AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Alohomora

Consultez régulièrement les nouveautés ici
Pensez lorsque vous vous inscrivez
à prendre un Prénom et un Nom.

15 lignes minimum dans le Rp et 20 lorsque vous ouvrez un sujet

Le nouveau design est arrivé !

Design n°5 le 09/04/2012 par Kyana.

Venez voter pour faire gagner votre maison !

C'est toutes les deux heures ici.
Dans le Rpg, nous sommes passé au mois de Novembre et Décembre 1976 !

Pour vous y retrouver, consultez le calendrier.

 

 Une blonde attitude [PV Eulalie]

WIZARDHIBOUX
Who are You ?
Philippe Chrétien

Philippe Chrétien


Sorcier
J'appartiens au monde magique


▌Age : 41
▌Parchemins : 95
▌Points de Rp : 35
▌Initiation magique : 19/07/2011


Une blonde attitude [PV Eulalie] _
MessageSujet: Une blonde attitude [PV Eulalie]   
Une blonde attitude [PV Eulalie] Icon_minitimeMer 17 Aoû - 10:08

*Dimanche 4 octobre, 14h, aux Trois-Balais. Je ne me suis pas trompé.*

Philippe n'avait pas hésité un seul instant avant de noter le rendez-vous que lui avait accordé celle dont il comptait bien se servir comme d'une future alliée et indic'. Le faux étudiant était revenu quelques fois à la bibliothèque pour continuer ses recherches, systématiquement la deuxième moitié de la semaine, et pendant qu'il levait discrètement la tête pour repérer où pouvait être Eulalie Hampton, il crut remarquer plusieurs fois qu'elle faisait de même. Mais ces regards échangés furent vite stoppés,. En fait, ils se replongeaient dans leur travail dès que leurs regards se croisaient.
Il est arrivé quelquefois, que, par curiosité pure, l'étudiant observait la jeune assistante bibliothécaire travailler quelques minutes. Il détournait les yeux quand elle dirigeait les siens dans sa direction mais il crut sentir qu'elle l'observait parfois, elle aussi. Curiosité ?

Le temps avait passé, l'heure de leur premier rendez-vous était arrivé et le français voulait y faire bonne impression. Pour l'occasion, il s'était habillé à la dernière mode parisienne, ce qui trahissait son origine mais qui le rendait très élégant, en costume bleu marine, sous une courte robe verte claire assez osée car un peu ouverte au cou, donnant une apparence négligée-volontaire. Il arborait le chapeau typique parisien, pointu mais ouvert à la base, de la même couleur que sa robe mais avec une pointe en forme de flèche partant de la base du chapeau et finissant en haut, de la même couleur que son costume et bordé de blanc.

Les regards, en bonne partie féminin, se tournaient vers ce beau jeune homme blond bien habillé et bien bâti, qui aurait eu toutes les qualités du monde s'il n'était pas français... La jeune madame Rosmerta avait d'ailleurs entamé la conversation avec Philippe, et manifestement, le fait qu'il lui révèle qu'il attendait une "milady" ne freinait pas sa discussion. Pour avoir un peu de paix, l'étudiant dut se résoudre à lui commander une boisson, ce qui fit que Rosmerta s'éclipsa en vitesse, pour servir au plus vite le bel étranger.

Un peu fâché du léger retard de l'anglaise *l'exactitude est la politesse des rois, mais j'aurais dû savoir qu'elle n'est pas très connue des femmes*, l'espion se remémora le pourquoi de cette entrevue. Il hésitait à dire "rendez-vous", après tout il n'était officiellement pas là pour conter fleurette mais bien pour enquêter !

*Si un livre sur le grimoire de Merlin ou tout autre vieux livre poussiéreux débarquait ou était découverte, je dois lui dire de m'en informer immédiatement !

Si elle-même découvre quoi que ce soit dessus, elle doit me le dire.

Si un autre, étudiant ou professeur, faisait ce genre de recherches, elle doit me le signaler.

Et si elle est d'accord, j'ai dans ma poche de quoi me prévenir.*


En effet, l'espion possédait de quoi rester en contact discrètement. Il lui en parlerait si elle acceptait de l'aider.
*Et si elle refusait ? *

Cette éventualité était venue à l'esprit du français. Toutes les hypothèses étaient envisageables.

*Tant pis, j'essaierai avec Pince.. mais je ne vois vraiment pas comment convaincre cette dernière. A moins qu'elle soit intéressée par l'argent... en ce cas, je pourrai l'acheter... oh, pourvu qu'Eulalie accepte !*

Et que se passerait-il si la jeune bibliothécaire d'apparence naïve était suspicieuse et se mettait à avoir des doutes ?
*Je ne pourrai pas lui révéler mon identité, et encore moins mon but. J'inventerais une histoire de pauvre étudiant qui risque de tout perdre si il échouait dans son mémoire parce que ses parents le déshériteront et qu'il sera mis au ban de la société sorcière. Je n'aurai qu'à raconter que c'est une coutume française. *

Dernière possibilité: et si elle venait au rendez-vous avec son *ou sa !!* petit ami ?

*Impossible de lui parler de cela si elle n'est pas seule. On fera une visite de tourisme aujourd'hui, on proposera un autre rendez-vous, et il faudra que je m'arrange pour que son petit ami ait une impossibilité... ou alors j'irai la voir directement à la bibliothèque ou dans sa librairie.*

L'idée qu'Eulalie ne soit pas seule était logique mais contrariait tout de même un peu le français. La blonde avait plus de chances de l'aider si elle était charmée par l'espion plutôt que s' il lui était indifférent.

*Il faut que je lui demande. Discrètement ou non, ça n'a pas trop d'importance. Après tout, pour elle, cette entrevue n'est qu'une visite touristique qu'elle accomplit au pire par charité, au mieux parce qu'elle apprécie ma compagnie, mais sans plus. *

Le français ne s'illusionnait pas mais ce genre de pensées le contrariait toujours.

*Peut-être devrais-je attendre qu'elle me connaisse plus avant de lui proposer de m'aider. Il ne faut pas que je brûle les étapes. Je dois rester prudent.*

Madame Rosmerta arriva avec la boisson qu'il avait commandé, un simple jus de citrouille mais avec un demi-citron. Il remarqua facilement que la servante se pencha plus que nécessaire pour lui servir sa boisson.

« Merci, madâme. » répondit-il, avec son accent reconnaissable.

Il commença à boire tout en tournant un peu la tête, prêt à faire un geste dès qu'il verrait son rencart. Non, son rendez-vous. *Non, mon entrevue !*



Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Eulalie Hampton

Eulalie Hampton


Bibliothécaire
Spécialiste de la
Dewey sorcière


▌Age : 31
▌Parchemins : 108
▌Points de Rp : 17
▌Initiation magique : 15/07/2011


On a des curieux ici...
♣ Age:
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

Une blonde attitude [PV Eulalie] _
MessageSujet: Re: Une blonde attitude [PV Eulalie]   
Une blonde attitude [PV Eulalie] Icon_minitimeJeu 18 Aoû - 4:56

    Eulalie se regardait d’un air critique dans la glace. Elle avait laissé ses longs cheveux blonds détachés, sa robe de sorcière d’un bleu profond, aux bords brodés d’or, rehaussait la couleur de ses yeux. La jeune femme savait que son atout était la beauté de son visage et le jeune français lui plaisait décidément assez. Futilement, elle pensait aussi au fait que sortir avec un jeune français ne pouvait que la mettre en valeur. * Enfin ne rêve pas trop ma grande, peut-être qu’il a déjà une petite amie … en fait sûrement qu’il en a déjà une ! *

    Malgré ça, et l’horloge qui lui indiquait 13h45, Eulalie choisit de refaire entièrement son maquillage. * trop voyant* Une fois fini, elle s’aperçut que l’heure du rendez-vous était passé d’une minute. * mince, mince, mince ! J’espère qu’il n’est pas du genre à se vexer pour un retard, sinon la journée va être trèèèès longue *.

    Pressée, elle attrapa son sac à main qui trainait sur le canapé, enfila une veste et courut jusqu’au Chaudron baveur qui se trouvait à seulement quelques rues de son appartement.

    Eulalie savait transplaner, mais elle savait aussi que dans son état de stress actuel et la trop grande distance qui la séparait de Pré-au-lard, elle risquait de rater son transplanage.

    Bref, elle prit le réseau de cheminée et atterrit enfin dans un des nombreux commerces du village sorcier. Eulalie, avant d’entrer dans la cheminée avait tout de même pris la précaution de se jeter un sortilège d’imperméabilité, elle évita donc de se retrouver pleine de suie. Même si elle était légèrement décoiffée ce dont elle ne se rendit pas compte.

    Elle se rendit rapidement au Trois balais et remarqua avec satisfaction que le temps en ce quatre octobre était splendide. Eulalie ouvrit la porte de l’établissement pour mieux voir juste en face d’elle Rosmerta, la tenancière, penchée plus que nécessaire devant le jeune français.

    Une petite bouffée de jalousie se fit chez l’ancienne Poufsouffle
    * non mais, pour qui elle se prend celle-là ?! *. Elle avait toujours envié les formes plantureuses de la serveuse, elle qui en était désespérément dépourvue. Comme pour chercher confirmation, elle jeta un bref regard dans le décolleté de sa robe, rien. Non, non, tout était normal, pas de poitrine extra large à l’image de celle de Rosmerta.

    Légèrement rougissante elle s’approcha du couple et vit la tenancière et ses formes plantureuses retourner à ses autres clients.


    « Je suis désolée, je suis en retard. J’espère que ça ne fait pas longtemps que vous attendez »

    Elle ne dit pas, bien entendu, que son retard était dû au fait qu’elle avait décidée de se remaquiller au dernier moment. Elle tira la chaise en face de celle de Philippe et dut se résoudre à appeler Rosmerta et ses formes pour commander quelque chose à boire.

    Un rapide coup d’œil vers l’homme, lui apprit qu’il n’avait pas pris de l’alcool. Elle suivit donc son exemple.


    « Pourrais-je avoir du sirop de cerise soda s’il-vous-plait ? »

    Eulalie se débarrassa rapidement de ses vêtements, elle était légèrement trempée à cause de la pluie londonienne. Heureusement, avec la chaleur qui régnait dans le pub, elle allait rapidement sécher. Même si cela la faisait légèrement rougir, elle se força à regarder le jeune français dans les yeux et à observer sa tenue plus ou moins discrètement.

    Elle trouvait d’ailleurs qu’elle était … singulière. Rien à voir avec la mode anglaise.


    « J’imagine que vous êtes habillé à la mode française ? Cela vous va très bien ! »

    Tout à coup la serveuse et ses formes revint et lui servit sa boisson, en plus de regards langoureux vers son compagnon. Eulalie n’en fut absolument pas ravie, maintenant en plus de la concurrencer avec les formes de son corps, Rosmerta chassait sur le même terrain qu’elle !

    «Merci !  »

    Le ton n’était pas trop sec. Eulalie espérait surtout que ce début de jalousie dû à la concurrence active de la jolie Rosmerta ne se remarqua pas trop. Elle voulait Philippe Chrétien pour elle et elle seule, mais elle ne voulait pas non plus être une harpie jalouse. Même s’il était vrai que la jeune femme était très possessive. Cette homme était pour elle, pas pour Rosmerta et ses formes généreuses ! Non mais oh !

    « Vous voulez commencer par visiter quoi ? Il y a la poste sorcière qui est assez impressionnante, ou bien un nombre assez conséquent de boutiques, ou encore la cabane hurlante que l’on dit hanté depuis des années. »
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Philippe Chrétien

Philippe Chrétien


Sorcier
J'appartiens au monde magique


▌Age : 41
▌Parchemins : 95
▌Points de Rp : 35
▌Initiation magique : 19/07/2011


Une blonde attitude [PV Eulalie] _
MessageSujet: Re: Une blonde attitude [PV Eulalie]   
Une blonde attitude [PV Eulalie] Icon_minitimeJeu 18 Aoû - 22:42

Philippe Chrétien remarqua d'abord les cheveux blonds. Comme des flammes, ils émergeaient d'un corps assez filiforme, délicieusement équilibré, encadrant un visage un peu adolescent, contrastant avec la superbe robe d'un bleu sombre bordé d'or. Si l'étudiant avait pris grand soin de son habit, cela était également le cas de la superbe fille qui se dirigeait vers la table, en s'excusant de son retard.

« Non, rassurez-vous, cela ne fait pas longtemps. » mentit poliment le français.

La jeune femme commanda une boisson et il la vit changer un peu de couleur en le regardant; Etait-il mal habillé ?

*J'aurais dû m'en douter... Qu'est-ce qui m'a pris de m'habiller à la mode française? Elle n'est pas habituée, j'aurais dû m'habiller en anglais. Je me serais trouvé moche, mais au moins cela ne l'aurait pas indisposée. *

La blonde prétendit que cela lui allait très bien. Le jeune homme douta qu'elle pensait vraiment ce qu'elle disait. Il éprouvait le besoin de se justifier un peu et de défendre la mode française, une spécialité de son pays quand même !

« Merci, mademoiselle. Mon pays adore tENter de nouvelles chôses, des formes audaciEUses. La robe ouverte sur le col est une nOUveauté qui fait fureur en ce momENt pour les gens de mon âge. Les petits chapeaux sont prépârés avec beaucoup de soin, et Assemblés par de vrais artistes pârisiens. Il possède un sort de fixAtion et de reconnaissANce des doigts, qui l'empêche de pArtir de la tête si ce n'est pas notre propre main qui l'en ENlève. Cela coûte cher, mais cela en vAUt la peine. Et puis, pour tout vous avouer, mes parents ont l'argENt nécessaire pour bien habiller leur fils. »

Il s'interrompit; la mode l'intéressait-elle ? Vu son bel habit, elle devait s'y connaître un peu, mais il ne voulait pas la barber en lui parlant de choses qui ne l'intéressaient pas. Il se risqua à la complimenter:

« Mais je n'ai rien à vous appreENdre, car vous êtes très jOlie ainsi. Vous êtes cOmme un phare de lumière dans un Océan nocturne qui se prépAre à un matin lumineux.»

Les français sont des poètes. La barrière de la langue empêchait Chrétien d'improviser un quelconque sonnet, mais il espérait qu'elle se contente de cette image.

La serveuse revint servir Eulalie en regardant l'espion qui nota qu'il ne devait pas lui être indifférente. Le « merci » de miss Hampton était suffisamment sec pour que la serveuse s'en aille d'un air un peu méprisant. Jalousie ?

*Elle s'est bien habillée, elle semble ne pas apprécier qu'une autre fille me drague. Serait-elle un peu intéressée par moi ? Ou tout simplement, elle a l'habitude de bien s'habiller hors de Poudlard et elle n'aime pas les femmes entreprenantes. Cela n'aurait rien à voir avec moi. *

Il sourit néanmoins, flatté que peut-être, Eulalie défende son rencart comme si il était sa propriété exclusive. *Sauf que je ne suis pas un rencard ! Nous faisons seulement une excursion touristique. *

Une confirmation de la possible jalousie de la jeune blonde, c'est qu'elle semblait assez pressée de partir de ce pub et de la trop jolie serveuse. Elle lui demanda ce qu'il aimerait visiter. L'étudiant finit son verre en lui proposant :
« j'aime... J'aimais... que nous visitons tOUt cela. Nous pouvons commENcer par le plus proche et faire le tOUr du village, sauf si cela est trop lONg; Tout ce que vous avez dit m'intéresse. »

*La cabane hantée plus encore que le reste... *

« Et puis, si nous n'avons pâs le temps de tOUt visiter, nous irONs un autre jour pour tErminer. De toute façon, pour mes rechErches, j'aimerai aller vOIr dans votre librairie égAlement. Nous pourrons aussi faire une sOrtie à London avec votre compâgnon. Je n'ai pas beaucOUp visité le chEmin de... de à Travers. »

Philippe Chrétien partait à la pêche aux informations. Il proposait de se revoir au moins deux fois et préféra inclure le petit ami de la jolie blonde, si elle en avait, pour éviter toute équivoque Et si elle n'en avait pas, que ferait le français ?

*Ne rêve pas, Phil, elle en a sûrement. Autant que ce soit clair dès le départ , ça évite de s'illusionner.*

« Dites-mOI, miss Hampton, que vOUlez-vous me montrer en prEmier ? »
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Eulalie Hampton

Eulalie Hampton


Bibliothécaire
Spécialiste de la
Dewey sorcière


▌Age : 31
▌Parchemins : 108
▌Points de Rp : 17
▌Initiation magique : 15/07/2011


On a des curieux ici...
♣ Age:
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

Une blonde attitude [PV Eulalie] _
MessageSujet: Re: Une blonde attitude [PV Eulalie]   
Une blonde attitude [PV Eulalie] Icon_minitimeVen 19 Aoû - 6:16

    Eulalie écouta attentivement les paroles du français, un petit froncement de sourcil, dû à sa concentration, apparut. Elle n'avait toujours pas réussi à se faire à son accent, et les longues tirades du beau étranger étaient les plus compliqués à saisir. Enfin elle réussit à comprendre le sens général de la phrase.

    Ses parents étaient aisés ? Moui, bon … Ce n'était pas trop cela qui intéressait l'ancienne Poufsouffle, elle ne recherchait pas vraiment la richesse. De plus, elle était née dans une famille aisée et même si elle exerçait deux boulot en même temps, elle savait que la fortune familiale lui reviendrait un jour ou l'autre. En attendant elle n'était pas dans le besoin et travaillait plus pour son propre plaisir et pour pouvoir se payer des extras que dans un véritable besoin d'avoir une entrée d'argent mensuelle.


    Déjà le sort qui obligeait le chapeau à tenir sur la tête de Philippe l'intriguait un peu plus. Elle se pencha à travers la table et lui dit : «  Je peux ? » Sans non plus attendre une véritable réponse, elle se pencha un peu plus et tira délicatement sur le chapeau. Elle sentit une résistance qui l'empêchait de repartir avec l'objet.

    « Vraiment ingénieux ! C'est bien plus pratique que le sort que m'a appris ma mère et que je dois renouveler à chaque fois que je sors ! Ils font des chapeaux de ce genre dans des formes un peu moins … audacieuses ? »

    Elle but une gorgée de son soda. Eulalie était très intéressée par un de ces modèles.

    « Car vous, vous avez l'excuse d'être français. Même si je vous le répète cela vous va très bien ! Mais moi pauvre anglaise, mon patron n'acceptera jamais que je vienne avec un chapeau de ce genre. » Et Eulalie tenait à ses deux travaux, même si dans l'absolu elle n'avait pas besoin du salaire qu'ils lui apportaient.

    Elle rosit à nouveau au compliment, il était un peu trop … comment dire ? Un peu trop mielleux, mais c'était « le charme français ». Ne dit ontpas que les Français étaient de beaux parleurs ? En plus, il lui plaisait et le compliment lui plaisait aussi malgré ses airs grandiloquents.


    « Merci. » Le mot avait été prononcé de façon très basse et presque imperceptible. Ce n'était pas vraiment de la fausse modestie, mais surtout une grosse timidité.

    Elle l'écouta dire qu'il voulait tout visiter et aussi penser qu'elle avait un petit ami. Eulalie chercha à le détromper entre deux gorgées de son soda.


    « Je ne risque pas de venir avec mon compagnon puisqu'il n'y en a pas. Par contre je serais ravie de vous faire visiter d'autres lieux anglais ! » Enfin … Surtout ravie d'avoir à nouveau rendez-vous avec le beau blond. « D'ailleurs je connais même quelques restaurant moldu Londoniens où la nourriture est très bonne. Bien sûr, cela signifierait peut-être d'autres sorties en plus de celles que vous avez déjà évoquées ... »

    Eulalie ne savait s'il allait accepter, mais qui ne tente rien n'a rien après tout. Elle leva les yeux qu'elle avait gardée volontairement dans le vague, et le fixa à nouveau, très souriante et avec son habituelle bonne humeur.

    « Mais tout d'abord concentrons-nous sur aujourd'hui. Je pense que nous pourrons tout visiter, mais cela va durer assez de temps pour que vous soyez obligé de manger avec moi ! J'espère que vous acceptez ? »

    Un petit peu décontracté, la jeune femme commençait à se lâcher un peu plus.

    « Pour ce qui est de la visite, nous l'avons déjà commencé. Vous voilà dans un des lieux les plus prisés des élèves de Poudlard, beaucoup viennent y goûter la fameuse bièreaubeurre qui est servie ici. »

    En effet, lors des sorties à Pré-au-lard, la petite salle principale qui accueillait les clients se trouvait toujours bondée d'élèves. Il était alors impossible de trouver une table pour plus de trois personnes et passer commande relevait du parcours du combattant.

    « Sinon pour la visite, je propose de faire dans l'ordre, qu'en pensez-vous ? Nous commencerions pas le bureau de poste, pour finir par la cabane hurlante. »

    Elle le regarda et lui sourit, attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Philippe Chrétien

Philippe Chrétien


Sorcier
J'appartiens au monde magique


▌Age : 41
▌Parchemins : 95
▌Points de Rp : 35
▌Initiation magique : 19/07/2011


Une blonde attitude [PV Eulalie] _
MessageSujet: Re: Une blonde attitude [PV Eulalie]   
Une blonde attitude [PV Eulalie] Icon_minitimeDim 21 Aoû - 7:16

Eulalie se pencha pour tirer le chapeau du français, qui se laissa faire de bonne grâce. C'était un début de familiarité qu'il appréciait. Même si la remarque qu'elle fit ensuite ne le mit pas forcément bien à son aise. Elle trouvait son chapeau audacieux ?

*La prochaine fois, Phil, tu n'essaieras pas de te faire remarquer et tu t'habilleras en bon anglais... *
Cependant, il vit là une occasion de faire plaisir à la jeune femme.

« Bien sûr, ils fONt des chapeaux de n'impOrte quelle fOrme et de n'importe quelle cOUleur. Je vous montrerais à London si nous trouvONs une boutique françAIse de mode... et il y en aura sûremENt une ! »

*Et je vous le paierai s'il n'est pas trop cher * allait rajouter l'étudiant qui s'abstint juste à temps.

*Prudence, Philippe, prudence. Tu es là pour en faire une alliée, pas pour lui acheter des vêtements! Comment le prendrait-elle ? *

Beaucoup de choses changèrent dans sa perception lorsqu'elle lui apprit avec une fausse désinvolture qu'elle n'avait pas de petit ami. Cette nouvelle le surprit mais le réjouit grandement.

*Pas de petit ami signifie pas de crise de jalousie, moins de méfiance, et plus de chance qu'elle m'aide ensuite dans mes recherches et mon enquête. C'est une très bonne nouvelle ! *

Ajoutons à cela qu'elle se déclarait ravie de lui montrer d'autres lieux anglais, donc de passer plus de temps en sa compagnie... et voilà qu'elle l'invitait à aller manger au restaurant lors de ses futures visites. Le français fit un large sourire à ces propositions, tout en ôtant son chapeau pour se mettre plus à l'aise; l'heure était clairement à la détente. Il se sentait bien plus libre.

« Ce sera un réel plaisir, mademoiselle Hampton. »

*Serait-elle en train de me draguer ? Ça en a bien l'air... et ça ne me déplait pas du tout. *

Elle continua en lui proposant de tout visiter et en la prévenant qu'ils devront manger ensemble ensuite. Autre invitation à laquelle le français répondit favorablement :

« Je n'accepte qu'à une cONdition, mademoiselle Eulalie- vous permettez que je vous appElle Eulalie ? Puisque nous mangerons ensEMble ce soir, et que ce sera à cause de la visite, permEttez-moi de payer le repas. »

Philippe ne tenait pas à ce que la galanterie française soit mise à mal. Et puisqu'elle le draguait, autant qu'il fasse de même.

Les deux jeunes gens étaient plus détendus. La glace n'a pas été facile à briser, et il doit rester quelques morceaux de glace un peu éparpillés par la différence de langue et de cultures, mais leurs positions sur la chaise et leur langage les montraient plus détendus.

Elle commença à lui montrer le pub des Trois Balais. Il paraissait que le fondateur du village avait vécu dans cette ancienne maison, et tout ce qui était ancien plaisait à l'espion – à l'exception de la blonde qui l'accompagnait, bien sûr. Il avait entendu parler de la Biéraubeurre, il trouvait ce mélange assez étrange.

« Je n'en ai jamAIs goûté, en France nous possédONs du vincrème ou notre fameux cidrocitron. Je vous avOUe que, comme je suis né en Champagne, je m'y connAIs beaucoup en boissONs. Mais comme spécialiste en dégustation, pas comme graANd consommatEUr, je vous rassure. »

Il rit pour être sûr qu'elle comprenne qu'il ne parlait pas de sujets graves, et qu'il n'était pas un alcoolique. Les français ont la réputation d'être des connaisseurs en boissons alcoolisées, et il espérait qu'elle se souvenait de cette réputation. D'ailleurs, n'avait-il pas bu, devant elle, un simple jus de citrouille ?

Comme elle proposa de faire la visite dans l'ordre, il ne trouva rien à redire.

« Nous partons quand vous le voulez, vous êtes mon guide. Mais avant... »

Il fouilla dans sa poche et en sortit deux petites boules semblables à des rapeltout.

« Je vous offre ce retrouvtout. Tenez. Si on se pErd durant la visite et que nous voulONs nous retrouver, il vous suffira de prononcer mon nom et vous vErrez le retrouvtout s'allumer. Plus vous vous rapprOcherez de moi, plus il s'illuminerâ. C'est assez à la mode en FrANce et c'est très prâtique quand on est perdu. »

L'étudiant avait prévu ce cadeau, non seulement pour la visite, mais aussi pour plus tard, mais il ne jugea pas le moment opportun pour tout lui expliquer. C'était un cadeau utile pour la visite, mais aussi très personnel, une façon détournée de la draguer en quelque sorte.

« Maintenant que je suis sûr de ne pAs vous perdre, nous pouvONs y aller. »

Il posa le règlement de sa consommation ainsi que celle d'Eulalie- encore une façon de faire sa cour en lui réglant sa consommation – et se leva en lui tendant la main pour l'aider à se lever. Galanterie française... ou désir de contact avec sa main ?
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Eulalie Hampton

Eulalie Hampton


Bibliothécaire
Spécialiste de la
Dewey sorcière


▌Age : 31
▌Parchemins : 108
▌Points de Rp : 17
▌Initiation magique : 15/07/2011


On a des curieux ici...
♣ Age:
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

Une blonde attitude [PV Eulalie] _
MessageSujet: Re: Une blonde attitude [PV Eulalie]   
Une blonde attitude [PV Eulalie] Icon_minitimeMer 31 Aoû - 1:40

    Eulalie connaissait exactement l'endroit où se trouvaient les articles de mode française : chez madame Guipure. Seulement elle n'osait jamais vraiment regarder, même si son porte-monnaie supporterait les dépenses, ils portaient des vêtements trop … originaux aux yeux de la jeune anglaise et de son éducation stricte.

    « J'en connais une ! Enfin si on peut dire que c'en est une ... » Elle regarda intensément le jeune français. « Mais … Cela veut dire que vous acceptez ma proposition ? C’est que vous acceptez un autre rendez-vous Monsieur Chrétien, qui plus est sur le chemin de Traverse et dans un magasin de vêtements. Vous n'avez pas peur de passer un après-midi interminable, avec une fille qui peut à tout moment se révéler être comme toutes les autres ? C'est-à-dire qui met malheureusement une bonne heure pour choisir une simple robe de sorcière comme elle en a dix dans sa penderie. » De bonne humeur, l'ancienne Pousfouffle s'était décidé à lancer un peu plus loin les investigations sur le charmant français. « Mais je vous rassure je plaisante, jamais une jeune fille de bonne famille n’oserait le faire ! »

    Elle regarda le jeune français parler, complètement charmée par le kitch du « mademoiselle » prononcé à la française.

    « Comme il vous plaira. Dans ce cas je vous ferai des propositions et vous choisirez l’endroit. »

    Eulalie commençait à s’amuser un peu. Les deux jeunes gens commençaient à se détendre et ça se sentait dans la conversation. Elle avait son naturel rieur qui ressortait, plus détendue, elle aimait aussi beaucoup le jeu qui commençait à s’installer entre eux. Finalement Rosmerta et ses formes pouvaient retourner à son bar, cette fois-ci le bel homme était pour elle ! * Rosmerta zéro, Eulalie un ! *

    A nouveau elle ne comprit pas très bien le discours de Philippe. Son anglais plutôt bon était complètement caché par son accent à couper au couteau. Mais comme il se mit à rire, elle choisit de prendre le parti d’en rire aussi. * Ou alors j’ai peut-être du mal à comprendre l’humour français … En tout cas j’ai juste compris que ça a un vague rapport avec la boisson.*

    Elle regarda un instant le fond de son verre. Il était quasiment vide, Eulalie allait donc sonner l’heure du départ * J’ai peut-être gagné la bataille mais plus vite on s’éloignera de Rosmerta mieux ce sera *.

    Mais avant qu’elle ait pu esquisser un seul mouvement, il lui tendait une sphère qui avait l’air de tenir dans une main. * Un rappeltout ?! * Patiemment elle écouta ses explications, visiblement ce n’était pas un rappeltout, mais un objet qu’elle pouvait utiliser s’ils se perdaient dans la foule. Même s’ils ne risquaient pas de se perdre, Eulalie trouva que c’était attentionné. Par contre elle ne comprit pas vraiment que le jeune homme lui offrait quelque chose le premier jour de leur sortie.

    « Merci, c’est très gentil et particulièrement utile ! »

    Elle prit la petite sphère dans sa main et ferma un instant les yeux pour penser au français, avant de se rappeler qu’il fallait qu’elle prononce bêtement son nom. Elle chuchota : « Philippe Chrétien. ». Tout à coup la sphère prit une forte luminosité et s’éteignit, après tout elle était juste à côté de celui qu’elle cherchait. « C’est très ingénieux ! Il vous trouve parce que vous êtes enregistré dessus ou parce que vous possédez la paire qui va avec ? »

    Elle se demandait si elle pouvait trouver qui elle voulait ou seulement la personne qui en possédait le pendant. Dans sa surprise elle le regarda payer leurs consommations et se dit qu’en plus d’être très charmant à regarder, il était aussi très galant. Quand il lui tendit la main elle rosit de plaisir et le sourire radieux, elle lui tendit la sienne.

    C’était étrange de voir ses doigts longs et fins dans la main beaucoup plus massive de l’homme. Elle aimait cette différence et ce sentiment de fragilité qu’elle avait déjà ressentie dans les bras de son ex. Eulalie qui avait d’abord posé sa main avec légèreté, donna une petite pression quand elle se leva de sa chaise. Elle fit une petite courbette, le visage amusé. La journée promettait d’être très bonne.


    « Très bien Mister Chrétien, nous allons commencer par le bureau de poste. C’est le deuxième bâtiment sur votre droite. Vous allez voir on ne peut pas le manquer ! »

    Et tous les deux sortirent dans les petites rues de la seule ville entièrement sorcière de Grande-Bretagne. Eulalie s’assurant régulièrement tout au long de leur visite de frôler par moment la main ou le bras du français.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Philippe Chrétien

Philippe Chrétien


Sorcier
J'appartiens au monde magique


▌Age : 41
▌Parchemins : 95
▌Points de Rp : 35
▌Initiation magique : 19/07/2011


Une blonde attitude [PV Eulalie] _
MessageSujet: Re: Une blonde attitude [PV Eulalie]   
Une blonde attitude [PV Eulalie] Icon_minitimeVen 16 Sep - 8:18

La remarque de la jeune fille sur le fait qu'elle pourrait mettre des heures à choisir une robe qu'elle possédait déjà fit rire jaune le français. Il priait intérieurement pour qu'elle ne soit pas sérieuse. Il pouvait comprendre qu' une fille soit superficielle - après tout, beaucoup de garçons l'étaient aussi – mais cela ne voulait pas dire qu'il aimait ça.

Fort heureusement, la bibliothécaire stagiaire se mit à rire, et cela détendit le français qui s'était légèrement contracté en attente de la chute.

« Vous avez cOMpris. J'accepte avec plaisIr d'autres rendez-vous. »

*Lorsqu'elle dit : « je vous ferai des propositions », fait-elle un sous-entendu ? * se demanda, amusé, le faux étudiant.
Il ne fit pas la faute de goût de le demander. La jeune fille accepta volontiers le retrouvtout mais se demanda si elle pouvait trouver n'importe qui. Philippe Chrétien la détrompa.

« No, no, ce serait une mâgie trop puissANte ! Non, elle est cENtrée sur une seule persOnne. Mon retrouvtout est réglé sur vOUs dès que vous l'aurez touché. Et celui que je vOUs donne est déjà réglé sur moi. Il ne fonctiOnne que pour moi, dès que vOUs prononcez mon nom. »

Il se rapprocha de son rencart et lui tendit le retrouvtout pour qu'elle y appose sa main.

« Voulez-vous ? » lui demanda t-il. Après tout, elle n'était pas obligée d'accepter.

Eulalie décida de commencer par le bureau de poste. Il la suivit volontiers. Le nombre de hiboux était certes impressionnant mais la volière de l'université était tout aussi grande. Sachant à quel point les français sont considérés comme arrogants pour les pays voisins, il se garda bien de le faire remarquer et joua à merveille l'étonnement. Après être passé dans une boutique de réparations d'objets magiques, ils bifurquèrent vers un salon de thé à la décoration très... romantique. Madame Pieddodu semblait s'être spécialisé dans les couples. Philippe se demanda vaguement si sa compagne lui montrait ce salon de thé par conscience professionnelle ou pour lui indiquer un endroit possible pour un rencart plus intime.

Le magasin de plumes magiques épata véritablement le sorcier. Pour une si petite boutique, le choix était très varié et les plumes vendues étaient vraiment originales : plumes à papotte mais aussi plumes automatiques à pensée (retranscrivant la pensée immédiate des gens), plumes à insultes, plumes à excuses, plumes bonheur faites pour remonter le moral par des petits mots d'encouragement, plumes à encre invisible sauf pour le vrai détenteur de la lettre... Il en acheta deux : une pour lui et une pour Eulalie.

« Comme ça, vOUs pourrez écrire des mots sans que votre sUpérieure ne puisse lire, ni même vOUs surpendre autremENt que devant un parchemIN blanc. »

Le fait qu'il en ait acheté une pour lui aussi sous-entendait qu'il comptait également s'en servir pour lui écrire des messages...

Le magasin de vêtements et de bonbons ne l'intéressa que peu. Voyant qu'Eulalie était assez intéressée par quelques friandises mais n'osait pas lui en demander, il se décida à acheter un paquet de bonbons inconnus pour lui, mais qui semblait réjouir l'anglaise. Il lui proposa gentiment de partager, comme quelqu'un qui n'avait rien vu et qui n'avait pas acheté le paquet pour elle. Etait-elle dupe ? Il espérait qu'elle ne le soit pas, mais qu'elle remarque les petits gestes qu'il faisait pour se rendre craquant.

Puis vint le moment qu'il attendait : la Cabane Hurlante. La bâtisse avait l'air terrifiante, il paraissait que même les fantômes de Poudlard refusaient de s'y rendre parce qu'elle était « trop mal fréquentée ». Tout un programme...

« Sait-on vraiment qui hante cet endroit ? Ce qui s'est passé ? » demanda Philippe, toujours attiré par l'Histoire.

La maison sinistre ne donnait pas particulièrement envie à Philippe de l'explorer ni même de s'en approcher. Pourquoi prendre des risques inutiles alors qu'il avait une mission à mener à bien ? Mais sa curiosité naturelle lui donnait envie d'en savoir plus.

Le vent se mit à souffler dans les branches. La maison semblait grincer. Gentleman, l'étudiant enserra les épaules de la jeune fille frissonnante avec son bras, pour la rassurer.

« Nous avONs bien mérité une pAUse. »

Par contre, il n'enleva pas son bras lorsqu'ils s'éloignaient, décidé à ne l'enlever que si elle faisait un geste de rejet.

Ils retournèrent aux Trois Balais et s'assirent à la même place. Philippe commanda deux biéraubeurres pour eux deux, histoire de goûter cette boisson puisque « la journée est à la découverte » et histoire encore de payer la consommation de la demoiselle.

Il but une petite gorgée, puis deux, puis trois. Il passa sa langue sur les lèvres et se concentra pendant que son palais expérimenté jugea le goût de la boisson.

« Ce n'est pAs mal du tOUt. » concéda t-il.

Et pour confirmer ses dires, il en rebut une ou deux gorgées.

« Je vous remercie, Eulalie, cette visite était très interessANte. Je suis déjà impatiENt d'aller au chemin de Traverse avec vOUs. Je suis sûr que ce sera tOUt aussi agréable. »

La journée se terminait et ils allaient devoir prendre congé. Philippe ayant une chambre au Chemin de Traverse, c'était Eulalie qui allait partir, mais Philippe n'oublia pas de mentionner le possible prochain rendez-vous pour qu'ils se séparent avec l'idée de se revoir.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Contenu sponsorisé







Une blonde attitude [PV Eulalie] _
MessageSujet: Re: Une blonde attitude [PV Eulalie]   
Une blonde attitude [PV Eulalie] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Une blonde attitude [PV Eulalie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Eulalie de Merval [Baronne de Merval]
» Avez vous la slacking attitude ?
» Où on drague une jolie blonde !
» Merry Christmas or not ♦ Roxanne
» mes amies les bêtes [Yaoï ~ Hentaï]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Alohomora ♣ ::  :: Pré-Au-Lard :: Les trois balais-