AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Alohomora

Consultez régulièrement les nouveautés ici
Pensez lorsque vous vous inscrivez
à prendre un Prénom et un Nom.

15 lignes minimum dans le Rp et 20 lorsque vous ouvrez un sujet

Le nouveau design est arrivé !

Design n°5 le 09/04/2012 par Kyana.

Venez voter pour faire gagner votre maison !

C'est toutes les deux heures ici.
Dans le Rpg, nous sommes passé au mois de Novembre et Décembre 1976 !

Pour vous y retrouver, consultez le calendrier.

 

 Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell]

WIZARDHIBOUX
Who are You ?
Maewan Bretian

Maewan Bretian

Élève ♣ Préfet Poufsouffle - 7ème année

Élève ♣ Préfet
Poufsouffle - 7ème année


▌Age : 28
▌Parchemins : 436
▌Points de Rp : 164
▌Initiation magique : 25/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 17 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] _
MessageSujet: Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell]   
Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] Icon_minitimeLun 31 Déc - 10:51

Noël était passé depuis trois jours, oui nous étions le 28 décembre et étions pile entre le passage du gros barbu rouge et du passage à la nouvelle année. Si nous avions pu sortir le 31 je serais sortit ce jour là faire la fête au village, seulement il fallait que ça tombe un mardi. Je soupçonnais d'ailleurs Dumbledore d'être responsable de cela, il avait sans doute changer le calendrier rien que pour nous embêter. Aussi je prenais mon samedi pour me préparer à sortir, je passerais l'après-midi au bar à fêter dignement le passage en 1977.

Pour être présentable je me parais d'un chemisier noir, une veste de la même couleur mais pourvue d'une légère fourrure, fausse bien entendue, autour de la capuche et des manches. Notons au passage que ma capuche était dôtée de petites oreilles de chat. J'avais littéralement craqué sur cette veste lors d'un voyage à Paris, dans une rue spécialisé dans un style japonais à fondre, tant c'était mignon. En bas, je portais un pantalon rouge et noir, je vous explique, l'une des jambes était d'un rouge éclatant, l'autre aussi noir que la nuit et j'avais accrocher quelques chaînettes aux passants de la ceinture. Pour finir, je mettais mes boots et ma capuche me donnant un air félin avant de sortir, une écharpe bien vissé autour du coups. Cette journée serait officiellement celle de ma cuite de l'année. J'allais marquer ce jour d'une pierre blanche et quelques autres couleurs si je venais à perdre le contrôle de moi-même.

Esquivant mon meilleur ami et camarde de dortoir en racontant que j'allais simplement faire un aller-retour rapide pour acheter quelques cadeaux en retard, je savais qu'il ne viendrait pas et que je pourrais m’enivrer sans qu'il m'en empêche.

Comme à toute fin d'année, le bar des Trois balais n'était pas très remplis, en fait je ne repérais que Rosmerta et un petit de Serdaigle, Quirrell je crois. Il était souvent seul ce gamin et bouc émissaire de James et ses comparses. Je devrais en toucher un mot à Sirius, peut-être que je pourrais le calmer ? Toujours est-il que ce jour était un jour de fête et après avoir commandé un pack entier de fire sous le regard lourd de sens de la gérante des lieux qui disait clairement : ''je n'ai pas oublier votre dernière cuite et n'hésiterai pas à prévenir Dumbledore si vous faites un pas de travers.''

Sans faire de bruit, je m'approchais du jeune aigle avant de m'asseoir en face de lui et lui tendre une bouteille.

« Tien l'oisillon, ça te fera voir la vie en couleur. »

Puis aussitôt, me balançant presque sur ma chaise je buvais directement au goulot de la bouteille. Je ne tenais absolument pas l'alcool et ce petit risquait d'avoir de belle surprise sur les quelques personnes présente dans le bar. Pour tout dire j'avais déjà bu un peu avant de venir et mon état était donc quelque peu avancé, je voyais même des elfes de maison danser dans ma tête.


Dernière édition par Maewan Bretian le Lun 31 Déc - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] _
MessageSujet: Re: Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell]   
Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] Icon_minitimeLun 31 Déc - 16:02

    Pré-au-lard, véritable havre de paix durant les vacances. C'était là bas que le petit troisième année s'était réfugié, profitant ainsi de son privilège assez récent. Le jeune gardien s'était plongé dans la lecture du quidditch à travers les âges. Maintenant qu'il avait un vrai balai et non pas une antiquité de l'école, il avait pour but de devenir le meilleur gardien que Poudlard ait connu. Cependant même en faisant partie de l'équipe de quidditch, il ne parvenait pas à s'attirer le respect des autres. Il était vu par beaucoup de serdy comme une roue de secours, un intello vif d'esprit bon à attraper des souaffles et c'était tout. Eh bien il leur prouverait à ces vils qu'ils ne pouvaient plus se passer de lui, et si ceux-ci osaient le défier, ils verraient que l'intelligence peut servir à faire perdre une équipe en jouant soi même bien.

    En attendant, il comptait briller et se renseignait donc sur les tactiques de ses prédécesseurs. Evidemment le jeunot savait qu'on apprenait pas un tel sport dans les livres mais il estimait qu'il pourrait s'inspirer de ce qu'il lisait dans ce dernier pour tenter quelques figures avec son Nimbus 1000. Chose qu'il n'aurait jamais tenté avec un de ces balais pourri de l'école sur lesquels il avait dut jouer jusque maintenant.

    Cependant sa lecture fut interrompue par un blaireau, non pas que le grand était chiant mais juste qu'il était membre de la maison des poufsouffle, sans doute les gens les moins chiants du château. Bien qu'intelligent, le gamin soupçonnait mal un septième année d'alcooliser, d'ivrogner...bref de faire boire un plus jeune. Et pourtant...il aurait dut se méfier. S'il toussa à la première gorgée, le petit adora le goût de sa boisson et il se résolu donc à lui faire honneur et la boire entièrement. La sensation de chaleur envahissant son corps était agréable et lui arracha même un sourire de bourré enfantin.


    « Merchi c'est cro bon ! C'est quoi ? Histoire que je sache que prendre la 'chaine fois. Toi t'es ...euh... non pas lui...pas elle... Euh..T'es à poufsouffle hein ? Ma..marcus ? Non...Maggie ?...Maewan ouais ! L'hurluberlu qui se fait souvent remarquer avec des habits zarbis... Ouais c'est ça ! Deviné. T'es fort aux devinettes ? J'adore les énigmes moi d'abord ! J'en connais pleins.

    Qui est nécrophile et pense être au carnaval tous les jours ? Un mangemort ! Ou mieux. Qu'est ce qui est con, rouge et qui ne connait pas l'usage d'une brosse à cheveux ? James Peteur ! Et puis qui se balade en laisse comme un couillon derrière un péteur ? Black le rouge ! Qui est un cadavre ambulant, sans doute folle des nécrophiles ? Crystal ! Bref...à toi ! Je t'écoute »


    Et enfin silencieux après son monologue, le gamin attrapa le reste de la bouteille de son aîné et la sirota jusqu'à se sentir mal, avoir le front chaud et avoir l'impression qu'il évoluait dans un monde alternatif en partie sous marin et de l'autre partie spatiale. La gérante du bar les tenait à l'oeil avec une mine pincée qui laissait supposer que si ça dégénérait, comme c'était en train de le faire, des membres du personnel de Poudlard risquaient d'en entendre parler...mais il était fort à parier qu'aucun des élèves ne pensait aux éventuelles conséquences. En attendant ils s'amusaient sans doute fort bien, bien inconscients que leurs dires pourraient être entendus par des oreilles peut être malveillantes. Pour un gamin de treize ans, bien qu'intelligent, cela pouvait tout à fait se concevoir et se comprendre...Par contre, pour un grand dadais de septième année, c'était tout à fait autre chose. Et il était fort à parier qu'il serait mal vu qu'un majeur saoule un mineur... A moins qu'ils trouvent une bonne excuse, une erreur de commande peut être...Mais sérieusement vous pensez que cela serait cru par les autorités compétentes ?

    Cela seul l'avenir nous le dira, en attendant, croyez le où non mais notre Quirinus était complètement pété et il en avait du mal à retenir le fou rire qui prenait naissance dans sa gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Maewan Bretian

Maewan Bretian

Élève ♣ Préfet Poufsouffle - 7ème année

Élève ♣ Préfet
Poufsouffle - 7ème année


▌Age : 28
▌Parchemins : 436
▌Points de Rp : 164
▌Initiation magique : 25/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 17 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] _
MessageSujet: Re: Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell]   
Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] Icon_minitimeLun 31 Déc - 23:33

Mais qui... qui était donc l'idiot qui avait donné à boire du Fire à ce petit Serdaigle que je lui rappelle que l'on ne fait pas boire un mineur ? Ah oui... C'est moi j'avais oublié... Mais il fallait admettre que ce gamin, qui était il y a peu encore plongé dans un livre sur le Quidditch, était plus qu'hilarant lorsqu'il commençait à avoir un coups dans le nez. Bien sure, du coin de l'oeil je percevais vaguement que madame Rosmerta fulminait et devait mourir d'envie de prévenir quelqu'un, mais comment dire.... dans mon esprit la brume était aussi bien installé et je riais à gorge déployé devant les blagues et jeux de mots qui sortaient de la gorge de l'aigle.

« Ho mon dieu mais tu es excellent mini-Quirrell ! Avec un humour comme le tiens tu pourrais faire des blagues du feu de dieu à Poudlard si tu prenais confiance en toi ! Hum au fait, ce que tu as bu c'est du fire-whisky  » riais-je encore, ébouriffant ses cheveux comme on a tendance à le faire à un plus petit que soit, ce qui était donc possible tout de suite.

Je vidais ma seconde bouteille quand je trouvais, fier de moi, de quoi rebondir sur la blague des mangemorts, elle était d'ailleurs bien trouvée cette dernière. D'un air incertain, pour ne pas dire complètement chancelant, je me levais pour faire face à un large auditoire imaginaire et grimpais sur la table, me prenant au passage les pieds dans le banc en pouffant de rire le temps de retrouver un équilibre précaire.

« Oyeeeeee Oyeeeeeee ! Qu'est-ce qui est grand, pas beau du tout, qui se prend pour le roi du monde et qui est le kleptomane des cimetières ? Ah un indice : il cri comme une fille et danse en jetant des sorts ! »

Un instant je marquais le silence comme pour laisser le temps de répondre, riant de moi-même, ce qui prouvait l'avancement de mon état.

« C'est Vol-de-mort ! Oh et j'en ai une autre ! Qu'est-ce qui est mort et qui a des ailes ? VOLDEMORT aussi ! »

Mon dieu je faisais peine à voir. Dans une pirouette plus qu'incertaine je tombais à bas de la table, attrapant une autre bouteille que je vidais en restant couché au sol, une légère pensée pour ceux qui ne pouvais faire la fête en ce moment et qui devait s'ennuyer à mourir dans quelques fêtes de familles, couloir ou dortoir de Poudlard etc.

Suite à ma vanne plus que pitoyable, avouons-le, j'avais crû percevoir un mouvement à une table mais, en tournant la tête, rien de suspect à part un homme qui sirotait d'un air absent un jus de fruit. Malgré moi, un large sourire un peu sadique, un peu moquer prit place sur mon visage. J'en profitais donc pour me relever et faire de nouveau face à Quirinus, lui parlant sur le ton de la confidence tout en replaçant une mèche devant mon visage. Discrètement, ce qui en état d'ébriété veux dire: en montrant clairement du doigt l'homme dont j'allais parler, je désignais donc l'inconnu avant de prendre la parole dans un murmure tremblotant, j'étais vraiment cuit cette fois.

« Tu vois ce type là-bas... J... Jeee te parie que.. c'est un espion du carnaval des morts... ouais mon pote ! Mais... z'il a oublié son joli costume... ça te dit de rire un coups... ? »

Rire un coups... Ici cela voulais dire que j'allais me faufiler dans l'ombre du bar, laissant à ma place un faux-moi, j'avais vu cela dans un livre. Puis j'allais me glisser derrière l'homme et l'affubler d'un costume ridicule. Peut-être un tutu, avec un maquillage de clown... enfin nous verrons bien, nous devons d'abord en parler avec Mini-Quirrell.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] _
MessageSujet: Re: Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell]   
Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] Icon_minitimeMer 2 Jan - 12:13

    Complètement bourré, le jeune Quirinus se sentait d'humeur joviale et blagueuse. La chaleur qui avait envahi son corps n'était pas désagréable, au contraire elle lui faisait oublié le froid hivernal qu'il faisait dehors. Evidemment si lui ne voyait pas de soucis à la situation, il est certain que beaucoup d'adultes verraient cette beuverie improvisée d'un mauvais oeil. Premièrement, même s'il n'était pas interdit de boire de l'alcool dans le règlement scolaire, les mineurs n'étaient pas autorisés à acheter et consommer des boissons alcoolisées. Si madame Rosmerta mordait sur sa chique, elle n'était toutefois pas à l'abri de prévenir leurs professeurs une fois son service fini.

    Ceux ci auraient vite fait de les punir pour un tel acte de débauche, irrationnel et à l'encontre des valeurs de leur établissement. Ensuite, les parents du jeune Quirrell ne seraient sans doute pas ravis de savoir que leur fils prodige prend sa première cuite à treize ans, et la savoure (pour l'instant). Ainsi, il valait mieux que cet évènement ne parvienne jamais à leurs oreilles. Pour finir, les autres clients des Trois-Balais semblaient désapprouver un tel comportement vu leurs sourcils froncés et leurs regards noirs et désapprobateurs envers ces deux étudiants.

    Quoiqu'il en soit, cela n'empêcha pas son aîné de le complimenter sur ses blagues, sans spécifier un seul instant que ce genre d'humour pouvait être dangereux pour eux ou pour leurs familles. Inconscients. C'était ce qu'ils étaient. Le poufsouffle lui garanti donc qu'il pourrait faire de super blagues au château s'il prenait confiance en lui mais, même avec 100L d'alcool dans le sang (ok ok j'exagère là...) il ne pouvait pas penser que cela était possible. Le gamin se contenta donc de retenir le nom de la délicieuse boisson pendant que Maewan lui ébouriffait ses cheveux, les décoiffant au passage et arrachant un sourire amical au petit.

    Il suivit ensuite du regard son aîné qui venait de grimper sur une table et rigola en voyant madame Rosmerta devenir aussi rouge qu'une tomate tandis qu'elle grognait entre ses dents. Loin de s'en soucier, le grand commença lui aussi à se foutre de la tête des vilains pas beaux, arrachant un fou rire au petit qui ne s'interrompit que pour reprendre de plus belle lorsque le blaireau chancela et se retrouva face contre terre. Il avait rarement vu un spectacle aussi amusant.

    Le gamin se tut lorsque Maewan se releva et lui affirma dans la confidence qu'un gars plus loin était un vilain pas beau. Quiri' regarda le gars en question et haussa les épaules, après tout aucune occasion n'était à perdre pour s'amuser. Il hocha donc la tête avant de se pencher à son tour vers son condisciple.

    « Et comment que z'a me dit. Zi tu veux toi tu va faire ta blague là et moi pendant ze temps là ze resteuh ici et tu vois...ze ze vais faire une diverzion oui une diversssion tu m'entends bien. Tu peux compter sssur moi mon poteuh ! Parole d'aigleuh. »

    Pas d'une pas d'eux, le gamin le poussa légèrement de sa main droite avant de prendre place sur la pauvre table qui n'avait rien demandé. Chancelant en grimpant dessus, il lui fallut quelques secondes afin de préserver son équilibre et ne pas tomber à terre comme le pouffy l'avait fait peu avant. Une fois cela fait, le gamin commença une danse qui allait devenir un phénomène mondial des années plus tard lorsqu'un moldu le plagiera honteusement par l'on ne sait quel hasard.

    « Oppa Serdaigle Style !
    Serdaigle Style
    Hey oh sexy bleutés
    Op op oppa
    Oppa Serdaigle Style ! »

    Et au jeune Quirrell de se déhancher en rythme sur la table, faisant semblant de monter à cheval et tout ce qui va avec. Il y mit même tellement d'entrain afin d'attirer l'attention sur lui, qu'il parvint quand même à se prendre le pied DANS un verre de bierre, qu'il cassa. Cependant le peu de temps que ce verre bloqua son pied, il se trébucha et fut envoyé valser en avant, vidant le contenu du verre, glissant sur la biére, tombant sur les bouteilles, s'entaillant le front au passage, poussant un cri strident (comme une fille mais chuuut), valsant par delà la table, faisant un vol plané et atterrissant sur une autre table violemment sous le regard médusés des clients qui s'y trouvaient qui furent aspergés de divers liquides. Finalement...ils allaient peut être un peu trop loin pour éviter d'éventuelles sanctions...

Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Maewan Bretian

Maewan Bretian

Élève ♣ Préfet Poufsouffle - 7ème année

Élève ♣ Préfet
Poufsouffle - 7ème année


▌Age : 28
▌Parchemins : 436
▌Points de Rp : 164
▌Initiation magique : 25/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 17 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] _
MessageSujet: Re: Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell]   
Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] Icon_minitimeJeu 3 Jan - 10:18

Durant notre rire et délire de beuverie, Rosmerta n'avait de cesse de concurrencer la bouche à incendie tant elle était rouge, le risque était tel que je me surprenais à me dire que c'était un miracle qu'aucun profs ne soit déjà arrivé de sa part, ou pire... Rusard ! Quoi que... Rusard aurait pût être une victime de choix du moment qu'il ne nous attrapais pas par la suite, et qu'il ne risquait pas de nous lancer de sort vu qu'il était un cracmol ; l'un des secrets de polichinelle de l'école, tout le monde le sait, personne ne le dit. Un peu comme la recette de la fricadelle.

Sans l'ombre d'une hésitation, Quirinus me suivit dans l'idée de comment dire... ridiculiser cet homme que je soupçonnais d'être à la solde de Voldemorve, oh... j'aime ce jeu de mot, je vais le noter dans un coin. Je notais cependant qu'il était aussi atteind que moi vu le léger cheveux sur la langue qu'il arborait désormais, parlant donc en remplaçant les 'j' par des 'z' tout à fait adorables et risibles, son esprit de serdaigle n'était pourtant pas loin vu qu'il avait eu l'idée de faire une diversion.

Ainsi quand je me levais, jetant un regard derrière moi et feignant d'aller au cabinet, je pouvais voir ce petit prendre ma place sur la table, devenue provisoirement scène de notre théâtre, pour accueillir une danse tout à fait étrange accompagnée d'une chanson en l'honneur de la maison des aigles. C'est donc en retenant avec énormément de difficulté un nouveau fou rire, et je vous assure retenir un rire dans cet état est... un miracle, que je me plaçais derrière un homme de... peut être une vingtaine d'année, assez grand et pas mal à regarder..

* Raaah mais pourquoi Merlin tous les hommes beaux sont soit pris, soit hétéros, soit des mangemorts ! *

Oui, je sais ce que vous vous dites, les demoiselles se disent la même chose sur les hommes de mon bord, mais que voulez-vous, si les hétéros prenaient tout aussi soin d'eux qu'une bonne part d'entre nous, il n'y aurait plus aucuns ni aucunes célibataire sur Terre.

Allongé sous une table, une vie imprenable sur le sorcier, notons au passage que son jeans moulait parfaitement son postérieur, je commençais à agiter ma baguette en murmurant quelques paroles en une litanie chantante. Ce sort était assez complexe et je devais en plus le faire à « retardement » car il fallait que je rejoigne ma place à temps pour ne pas être soupçonné, même si personne ne croirais en un hasard. En tout cas aucun doute, les sorts pour faire des farces sont ceux que l'on retient le mieux, même quand nous sommes des cancres, ou plutôt, surtout quand nous sommes des cancres.

Un sourire fier, je rejoignais lentement ma table, j'étais à mi-chemin entre les WC et ma table quand un bruit, signe de la mise en place du sort, se fit entendre. M’assaillent, je me préparais à voir un homme vêtu d'une magnifique meringue... euh... que dis-je... un magnifique tutu vert fluo avec une paire d'escarpins assortis et bien sure un talon frôlant la taille d'échasse, comprenez par-là, une quinzaine de centimètres mais surtout... le must du must... les cheveux de l'homme étaient devenu je l'espère, de magnifiques boucles anglaises rouges. Peut-être un chouilla décoiffé, mais il allait être mignonne le mangemort. Parole de Bretian !

En regardant vers cet inconnu, je mordais l'intérieur de mes joues pour ne pas éclater de rire même si quelques gloussements incontrôlables m'échappaient par intermittence. Ce résultat valait toutes les beuglantes, toutes les heures de colles, toutes les remontrances du monde.

« attention mini, le spectacle commence... » pouffais-je alors, le laissant voir le résultat.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Philippe Chrétien

Philippe Chrétien


Sorcier
J'appartiens au monde magique


▌Age : 41
▌Parchemins : 95
▌Points de Rp : 35
▌Initiation magique : 19/07/2011


Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] _
MessageSujet: Re: Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell]   
Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] Icon_minitimeVen 4 Jan - 4:29

De nouveau chez lui, aux trois balais, Philippe dut faire semblant d’apprécier les boissons anglaises. Les choses ne s’amélioraient vraiment pas à Poudlard, et il ne savait trop quoi faire. Comment prouver sa bonne foi ?
Amer, il ne fit pas attention du tout aux deux collégiens en train de se saouler plus loin. Il n’était pas professeur, et ils ne risquaient pas grand-chose dans l’auberge de Pré-au-Lard.
Philippe changea vite d’avis lorsqu’un grand de septième année, se mit à hurler le nom du mage noir anglais, debout sur une table.
*Il cherche à se faire tuer, ou quoi ? *
Pas besoin de comprendre à fond l’anglais pour savoir qu’un tel nom était tabou, de par la terreur qu’il inspirait. Des adultes expérimentés hésitaient à prononcer le nom maudit, et même ses serviteurs ne l’appelaient que par le pompeux titre de « seigneur des ténèbres ». Un partisan de Voldemort serait dans l’auberge que le jeune homme n’avait plus que quelques secondes à vivre.

Restant calme, l’agent secret français mit la main à sa poche et sortit doucement sa baguette qu’il garda dans la main droite, cachée sous le comptoir, tandis qu’il sirotait un jus de fruit. Apparemment tranquille, il était en train de surveiller le maximum de clients du bar, prêt à répliquer devant un sortilège impardonnable pour protéger le jeune fou. Les clients dévisageaient le duo d’élèves, certains préféraient sortir, ayant sans doute pensé à la même chose que Chrétien. Si Madame Rosmerta était croyante, elle aurait pu se signer. Décomposée de peur, elle resta derrière son bar, à prier pour que le collégien s’en aille vite se faire tuer plus loin plutôt que dans son auberge.

Mais il y a un dieu pour les alcooliques. Le hasard ou la chance voulut que personne n’ait jeté de sorts au Poufsouffle.

*Mais parmi tous ceux qui sont partis, beaucoup vont le répéter, et les mangemorts voudront venger leur maître... Cet imbécile a mis tous les poufsouffles de son année en danger ! Comme si les serdaigles ne suffisaient pas !*

Les mangemorts se moqueront de savoir qui a proféré ces injures, ils risquent de tuer même des Poufsouffles de Première années en représailles… quant à lui, ils le tortureront sans doute avant de le tuer. Chrétien connaissait les procédés des extrémistes, et ces procédés étaient… extrêmes. Le grand collégien a gagné une menace de mort jusqu’à la fin de ses jours… ou la fin de la guerre !
Quant au petit serdaigle… il risque la même chose que son camarade. Sauf s’il ne se faisait pas remarquer et cachait son visage.
Ce fut le contraire ! Le bleu-et-bronze, apparemment aussi saoul que son ami, monta à son tour sur la table en dansant et chantant. Pour ne pas qu’on le reconnaisse, c’était raté ! Il glissa et risqua même de s’ouvrir le crâne, tout en aspergeant les clients restants qui étaient médusés.

*Je dois intervenir !*


Il était officiellement étudiant invité au château, il lui fallait prendre la poudre de cheminette et alerter les directeurs de maison, des professeurs, n’importe qui, mais ne surtout pas les laisser dans un tel état. Madame Rosmerta vira au rouge, devant hésiter entre fermer boutique ou les immobiliser par sa baguette magique. Se demandant s’il ne devait pas jeter un sort au garçon, l’agent secret s’aperçut trop tard de l’absence du poufouffle.
*M… Il s’est fait enlever !*

Il le revit cependant assez vite reprendre sa place. Cette vision le rassura… mais pas longtemps car il entendit un bruit étrange et vit que ses vêtements avaient légèrement changés… Le voilà en tutu vert fluo ! Avec des talons, et des cheveux ressemblant à une perruque rouge.

*Chrétien, tu t’es laissé jeter un sort sans le voir ? Et tu te dis agent secret ? On t’a pourtant prévenu de surveiller tout ton environnement. Tu t’es laissé avoir par un jeune homme bourré, grâce à une diversion, quelle honte ! *
Il avait encore plus honte de s’être fait avoir que de son costume. Après tout, un simple finite incatatem suffisait.

*Non seulement ils sont dangereux pour eux, mais ils deviennent dangereux pour les autres. S'ils se mettent à jeter des sorts sur les personnes, cela dépasse complètement le cadre de la loi. Cette fois, je ne peux plus rester assis. *

Il dit à Rosmerta : « S’il vous plAIt, prévenez POUdlard qu’ils viennent les chERcher. Jêu me châârge de les désarmer. »
Cachant sa baguette derrière son dos, Philippe s’approcha des deux ivrognes. Ils se retenaient de rire, probablement devant la démarche difficile de l’agent secret à cause des talons de quinze centimètres qui le handicapaient. Il réussit cependant à s’approcher de leur table et leur offrit un beau sourire.

« BonjOUr, messieurs. Savez-vous que les mAngemorts font comme vous ? Ils jettent des sOrts aux autres et trouvent ça très drôôle. Et savez-vOUs ce qui leur arrIve quand on les attrApe ? »
Soudainement, il brandit sa baguette, et jeta un maléfice du saucisson à Maewan pour l’immobiliser. Puis il brandit sa baguette sur Quirinus.
« Ton ami risque la prIson pour m’avOIr jeté un sort, je ne te conseille pAs de faire la même bêtise. Poudlard est prévenU, on va venir vOUs cherchEr et vous aurez bEAUcoup de mal à éviter le renvOI, je le crains… ainsi qu’une protectiON d’aurOrs à vie. »
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] _
MessageSujet: Re: Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell]   
Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] Icon_minitimeSam 5 Jan - 8:21

    « La prison ? »

    Les mots du jeune serdaigle résonnèrent un instant dans le pub. Soudainement c'était comme si la sensation de chaleur s'en était allée, lui laissant un léger mal de tête. Jamais le jeune aiglon n'avait pensé à de telles conséquences lorsqu'il était plié en deux quelques secondes auparavant. Désormais il regrettait, il aurait voulu tout effacer mais c'était trop tard, le personnel de Poudlard se dirigeait sans aucun doute déjà vers les trois balais.

    « Le renvoi ? »

    Ils avaient été trop loin, bien trop loin... Une alarme sonnait dans la tête du jeune Quirrell qui tentait de réveiller ses neurones pour les activer à toute allure. Un mal de tête naissant ne l'aidait pas pour cela. Ils étaient foutus...Non ! Il ne pouvait pas se laisser abattre, abandonner son nouvel ami saucissonné... Il devait réagir, trouver une solution. Regardant le sol longuement, le gamin finit par relever la tête afin de croiser le regards de leur opposant.

    « Vous avez raison. Nous avons été inconscients. Evidemment notre comportement n'est pas pardonnable, on aurait put se faire tuer et nous mettons tout le monde en danger. Disons que l'alcool nous a pas aidé ... Mais nous sommes perdus... On ne sait plus quoi faire...»

    La voix du petit aiglon se brisa naturellement, le stress aidant il n'avait pas eu à beaucoup forcer...mais évidemment il le faisait exprès. Cependant il aurait été difficile d'y voir de la comédie tellement le serdaigle paraissait sincère et réellement apeuré. Quand je vous dit qu'avoir treize ans cela à des avantages...Les gens oublient souvent comment ils étaient à ces âges là.

    « S'il vous plaît...renvoyé moi si vous voulez...mais ne faites rien à Maewan...il voulait juste me rendre le sourire, tout ce qui arrive aux serdaigles ça me déprime... C'est ma faute pour le sort...Je lui ai demandé s'il était cap...Il m'a dit que ce ne serait pas raisonnable, il a essayé de m'en empêcher mais j'ai dit que s'il le faisait pas j'avouerai l'un de ses secrets...Et...C'est de ma faute. Oui j'ai agis comme un vil serpent. Je suis le seul responsable.»

    Baissant le regard et se dandinant de malaise face à leur assaillant, la gamin laissa les larmes couler sur ses joues. Une fois la machine lancée, il suffisait de se laisser envahir par la tristesse amère de celle ci... La pitié...C'était peut être une arme pitoyable mais c'était leur dernier recours désormais.

    Le jeune aiglon laissa couler les larmes, il laissa aussi ses épaules être secouées par ses pleurs tandis qu'il sanglotait. Quand enfin il sentit ses genoux flancher sous la fatigue, il les laissa l'abattre contre le sol. Et à genoux, les bras autour de son torse et la tête baissée il pleurait à chaude larmes.

    A vrai dire il avait réellement peur. D'un côté il détestait le château mais de l'autre il comptait tout de même finir ses études. Puis ses parents le tueraient s'ils apprenaient pour cette "virée" (c'est le cas de le dire). De plus, il entraînait Maewan dans l'histoire...Et lui il risquait Azkaban ! Il ne se le pardonnerait jamais si ce dernier y finissait ! Jamais ! Qui pourrait porter une telle responsabilité ? Curieusement ces pensées lui redonnèrent du courage. Et c'est ainsi que se relevant, essuyant ses yeux et regardant droit dans ceux du français avec une détermination qui ne lui ressemblait vraiment pas, que le gamin prononça les mots suivants.


    « Avant de me taire. Avant qu'ils arrivent. Si je devais vous dire ne fut ce que quelques mots ce seraient ceux ci : « Il vaut mieux hasarder de sauver un coupable que de condamner un innocent. » Voltaire...Vous connaissez ?»

    Le visage presque fier, encore humide des larmes versées, le gamin se mit devant son ami et lui lança un regard du "je ne te laisserai pas tomber". La plupart des clients avaient déserté l'établissement mais l'on pouvait entendre des voix et des pas se rapprocher dehors. Par chance elles étaient connues mais d'un autre côté cela ne leur laissait plus beaucoup de temps avant que le jugement ne soit rendu.

Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] _
MessageSujet: Re: Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell]   
Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] Icon_minitimeLun 7 Jan - 2:25

Ce matin là, j’étais partie à Pré-au-Lard avec une bonne idée dans la tête. Trouver de quoi me faire pardonner. Trouver un cadeau pour Damon. Je m’étais présentée pendant les horaires d’ouvertures d’une animalerie. L’inconvénient quand j’allais dans ce genre d’endroit, c’est que j’avais envie de tout acheter. Les petits animaux dans une cage me faisaient de la peine. Alors imaginez un grand Jason dans une prison ou même mort ? Je secouais la tête. Non Snow, ce n’est pas le moment de penser à ça. Tu es là pour Damon, pas pour Jason !! Je sais qu’ils ont trois lettres en commun, mais tout de même !

Et soudain, je le vis. Coup de cœur. Ce petit chaton tout blanc comme neige. Snow. J’esquissais un sourire. Voila j’avais trouvé. Un cadeau pour lui rappeler notre amitié, cette profonde affection qu’autrefois il y avait eu entre nous. Quoi de mieux qu’un chat tout blanc, en référence à mon nom. Et puis, je savais que Damon aimait les chats. Il en avait eu un autrefois, à Poudlard. D’ailleurs en ce temps là, il ne c’était jamais remis de la mort de son animal. Hé oui, je me souviens de tout.

Alors que je sortais de la boutique, portant dans mes bras l’animal, avec un sourire satisfait, mon attention fut attiré par des clients qui sortaient des Trois Balais, complètement choqués. Ils étaient trop loin pour que je comprenne leur discussion, mais je pus saisir quelques mots inquiétants « Elèves de poudlard », « mangemorts », « vous savez qui ». Que, quoi ? Je fus saisie d’un haut le cœur. Des élèves étaient en danger ? Sans prendre le temps de réfléchir plus loin, je traversais rapidement le chemin qui me séparait du bar avant d’entrer brusquement, le chat dans un de mes bras, me baguette levée dans ma main libre. Mon cœur battait à toute vitesse. Si quelqu’un voulait toucher à un de mes élèves, il allait savoir comment je m’appelle !

Mes yeux se posèrent immédiatement sur Quirrell et Bretian, qui certes n’étaient pas morts, mais dans un état épouvantable. Habillé d’une façon plutôt loufoque, Maewan ressemblait à une épave, immobilisé sur le sol, de toute évidence, il avait reçu un maléfice du saucisson. Quant à Quirinus, il pleurait à chaudes larmes, à genoux sur le sol.

« Maewan, Quirinus !!! »

Mes yeux se posèrent sur le dernier individu, certainement coupable de ce maléfice. Il avait fière allure dans son tutu et ses chaussures à talons. C’était quoi ça ? Un mauvais tour de Maewan ? Certainement. Quoi qu’il en soit, s’il était le mangemort en question, je préférais largement un sort de saucisson qu’à un sortilège impardonnable. C’était curieux d’ailleurs …. Ce n’est pas ainsi qu’un mangemort procéderait.

Quoi qu’il en soit, je restais tout de même sur mes gardes, me plaçant entre l’individus et mes élèves, pour les protéger. Ma baguette était pointée vers lui, et c’est d’une voix froide, où moi-même, je ne me reconnaissais pas, que je pris la parole.

« Reculez …. »

Tout en surveillant l’adulte de prêt, je jetais le contre sort à Maewan pour qu’il puisse retrouver la liberté de ses mouvements. Mes yeux se posèrent sur les bouteilles d’alcool vides, l’état lamentable de mes élèves, les morceaux de verres sur le sol. Mae, ne me dit pas que tu as fait boire le petit Quirrell ? Jetant un regard noir à Bretian, je lui fis ainsi comprendre qu’on reparlera de ça, cette fois ci, il n’allait pas y échapper.

Je regardais l’individu avec méfiance. Le tout était de savoir s’il était un mangemort ou une simple cible de Mae qui avait encore fait son malin. Regardant le front en sang de Quirinus, je fronçais les sourcils. Comme pour le réconforter et le rassurer, je posais dans ses bras le futur chaton de Damon, qui miaulait.

« Ca va ? …. Reculez vous deux, cachez vous derrière le bar. »

Mon attention se reporta vers l’homme, alors que je pointais ma baguette sur son torse.

« Qui êtes vous ? Et qu’est-ce qu’il s’est passé ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Maewan Bretian

Maewan Bretian

Élève ♣ Préfet Poufsouffle - 7ème année

Élève ♣ Préfet
Poufsouffle - 7ème année


▌Age : 28
▌Parchemins : 436
▌Points de Rp : 164
▌Initiation magique : 25/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 17 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] _
MessageSujet: Re: Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell]   
Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] Icon_minitimeLun 7 Jan - 9:39

Quand j'avais vu cet homme arriver de sa démarche incertaine, j'avoue avoir un moment pensé à rire les talons s'avéraient très handicapant pour lui. Cependant, quand il me compara à un mangemort alors que dans mon esprit, c'était lui le mangemort, et parla de m'envoyer en prison, mon sang ne fit qu'un tour avant que je ne me retrouve saucissonner au sol, l'écoutant parler avec un fort accent français.

Deux minutes... un accent de chez les bouffeurs de grenouilles... ? Oh non... me dites pas que c'est l'étudiant français qui nous as rejoint pour ses études ? Comment est-ce que j'ai pû le prendre pour un serviteur de l'autre névrosé déjà ? Ah oui.. j'avais un coups dans le nez qui est partit aussi vite qu'il a lancé le sort pour me stabiliser. D'ailleurs... est-ce qu'il serait plus clément si je lui disais que je le prenait pour un encapuchonné et que je voulais leur montrer ce que l'on ressent quand on subit leurs attaques gratuites ? Vu son regard et son air énervé, je dirais que non. Mais j'avoue que j'avais quand même très envie d'essayer.

Tentant de replacer mes idées dans le bon ordre, autrement dit en mettant le plus loin possible tout ce qui concernait les grenouilles dans un ballet classique, les mangemorts chantant des airs de dessins animés moldus, j'en passe et des meilleurs. Remettant en premier ce qui était vraiment important à savoir me défendre, ne pas finir en prison et ne pas faire renvoyer Quirinus de Poudlard, tout en notant dans un coin de mon esprit que je devais sérieusement réduire l'alcool. Quirinus avait déjà prit notre défense à tout deux, suppliant même pour que je ne sois pas envoyé en prison car j'avais simplement voulu lui rendre le sourire par rapport à ce qu'il se passait au château depuis la rentrée pour ceux de sa maison.

« Heum... Monsieur, j'vous jure que je pensais que... vous étiez un copain du grand vilain manitou, voulais montrer un l'un d'eux ce que subisse leur victimes, quand ils les humilient. »

Voyant que mes mots étaient encore incertains, je me murais ensuite dans le silence, voyant avec un mélange de crainte et de soulagement l'une des profs de Poudlard. Soulagement, car elle était connue pour être juste et même très charitable avec les élèves, crainte car elle restait une prof et vu que j'avais fait boire un mineur, je risquais d'être collé jusqu'à la fin de mes jours, même une fois mes études ici terminées.

D'un coups mes liens tombèrent et je ne demandais pas mon reste pour obéir à mon enseignante et aller me cacher derrière le bar avec mon camarade Serdaigle, après avoir assuré que nous allions bien. Je crois que je n'ai jamais été aussi prêt de faire dans mon froc sans être vulgaire, jamais eu aussi peur. Si l'affaire s'ébruitait, Abi, Sirius et Cassiopée allaient sans doute me faire passer l'envie de boire. Comme d'autre encore.

Accroupis derrière le bar, je reprenais doucement mes esprits, transpirant l'alcool par tous les pores.

« Quirinus, je suis vraiment désolé pour ça. Tu crois que la prof va réussir à calmer ce grand méchant loup ? On a pas agit mal vu qu'on pensait punir un mangemort hein ? » chuchotais-je, me giflant mentalement en voyant que je cherchais à être rassuré par un jeune.

Une chose restait certaine, ni lui ni moi n’oublierions cette soirée de si tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Philippe Chrétien

Philippe Chrétien


Sorcier
J'appartiens au monde magique


▌Age : 41
▌Parchemins : 95
▌Points de Rp : 35
▌Initiation magique : 19/07/2011


Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] _
MessageSujet: Re: Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell]   
Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] Icon_minitimeLun 7 Jan - 10:50

L’adolescent, un serdaigle si Philippe en croyait un élément de sa tenue, tentait de justifier leur comportement. Avait-il conscience de toutes les conséquences ? Il se jugeait seul responsable et osa sortir une phrase de Voltaire, complètement hors contexte pour le français. Du coup, il ne crut pas à ses larmes et son repentir.

« Tu me dis quE tu as manIpulé un grANd, au point qu’Il risque de faire extErminer toute sa fAmille, et d’aller en prisOn, et tu veux que je crOIe que tu n’essaies pAs de me manipUler ? Il faudrait savOIr ! » lui rétorqua l’agent secret.

Pour le coup, sa phrase de Voltaire l’énerva encore plus.

« Tu devrais avoir hONte de vous recOnnaître coupAble et de tE servir de Voltaire pour dIre le contraire. Je connais Voltaire, sûremENt bien mieux que tOI, mon pauvre garçon. Il a pronONcé cette phrase parce qu’un innOcent a été condAmné et tué. Comment Oses-tu salir sa mémOIre en vous comparant à ça ? »

C’est dire à quel point le comportement de l’aiglon avait perdu tout discrédit. Il pouvait pleurer toutes les larmes de son corps, il venait de se dire manipulateur, comment le croire ? Quant au garçon saucissonné, Philippe s’empara de sa baguette pour éviter qu’il ne fasse d’autre victime, une fois libéré. Le garçon majeur, responsable de ses actes devant la loi donc, jurait qu’il l’avait pris pour qui ? Un copain d’un grand quoi ? Philippe n’avait pas assez de vocabulaire pour comprendre, par contre, il comprit le sens général : faire la même chose que d’autres, pour leur apprendre. Il lui répondit sèchement :

« Quand on jEtte un sort sur quElqu’un, il faut être sûr de sAvoir à qui. Et quANd on fAIt la même chOse que son ennemi… on ne vaut pAs mieux que lui. »

Une jeune femme entra dans l’auberge. Mais au lieu de venir aider Philippe, ou même simplement de demander ce qu’il se passe, voilà qu’elle aussi tendait la baguette vers l’étudiant. Manifestement, elle ne savait pas qui c’était, ni ce qui se passait, et elle menaçait quelqu’un quand même ?

*Ils ont tous des comportements irresponsables dans ce collège ou quoi ?*


Car elle appartenait à Poudlard, il en était certain. Elle connaissait les deux élèves par leur nom, et il était sûr de l’avoir croisé lorsqu’il mangeait avec les professeurs. Elle n’avait pas le statut de prof, mais d’assistante… un peu comme une stagiaire en France. En gros, elle avait à peu près le même statut d’étudiant que Philippe, si tant est qu’on puisse mettre une échelle de valeur dans des systèmes scolaires opposés. Il baissa calmement sa baguette… du moins en apparence. S’il n’avait pas pris la baguette à Maewan, il ne l’aurait jamais laissé partir. Et s’il n’était pas sûr de maîtriser la jeune femme, il l’aurait désarmé le temps qu’elle délivre l’élève majeur. Il avait reçu une longue formation de trois ans sur le duel et savait réagir très vite en cas d’attaque. Tout en baissant sa baguette, il lui répondit :
« Je suIs Philippe Chrétien, l’étudiANt français. Vous mE reconnAIssez ? J’ai été agrEssé par ce monsieur, qui se cache courageusement. Madame Rosmerta a appelé le collège. VOus ne venEz pas de leur pArt, sinon vous sAUriez. Ca vous arrIve souvENt de menAcer un incOnnu sans rien sAvoir sur rien, madEmoiselle ? Et ne me dites pas que vOUs n’avez pAs remarqué qu’ON m’avait jEté un sOrt… »
Il ressortit sa baguette par le bout au lieu du manche puis le lui lança.

« Tenez ; voyons si vous allEz faire cOmme lui et me jEter un sort sANs que je puIsse me défENdre. Je vous lAIsse vous décIder, j’ai encOre une chose à fAIre. »

Evidemment, blanche ignorait que Philippe détenait la baguette de Maewan et pouvait, en réalité, se défendre et répliquer si elle commettait, elle aussi, le même crime que Maewan. Il se dirigea difficilement, à cause de ses talons de quinze centimètres, vers l’endroit où s’étaient cachés les deux élèves et attrapa Maewan par le col. Il le releva et le plaqua contre le bar. L’élève était fort, grand, mais Philippe était encore plus carré et il avait une rude expérience du combat. Il se contentait cependant de le tenir par le col, les deux poings rapprochés lui enserrant le vêtement. Cela ne l’étranglait pas, mais le forçait à regarder l’agent secret. Il allait pouvoir lui révéler pourquoi il était autant en colère pour ce qu’il lui avait fait.
« Regarde-moi. REGARDE-MOI ! Tu ne te dEmandes pas pourquOIj’ai gardé ton cOstume ? Parce que je veux quE tu le regardes. Tu m’hAbilles en fille, ça t’a fAIt rire ? Tu trouvEs que c’est humiliANt, que c’est contre natUre ? J’ai eu un ami qui préférAIt les garçons, et qui a eu lA vie pourrie par des types dans ton gENre. Si je ne l’avais pAs empêché, il se serAIt suicidé. C’est à cAUse des gens comme toi, qui trouve que c’est si drôle d’hUmilier les gens de cEtte manière. »

Il le lâcha et prit du recul. Il n’avait que du mépris, voire de la haine pour celui qu’il prenait- logiquement- pour un homophobe. Il se tourna de nouveau vers Blanche.

« Bien sûr, je pOrte plainte contre cEt homme. Jusqu’à sON renvoi de POUdlard et sa mise en exAmen. Le petit n’a fait que dANser sur la table, et de tOUte façon, il est minEUr. Je vous cONseille d’attendre les prOfesseurs de Poudlard. L’hOmme a insUlté le mage noir ANglais, vous risquez de vous fAIre attaquer sur la rOUte au retour… et tous les jOUrs suivants. »

Toujours en équilibre instable, il se rapprocha de l’assistante.

« Je peux récUpérer mA baguEtte, maintenANt ? »
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] _
MessageSujet: Re: Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell]   
Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] Icon_minitimeMar 8 Jan - 12:52

    Et... Raté ! Mais d'une telle puissance que le jeune bleu&bronze resta un moment stoïque. Par Merlin il l'avait percé à jour...à croire qu'il était auror l'autre phénomène... Le pire c'est qu'il arrivait à le faire culpabiliser, se sentir nul. Oui...tout était de sa faute...il l'avait manipulé... Enfin non, en réalité c'était juste du mensonge pour le protéger et prendre tout à sa place...Et ça monsieur je me prends pour un auror l'avait gobé tout cru. Mieux ne valait donc pas en rajouter et se contenter de courber l'échine en attendant de trouver une meilleure solution.

    Le jeune Quirinus resta donc silencieux, la tête baissée, tiquant un peu sur la phrase de Voltaire. Oui il savait la raison de l'existence de cette phrase ! Et...un français avait certainement plus de facilité à connaître un auteur de son pays, qu'il se la ramène sur Shakespeare et après on verra bien qui rigolera en dernier.

    « Les serments les plus forts ne sont que de la paille dans le brasier des sens. »

    En attendant, Miles semblait avoir recouvert suffisamment son esprit pour aligner quelques mots. Ces derniers...n'allaient cependant pas être d'un grand secours. Trop alcoolisés, et même s'ils étaient vrais, leur opposant ne semblait pas le genre de gars à apprécier ce genre de comportements.

    Et cela ne manqua pas. En plus le français avait cruellement raison mais les jeunes élèves de Poudlard, dans leur fougue jeunesse, n'avaient pas penser à cela. Quirinus avait beau être intelligent, il restait un gamin de treize ans et il n'avait pas vu les choses sous cet angle. Le gamin baissa la tête et ne la releva qu'en entendant une voix familière qui venait de prononcer leurs prénoms.

    Armée...d'un chaton (mais aussi de sa baguette, merci Merlin), l'assistante d'étude des moldus venait de s'interposer entre leur assaillant et eux même. Elle libéra Maewan d'un coup de baguette avant d'envoyer les deux élèves derrière le bar après avoir déposé son chaton dans les bras du jeune Quirrell.

    Quirinus se dépêcha pour aller se planquer derrière le bar, accompagné de son compagnon de beuverie et de la petite boule de poils blanche qui alla se blottir dans son cou en miaulant faiblement, faisant fondre le coeur du jeune aigle. Le jaune&sable repris quant à lui la parole, arrachant une grimace à Quirinus. Il n'était pas certain que leur prof puisse les sauver, surtout qu'elle ne savait pas encore toute l'histoire. Quant à leur comportement...Difficile de faire plus irresponsable.

    « Je crois qu'on aurait du réfléchir. Maintenant c'est trop tard...Espérons qu'on s'en sorte sans trop d'ennuis, quitte à avoir des ... »

    La phrase du jeune serdaigle fut interrompue par un glapissement. Le fou malade venait de débarquer et d'empoigner son ami ! Quirinus déposa doucement le chaton sur le bar tandis qu'il sortait sa baguette dans le dos du français, au diable si c'était lâche. La main tremblante, le gamin resta un moment stoïque pendant le discours du français. Ceci expliquait cela...sauf qu'il avait tout faux. Et avant même que le gamin ait lancé un sort sur son opposant (il réfléchissait encore au comportement à adopter) ce dernier avait relâché Maewan pour reculer de quelques pas.

    Quirinus rangea vivement sa baguette, attendant qu'il ait fini de parler pour prendre la défense de son allié et en profitant pour récupérer le chaton qui se régalait en mangeant des miettes de sucreries qui traînaient sur le comptoir.


    « Non. Ne lui rendez pas sa baguette. Ce monsieur Chrétien critique nos actes irresponsables, précipités et "gamins"...mais nous sommes jeunes, on s'est fourvoyés et nous devons être punis certes. Mais pensez vous que le mieux à faire c'est de nous renvoyer de cette école ? C'est absurde. Vous êtes pas mieux que nous. Rien qu'à voir vos accusations.

    Vous ne pensez qu'à votre expérience, votre vécu et cela vous aveugle. Ce que votre ami à vécu est dramatique certes mais ni Maewan ni moi n'en sommes responsables. Que connaissez vous de nous pour nous juger aussi cruellement ? Que connaissez vous de Maewan ? Vu vos accusation, vous ne le connaissez vraiment pas. Ce serait vraiment le dernier à faire ça... Me concernant vous ne savez rien de moi. Vous croyez vraiment qu'on aurait agit ainsi si on avait imaginé les conséquences ? Ne soyez pas stupides...

    Désolé si en temps de guerre de simples conneries peuvent pousser certains à vouloir notre renvoi et notre emprisonnement. Désolé si vous faites ce qu'ils veulent en laissant la peur vous ronger. Mais surtout désolé si nous vous avons rappelé à quel point vous êtes aussi irresponsables que nous.
    « Que conclure à la fin de tous mes longs propos ? C'est que les préjugés sont la raison des sots. »...Encore Voltaire. »


    Cette fois ci le gamin se contenta de rendre le chaton à son professeur avant de s'approcher de leur assaillant qui lui semblait soudainement plus humain. Cette colère, le gamin avait la sensation de la connaître et de ne jamais l'exprimer. C'était la fureur du désespoir, le désespoir de se sentir inutile contre le mal qui ronge ce monde. En cela avoir treize ans avait l'avantage de se dire qu'on était trop petit pour lutter...par contre le français semblait avoir atteint un âge où l'on ne peut renier ses responsabilité. C'est ainsi que le petit gringalet de Quirrell se posa face au grand sorcier et, posant son regard dans le sien, il termina sa longue tirade par une phrase ne le concernant que lui seul.

    « Ils ne cherchent que ça nous asservir. Ayez peur si vous le voulez mais j'ai l'inconscience de la jeunesse et j'y tiens, elle me permet de vivre et non pas de seulement exister. Je me fiche de mourir si je vis pleinement. Je ferai attention pour les autres mais ne me demandé pas de courber l'échine car un aigle vole toujours haut et n'est nullement fait pour être soumis. »
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] _
MessageSujet: Re: Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell]   
Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] Icon_minitimeMar 8 Jan - 22:42

La situation m’avait complètement échappée. Il ne me fallu pas longtemps pour comprendre que l’inconnu –qui n’était pas si inconnu que ça- n’était pas un mangemort, mais seulement l’étudiant français de Poudlard. Effectivement, maintenant qu’il le disait, son visage me disait vaguement quelque chose. Hors de lui, mais essayant tout de même de tempérer sa colère et garder son calme, il me lança sa baguette, avant de m’expliquer ce qu’il s’était passé.

Mon regard se posa vers le bar, où les deux élèves étaient cachés. En plus d’avoir fait boire Quirinus, Maewan, complètement bourré avait cru bon de jouer une mauvaise farce à Philippe Chrétien. Mais celui-ci prenait sans doute le problème trop au sérieux, se laissant gagner par ses émotions. Bien sur, ce que Mae’ avait fait était grave, et je veillerais personnellement à leur donner une correction digne de ce nom. C’est bien la première fois que j’allais devoir me montrer sévère envers mes élèves, mais la situation l’exigeait, surtout si ça leur permettait d’éviter le renvoi ou pire. Ils me pardonneront bien cette intolérance envers eux. Après tout, je suis prof et je dois prendre mes responsabilités, tout comme eux doivent prendre la leur.

Quant à moi, je restais un peu honteuse, devenant rouge tomate lorsque Philippe me demanda si tout comme mon élève, j’allais lui jeter un sort. Bon, c’est vrai que je suis un peu arrivée comme une furie, mais j’ai cru que mes élèves étaient en danger de mort, c’est plutôt excusable non ? Néanmoins, je baissais ma baguette, avant de reprendre la parole.

« J’ai en effet vu votre tenue vestimentaire, et effectivement, j’ai pensé à une mauvaise blague. Mais avant d’entrer, j’ai pu vaguement entendre les clients affolés parler de …. Mauvais sorciers pour ne pas dire un autre nom, ainsi que d’élèves de Poudlard. J’ai donc eu peur qu’ils soient en danger, d’où le fait d’avoir sortie ma baguette. J’espère que vous comprenez que ma priorité est la protection de mes élèves. Il fallait d’abord que je sois sur que vous ne soyez pas quelqu’un de … mauvais. Et maintenant, qu’effectivement, je suis sur de votre identité, je vous présente mes plus profondes –et sincères- excuses pour avoir levé ma baguette vers vous, je suis désolée. »

Mon regard se posa sur Maewan qui subissait le courroux de l’étudiant. Je restais silencieuse, ne faisant rien pour l’empêcher, à part lancer un regard désolé vers mon élève. Je devais garder mon sang froid, si j’intervenais maintenant, je risquais d’envenimer les choses. Il fallait déjà attendre que Philippe se calme un peu. Impuissante, je regardais donc Maewan se prendre un sermon.

Et lorsqu’il le lacha et s’adressa à moi, il me témoigna son envie de le voir virer de l’école. J’écarquillais les yeux, il fallait vite que je trouve une solution. Alors que j’allais lui rendre sa baguette comme il me le demandait, ce fut Quirinus qui prit les devant pour intervenir avant moi.

Encore une fois, je restais silencieuse devant le discours de l’enfant. Il n’avait pas totalement tort en soit, même si les paroles étaient sans doutes prononcés un peu trop durement. Soupirant, à mon tour, je m’approchais, posant ma main dans les cheveux de Quirinus pour qu’il se calme un peu. Le chat de nouveau dans les bras, je rendis néanmoins la baguette à Philippe Chrétien.

« Tenez … Vous savez … Même si je n’aurais pas dit les choses ainsi, il n’a pas tort. Ce qu’ils ont fait, c’est grave, je le conçois bien, et je m’engage à ce qu’ils reçoivent une punition exemplaire à Poudlard. Puisque vous étudiez aussi dans l’école en ce moment, vous serez dans la possibilité de vérifier si je tiens parole ou non. Ces deux élèves ont agis bêtement … et même méchamment. Mais se ne sont que des enfants, des jeunes complètement idiots …. Le renvoyer de l’établissement serait lui enlever la possibilité d’étudier et donc d’avoir un avenir. Monsieur Chrétien, je fais appel à votre bonté. Voulez vous vraiment détruire la vie de cet idiot pour une erreur de jeunesse ? Certes il a fait une grosse erreur, en plus d’avoir été clairement irrespectueux, je crois comprendre qu’ils se sont mis en danger … Mais je crois que votre colère et la peur que vous leur faite leur servira de leçon. Je veillerais à ce qu’ils ne recommencent plus jamais d’être aussi odieux et irresponsables, vous avez ma parole. »

Je me retournais vers les deux adolescents, avec un regard assez sévère malgré moi. Je repris la parole d’une voix plus froide, bien différente de celle que j’utilisais habituellement, si bien que j’avais du mal à me reconnaitre moi-même.

« N’est-ce pas vous deux ? … Maintenant, présentez vos plus sincères excuses à Monsieur Chrétien ! »

Je jetais un regard vers Maewan, l’air de dire, ne t’avise pas de me désobéir toi, il en va de ton avenir, alors ne fais pas le malin. Puis enfin, je levais ma baguette vers l’étudiant avant de prononcer une formule, pour qu’il retrouve ainsi ses véritables vêtements. Encore une fois je m’approchais de lui.

« S’il vous plait, Monsieur Chrétien, abandonnez l’idée de porter plainte et de provoquer son renvoi … On peut trouver une autre solution. Tous les jours, j’apprends à mes élèves qu’en cas de problème, il faut privilégier la communication pour trouver une solution … Je vous en prie, ne lui faites pas ça, Maewan a compris maintenant. … Je vous en prie … »

Ne voyant pas ce que je pouvais pour le moment faire d’autres pour convaincre Philippe, je soupirais avant de m’accroupir, posant le chat sur mes genoux. Sortant un pansement de ma poche, je le collais délicatement sur le front écorché et en sang de Quirinus, avant de m’adresser à lui d’une voix plus douce.

« Il faudra désinfecter ça à l’infirmerie. »
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Maewan Bretian

Maewan Bretian

Élève ♣ Préfet Poufsouffle - 7ème année

Élève ♣ Préfet
Poufsouffle - 7ème année


▌Age : 28
▌Parchemins : 436
▌Points de Rp : 164
▌Initiation magique : 25/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 17 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] _
MessageSujet: Re: Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell]   
Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] Icon_minitimeMer 9 Jan - 5:59

Pendant un instant et très naïvement, j'avoue avoir crû que Blanche arrangerait les choses ''finger in the nose'' seulement, je me trompais et même lourdement. Je le compris quand, caché derrière le bar comme un Serpentard, ce que je nierais en bloc par la suite tant j'en aurai honte, j'entendis le bruit des talons de l'étudiant français venir vers nous. En temps normal, pour une blague ordinaire et sans la frayeur que me causait le regard du jeune homme, j'aurai sans doute éclaté de rire devant sa démarche. Là ce n'était tout bonnement pas possible. A moins de vouloir mourir, être suicidaire ou autre.

Quand je me retrouvais assez rapidement plaqué contre le bar je devinais devenir aussi pâle que tous les fantômes de Poudlard, Chrétien était vraiment hors de lui. Provoquant chez moi un flot de sentiments variés et contradictoire.

En premier lieu bien entendu j'étais terrifier par la colère sur son visage et dans sa voix, en l'écoutant la colère s'empara de moi, comment osait-il même oser penser que j'ai fait cela dans un simple désire d'humilier un homosexuel ? Le jour où je serais homophobe, que Voldemort devienne un enfant de chœur ! En dernier enfin, une petite voix dans ma tête ne put s'empêcher de me faire remarquer qu'en colère, le petit français était sérieusement sexy en colère. Je n'y prêtais cependant que moyennement attention, trop occuper à réfléchir à ce que j'allais dire pour ne pas me dévoiler, Quirinus avait déjà presque sous entendu mon penchant alors que j'étais certain qu'il n'en savait rien, mon cœur avait d'ailleurs manqué un battement quand il avait affirmé que c'était mal me connaître que de penser cela de moi.

Je m'apprêtais à ouvrir la bouche pour me défendre quand, comme pour me porter le coups de grâce, la victime de ma blague d'ivrogne annonça porter plainte contre moi et ce, jusqu'à mon renvoi ferme et définitif de l'école de sorcellerie.
S'il restait une quelconque trace d'alcool et d'ivresse dans mon esprit, je pouvais affirmer que désormais j'étais totalement décuvé et alerte. Il ne pouvait pas être sérieux ? Qu'est-ce que je ferais si j'étais renvoyé de Poudlard moi ?

Comme si elle avait lu dans mon esprit, la prof assistante revint une fois de plus à la rescousse, rendant par la même occasion son apparence à Roger, ou Philippe, ou je sais plus... Enfin Chrétien quoi.

« Hum...Comment dire... Je suis sincèrement désolé... cette idée était de très mauvais goût mais... je n'ai pensé qu'à rire. Sans imaginer les conséquences. Je vous assure d'ailleurs qu'il n'y a absolument aucune pensées contre les personnes homosexuelles, bien au contraire. »

Je laissais déjà ces quelques mots faire effet sur le sorcier, espérant lui faire comprendre déjà une partie de mon repentit.

« Bien sure nous allons être puni en conséquence, nous ferons toutes les retenues ou autre sanctions qui seront demandés. Je suis vraiment vraiment désolé, je ne le ferais plus jamais. Si vous voulez, vous pourrez-même surveiller à Poudlard que je ne fais plus de faux pas de ce genre. Bien sure j'aime rire et faire des farces, mais je sais aussi me tenir à carreaux. On dit toujours qu'il faut savoir pardonner quand quelqu'un faute pour la première fois envers vous, s'il vous plais acceptez. »

Cela fait, je baissai légèrement le nez. Jamais je n'avais eu aussi honte de ma vie mais en même temps, j'étais grandement soulagé de m'excuser. L'un de mes défauts avouons-le, était de toujours faire l'idiot avant même de réfléchir, simplement de l'optique de rire un coups. Maintenant, il ne restait qu'à espéré qu'il saurait voir que j'étais sincère. Ah et que je puisse récupérer ma baguette aussi, de toute façon là je ne risquais plus de rien faire de désobligeant à son égard.

Je jetais ensuite un regard à Quirinus qui venait de se voir apposer un pansement. Il ne s'était pas louper en tombant de la table, contrairement à moi qui avait réussi à atterrir à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Philippe Chrétien

Philippe Chrétien


Sorcier
J'appartiens au monde magique


▌Age : 41
▌Parchemins : 95
▌Points de Rp : 35
▌Initiation magique : 19/07/2011


Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] _
MessageSujet: Re: Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell]   
Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] Icon_minitimeSam 12 Jan - 10:16

Juste après qu’il ait fait son discours à Maewan, le français avait entr’aperçu le jeune garçon ayant sorti sa baguette. Lâche jusqu’au bout ? Allait-il oser descendre à ce point de bassesse ? Manifestement non, il ne lui lança pas de sort dans le dos, même quand Philippe l’ignora superbement pour aller récupérer sa baguette. L’étudiant français tenta même de minimiser la responsabilité du serdaigle en ne prétendant qu’il n’a fait que danser sur la table. Un tort, manifestement... Le gamin ordonna à Blanche de ne pas rendre la baguette de Chrétien, et se mit à prétendre que leur jeunesse excusait leurs actes et qu’il ne les connaissait pas pour les accuser ainsi. Pour quelqu’un qui avait tout vu de bout en bout, ce discours apparaitrait comme risible, voire absurde. Il se contenta de lui répondre sèchement :
« Tes actions sont plus Importantes que tes pENsées. Médite là-dessus. »
Et il l’écarta pour lui laisser une dernière chance de ne pas s’enfoncer. Encore une fois, le serdaigle reprit la parole. Ce discours regonfla la colère de Chrétien. Est-ce qu’à treize ans, il avait été aussi fou ?
« En résUmé, après avoir encOUragé à mon Agression alors quE je bUvais tranquillement un vErre, tu penses quE ta jeunEsse excuse tes Actes, et devant témoins, tu rajOUtes que je sUis stupide, aveugle, cruel, et mêmE irresponsable parce quE j’ose me plAINdre ? Donc, en grOs, tu persistes et sIgnes, en pENsant que tu avAIs parfaitement le drOIt, que je suis rongé pAr la peur –de tOI, peut-être ? - et tU ne comprENds pas pourquoi tU serAs sanctiOnné ? Tu penses que je sUis aussi irrEsponsable que vOUs, parce que je commEts le crime de demANder justIce et que çA ne te plaît pas? Tu as au moins rAIson sur une chOse : tu es totAlement incONscient. Et puisquE tu refUses de cOUrber l’échine lorsque tA victime se plaint, peut-être quE la loi te sanctiOnnera, à défaut de lA culpabilité... Mais là ENcore, tu me dirAs sûrement que je nE te connAIs pas, et que la jEUnesse te donnait le drOIt de m’insulter après Avoir été complIce de mon agrEssion ? »

Il compléta logiquement en disant à Blanche : « Je porte donc égAlement plainte cONtre cet adolescENt. J’irais voir le dIrecteur et j’écrIrais à ses parENts pour qu’il soit sANctionné et qu’il soit pUni en conséquENce. Même si cela aurA peu d’effet sur sON affreuse mENtalité, je le crains… »

Fort heureusement, l’assistante tenta de calmer les choses au lieu de les aggraver. Elle rendit sa baguette à Chrétien, annula le sort jeté sur lui et s’excusa platement de l’avoir menacé. Elle mit en avant que leur avenir était en jeu, mais qu’ils ne devaient pas payer toute leur vie une bêtise de jeunesse. Par contre, que la colère de Philippe et la peur qu’ils leur inspiraient les empêche de recommencer, le français, à cause du discours de Quirinus, n’y crut pas un seul instant : Comment ne pas continuer, si on pensait qu’on n’avait, somme toute, rien fait de mal puisqu’on était jeune, et que c’était sa victime qui était prise par la peur et qui était irresponsable, et même qu’elle ne valait pas mieux que ses agresseurs en se plaignant d’eux?

La jeune fille se démenait pour éviter le renvoi à ses deux élèves, cela se voyait. Elle s’excusa presque en leur nom, le supplia de ne pas porter plainte contre eux, demandait une autre solution…

*Ils ne la méritent pas.* ne put s’empêcher de penser Philippe. Avec le chat blanc sur elle, et ses supplications, comment ne pas se laisser attendrir ? Bien que toujours en colère contre les actes de Maewan et les paroles de Quirinus, l’agent voulait faire quelque chose pour rassurer la jolie assistante. Mais il ne pouvait s’empêcher de penser qu’elle se trompait sur eux, si elle croyait qu’ils s’amenderaient par de simples retenues, comme s’ils avaient rendu un devoir en retard. Si elle ne s’endurcissait pas, les élèves lui feront vivre un enfer si elle devient professeur un jour… En fait, elle donnait plus l’image d’une bonne copine à ado qu’une future prof.

« Vous êtes lA seule représENtante de Poudlard à tenir un dIscours censé. J’y réfléchIrai. »
se contenta de répondre Philippe.

Il allait monter dans sa chambre lorsque le Poufsouffle se mit en travers de son chemin. Sauf que c’était pour s’excuser à son tour. Un bon acteur ? Il prétendait n’avoir eu aucune pensée contre les homosexuels. Philippe se raidit car il avait du mal à y croire, même s’il semblait sincère. Bon occlumens, Philippe n’était cependant pas legilimens, il ne put vérifier si le jeune homme était sincère ou non.

Cependant, il était très convaincant, et ses excuses semblaient sincères. Il se proposa de le surveiller à Poudlard lui-même pour vérifier qu’il soit bien sanctionné. Cette idée plût à Philippe. Un poufsouffle qui venait d’insulter Voldemort était en danger, Philippe pouvait assurer une partie de sa sécurité, en ayant une bonne excuse. Sous le prétexte de surveiller aussi le petit serdaigle, peut-être pourrait-il découvrir des indices sur les agressions de serdaigle ? Cette altercation allait peut-être l’aider à avancer enfin dans son enquête ?

Chrétien s’approcha de lui, de façon à ce que ni Quirinus, ni Blanche ne le voit faire. Il lui rendit discrètement sa baguette en lui chuchotant : « Tu risques d’en avoir bEsoin ces prochAInes Années. Les mangemorts ne vONt pas te rAter. L’insouciANce, c’est fini désormAIs pOUr toi. »

Puis, il se retourna vers Blanche :
« Vous avez rAIson. Cet homme vA risquer la mOrt à chaque instANt. Je le tuerai si jE le fais renvOyer ou allEr en prison, car on l’y Attendra. Je suis d’accOrd pour les sanctions au cOllège. Nous veillerONs tous deux à ce qu’ils les fAssent. Toutes les semAInes, si vous êtes d’accOrd, vous me donnerEz un bilan de leurs travAUx et retenues, je ferAI de même. Et celA durant deux mois. Bien entendu… » et en disant ces mots, il jeta un regard noir à l’adolescent de treize ans « …nous tentErons de les responsAbiliser en écrivANt tous deux à leurs parENts pour les informEr de leur faute. Cet arrANgement vous convient-il ? »
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Contenu sponsorisé







Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] _
MessageSujet: Re: Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell]   
Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Les élèves majeurs montrent toujours l'exemple... ou presque. *28 décembre* [PV Mini Quirrell]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Les femmes ont toujours le dernier mot ...
» Une question que je me suis toujours posée...
» L amour vient toujours au moment ou on ne l attend pas (PV Coeur de Nuit)
» La bêtise insiste toujours. [PV Roxane et Killian]
» On m'a toujours dit qu'il fallait sourire, parce que la vie, elle est belle... L. D. Frot
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Alohomora ♣ ::  :: Pré-Au-Lard :: Les trois balais-