découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Philippe Chrétien

Philippe Chrétien


Sorcier
J'appartiens au monde magique


▌Age : 41
▌Parchemins : 95
▌Points de Rp : 35
▌Initiation magique : 19/07/2011


L'escrime est une tradition française ! _
MessageSujet: Re: L'escrime est une tradition française !   
L'escrime est une tradition française ! Icon_minitimeDim 7 Aoû - 3:26

Le raisonnement de Philippe sur l'origine aquitain ou pyrénéens de la brune fut confirmée. Elle était bien d'origine française et avait gardé des contacts en France.

*Intéressant... Famille dispersée mais présente, et elle garde des liens avec eux.*

Fort heureusement pour le palais appréciateur du jeune homme, elle promit d'ouvrir la bouteille de vin en sa présence.

« Méfiez-vous, je n'OUblierai pas cette promEsse, et je guetterai tOUtes les occasions ! Même un match de Quidditch s'il le faut. Vous étiez de quelle mAIson ? Pour savoir quand je devrai me précipiter vers votre armOIre en cas de victoire ? »

Bien sûr, c'était une façon plus ou moin subtile d'en savoir plus sur elle. Si elle était une ancienne serdaigle ou si elle était d'une autre maison, cela pouvait changer beaucoup de choses...

Il fut assez soulagé qu'elle donne son accord. Il pourra ainsi récolter quelques informations sur les élèves, surveiller, interroger les serdaigles et espionner discrètement cette jeune professeur. Mais bien sûr, il se retint de poser la moindre question sur les évènements qui ont lieu.

« Mais bien sûr, je dis même: il fAUt que ça se passe normalement. Mon étude n'aurA aucune valeur si les élèves chANgent de comportement pendant que jE suis là. Mais je ne pense pâs qu'il y aurâ de problèmes.»

Il sentait la jeune femme réticente cependant. Elle se serait bien passée de la présence de l'espion, même si elle présentait un visage plus avenant qu'au début de leur entretien. Quelque chose à cacher ?

« Si cela ne vous gêne pas, j'ai aimé...j'aimais bien commENcer dès cette semaine. Je pense que ce sera mieux si vous me présentez et que je parle un tout petit peu pour leur dire bONjour. Ensuite je en gênerai plus. Je vais pâsser un peu entre les groupes et leur poser des petites questions sur leur combat, c'est tout. »

En minimisant sa présence, il espérait endormir un pu la méfiance de la jeune femme.

« A la fin du cours, si vous pourrez me cONsacrer cinq petites minutes, je noterai aussi vos impressions, c'est importANt d'avoir l'avis d'une professionnelle. Et puis, je ne serai là que pour quelques cours, je demanderai aussi à vos cOllègues si je peux venir les voir, je ne serai pas toujours là à vous EMbêter. »

Il finit sa phrase par un petit rire poli pour lui faire comprendre qu'il était conscient que sa présence la dérangeait, qu'il respectait cette gêne et qu'il irait ailleurs. Egalement parce qu'il savait d'expérience qu'on se sent beaucoup moins visé si on sait que d'autres sont également visités.

« D'ailleurs le professeur Binn's est mon... comment dites-vous ? TUteur ? InterlocUteur ? Privilégié. Mais j'ai du mal à lui pArler et même à le trouver. » 

*Et pour cause ! C'est bien la première fois que je vois un fantôme avec un poste à responsabilités !*

La dernière question de la professeur fit sourire intérieurement le jeune garçon.

*Comme le vieux directeur, celle-là aussi a oublié d'être idiote !*

Fort heureusement, l'espion avait soigneusement préparé sa couverture.
« Cela va beaucoup m'aider ! L'Histoire est changement. Et le partage en quatre maisONs est un élément important de votre Histoire éducâtive, je dirais même sans jeu de mOts, un élément « fondateur ».L'entente entre les maisons a changé au cOUrs du temps, je dois chercher les changements passés et l'état actuEl de leur rapports, et je ne peux savoir cet état actuEl qu'en interrogeant les élèves. Et ce cOUrs est le meilleur executeur... non exit... non...exUtoire pour ça.
Savez-vous par exemple qu'il ya mille ans, les maisONs Serpentard et Gryffondor s'entendaient très bien ?
Enfin, c'est un sujet passionnant, et on s'aperçOIt même qu'il y a trois catégories d'adultes: ceux qui sont restés fidèles aux valeurs de leur maisON, ceux qui ont évolués et ne tiennent plus cOMpte des maisons, et ceux qui ont complètement changé de valeur et qui seraient répartis ailleurs si ils avaient onze ans. Vous voyez, j'ai déjà une idée de mON plan pour les adultes, il me manque encore pour les enfants. »


Philippe jouait très bien ce rôle d'étudiant pour l'excellente raison que ce sujet le passionnait rééllement. Il espérait avoir assoupi la méfiance de la professeur avec ce beau discours mais doutait qu'elle en resterait là pour les semaines suivantes.

*Ce n'est pas grave, peut-être ne se doute-t-elle de rien, après tout et elle a peut-être seulement peur d'être observé par un étranger. Si je gagne sa confiance, à force, elle finira par accepter mes explications.*

Philippe se leva. Du moment qu'il avait obtenu son accord et qu'elle le lui avait accordé, il devait abslument voir l'étrange inscription du septième étage qui l'intriguait énormément.

« Je ne vous dérANge pas plus longtemps; j'ai vraiment été ravi de vous rencontrer, mademoiselle. Je vous préviendrai quand je viendrai vous voir, j'ai encOre d'autres professeurs à aller voir et j'ai abUsé de votre temps. Et je n'oublie pâs pour votre promesse de duel et de bouteille ! Au revoir et encore merci. »

Avec un large sourire, l'étudiant attendit d'être raccompagné à la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




L'escrime est une tradition française ! _
MessageSujet: Re: L'escrime est une tradition française !   
L'escrime est une tradition française ! Icon_minitimeDim 7 Aoû - 9:00

S’il me demandait mon ancienne maison, ce n’était pas totalement pour faire attention aux futurs matches de Quidditch. Non, il y avait quelque chose là-dessous. L’attaque de la préfète me revenait en mémoire. Était-ce vraiment lié ? À cet instant je ne pouvais pas lier les deux affaires.

*Qu’est-ce que vous cherchez à savoir exactement ? Si j’ai un lien avec cette fameuse attaque ? Tu peux sans doute duper beaucoup de monde, mais en y réfléchissant bien, tu dois bien laisser des indices de temps à autres. Et je trouverais ce que tu caches. *

  • « Mon ancienne maison ? Je ne vous dirais qu’une seule chose : j’aime le jaune. » Lui avais-je répondu, tout simplement. Je ne savais pas s’il penserait à associer la couleur jaune à la maison Poufsouffle, mais je ne voulais pas non plus lui mâcher tout le travail.

Il aimait beaucoup les longs discours apparemment. Je doutais vraiment qu’il ne soit qu’un étudiant. À son âge, personne n’a l’esprit aussi brillant que le sien sans subir d’entraînement. S’il a subi un entraînement, ce n’est pas pour rien. Il me cachait quelque chose, j’en étais certaine. Cependant, si je me montrais trop méfiante, il risquerait de croire que je cache quelque chose. Je devais jouer la transparence, mais faire également attention à lui.


  • « Cette semaine, vous dites ? Et bien envoyez-moi votre hibou, me prévenant du jour et de l’heure. Je préviendrais alors mes élèves que quelqu’un viendra, sans pour autant leur dévoilé le pourquoi. Je vous laisserais alors le soin de présenter ce que vous voudrez. Et puis, plus vite on commence, plus vite on en fini. Si vous ne me demandez que cinq petites minutes, je suis d’accord. Et même un peu plus, si vous le désirez. Cependant, si c’est le cas, je vous demanderais de choisir mes derniers cours. Je ne souhaiterais pas empiéter sur le cours d’après. »


Je croisais mes mains sur mon bureau. Il me parla d’un collègue fantôme. Je me souvenais de la première fois que je l’ai vu. On était tous assis en classe, on discutait les uns avec les autres en attendant le professeur. On m’avait dit que le prof d’histoire de la magie était étrange, mais je ne m’attendais surement pas à ce qu’il soit un fantôme.

  • « Le professeur Binns. Cherchez du côté de la salle des professeurs » Lui avais-je répondu avec un clin d’œil.

Et voilà qu'il recommençait avec les longs discours. Il mettait tant d'excitation dans ses explications, après tout, ma question n'avait pas été très innocente, et j'avais quand même de quoi m'interroger. Et si c'était lui le véritable coupable ? Il est sans doute entré dans le château sans que personne ne le sache et avait attaqué cette pauvre Serdaigle qui se trouvait au mauvais moment et au mauvais endroit ! Oui c'est ça ! Et il cherchait quelqu'un qui pourrait faire l'affaire et lui mettre tout sur le dos ! Quel vicelard celui-là ! Il cachait bien son jeu. S'intégrer à Poudlard avec comme excuse un mémoire. Grace à ça, il va avoir des renseignements sur pas mal de monde ! Il ne m'aura pas ! Je suis plus intelligente que ça ! Du moins je l'espérais.

Je devais bien avouer que mon imagination était plutôt riche. Je chassais ses idées saugrenues et j’acceptais sa réponse sans rien rajouter. S’il y avait quelque chose de cacher, je le saurais tôt ou tard. Je pouvais le laisser partir. Je me levais un instant, bref, après lui, contournais mon bureau et lui montrait la porte d’un mouvement de la main.


  • « Vous pouvez être certain que je ne vous oublierais pas. Cependant, si jamais c’est le cas, envoyez-moi un hibou ! »

Je l’accompagnais jusqu’à la porte, l’ouvrit et patientais à côté le temps qu’il franchisse le seuil. Je lui serrais la main et lui souhaita une bonne fin de journée et attendais qu’il soit suffisamment éloigné pour verrouiller la porte de ma salle de cours et me diriger vers mon bureau où je débarrassais les verres et les bouteilles. J’allais ensuite m’asseoir tout contre ma fenêtre et regardais le parc tout en plongeant dans mes pensées : qui pouvait bien être en vérité ce Chrétien ?
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Contenu sponsorisé







L'escrime est une tradition française ! _
MessageSujet: Re: L'escrime est une tradition française !   
L'escrime est une tradition française ! Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

L'escrime est une tradition française !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] The Reunion [DVDRiP]
» [UPTOBOX] House of Fury [DVDRiP]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Alohomora ♣ ::  :: Salles de cours :: Duel :: Salle de cours-