AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Alohomora

Consultez régulièrement les nouveautés ici
Pensez lorsque vous vous inscrivez
à prendre un Prénom et un Nom.

15 lignes minimum dans le Rp et 20 lorsque vous ouvrez un sujet

Le nouveau design est arrivé !

Design n°5 le 09/04/2012 par Kyana.

Venez voter pour faire gagner votre maison !

C'est toutes les deux heures ici.
Dans le Rpg, nous sommes passé au mois de Novembre et Décembre 1976 !

Pour vous y retrouver, consultez le calendrier.

 

 Dommages collatéraux. [PV Fenrir & Sven]

WIZARDHIBOUX
Who are You ?
Nechtan MacEwen

avatar


Mangemort
Fidèle du Seigneur des ténèbres


▌Age : 27
▌Parchemins : 72
▌Points de Rp : 15
▌Initiation magique : 24/04/2013


On a des curieux ici...
♣ Age: 55 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Dommages collatéraux. [PV Fenrir & Sven]   
Ven 11 Oct - 7:00

Dommages collatéraux
Avec Sven Anders & Fenrir Greyback

L'arme des humiliés: la Vengeance





Lundi 21 Février, 03h30 du matin.

Il n'était pas difficile de comprendre les mouvements d'une personne, en quelques jours j'ai pu connaître un semblant d'emploi du temps, les déplacements effectués par cette femme. Elle était une habituée de cet apothicaire, c'était donc là que la pièce se déroulerait. Tout ça était si simple, mais pour arriver à là, il m'avait fallu retrouver la cible principale... Oh désolé, je vous parle de tout ça, mais je ne vous ai même pas rappelé le pourquoi. Fenrir Greyback, mon ami loup-garou, avait été humilié, le terme collait bien, je vous assure, par un certain sorcier dont les talents en matière de sortilège offensif étaient, je l'avoue moi-même, surprenant. Avoir réussi des blessures aussi importantes sur un homme atteint de lycanthropie était une preuve d'une maîtrise importante. Enfin, arrêtons là les louanges, c'est quand même mon ennemi. En soignant, le 8 février, mon collègue, j'ai pu avoir une description du « coupable » et je me suis chargé de le retrouver. Quelques contacts, des détails, m'ont permis, avec difficulté car j'avais en fait peu d'information, à donner une identité à ce visage : Sven Anders, un Tireur d'élite de baguette magique de la brigade de la police magique. En voilà un gros poisson... certes pas assez important pour que son nom me dise quelque chose, je ne m'occupais que très rarement des criminels dont il a la charge... Enfin ! Je l'avais trouvé et j'avais commencé à me familiariser à la vie qui l'entourait.

Voilà pourquoi j'étais ici, avec Fenrir qui n'était pas encore arrivé. Bien, de toute façon je lui avais dit de venir le 22 au matin, il me fallait le temps de préparer toute les affaires, ainsi que le piège... Je me trouvais donc face à la boutique de cet apothicaire, couvert d'un sombre manteau, le visage était quant à lui caché par un masque de couleur argenté. Je m'avançais, aucuns témoins, parfait... Je tendais la baguette déverrouiller la serrure par un sort simple, d'un autre mouvement de baguette, tout en ouvrant la porte, j'empêchais la clochette de sonner, le plaisir d'entrer en étant vraiment invisible, de surprendre la première cible. Je grimpais à l'étage. Il n'y avait que peu de porte à cet étage, je n'avais qu'à faire le bon choix. Traversant le couloir, j'arrivais devant la porte qui me semblait être celle de la chambre... Bien entendu, je suis connu pour avoir un sens de l'orientation très bon ! J'ouvrais cette porte et alors que j'allumais la lumière, j'offrais un seul mot à ma cible.

« Stupefix. »

Qu'aurait-il pu faire ? Vraiment... pas grand chose. La scène suivante pouvait commencer, après une longue ellipse durant laquelle j'attachais mon otage au sous-sol de la boutique, utilisait plusieurs sortilèges pour empêcher le son de ses plaintes se propager et ainsi prévenir les passants de la situation. J'avais même pris le temps de briser en morceau sa baguette magique, il n'en aurait plus besoin de toute façon... Suite à cela, je prenais le reste de la nuit pour préparer la pièce dans laquelle il était attaché : chaînes, quelques outils pouvant être utilisé en torture, ainsi que des substances plus ou moins dangereuses... L'ellipse continuait, j'avais verrouillé la boutique, fermé les volets, je laissais l'écriteau « Fermé » qui se trouvait sur la porte depuis le dernier soir... Personne ne devait me déranger ou même savoir ce qui se déroulait ici. Ma journée se composait de torture de l'apothicaire, ainsi que de fouille dans ses bureaux et réserves, trouvant dans un livre de compte toute les transactions avec la cible. Elle était l'une de ses clientes les plus fidèles. Il me restait plus qu'à lui envoyer un message d'une quelconque manière, prévenant, en me faisant passer pour l'apothicaire, que la commande passée il y a cinq jours était enfin prête...

Puis le temps passe... encore...

J'avais passé la nuit du 21 au 22 à achever peu à peu l'esprit de cet apothicaire, grâces à de multiples tortures plus ou moins psychologiques, des manipulations en tout genres, de longues discussions sur les peurs, etc... Ce n'était pas ce pauvre homme qui allait pouvoir me contrer... Je n'avais pas retiré mon masque depuis que j'étais entré dans cette boutique... Mais alors que je venais de l'achever d'un simple avada kedavra, j'entendais trois coups à la porte. Il était encore tôt, ce n'était donc pas un client... cela ne pouvait être que... le loup. J'allais donc ouvrir, le faire entrer pour ensuite verrouiller derrière lui la porte. Il y avait bien entendu eu vérification pour voir si quelqu'un avait vu quoique ce soit, mais à 5h du matin, personne n'était présent... Je passais à côté de mon ancien patient, me servant une tasse de thé alors que je prenais la parole.

« Il m'est agréable de vous voir enfin là Fenrir, bien que je ne doutais pas de votre présence. Tout est prêt pour recevoir notre invitée, elle arrivera normalement en milieu de matinée... Certes l'attente sera longue, mais la récompense en sera que plus belle. Alors, Greyback, qu'avez-vous prévu de faire à cette femme ? Votre vengeance doit être originale, j'aimerais être le spectateur d'un grand moment... »

Peut-être avait-il une idée en tête, peut-être n'en avait-il pas, le plus important était qu'il fasse comprendre à ce cher.. Sven qu'il était toujours là et qu'il attaquerait en force, chaque chose qu'il voulait, chaque chose qu'il avait, tout lui serait enlever, tué, détruit... Oh je sens que je vais vraiment m'amuser dans cette histoire !

Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Fenrir Greyback

avatar


Mangemort
Fidèle du Seigneur des ténèbres


▌Age : 23
▌Parchemins : 187
▌Points de Rp : 65
▌Initiation magique : 20/03/2013


On a des curieux ici...
♣ Age: 30
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Dommages collatéraux. [PV Fenrir & Sven]   
Ven 11 Oct - 23:08

Il l'avait fait, le mangemort plus vieux que le Seigneur des Ténèbres et qui lui léchait les bottes avec grand délice avait retrouvé la trace de Gueule d'Ange. Son nom, Sven et sa femme surtout. Quoi de mieux que commencer par le frapper là où cela faisait vraiment mal ? Les Doloris ne l'avait pas brisé, peut-être que la perte de sa femelle aiderait à le faire plier. Le lycaon voulait entendre jusque dans les tréfonds des ruelles les plus sombres les cris de douleurs de cet enfoiré qui l'avait humilié. Il allait payer pour cela. Il se fichait de passer pour un lâche, vengeance serait faite et il s'en délecterait comme si c'était Gueule d'ange qu'il tuait.

Le loup-garou et son comparse s'étaient donné rendez vous à cinq heure du matin dans la boutique de l'apothicaire chez lequel la jeune femme se rendait  souvent. Il ne doutait pas que Nechtan en ait profité pour torturer l'homme de façon plus ou moins intéressante mais il n'avait pas jugé utile e participer aux réjouissances, d'un autre côté l'homme ne lui avait pas demandé. Et puis, il lui laisserait la femme de Sven alors il avait le droit de s'amuser tout seul avant. D'ailleurs la première question du mangemort quand le Lycaon entra dans la boutique fût à propos du sort qu'il réservait a sa tendre victime. Il y avait longuement réfléchis, manigancé la plus odieuse des morts mais rien ne se ferait comme il se l'imaginait lorsqu'il la verrait. Il savait que lorsqu'elle entrerait dans la boutique, innocente et délicate, le bonheur qu'il aurait à voir le piège se refermer sur elle n'aurait pas de limites.


« Je ne sais pas encore, j'improviserai sur le moment, je suis certain que ce que je lui trouverait lui tira de sublimes cris. Comment va-t-on l'accueillir ? Vous avez du polynectar ? »


Fenrir était curieux de voir le mangemort à l’œuvre, sa facilité déconcertante à obtenir des informations l'étonnait toujours et ses idées de tortures toutes plus ou moins douloureuses contrastait avec le mode opératoire bestial de Greyback. C'était très simple pour lui, il cognait, fort, longtemps pour entendre les os se briser, les membres se déboîter et il violait les pauvres filles qui finissaient entre ses pattes. Tout était parfaitement rôdé pour obtenir de ses victimes le plus de souffrances possibles, la morale ne faisait pas partie de ses dons.

Le loup s'assit, sur une caisse, dans un coin sombre, attendant que leur bienheureuse cliente pousse la porte. Il savait que le temps serait long, maudissait quelque peu MacEwen pour avoir eu l'idée e lui donner rendez-vous à une heure si matinale mais la soif de vengeance, attisée par la haine qui s'était éveillée en lui avait empêche au lycaon de fermer l’œil une bonne partie de la nuit. Le manque de sommeil le rendrait plus irritable, tant pis pour Gueule d'Ange et sa femme.


« Quand doit-elle arriver ? »


Fenrir s'exprime avec hargne, il n'est pas patient, il a horreur d'attendre alors qu'il pourrait déjà s'amuser avec elle si ils s'étaient directement rendu au domicile de celui dont il souhaitait fabriquer un tapis avec sa peau. Il ne le disait pas non plus bien que Nechtan est dû le pressentir, il hésitait entre la reconnaissance pour l'aide apporté et la furieuse envie de tuer le vieux mangemort. Il aurait aimer ne pas avoir besoin de lui, que son humiliation reste secrète mais il avait réussis à le retrouver au fin fond de ce marais. Un grondement sourd s’élevait de sa cage thoracique, comme un orage. Le calme avant la tempête n'avait été que de quelque seconde, déjà le loup se mettait à faire les cent pas comme un lion en cage, faisant craquer les jointures de ses doigts, jouer ses tendons et ses muscles. Il avait envie de voir le sang couler sur la beau diaphane et frêle, envie de sentir la peur envahir sa victime, il voulait qu'elle hurle, qu'elle supplie son pauvre petit mari de venir la sauver mais Greyback la ferait taire, lui arracherait les cordes vocales s'il le fallait. Jamais plus Gueule d'Ange ne pourrait se pavaner dans l'Allée des Embrume comme un roi dans son palais. Les bas-fond de Londres et du Chemin de Traverse appartenaient au Loup, il était grand temps que le sorcier qui avait eu bien de la chance la dernière fois le comprenne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Nechtan MacEwen

avatar


Mangemort
Fidèle du Seigneur des ténèbres


▌Age : 27
▌Parchemins : 72
▌Points de Rp : 15
▌Initiation magique : 24/04/2013


On a des curieux ici...
♣ Age: 55 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Dommages collatéraux. [PV Fenrir & Sven]   
Ven 11 Oct - 23:31

Dommages collatéraux
Avec Sven Anders & Fenrir Greyback

L'arme des humiliés: la Vengeance





Sincèrement, je ne savais pas trop quoi dire, ce cher Fenrir ne semblait vraiment avoir aucune idée et surtout... aucune prudence. L'un et l'autre allaient toujours ensemble: à trop improviser, les risques sont plus grand. Mais soit, c'était sa mission, je n'étais là qu'en soutient et... j'ai toujours apprécié décider le moment de mon intervention dans ce genre de scène. Tant que je restais invisible, cela me convenait. Bref, sans un mot et après avoir vérifié que l'entrée de la boutique était totalement verrouillée, je lui ordonnais de me suivre, descendant dans le sous-sol. Bien entendu je n'oubliais pas les deux questions qu'il m'avait posé et, après être entré dans la salle sombre, l'apothicaire assis au centre, je m'approchais de ma sacoche, sortant une fiole de polynectar. Bien que je ne disais rien pour le moment, il devait en effet comprendre que j'avais déjà écris certaines scènes de la pièce. Mais tout faire pour le loup-garou... ? Non merci, je n'allais tout de même pas prendre autant de danger pour lui. Je regardais alors ma montre, le temps filait assez doucement... cette impression était confirmée par les 100 pas de Greyback. Que je détestais l'impatience..

« Greyback, au lieu d'abîmer le sol avec vos pas, tentez plutôt de trouver votre place dans cette scène. Je jouerais le rôle de l'apothicaire, vous, il faudra vous cachez et attendre mon signal... Et donc, oui j'ai du polynectar, j'espère que vous l'avez bien compris et oui j'ai déjà réfléchis à plusieurs scénarios possibles... Et elle arrivera à l'ouverture de la boutique, à 8h donc... dans trois heures. Il serait aussi important que vous appreniez un peu la patience et l'observation... Je veux bien vous soutenir un maximum en vous apportant quelques conseils, alors en voici un : laissez un seul indice et vous serez poursuivi jusqu'à votre mort par cet homme. Il possède beaucoup de qualité... et il est Tireur d’élite de baguette magique dans la brigade de police magique. Il a les moyens pour faire parler n'importe quoi alors... vigilance, prudence et... patience. D'ailleurs, aucun nom... même si elle va sûrement mourir, je ne préfère pas laisser ce genre de détail. »

Après ces mots, je n'avais plus qu'à retourner à mes occupations : préparations de certains outils, mise en place de sortilège encore plus efficace, au cas ou. La prudence était l'une de mes qualités, je ne vais pas le nier... Mon visage ne sera jamais vu lors de cette mission. J'avais une certaine importance, un nom.. il fallait que je protège tout ceci.

Les minutes défilaient, les heures aussi, pour enfin arriver au moment tant souhaité par Fenrir. J'avais pris le polynectar un peu avant l'arrivée de la victime, ayant même pris les vêtements du propriétaire de la boutique pour jouer sur la mise en scène. Masque retiré, visage d'apothicaire à la place du mien, je lançais un sourire à la personne qui venait d'entrer en lui souhaitant un bonjour. Fenrir lui, se trouvait dans l'arrière boutique. Petite discussion, Miss Anders semblait bien apprécier son apothicaire, bien... elle ne se douterait de rien. Il était temps de mettre le plan en action, je lui lançais alors un nouveau sourire et lui demanda alors d'attendre, me dirigeant vers l'arrière boutique, je faisais alors tomber quelque chose, un gémissement de douleur passant entre mes lèvres, attirant ainsi la victime - certes la technique était assez pitoyable, mais la sécurité avant - et... je laissais le loup garou agir. Quand elle fut totalement assommée, je laissais l'agresseur la menée vers le sous-sol, verrouillant discrètement la porte d'entrée de la boutique puis retourna dans la chambre, pour remettre mes vêtements sombres et mon masque, le changement se fera sous le masque.... Par chance, nous étions tout deux de la même corpulence. Arrivant dans la cave, je regardais la victime avant de préparer une seringue.

« Je vais la réveiller, vérifiez bien qu'elle ne puisse pas partir... »

Suite à la préparation de la potion, je vérifiais à nouveau l'efficacité de mes différents sorts, puis approcha de la jeune femme, pour injecter le produit dans ses veines, reculant un peu en regardant ma monte. De rapides minutes après, la voilà réveillée, prête à subir ce que les deux mangemorts avaient prévu... Après avoir rangé quelques ingrédients et la seringue, je laissais bien entendu de quoi torturer la demoiselle s'il faut, je la regardais.

« Je pense qu'il est temps que vous et mon ami fassiez plus ample connaissance... Malheureusement, je ne peux que vous plaindre, il a décidé d'improviser et... c'est assez dangereux quand on se dirige vers cette pente. Au fait... je ne vous présente pas votre apothicaire. »

Je montrais d'un mouvement de bras le corps du propriétaire de la boutique, avant de m'asseoir sur une autre chaise, observant simplement ce qui allait débuter.


Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Fenrir Greyback

avatar


Mangemort
Fidèle du Seigneur des ténèbres


▌Age : 23
▌Parchemins : 187
▌Points de Rp : 65
▌Initiation magique : 20/03/2013


On a des curieux ici...
♣ Age: 30
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Dommages collatéraux. [PV Fenrir & Sven]   
Sam 12 Oct - 0:18


Fenrir grogna, attendre, être discret, c'était bien trop demandé pour l'avoir demandé de se rendre dans cette boutique minable à cette heure bien matinale. Il ne pourrait même pas signer le corps de la mièvre femme de Gueule d'Ange. Il singea Necthan «  laissez un seul indice et vous serez poursuivi jusqu'à votre mort par cet homme » avant de lever les yeux au ciel et d'aller sur une caisse traînant dans l'arrière boutique. Il n'avait rien a faire, il ne pouvait même pas inspecter les ustensiles autour de lui pour ne pas laisser de traces. Il y avait bien l'apothicaire mais il était déjà hors d'usage, alors pendant que Mac Ewen finissait ses derniers préparatif il s'endormit. Trois heures de sommeil pour imaginer de toutes les façons possibles la mort humiliante d'Anders, de son épouse. La peur qui lui instillerait, le dégoût, les larmes. Ses rêves prenaient la couleur du sang et ils s'enfonçaient peu a peu dans des abysses retentissantes de cris de douleurs.
Lorsqu'il s'éveilla, au son de la clochette de la porte de la boutique ses sens étaient aux aguets. Ils pouvaient déjà, dans la pièce poussiéreuse sentir les effluves de la jeune femme, il percevait sa voix douce et un sourire sadique barra son visage. Jamais plus après ce jour-là un son ne se formerait avec ces cordes vocales au timbre si doux. MacEwen avait amorcé le plan, il passait devant lui déguiser en feu l'apothicaire avant de simuler un malaise stupide, n'importe quel gamin légèrement suspicieux aurait sentis le piège. Pas elle, la jeune femme passait à peine l'embrasure de la porte que la lourde main du loup s'abattit son frêle et blanc cou. Sans perdre de temps il l'a soulevait avant de la jeter sur son épaule et de descendre au sous-sol, la jetant sans ménagement sur le sol terreux, récupérant la baguette de la jeune femme sans la casser. Après tout, Gueule d'Ange avait brisé la sienne,il en avait récupéré une autre en attendant mais pouvoir un jour user de l'artefact de sa femme devant l'insolent était bien trop jouissif pour perdre cette occasion. Le vieux mangemort ne tarda pas à reparaître, s'assurant que la jeune femme ne pouvait s'enfuir. Ligotée magiquement comme elle était s'était peine perdu.
Elle ne tarda d'ailleurs pas à se réveiller sous l'effet de la mixture de Nechtan, ce dernier saluant la victime avec sa grandiloquence habituelle. Lorsque vint le tour de Fenrir se dernier ne pris pas autant de pincettes.

« Ainsi donc tu es la traînée d'Anders. Je le savais minable mais je n'imaginais pas que sa « femme »-il pris un ton extremment méprisant- le serait également. »

Il s'approcha d'elle vivement, dégageant le visage de la jeune femme qui se débattait de ses cheveux.
« Peut-être vas tu couiner et gémir autant que lui. Soit donc une gentille petite poupée bien sage, personne ne peux t'entendre ici, autant rendre rapidement les chose plus facile ! »

Le lycaon la gifla, la lèvre de la jeune femme s'ouvrit, du sang perlait à grosses gouttes, Fenrir s'empressa d'embrasser les lèvres écarlates, respirant son parfum, sentant déjà le désir de la posséder pour humilier Gueule d'Ange croître en lui. Mais il n'allait pas souiller son corps de mâle Alpha avec une sorcière frigide et peu combative. L'attente des dernières heures avait fait s'envoler la jubilation et le plaisir sadique de lui faire mal progressivement, il voulait l'entendre hurler, se briser la voix dans des appels au secours inutiles. Le premier Doloris fusa, emplis de la haine que Greyback éprouvait pour Sven Anders, imaginant que chacun des cris tiré de la jeune femme était ceux de son époux, d'ailleurs leur voix de vierges effarouchées étaient semblables et s'il fermait les yeux le loup pouvait retrouver facilement la ruelle. Il pris la jambe de la jeune femme après avoir stoppé l'impardonnable, lui brisa sa menue cheville comme Sven avait fait avec lui, sentant les os se broyer sous ses doigts, le membres se déformer. Elle criait, se débattait, arguant même qu'elle était enceinte, suppliant qu'il la laisse, qu'elle n'avait rien fait, qu'elle était désolée. Elle était pitoyable et pathétique, Fenrir la méprisait, sa naïveté lui donnait envie de vomir et pourtant tout cela, toute cette souffrance, ce n'était rien, les larmes et les cris ne valaient rien, comme il aurait souhaiter avoir Sven à la place, après une dizaine de sort plus perfides les uns que les autres, la deuxième cheville en miette, la jeune femme avait sombrer dans l'inconscience et c'était sans doute ce qu'il y avait de mieux pour elle dans cette cave sombre. Greyback la gifla à nouveau pour qu'elle se réveille, mais cela ne semblait pas fonctionner. Il se tourna vers MacEwen, écumant de rage de ne plus pouvoir se défouler et s'adressa à lui d'un ton impérieux: « Réveille-là ! Je n'ai pas finis avec elle. »

Il voulait qu'elle hurle à la mort, il voulait que lorsque Gueule d'Ange la trouverait sa peine soit si grande que ce dernier en perde la raison bien qu'il ait été déjà bien assez fou pour oser croire qu'il pourrait humilier simplement Fenrir Greyback. Sven allait en payer le prix, sa femme allait mourir avant midi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Nechtan MacEwen

avatar


Mangemort
Fidèle du Seigneur des ténèbres


▌Age : 27
▌Parchemins : 72
▌Points de Rp : 15
▌Initiation magique : 24/04/2013


On a des curieux ici...
♣ Age: 55 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Dommages collatéraux. [PV Fenrir & Sven]   
Sam 12 Oct - 0:36

Nechtan MacEwen a écrit:
Dommages collatéraux
Avec Sven & Fenrir

L'arme des humiliés: la Vengeance





Rien, rien de tout ce que j'allais voir ne m'intéresserait vraiment, j'en étais persuadé. Quel ennui... une vengeance, cela se préparait, cela se savourait, mais ce que voyait mes yeux, à partir des premières secondes de la rencontre entre la femme de la cible principale et du loup-garou, n'avait rien d'un plat que le tortionnaire savourait. Non, c'était simplement du gâchis. Plusieurs efforts pour trouver l'emploi du temps de la demoiselle, plusieurs heures à faire des recherches sur l'homme détesté par Fenrir... pour ensuite arriver à un spectacle si ennuyant ? ! Il aurait dû me demander ce que je comptais en faire, j'aurais pu au moins lui donner quelques pistes de méthode intéressantes. Je fermais simplement mes yeux, ne souhaitant plus vraiment voir ce manque d'art dans les douleurs qu'il infligeait à la jeune femme. Les os qui cassaient, les hurlement naissant dans la gorge de Miss Anders, les gouttes de sang qui venaient s'écraser sur le sol. Derrière mon masque, ce n'était pas un sourire, ou même une expression de joie qui dessinait mes lèvres. Non... c'était surtout une indifférence totale.


Je me levais pendant que le loup-garou se déchaînait sur sa victime, pour sortir de la cave au rez-de-chaussé, allant dans l'arrière boutique pour regarder à nouveau certains ingrédients qu'il possédait. Je ne touchais à rien, si quelqu'un venait à voir qu'il manquait des ingrédients, ce serait une preuve de trop. Certes, elle n'allait pas m'accuser, mais je respectais ce que mon esprit avait programmé : ne laisser aucune trace. Jamais... Toutefois, je commençais à penser à la réaction de la cible principale quand il verra le corps de sa femme... Fenrir souhaitait, plus que tout, se venger de Sven, je lui ai donc proposé ceci, mais détruire le corps de cette demoiselle n'allait en rien l'aider. Donc, tout ce que j'avais à faire est de donner à Fenrir le moyen de se venger personnellement... Si il venait à se faire tuer, cela ne serait que de sa faute, pas la mienne... depuis le début de cette histoire, Fenrir est seul responsable de cette affaire. Il laisse une trace, je ne l'aiderais pas... je pense même, que je ne le défendrais pas cette fois-là. Le problème viendrait de son orgueil... j'étais quasiment certains qu'il donnerait mon nom, juste pour me faire tomber avec lui. Mes pensées s'envolaient alors, me donnant l'occasion de réfléchir plus en détail.

Il y avait deux possibilités, en tout cas : soit je me débarrassais de la seule preuve me concernant, Fenrir. Soit je pensais que Sven Anders allait rester fixer sur le coupable direct de l'agression et n'aurait aucune pitié pour les mots du loup-garou. Je devais agir, de sorte que les deux pensées se croisent... Ma réussite était plus importante que la sienne. Puis, qui irait pleurer cet homme ? Je dois avouer tout de même que je me sentirais mal, quelques minutes, d'avoir perdu quelqu'un qui semble tant apprécier la douleur... Mais il n'a jamais su être original... Enfin, alors que je retournais en direction de la cave, je sortais une petite fiole dont le contenu était assez clair. J'arrivais dans la sombre salle au même moment que Fenrir se retournait pour me regarder et me donner un ordre. Haussant un sourcil à la suite de cet ordre, je l'ignorais totalement, approchant du corps tout en écartant d'un mouvement de main le loup-garou qui me servait de complice. Je la détachais simplement, l'allongeant à côté du corps de l'apothicaire, pour ensuite faire couler le liquide sur leurs deux corps.

« La suite, c'est votre problème désormais... je me charge de disparaître de cette affaire... »

Je prenais alors la baguette que j'avais volé à l'apothicaire, la tendant vers les deux corps, l'un contre l'autre, recouvert de cette substance claire. Le seul mot que je prononçais alors, incendio, était un simple souffle, qui fut accompagné d'une magnifie gerbe de flamme. La potion que j'avais utilisée était une substance véritablement inflammable. Quelle était la différence avec un simple produit de ce genre ? Aucune odeur, assez simple à se procurer dans le domaine de la magie noire... La baguette elle, commençait à se fissurer. Ce n'était pas la mienne, je n'avais pas de droit sur elle. Je tournais alors mes yeux en direction des débris de la baguette de la jeune femme, les prenant alors et les jetant dans le feu. Cela n'avait peut-être pas d'utilité, mais c'était déjà ça... De plus, la baguette de Fenrir avait été brisé, son corps, brûlé et ses os brisés à plusieurs endroits. Cela serait bien dans son style de jouer avec les mêmes jouets que ses ennemis.

Je regardais alors les corps brûler assez intensément, la chaleur et la douleur produite par les flammes réveillaient la femme qui hurlait alors, longtemps, de long hurlement de douleur et de supplication. Mes yeux, derrière mon masque, fixaient les flammes, jusqu'à ce que je n'entende plus rien. Quelques minutes, et je tendais la baguette de l'apothicaire éteignant alors le feu. Brûler un corps n'est pas facile, atteindre un aspect de cendre était impossible, même avec un sort aussi bien dosé et cette substance. Mais cela suffirait. Je brisais ensuite la baguette du propriétaire de la boutique, pour ensuite les poser sur les deux corps, avec les débris de la baguette de Miss Anders.

Sans un mot, je prenais les affaires que j'avais laissé, vérifiant dans toute la boutique et à l'étage que je n'avais rien oublié. Je rangeais les vêtements que j'avais utilisé pour avoir l'apparence de l'apothicaire, par soucis de perfectionnisme, puis je me dirigeais vers la porte arrière de la boutique.

J'entendais qu'il me suivait... Je pouvais, dès maintenant, lui lancer un sort d'oublie... suivit d'un sort qui l'aiderait à dormir un peu plus... Mais le Seigneur avait encore besoin de lui. Je passais alors la porte, regardant le petit jardin de l'apothicaire, avant de me tourner vers le loup, le saluant sans un mot, avant de transplaner, pendant que lui, je n'en doutais pas, partais juste après.

Enfin... non... je ne m'étais pas si amusé aujourd'hui

Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Sven M. Anders

avatar


Professeur ♣ Duel


▌Age : 24
▌Parchemins : 92
▌Points de Rp : 22
▌Initiation magique : 10/04/2013


MessageSujet: Re: Dommages collatéraux. [PV Fenrir & Sven]   
Sam 12 Oct - 2:25

Dommages Collatéraux
MacEwen & Greyback


Elle est couchée là, froides sont ses cendres et ce qu'il reste de son corps calciné. Ton cœur hurle mais ta voix demeure silencieuse, car quelques heures auparavant encore, elle était tout près de toi à caresser ta peau brûlante de désir.

La veille même, où tu appris que tu allais être père, où le monde pour toi prenait enfin de belles couleurs, où l'amour que tu avais pour ta femme était enfin vrai, puissant, inébranlable. Elle devenait enfin belle tel un joyau dont on découvrait enfin les scintillements. Son sourire, ses petites rondeurs te paraissaient si merveilleuses que tu jugeais bon cette fois d'être le mari dont elle avait toujours rêvé, car elle venait de respecter sa promesse alors tu te devais de respecter la tienne. Dans ta fougue, tu l'embrassas, encore une fois, puis une autre fois jusqu'à ce que l'envie de la posséder avec la plus grande tendresse du monde s'empara de toi, faisant enfin de vous deux amoureux. Elle s'était endormie au creux de ton épaule, tu rêvais de ce petit garçon que tu pourrais bientôt serrer dans tes bras, car ce serait un petit garçon, Hunter ou Erik, le choix se ferait bientôt. Sur ces idées folles et heureuses, tu t'endormais paisiblement pour la première fois depuis longtemps. Ta femme venait de chasser la folie qui t'habitait. Au matin tu la couvris encore de baisers chauds, comme pour réchauffer sa joue et sa nuque qui trônaient fièrement hors de la couverture, passas la main dans ses somptueux cheveux blonds avant de quitter la chambre dans les six heures du matin. Tu devais la quitter pour retourner travailler, sans doute que ce matin-là, partir devint la chose la plus difficile à accomplir de la journée. Tu songeas à t'offrir une journée à toi, pour profiter de sa présence, pour te promener avec elle, mais tes supérieurs n'apprécieraient sûrement pas. Alors tu te décidas finalement à partir pour le ministère.

La matinée fut plutôt bonne, puisque tu gratifias tes collègues de la bonne nouvelle. Peu d'entre eux t'avaient connu si heureux et ils plaisantèrent sur le fait que finalement, tu possédais peut-être un cœur et que tu étais comme tous les bons hommes : Tu voulais une famille à toi, autant pour avoir un héritier, autant pour avoir le plaisir de partager quelque chose avec la chair de ta chair et le sang de ton sang. Tu saisis enfin le sens du mot « famille » et celui du mot « père ». Ton intervention du matin te conduisit assez loin de Londres, mais tu savais qu'à l'heure du midi, tu y serais de retour et qu'avec de la chance, tu pourrais rejoindre ta femme pour le déjeuner. Tu songeas même à inviter des collègues, après tout tu te sentais généreux aujourd'hui. Tu empruntas même le chemin de Traverse, tu voulais acheter un cadeau à ta femme avant de passer la chercher pour manger à l'extérieur.

Seulement, là le cauchemar commença.

Sur la route, tu t'arrêtas devant une boutique que tu connaissais bien, pour y avoir été traîné de nombreuses fois par ta chère et tendre. L'odeur de cadavre brûlé te prends aux tripes, la dernière fois que tu as senti une telle odeur, c'était lors de ton duel avec le chien mouillé dont tu connais désormais le nom pour avoir vu son nom dans les journaux, tout à fait par hasard, quand ila  agressé une pauvre adolescente de Poudlard. Greyback. Encore un cinglé de plus dont tu te ferais un malin plaisir à envoyer en prison, mais c'est apparemment l'affaire des Aurors. Tu fus pressé, mais plus curieux encore, ton métier te poussant à savoir si  tout cela était accident ou assassinat. Tu tombes d'ailleurs sur quelques collègues à toi, des brigadiers et même des membres du département des accidents magiques. Tu attends un peu que les choses deviennent plus claires, apparemment il y a des restes des corps, même de baguettes magiques. Tes collègues firent venir Ollivander en personne, car dans ces circonstances, on ne pouvait plus établir un portrait des malheureux selon leur physique, ne restait plus que les baguettes. L'une des victimes était le pauvre apothicaire, sans nul doute, pourtant le pauvre homme ne devait pas avoir tellement d'ennemis.

Le second constat, lui, te clouas au sol. La deuxième baguette est une baguette d'aubépine, rigide, de ving-et-un centimètres doté d'un crin de licorne. Le vendeur de baguettes n'eut pas besoin de prononcer le nom de son propriétaire, tu connaissais cette baguette par cœur, c'était celle de ta femme. Tu te ruas alors vers les corps comme un dément. Tu ne voulais pas y croire, pas elle, pas ton fils. On voulut t'empêcher d'approcher, mais tu hurlas que c'était ta femme, que ton rayon de soleil était ici. Que c'était elle. Elle. Les deux moitiés de toi-même ressentirent la même chose, au même instant. La douleur, la rage, l'incompréhension. Les hurlements et les larmes ne voulurent pas sortir, tes yeux s'écarquillèrent simplement devant l'horreur qui s'offrait péniblement à tes yeux. Tu voyais bien, sur le corps brûlé, les os brisés et les fractures ouvertes, qui firent monter chez toi une vague de colère encore plus intense.

Greyback. Ce monstre avait osé s'en prendre à ta femme, il l'avait tuée, lâchement, car il n'était pas capable de s'en prendre à toi. Ce lâche, cet enfoiré. Ce chien stupide. Oui, trop stupide pour retrouver ta trace, ton nom ou même ceux de tes proches. Il n'était pas seul mais comment pouvait-il ne pas l'être ? Qui était assez lent d'esprit pour se traîner un tel boulet et une telle raclure de la société ? N'avais-tu même pas lu il y a peu dans les journaux que le gouvernement avait les choses en main ? Tous des incapables, des fainéants qui ne se bougeaient pas ! Mais cette fois-ci, les choses seraient faîtes à ta façon.

Tu le trouveras et lui feras sauter la tête toi-même. Tu vengeras ta femme dans les règles de l'art. Tu lui feras payer toute la souffrance qu'il a fait naître en elle et en toi.

Le moment était venu de retrouver Greyback. Et pour cela, tu allais devoir te rapprocher de ses proies.

« L'homme en armes est le seul qui soit vraiment homme. » ► Proverbe Nordique
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Dommages collatéraux. [PV Fenrir & Sven]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dommages collatéraux. [PV Fenrir & Sven]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Dommages Collatéraux} Luka
» [Ingram] Dommages collatéraux.
» Fugue, prémices d'ennuis collatéraux - Hôtel de Courtenvaux [rp unique]
» Les pluies diluviennes causent d'immenses dommages
» Les dommages des guerres sur l'environnement
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Alohomora ♣ ::  :: Londres :: Le chemin de traverse-