AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Alohomora

Consultez régulièrement les nouveautés ici
Pensez lorsque vous vous inscrivez
à prendre un Prénom et un Nom.

15 lignes minimum dans le Rp et 20 lorsque vous ouvrez un sujet

Le nouveau design est arrivé !

Design n°5 le 09/04/2012 par Kyana.

Venez voter pour faire gagner votre maison !

C'est toutes les deux heures ici.
Dans le Rpg, nous sommes passé au mois de Novembre et Décembre 1976 !

Pour vous y retrouver, consultez le calendrier.

 

 La Volière ou comment les faucons, ça rapproche.

WIZARDHIBOUX
Who are You ?
Matthew Abbot

Matthew Abbot


Ministère de la Magie
Je veille sur la communauté
sorcière


▌Age : 24
▌Parchemins : 98
▌Points de Rp : 13
▌Initiation magique : 27/06/2013


On a des curieux ici...
♣ Age: 25 ans (26 le 20/03)
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. _
MessageSujet: La Volière ou comment les faucons, ça rapproche.   
La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. Icon_minitimeLun 1 Juil - 11:20


« L’oiseau a son nid, l’araignée sa toile, et l’homme l’amitié. »
William Blake


Rapaces. De toutes tailles, de tous plumages, de tous propriétaires. La majorité étant rassemblée au niveau 5, au Département de la Coopération Magique Internationale. A l'origine, elle était au niveau d'en dessous, un malin ayant eu la brillante idée de placer les oiseaux postaux au Département de Contrôle et de Régulation des Créatures Magiques.. mais il y avait eu des plaintes (un gobelin voleur de colis, un loup-garou ayant dévorer une chouette...).

Quoi qu'il en soit, cette immense volière qui remplissait tous le couloir de l'étage servait aux différents fonctionnaires, qu'importe leur fonction et on demandait à chacun de venir expressément ici pour envoyer une lettre. Si la règle des "avions en papier" avait été mise en rigueur, ce n'était pas pour que, derrière, on retrouve des saletés partout à cause des feignants qui sifflait leur animal au lieu de prendre l’ascenseur, comme des grands.

Matthew Abbot, grand amateur de rapaces depuis son plus jeune âge, aimait donner quelques friandises spéciales aux oiseaux lors de ses pauses. Beaucoup de membres du Ministère oubliaient de bien nourrir leur animal, qui finissaient soit par sortir chasser par eux-mêmes soit par dépérir, restant à leur poste. Pour en revenir à Matthew, il traînait tellement par ici que les collègues de l'étage le saluait par son prénom si ce n'est pas par le surnom le "Rôdeur aux Hiboux" (Prowler of Owls).

C'était le
Lundi 7 Février et le déjeuner que Matthew venait de prendre en extérieur venait de se terminer. Il y avait dans son sac quelques miam hiboux et en jetant un coup d'oeil à sa montre, il nota qu'il avait encore une demi-heure avant la reprise de 13h. Il pourrait même traîner plus longtemps vu que son Comité était à jour dans les affaires, en ce début de Février. Il monta donc dans l'ascenseur et ne s'arrêta pas au troisième étage mais au cinquième.

On entendait dès l'ouverture des grilles les bruissements d'ailes et les petits hululements typiques du Département. Bien qu'il adorait ces petites bêtes à plumes, le jeune homme eut la pensée que certains membres de l'étage devaient bien fermer leurs portes de bureau, pour éviter de friser la crise de nerf à force d'entendre ces bruits. Il s'approcha de quelques uns dont il connaissait les propriétaires et dont il appréciait tout autant leur messager.

Ainsi, il commença à nourrir Gribouille, Sollas, Little Big, Rick, Timtoum, Philip, Rosae, Fleurette, Storm, Dyonisos,... Grâce à sa haute taille, il était facile pour lui d'atteindre les plus hauts perchoirs où les oiseaux, connus ou non par Matth, étaient pour la plupart très intéressés par le contenu appétissant dans sa main. Il continua de donner les petites confiseries en longeant le couloir, s'arrêtant par trois fois pour saluer des collègues qui envoyaient leur lettre par des chouettes bien nourries.

Il s'arrêta de nouveau, non à cause de la venue d'un homme mais d'un faucon au pelage rougeoyant. Le jeune homme était tout à bord intrigué car cela changeait des petit-ducs et chouettes des bois. Ensuite, il ne put s'empêcher d'exprimer son étonnement car il pensait être le seul à avoir un faucon postal dans ce Ministère. Mais à la différence de Nix, qui était un faucon gerfaut, celui-ci était un faucon pèlerin, un petit faucon admirable par sa vitesse. Matthew se pencha vers l'animal, en murmurant avec un sourire :


- Tu es tout beau, dis-moi... Ton propriétaire doit être fier de t'avoir : un faucon pèlerin, c'est du rapide pour les lettres... Tu sais... je possède un cousin à toi... Je pourrais te le faire rencontrer, peut-être que vous seriez bons copains...

Il avait parlé d'une voix douce et le faucon semblait apprécier ses compliments. C'est sûr que Matth préférait éviter de se faire piquer les yeux par un bec de ce tranchant, il tient trop à sa vue pour titiller ces animaux très intelligents. Il se releva et regarda son sac de miam hiboux où il ne restait qu'un fond : il n'allait pas lui donner une friandise comme celle-ci quand même ! Il tenta de se souvenir quelles étaient les proies du faucon et se souvint en même temps de ses prédateurs. Il regarda l'animal d'un air un peu peiné, s'excusant :

- Rectification : je viens de me souvenir que certains faucons pèlerins ce sont fait attaquer par des faucons gerfauts (comme le mien) et même... Il jeta un coup d'oeil à un autre rapace : et même par des hiboux haut-ducs. T'es pas franchement en sécurité mon ami... Eh eh ! T'énerves pas : je dis ça pour toi. Au fait, tu as une lettre avec toi. Tu veux que je l'apporte à ton maître ? Tu sais où il est ? Hé... peut-être en train de t'apporter un campagnol tout frais...

Le blond tentait de calmer par des caresses le faucon qui s'agitait sur son perchoir. Cela indiquait bien une certaine agitation, mais était-il énervé ou enthousiaste ? Il nota cependant que l'oiseau ne le regardait plus lui mais quelque chose... ou quelqu'un derrière lui. Le blond se retourna et aperçu le quelqu'un que visait le faucon. Était-ce lui son maître ? En tous cas, l'homme brun qui se pointait était plus facile à décrypter, et il ne semblait pas enthousiaste que Matthew soit là...


Dernière édition par Matthew Abbot le Jeu 3 Oct - 0:06, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
David Gustavson

David Gustavson


Ordre du Phénix
Se bat pour la paix et la justice


▌Age : 24
▌Parchemins : 230
▌Points de Rp : 51
▌Initiation magique : 20/04/2013


On a des curieux ici...
♣ Age:
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. _
MessageSujet: Re: La Volière ou comment les faucons, ça rapproche.   
La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. Icon_minitimeLun 1 Juil - 22:26

J’émergeais enfin des tréfonds du départements des Mystères, les derniers jeunes Langue-de-plombs étaient revenus de leur différentes missions, étant un des adultes référents je me devais d’y aller pur assurer les rapport de chacun d’entre eux, vérifier si les choses avaient été faîtes correctement et félicité accessoirement ceux qui avaient mené une tâche de la plus haute importance et avaient réussis avec brio. Evidemment nous ne nous montrions pas des plus expansifs, toujours sur la réserve et méfiant même envers ceux que nous connaissions depuis longtemps, après tout, la plupart d’entre nous savent cacher leurs pensées aux autres, ce qui est tout d même depuis le début. Les gens mentent et gens, tout le Veritaserum du monde ne permettrait pas d’obtenir la vérité de la bouche de chacun et notre travail en tant que référents était de s’assurer, sans avoir à recourir à cette méthode de la véracité des propos et des rapports de chacun.
C’était toujours intéressant de retrouver chez de jeunes sorciers la même flamme, la même soif de découverte et d’aventure qui avait un jour brillé dans nos yeux alors que nous avions leur âge. J’avais l’impression de parler comme un vieillard, je crois que je commençais à devenir gâteux, bientôt je m’assiérai sur la margelle de la fontaine du centre du Ministère à regarder les employés passer comme le font les vieux mages. J’ai dû temps devant moi, j’ai déjà mangé, rapidement, en bas la nourriture n’est pas le plus important et nous déjeunons toujours sur le pouce. Seulement je suis venu avec Oak ce matin et je l’ai laissé à la volière du cinquième étage, je sais qu’il droit m’attendre pour recevoir sa nourriture et je ne veux pas lui donnez l’impression que je l’ai oublié.

Je finis par sortir de l’ascenseur qui m’annonce de sa voix plate que je suis arrivé, pousse la porte de la grande pièces qui abrite les rapaces de chaque sorciers du Ministère, l’odeur me frappe en plein visage, je crois que je ne m’y ferais jamais vraiment, mon faucon n’a pas une odeur si prononcée, ce sont sûrement les hiboux et j’avoue tenter de renifler le moins possible. J’avance dans la pièce lorsque je remarque un homme, jeune, blond, je suis certain de l’avoir déjà croisé quelques part. Il est avec Oak, ce dernier n’a pas l’air anxieux ni énervé, il sautille un peu sur son perchoir, l’homme le caresse encore un peu, lui parlant, l’inconnu semble s’y connaître en oiseaux, il doit discuter depuis quelques secondes seulement avec Oak avant que mon faucon ne s’envole pour venir se percher sur mon épaule puis plonger dans ma poche.
Je souris, il attend sûrement que nous repartions, il se met toujours ainsi pour éviter les effets du transplannage, il piaille d’impatience comme un simple moineau. Je le regarde avec amusement, ce rapace m’impressionnera toujours par son intelligence et sa capacité d’adaptation, il est un allié bien précieux et je suis ravi qu’il m’ait accepté comme compagnon. Après tout un oiseau de son rang ne va qu’avec des humains digne de lui, alors inévitablement cela flattait quelque peu mon ego.


« Navré Oak, mais on ne va nulle part aujourd’hui. »


Je relève la tête pour fixer celui qui a osé s’approcher d’Oak, il n’a pas l’air bien méchant, mais rien n’est moins sûr. Je finis par faire sortir mon faucon pèlerin de ma poche, retire la missive qu’il a avec lui, je la lirai plus tard, avant de lui laisser une bourse en cuir, emplie de viande qu’il mangera avec délices dans quelques instants. Il semble un peu ronchonner que je ne l’emmène nulle part mais lorsque je lui lance un morceau et qu’il l’attrape avec vivacité il oublie sa déception. Je crois me souvenir, il doit être le gars qui passe son temps ici, personne ne s’y aventure, sauf en fin de journée pour récupérer son volatile, sans me tromper je peux même deviner que le sac qu’il a avec lui est plein de nourriture pour les hiboux alentours. Cependant, je n’aime pas particulièrement qu’on approche de trop près mon faucon, les gens sont trop curieux et je ne tiens pas à ce qu’ils lisent les lettres qui me sont adressées ou qu’il fasse du mal à mon oiseau de proie.


« Vous avez besoin d’aide ? »


Je savais que je pouvais être vraiment détestable parfois. Et là je crois que j’avais atteint des sommets,  un peu honte de m’exprimer aussi durement et avec tant de froideur. Je n’étais pas obligé de me comporter comme un vieil ours bourru qui n’a pas eu de relation sociale depuis sa dernière hibernation et qui est juste capable d’aboyer sur ceux qui bougent une oreille. Je sais fort bien que la méfiance est de mise mais de là à me comportez comme le dernier des idiots mal aimables il y a un gouffre. Je m’approche de lui, tendant une main amicale pour éviter de passer pour un malotru.


« Excusez-moi, je dois avouer ne pas me montrer très poli envers vous. Je suis David Gustavson et vous, vous êtes ? »


Dernière édition par David Gustavson le Mer 3 Juil - 1:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Matthew Abbot

Matthew Abbot


Ministère de la Magie
Je veille sur la communauté
sorcière


▌Age : 24
▌Parchemins : 98
▌Points de Rp : 13
▌Initiation magique : 27/06/2013


On a des curieux ici...
♣ Age: 25 ans (26 le 20/03)
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. _
MessageSujet: Re: La Volière ou comment les faucons, ça rapproche.   
La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. Icon_minitimeMar 2 Juil - 0:14


« Mieux vaut s'asseoir avec le hibou que voler avec le faucon. »
Proverbe allemand


Oak. Tel était le nom du faucon pèlerin, déjà disparu dans la poche de son maître. Matthew, qui s'était accroupi pour s'approcher de l'oiseau, se releva de toute sa hauteur et sourit en pensant qu'au moins, ce messager n'était pas abandonné par son maître. Ce dernier était un homme aussi grand que Matth mais à la plus forte carrure. Il avait les cheveux bruns, les yeux bleus vifs et une voix grave. Il n'avait pas l'air bien commode mais le blond n'aime pas se fier aux apparences.

Matth tenta de trouver dans sa mémoire s'il avait déjà croisé le mystérieux propriétaire quelque part, mais vu la taille du Ministère et le nombre de Départements qu'il le compose, dur de connaître tout le monde... mais il y a un début à tout ! Peut-être que le sympathique Matthew allait révéler chez le maître d'Oak un côté amical. En y pensant un peu plus, le blond ne put s'empêcher de penser qu'une personne agréable avec son oiseau, peut l'être tout autant avec les hommes.

Bon, bien sûr, Matthew ne demandait pas à avoir une bourse de viande en gage d'amitié... Une petite conversation serait amplement suffisante. Alors que Matthew allait aborder la conversation d'un ton aimable, le brun le coupa de manière un peu sèche et méfiante, par une question qui n'était que rhétorique :


- Vous avez besoin d’aide ?
- Non, non... J'ai juste remarqué votre faucon... et... euh...
, commença difficilement le blond, avec gêne.

C'était plutôt mal parti pour sympathiser, peut-être que l'ex-Pouffy voyait vraiment trop de bien en chacun... Le blond était prêt à partir, espérant trouver rapidement Nix dans la masse de plume multicolores avant de prendre l'ascenseur... Mais à peine le brun l'avait-il questionné, qu'il semblait déjà regretter son geste. Il leva vers lui sa main, avec maladresse mais néanmoins sympathie. Cela fit jaillir un sourire au blond qui présenta la sienne en retour. Une bonne poignée de main, ça réconcilie toujours bien !


- Excusez-moi, je dois avouer ne pas me montrer très poli envers vous.  Je suis David Gustavson et vous, vous êtes ?
- Enchanté, je suis Matthew Abbot... mais vous pouvez m'appeler Matth. Ou MJ. Ou le "Rodeur aux Hiboux" comme beaucoup de gens de cet étage...


Le blond avait répondu en ajoutant des bouts de phrases, accélérant sa diction, indiquant un certain stress. Pourquoi était-il stressé à ce point alors que, d'habitude, il était toujours très tranquille ? Il est vrai que ce David (le même beau prénom que son fils) Gustavson le mettait quelque peu mal à l'aise. Ses yeux bleus semblaient lire à travers lui et il avait connu plus agréable rencontre. Malgré tout, il s'obligea à continuer, affichant un sourire étincelant comme à son habitude :

- Enfin bref. J'ai été intéressé tout à l'heure par Oak car c'est un faucon pèlerin, un très bel animal il faut le dire... Je ne voulais en aucun cas vous déranger, ma curiosité s'arrêtant aux rapaces. D'ailleurs,...

Il jeta un coup d'oeil vers le reste du couloir et remarqua un plumage blanc typique parmi les variantes principalement marron, il sourit et siffla par trois fois. L'oiseau se reconnut et reconnut surtout son maître qui tendait un bras bien droit, comme tout fauconnier qui se respecte. Nix atterrit, serrant ses serres dans sa manche. Matthew n'avait pas mal, ayant l'habitude, mais il pensa que Kathleen ne serrait pas heureuse qu'il revienne avec sa robe de sorcier abîmée...

Il remarqua qu'il y avait un petit colis accroché à sa patte. Il glissa le petit mot dans sa poche avant de caresser l'animal qui jetait un coup d'oeil intéressé à Oak. Il le mit en garde :
Non, non Nix. On touche pas aux autres oiseaux, tu auras un lemmings ce soir... Le faucon blanc semblait bouder mais il ne sauta pas sur le petit Oak. Le blond reprit sa conversation avec David :

- Je disais être curieux des rapaces et notamment de votre faucon car j'en ai moi-même un pour messager. Je pensais être le seul dans ce cas-ci... Mais finalement le vôtre est bien plus remarquable ! Nix s'agita, mécontent : Eh ! Ne sois pas jaloux : tu es plus grand mais Oak est plus rapide, c'est un fait. Il regarda de nouveau le grand brun : Puis-je oser vous demander dans quel Département vous travaillez ? Je me dis qu'un tel animal doit travailler avec un fonctionnaire digne de ce nom !

Nix venait de remarquer qu'il y avait une place sur le perchoir à côté d'Oak et il s'y installa, allégeant le bras de Matthew. Bien que curieux, Nix ne semblait pas prêt à sauter sur le faucon pèlerin. Le blond le gardait à l'oeil, prêt à le stupefixer comme autrefois, mais une baguette en main cette fois-ci. Matth était aussi curieux que son oiseau en cet instant, se demandant bien se que pouvait faire Mr Gustavson au Ministère. Il avait la carrure d'un Auror, l'aura d'un Juge du Magenmagot et encore les yeux perçants d'une Langue-de-plomb.

Si ça se trouve, il travaillait avec Hamish MacFarlan au Département des Jeux et Sports Magiques. Bien sûr, le blond était quasiment sûr que non... Mais si c'était le cas, au moins, il pourrait discuter d'autres choses que les faucons. Certes, Matth les adorait mais ce n'était peut-être pas le cas de David. S'il s'occupait des Sports, il pourrait parler d'autres choses volantes comme le Quidditch !


Dernière édition par Matthew Abbot le Jeu 3 Oct - 0:07, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
David Gustavson

David Gustavson


Ordre du Phénix
Se bat pour la paix et la justice


▌Age : 24
▌Parchemins : 230
▌Points de Rp : 51
▌Initiation magique : 20/04/2013


On a des curieux ici...
♣ Age:
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. _
MessageSujet: Re: La Volière ou comment les faucons, ça rapproche.   
La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. Icon_minitimeMer 3 Juil - 1:53

Le jeune homme n’a pas trop l’air de se formaliser de mes précédents propos et je dois avouer que j’en suis quelque peu soulagé. Il me rend ma poignée de main avec un sourire franc et je finis par convenir qu’il n’est pas un mauvais bougre, qu’il est même presque dommage que je ne l’ai rencontré plus tôt. Je ne lui suis pas assez familier pour me permettre de l’appeler par un de ses nombreux surnoms mais le dernier parvient à me faire sourire, je l’avais déjà entendu et pouvoir mettre un visage sur le « Rôdeur aux hiboux » n’est pas un mal. Matthew Abbot, son nom me dit effectivement quelque chose, il doit travailler dans un service juridique probablement, j’aime me tenir informé de tout les fait qui passent à ces étages même si pour la plupart j’en ignore les tenants et les aboutissants, secret professionnel obligeant. Je sais pertinemment que si il travaille dans cette branche là les discussions bateaux à propos de nos emplois respectifs seront vite réglées. Au moins il y a nos deux faucons postier pour enclencher un débat. Le sien, qui avait finis par arriver lorsque le blond se met à siffler, m’ôtant les craintes que j’avais sur la possibilité qu’il ait voulu faire du mal à Oak.

Mon faucon avait gonflé ses plumes en entendant les divers compliments que faisait Matthew Abbot à propos de sa rapidité et sa beauté, il allait finir par devenir totalement imbu de lui même si le blond continuait. Mais je ne pouvais m’ empêcher d’être ravi pour lui, il avait l’air fier comme un hippogriffe en pleine parade amoureuse. Le Gerfaut, Nix, perché désormais à côté de Oak était très bien élevé, je savais que mon faucon pèlerin aurait pu passer entre ses serres mais le rapace de Abbot semblait plus curieux qu’autre chose. D’un regard accompagné d’un coup langue je faisais comprendre à Oak qu’il pouvait partager la viande qui lui restait, après tout j’en mettais dans cette bourse de cuir suffisamment pour qu’Oak tienne un siège avec. Au moins cela ôterait à Nix l’envie de se nourrir de Oak si il trouvait la viande suffisamment à son goût. Je ne niais pas que mon oiseau semblait énervé à l’idée de partager son repas mais passer les quelques secondes à me promettre la mort des yeux il écouta. Je n’allais tout de même pas me laisser faire par de la volaille, fût-elle d’une élite particulière.
Je souriais intérieurement à cette pensée, si Oak m’avait entendu il m’aurait évité comme un enfant, me tournant le dos pour me montrer qu’il désapprouvait mes paroles, il l’avait déjà fait et j’avais dû m’excuser de l’avoir froissé de la sorte.  Le dernier compliment du plomb me fit sourire également, j’aurais pu comme Oak bombé le torse mais ce n’était absolument pas dans mes habitudes.

Je ne pu malheureusement m’empêcher d’entendre les pensées de Matthew, chose que j’avais tenté d’enrayer depuis le début de notre conversation,  je pouvais mettre cela sur le compte d’une déformation professionnelle ou une certaine possibilité à être plus réceptif que la moyenne, je me devais d’être un bon legillimens-occlumens, certes moins que Albus qui était capable, j’en étais certains de percé à jour avec une facilité déconcertante mais barrières psychique mais comme tout bon langue-de-plomb je pouvais me targuer de posséder cette faculté.

« Je travaille au départements des Mystères, mais rassurez-vous, j’apprécie assez le Quidditch pour que nous puissions en discuter longuement. J’étais batteur dans l’équipe de ma maison autrefois, alors je m’y connais un peu. Je supportais les Catapultes de Caerphilly alors qu’évidemment Oak supportait les Faucons de Falmouth mais nous avons réussis à nous mettre d’accord, nous apprécions tous deux les Balais de Braga. Et vous, dans quel secteur du Ministère travaillez-vous ? Je suppose donc également que vous êtes amateur de Quidditch n’est-ce pas ? »

J’espère qu’il ne prendrait pas mal le fait que ses dernières pensée ne me soient pas inconnues, je ne souhaitais vraiment pas faire cela, c’est en plus d’être impoli, très gênant et c’est pourquoi j’essaye d’obstruer la brèche qui pourrait me permettre de connaître sa réponse avant qu’il ne me la donne en ouvrant la bouche ? J’avais déjà également pressentis que je le mettais mal à l’aise, dès les premières paroles échangées, je n’avais pas eu besoin d’être médium pour voir que je le dérangeais un peu,   j’avais essayé de me montrer plus sympathique mais je crois bien que je venais de saper mes chances  de montrer que je n’étais pas si froid que cela, enfin un peu, mais parfois j’arrivais à me montrer cordial.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Matthew Abbot

Matthew Abbot


Ministère de la Magie
Je veille sur la communauté
sorcière


▌Age : 24
▌Parchemins : 98
▌Points de Rp : 13
▌Initiation magique : 27/06/2013


On a des curieux ici...
♣ Age: 25 ans (26 le 20/03)
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. _
MessageSujet: Re: La Volière ou comment les faucons, ça rapproche.   
La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. Icon_minitimeDim 14 Juil - 4:17


« Un homme passionné voit toutes les perfections dans ce qu'il aime. »
Stendhal


Étonnement. Le blond leva un sourcil même si son sourire s'affirmait. A peine s'était-il interrogé sur le Quidditch que Mr Gustavson en parlait. Coïncidence ? Je ne crois pas. Le "mais rassurez vous" était tout à fait la preuve de cette intrusion psychique. Comment appelaient-ils cela déjà ? Hmm... Ah oui ! Legilimens. Lecteur d'esprit en latin. Ce n'est pas tous les jours que l'on en rencontre un... mais apprendre que le brun était du Département des Mystères ne se révélait pas du tout étonnant alors. Pas que les yeux perçants, hein !

Sûrement un de ses mystérieux Langues-de-plomb, aussi secrets que leur étage, étage auquel Matthew ne préférait pas s'aventurer. Certes, la curiosité le piquait, mais, parfois, il vaut mieux ignorer pour se protéger. C'était la raison pour laquelle, Matthew décida immédiatement de ne pas étaler le sujet sur la profession du plomb. Présentons d'abord le blond et poursuivons sur le Quidditch, puisque David Gustavson semble aussi passionné !


- Je suis du Département des Catastrophes Magiques pour ma part, au comité d'inventions d'excuses à l'usage des moldus, répondit-il avec naturel, oubliant sa surprise d'une seconde. Je vois que vous êtes autant passionné de Quidditch que moi ! J'apprécie aussi ces chers Balais de Braga, les portugais présentant toujours des match incroyables, notamment par de très bons batteurs ! Pour ce qui est des Faucons de Falmouth, les batteurs sont, quand à eux, un peu trop brutaux à mon goût -désolé Oak- et je trouve qu'ils détruisent souvent la beauté du sport... Même si l'on peut remercier Keitch et Horton pour le sort de Freinage ! Ça, j'avoue, c'était plutôt pas mal...

Il fit une petit pause pensive, se souvenant d'un match vu il y avait cela quelques mois de l'équipe de Cornouailles. Mauvais souvenir avec un Cognard aussi fou que leurs joueurs... le gardien des Vagabonds de Wigtown avait certes reçu le sort de Freinage mais s'était tout de même payé un séjour à Sainte Mangouste après ça... Il sortit de ses pensées à cause des bruits peu ragoûtants de mastication : c'était Nix qui dégustait la viande d'Oak. Un regard au plomb et le blond comprit que le faucon pèlerin devait partager son repas, bien assez important pour lui tout seul... Il reprit, comme s'il n'avait pas fait de pause, de nouveau enthousiaste :

- En tous cas, les Catapultes de Caerphilly, c'est un très bon choix ! Ces gallois font vraiment sensation sur le terrain et certains matchs européens sont vraiment impressionnants ! Mais personnellement, je reste un grand supporter du Club des Flaquemare. Ce sont des anglais forts et rapides, qui savent retourner le jeu de manière vraiment spectaculaire ! Je ne dis pas qu'ils gagnent à chaque fois... Il y a un mois, ils ont perdu face aux "Orgueilleux" d'Ecosse lors de la Coupe de la Ligue et je suis encore déçu mais... Ils sont bons. Et leur poursuiveurs surtout valent le détour ! C'est Joscelind Wadcock qui a réussit à atteindre le record du plus grand nombre de buts de ce siècle ! C'est admirable ! Et depuis 1931, le niveau n'a pas baissé !

Ces mains s'agitaient avec fougue, ses yeux brillaient de fierté. Même en parlant de l'échec face à l'équipe de Portree, il défendait son équipe avec conviction. Chez lui, il y avait pleins de magazines sur eux et, même Kathleen, avait été conquise par ce sport, loin d'être moldu ! Matthew était depuis le collège en admiration devant cette équipe et il lui était même arrivé d'échanger avec le fameux Albus Dumbledore, aussi supporter du Club ! Ce souvenir du collège lui fit revenir en tête que David était lui aussi joueur étant jeune. Il aborda alors :

- Mais vous venez de me dire... Batteur de votre maison ? Je n'ai jamais osé entrer dans l'équipe des Jaunes pour ma part... J'encourage mieux que je joue je pense... Bien que ce soit toujours un plaisir de faire quelques passes de souafles avec les collègues... Vous pourriez venir aussi ! C'est ouvert à tous les Départements... En fait, on se fait des petites parties les week-end, loin des moldus dans les landes du Yorkshire... Enfin, je vous dis ça, mais je viens à peine de vous rencontrer... Hum... Un peu précipité, non ? Ah, désolé... Quand je parle Quidditch : on ne m'arrête plus ! Mais parlons plus de vous ! Vous étiez batteur mais... Quel maison ? Quelle promotion ? Peut-être que l'on aurait pu se croiser au Château ! A moins que vous soyez un ressortissant de Durmstrang ?

Il parlait toujours en accéléré, les idées apparaissant telles des lumière soudaines en son esprit, et il se précipitait pour les dire, comme si elles allaient disparaître à la seconde suivante. Mais il ne fallait pas voir cela comme un stress ou une gêne. Au contraire, ce David Gustavson, aussi secret que sa profession l'était, apparaissait malgré tout sympathique. Le jeune Abbot voyait en toute personne un ami, ce qui créait une excitation naturelle dans la moindre rencontre. Il voulait rencontrer des gens nouveaux, rire et échanger avec eux, se détendre sur un balai en leur compagnie, etc... Mais il savait parfois s'arrêter. Et ce parfois venait d'arriver. Ce serait maintenant à David Gustavson de faire découvrir son monde !


Dernière édition par Matthew Abbot le Jeu 3 Oct - 0:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
David Gustavson

David Gustavson


Ordre du Phénix
Se bat pour la paix et la justice


▌Age : 24
▌Parchemins : 230
▌Points de Rp : 51
▌Initiation magique : 20/04/2013


On a des curieux ici...
♣ Age:
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. _
MessageSujet: Re: La Volière ou comment les faucons, ça rapproche.   
La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. Icon_minitimeDim 28 Juil - 5:15

Ainsi donc il était au département des Excuses magiques, c'était vraiment intéressant, ceux qui y travaillaient trouvait toujours des excuses, parfois farfelues mais toujours utiles lorsque le secret magique risquait d'être découvert par les moldus. D'ailleurs je me demandais s'il avait été celui, qui avec quelque collègues avait mis celui en place pour la campagne politique du juge Julien David à Bristol quelques jours plus tôt. Une histoire de Nouvelle-Zélande et d'une branche d'arbre spéciale qui servirait pour couvrir la présence des baguettes ds sorciers présents et empêcher l'intrusion des moldus lors du discours qui avait finis par être mouvementés en raison de la présence de trois énergumènes dont les intentions n'avait laissé après coups personne surpris. Ils étaient venu pour faire comprendre au Juge Candidat que sa présence à Bristol, son discours et son programme politique leur déplaisait, c'était une menace bien visible qui m'avait tout de même valu une ou deux côtes fêlée mais la vie de Julien David n'avait pas été mise trop en danger et ceux dont nous ignorions encore les noms semblaient être des partisans des fidèles du Lord noir, agissant en petit groupuscule pour rependre leurs idées mais jamais aucun mangemort n'avait revendiqué ces comportements, à croire qu'ils agissaient d'eux-mêmes, essayant peut-être d'attirer l'attention. Je reportais la mienne sur mon interlocuteur.
« Vous travaillez dans un service fort utile et je bénie votre ingéniosité. »
Je laissai ma voix s'éteindre après ce compliment pour continuer à écouter le blond.La passion débordante du jeune Abbot pour le Quidditch était tout à son honneur, il était de ceux avec qui j'aurais pu parler durant des heures de ce sport typiquement sorciers et ses commentaires sur les choix de nos équipes respectives à Oak et à moi-même n'était pas dénué d'une profonde connaissance de chacune des équipes et un bon jugement. Il aurait pu faire un excellent commentateur. Je souriais, mes épaules tressautaient parfois lorsque j'étouffais un rire silencieux. Il me semblait si étrange de discuter de choses aussi frivoles en ces temps si sombres que la joie et l’effusion de paroles du blond me réchauffait le cœur. Ses amis devait avoir de la chance de l'avoir.
J’acquiesçais d'un hochement de tête à ses diverses paroles, Oak piaillait un peu alors que Matthew donnait son avis sur les Faucons de Falmouth mais finissait par secouer la tête quand ce ut au tour des Balais de Braga, semblant reconnaître que pour ce cas le propriétaire du faucon blanc ne se trompait point. Je souriais de nouveau, en coin, il était supporter du club de Flaquemare comme Albus, cette équipe ne déchaînait pas les foules comme d'autres pourtant elle comportait parmi ceux qui la soutenait des personnalités bien différentes, peut-être que le jeune homme avait déjà assisté à un match en compagnie du Directeur de Poudlard. Il supportait une équipe anglaise et même si je reconnaissais que l'équipe Écossaise n'était pas mauvaise non plus je ne pouvais renier mes origines, voilà pourquoi je n'avais jamais de supporter une autre équipe lors de la coupe d'Angleterre autre que Galloise, c'était un principe peut-être désuet mais j'y tenais.
Il s'arrêta de me parler de sa passion pour se reporter sur moi, c'était de bonne guerre, il était normale qu'il s'intéresse à moi et pour une fois je n'allais pas me montrer obscur et mystérieux, après tout, c'était toujours à propos de Quidditch et je ne risquais pas grand chose en donnant le nom de ma Maison durant la période pendant laquelle je fréquentais Poudlard. Et puis quelque chose me poussait à croire volontiers qu'Abbot était quelqu'un de bien en qui je pouvais placer un peu de ma confiance, il ne fallait tout de même pas croire qu'en l'espace de quelques minutes d'une conversation démarrer à propos de volatiles j’aillais devenir aveugle à tout danger. Il me proposait même de participer à des matchs organisés par quelques employés du Ministère, j'en avais déjà eu vent et caresser l'idée d'en faire partie mais je n'avais jamais eu l'occasion de rencontrer l'un des participants, je ne voyais pas ce qui pouvait désormais m'empêcher de participer à ce genre d'événements.

« Ma foi, précipité ou non, j e ne vois pas ce qui m'empêcherait de refuser pareille proposition... Mais oui j'ai fais partie de l'équipe de Quidditch des Gryffondor durant ma scolarité mais je suis bien trop vieux pour que nous ayons pu nous croiser ! J'ai quitté Poudlard en 1963 mais vous auriez sans doute fait un bon commentateur et je regretterai presque que nous n'ayons partager la même promotion. Vous étiez dans quelle Maison si ce n'est pas trop indiscret ? Poufsouffle peut-être ? Loin de moi l'idée de ressortir des préjugés vieux comme le Monde mais votre sympathie et votre tempérament avenant me pousserait à croire que c'est le cas. Je ne suis pas du genre à me fier aux apparences, vous pourriez avoir été à Serpentard que cela me serait finalement égal sauf si vous possédez quelques principes sang-pur, ce qui malheureusement mettrait fin à notre conversation. »
Je finissais par me taire quelques instant, je n'allais tout de même pas déblatérer sur ma condition de né-moldu ni le pourquoi j’abhorrais les partisans de Voldemort, après tout, les fidèles de ce serpent pouvait se trouver n'importe où, même au Ministère et bien que l'idée me paru inconcevable je pouvais me trouver devant l'un d'eux. Je remarquais une alliance à son doigt, il était jeune et pourtant déjà marié, cette pensée soudaine me ft l'effet d'une douche froide, j'avais d'ailleurs eu la fugace image d'un vieil homme seul entouré de chats et d'un faucon, mon imagination venait de me condamner au célibat jusqu'à un âge proche du tombé de rideau.. Je dissipais d'un haussement d'épaules cette pensée stupide avant de m'adresser à nouveau au jeune Abbot en désignant d'un geste du menton sa bague.
« Vous êtes marié ? »
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Matthew Abbot

Matthew Abbot


Ministère de la Magie
Je veille sur la communauté
sorcière


▌Age : 24
▌Parchemins : 98
▌Points de Rp : 13
▌Initiation magique : 27/06/2013


On a des curieux ici...
♣ Age: 25 ans (26 le 20/03)
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. _
MessageSujet: Re: La Volière ou comment les faucons, ça rapproche.   
La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. Icon_minitimeVen 9 Aoû - 11:01


« So, this is my life. And I want you to know that I am both happy and sad
and I'm still trying to figure out how that could be.
»
Stephen Chbosky


Gryffondor Matthew ne doutait pas que Mr Gustavson était allé chez les Rouges, il dévoilait une aura particulière et forte, une impression de sûreté souvent jumelée au courage des Lions... et autre qualité qu'on oublie souvent chez eux : la tolérance. Et il semblait l'être. Enfin, jusqu'à un certain point... Peu à peu la conversation délaissait le Quidditch et Poudlard pour atteindre le sujet des sangs... Matthew l'arrêta tout de suite, délaissant un temps la jovialité pour quelque chose de plus direct :

- Il est appréciable d'avoir un Gryffon prudent en face de soi... mais vous n'avez rien à craindre avec moi. En plus d'être effectivement un Loyal Poufsouffle -et merci du compliment, je suis né dans une famille parfaitement moldue... Mais même si j'étais né de deux parents sorciers et envoyé chez les Serpents, je n'aurais pas été un partisan du Mage noir et ses sbires qui sévissent de plus en plus...

Il fit une pause. Il avait débité tout cela d'une voix calme, celle qu'il utilisait pour faire autorité et qui ne réclamait pas de remarque. Il mettait les choses à plat, si le Langue-de-plomb insistait pour une certaine transparence. Mais il est vrai qu'intérieurement, il était tout aussi rassuré de ne pas fréquenter un Mangemort... Il pensa même au fait que David Gustavson ne l'était assurément pas car il n'aurait eu aucun intérêt à entamer le sujet, même en voulant cacher ses opinions au Ministère... Il continua avec un sourire en coin, allégeant un petit peu le ton sec de sa voix :

- Nous pourrons donc continuer notre conversation, je pense... Peut-être pas sur le Quidditch car si je suis le commentateur dont vous me flattez, je parlerais trop... Peut-être pas de Poudlard car bien que nous ayons une année en commun, cela est bien trop court... surtout pour des anciens étudiants de maisons différentes... Mais il y a tellement de sujets que deux employés du Ministère peuvent aborder... surtout en ces temps cruels... Mais j'espérais justement sortir un temps des méandres sombres de nos travaux respectifs...

Il lui avait parlé en toute sincérité car il avait toujours décelé dans le mensonge une perte de temps : la vérité finit toujours par éclater. Même s'il aimait discuter tranquillement de sujets badins, il savait être concis, clair et direct quand la situation l'exigeait. Cela était apprécié dans son service et lui avait permit de devenir Secrétaire de son comité. Mais, bien qu'il n'avait pas prévu de rencontrer le propriétaire d'Oak lors de sa tournée aux hiboux, il espérait éviter de parler des problèmes et crises trop rencontrés ces dernières semaines au bureau.

Il ne supportait pas la situation actuelle, même s'il faisait tout ce qui était en son pouvoir pour être efficace à son poste. Travailleur et loyal, il se donnait pour le Ministère mais surtout pour sa nation, tant magique que moldue. Nation qui peinait face à ce mage malfaisant qui se surnommait lui-même Lord alors qu'il n'avait aucune qualité de seigneur... Juste la recherche aveugle du pouvoir et de la destruction. Peut-être que Matthew n'avait pas le courage des Gryffons d'aller se battre face aux Mangemorts, mais il se donnerait pour protéger les victimes de la guerre qui s'annonçait...


- Vous êtes marié?

La question du brun sortit le blond de ses pensées. Gustavson avait indiqué l'anneau qu'il portait depuis déjà quatre ans à l'annulaire. Ouah... Déjà quatre ans ! Que le temps passe vite quand on est heureux... Mais auront-ils encore assez de temps pour l'être ? Il pensa tristement malgré son sourire à Kathleen qui, à cette heure-ci, devait s'occuper de son café, juste à quelques minutes du Ministère. Il tourna l'anneau d'or d'un air distrait autour de son doigt, sentant les gravures de leurs noms contre sa peau. Il répondit :

- Oui, en effet... Cela va faire quatre ans maintenant... Son nom est Kathleen... Ma jolie Kath... C'est une moldue si vous voulez tout savoir... Il releva la tête : On a même eu un fils ensemble. David. Comme vous, sourit-il, mais il a juste deux ans. Je pense tout le temps à eux... En permanence. Par les temps qui courent, bien que je ne regrette pas mes choix, il est dur d'avoir une famille à protéger... Mais... je me dis que je fais peut-être bien de vivre ma vie pleinement. Je ne sais pas ce qu'il se passera demain, mais au moins, je suis heureux d'avoir deux têtes blondes qui m'attendent chez moi...

Il était triste, et heureux, tout à la fois. Triste car l'époque qui s'annonçait faisait douter le jeune employé sur sa vie professionnelle mais aussi personnelle. Mais heureux car quand il voyait Kath et David le soir, il ne pouvait rêver d'une meilleure vie et ne pouvait s'empêcher de sourire en pensant à eux. Sa famille créait chez lui un sentiment chaud et réconfortant, même protecteur.

Il jeta un coup d'oeil à la main gauche de David et n'y décela aucun bijou... Il se sentit quelque peu honteux d'avoir ainsi dévoilé sa situation familiale alors que l'homme en face de lui semblait en être dépourvue. Mais il se dit qu'il n'avait pas à s'en vouloir car le brun avait lui-même abordé le sujet... Mais aussi que, peut-être, Gustavson était lui aussi avec quelqu'un, juste que les fiançailles n'étaient pas encore en date... Il tenta, un peu plus finement :


- Mais au delà de la famille, les amis aussi sont importants. Je ne connais pas trop le Département des Mystères... Trop de secrets, évidemment. Mais j'espère que là-bas aussi, vous avez une épaule sur laquelle vous appuyez. Ce n'est pas bon d'être seul face à l'adversité, si fort et résistant qu'on pense être.

Il n'avait pas dit cela comme une critique implicite, ou de manière à mettre mal à l'aise celui qu'il venait de rencontrer. Au contraire, ces paroles se voulaient rassurantes... ou du moins, chargées d'espoir et d'empathie. Matthew n'espérait pour personne la solitude car, même pour les plus réservés, chacun a besoin d'aide à un moment. Et cette année 1977 n'était pas n'importe quel moment. Face à la dureté de la vie, face à la violence de la mort qui accablait tous les esprits, il allait falloir être fort mais surtout ensemble. Et le blond se proposait implicitement comme une main tendue en cas de besoin.

[Hrp]Désolée du retard ^^'[/Hrp]


Dernière édition par Matthew Abbot le Jeu 3 Oct - 0:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
David Gustavson

David Gustavson


Ordre du Phénix
Se bat pour la paix et la justice


▌Age : 24
▌Parchemins : 230
▌Points de Rp : 51
▌Initiation magique : 20/04/2013


On a des curieux ici...
♣ Age:
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. _
MessageSujet: Re: La Volière ou comment les faucons, ça rapproche.   
La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. Icon_minitimeSam 28 Sep - 11:35

J'enviais quelque peu Abbot, ce n'était pas dans ma nature d'être jaloux mais voir dans son regards des petites étincelles de joies et d'amour à l'état pur éclairer ses iris alors qu'il parlait de sa femme et de son fils me rappelait combien cet aspect-ci de ma vie était désespérément vide. Il avait l'air d'être le plus heureux des hommes à cet instant précis, comme si nul ombre n'aurait pu l'accaparer et assombrir les souvenirs qui devaient défiler rapidement dans son esprit. Mais il restait inquiet, il avait bien raison, épouser une moldue pouvait le présenter comme une cible de choix pour des fanatiques stupides, j'espérais vraiment que jamais une chose pareille ne lui arrive. Il était ce genre d'homme à mes yeux à ce moment qui ne mériterait jamais qu'un malheur ne s'abatte sur lui, il était de la même trempe que ceux dont il nous est impossible de dire du mal ou de leur en vouloir.
Matthew s'inquiétait même de savoir si j'avais une épaule sur qui compter en bas, trop poli pour me renvoyer la question d'une quelconque épouse après son coup d’œil à mes mains, non, nul alliance n'y trônait et n'y avait jamais trôné. Je lui souriais.

« Le Département des Mystères est connu pour ses secrets, il ne serait pas choses étrange de savoir que parmi les langues-de-plomb se trouvent des mangemorts et comme nous savons gardez nos langues silencieuses, les liens qui m'unissent à mes confrères ne vont pas au-delà de simples collègues. Et ma retraite anticipée du service n'est pas là pour améliorer la chose... Je suis sans doute bien trop taciturne pour mériter la compagnie de quelqu'un d'autre que Oak . »

Je ris un peu, après tout l'auto-dérision n'a jamais tué personne. Cependant, j'ai l'impression que la question d'Abbot n'était pas si anodine, je pourrais dire que dans cette volière à l'odeur de hiboux j'en viens à apprécier l'ex-Poufsouffle que j'ai en face de moi. C'est sans doute un peu tôt pour songer à lui en tant qu'ami mais l'idée de le croiser de nouveau au Ministère et de m'arrêter discuter avec lui n'est as déplaisante. J'ose emmètre de vive voix l'hypothèse d'une rencontre prochaine, un peu gêné :

« Si jamais l'envie vous prend, où que nous rencontrons de nouveau par le plus grand des hasards ici je serai ravi de discuter avec vous et sûrement d'autre chose que de nos compagnons à plumes, de Quidditch et des temps obscurs. Enfin à votre guise. »

Je me fait l'effet d'un enfant de quatre-ans qui invite un des ses amis à son goûter d'anniversaire, incapable de se montrer compréhensible, passant la main dans ses cheveux et se dandinant d'un pied sur l'autre. Le courage pou les lions, et bien je crois vraiment que je tiens plus de la souris qui souhaite disparaître dans sa cachette en rougissant plutôt qu'autre chose. Mais discuter avec Mathew était intéressant et cela m'a plu, mais je ne veux pas l'importuner plus que cela, il doit avoir encore du travail et je n'ait moi non plus pas achevé ma journée. Dire que j'étais venu pour nourrir Oak et que j'y avais rencontré, peut-être, un ami me laissait penser que mal grès ces temps noirs ils existaient encore des choses qui nous empêchaient de baisser les bras et de tout abandonner, une sorte d'espoir qui véhiculerait l'idée que même dans les endroit improbables et le situations critiques ont pourrait trouver une main tendue, et Matthew Abbot, dans cette volière sombre d'un étage peu fréquenté du Ministère de la Magie Anglais me faisait penser que c'était bel et bien le cas.

Je lui souris de nouveau, récupérant la bourse en cuir vidée de la viande qu'elle contenait par les deux rapaces, la rangeant négligemment dans ma poche après l'avoir nettoyée d'un sort.
« Je crois qu'il est temps pour nous de nous saluer et de retourner vaquer à nos occupations si l'on ne souhaite pas être réprimandé par nos supérieurs... J'ai pris grand plaisir à discuter avec vous et j'espère que l'occasion se présentera où nous pourrons le faire de nouveau Matthew. »

Je tend ma main pour le saluer, j'espère qu'elle n'est pas la dernière poignée de main que nous aurons mais j'ai bon espoir, la chance que nous nous recroisions à nourrir nos volatiles est haute après tout et le Ministère n'est pas si grand.


[HRP : Je suis vraiment, vraiment, vraiment désolée d'avoir mis autant de temps à répondre T-T J'espère que tu m'en veux pas trop, je me suis dis que c'était d'ailleurs un bon moment pour conclure mais si ça te va pas je modifie y'a pas de problème. Encore désolée pour le retard :/ ] 
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Matthew Abbot

Matthew Abbot


Ministère de la Magie
Je veille sur la communauté
sorcière


▌Age : 24
▌Parchemins : 98
▌Points de Rp : 13
▌Initiation magique : 27/06/2013


On a des curieux ici...
♣ Age: 25 ans (26 le 20/03)
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. _
MessageSujet: Re: La Volière ou comment les faucons, ça rapproche.   
La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. Icon_minitimeJeu 3 Oct - 0:02


« Heureux, tu compteras des amitiés sans nombre,
Mais adieu les amis, si le temps devient sombre..
»
François Ponsard

Tristesse. Légère mais palpable. Matthew n'y pouvait rien : il était sensible et empathique. Et voir les yeux bleus de David Gustavson s'éclairer d'un certain regret, ce n'était plus de la gêne mais une volonté de consoler le brun qui apparut. Mais... ce n'était pas comme avec David (son fils), ils étaient entre adultes... et surtout Matth faisait face à un Langue-de-plomb, un être mystérieux et peu bavard. Matthie devait se refuser toute parole à outrance et signe trop important à l'égard de cet homme qui ne connaissait même pas il y a une heure.

Le blond écouta ce collègue qui semblait vivre hors du monde alors qu'il foulait le Ministère comme chaque fonctionnaire sorcier : sans attache, sans ami, sans rien... ? Est-ce qu'Oak pouvait suffire à une âme aussi solitaire soit-elle ? Matthew regarda son propre faucon : même s'il aimait beaucoup son compagnon de plumes, vivre seulement avec lui l'aurait détruit à petit feu.
*Comment font donc ces Langues-de-plomb pour ne pas disparaître dans leur propre silence ?* se demanda-t-il, troublé.

Surtout dans l'état actuel où, comme Gustavson l'avait souligné, les Mangemorts étaient une menace tant externe qu'interne... Sans échange, il n'y avait plus la sûreté de bien connaître son interlocuteur. C'est d'ailleurs pourquoi le jeune Abbot aimait à discuter avec de nombreux membres du Ministère, même d'autres Département, comme Frank et Fol Œil jusqu'à Augustus Rookwood (lui aussi du Département des Mystères d'ailleurs). Il n'était pas sûr de bien les connaître mais Matthew aimait à se convaincre que c'était mieux que rien... les Mangemorts n'ayant jamais eu la "bonne idée" de se balader avec des pancartes pour signaler leur allégeance... C'était bien ça le problème : le danger était partout et invisible.

Le blond délaissa ses pensées compatissantes et inquiètes pour de plus joyeuses, appréciant le léger mais sincère rire de Gustavson. Comme quoi, il n'était pas aussi froid que la glace de ses yeux. Et ce n'était pas fini car il continua sur l'espoir de revoir le Secrétaire du CIEUM, trahissant par son ton et sa posture une gêne qui ne semblait pas convenir à un Langue-de-plomb. Le jeune Abbot sourit de plus belle, non pour se moquer, mais heureux de voir que finalement, David espérait se lier familièrement à ses collègues...


- Ce serait un grand plaisir,
répondit-il. Et la prochaine fois, nous pourrions nous tutoyer... si vous l'acceptez ! Si nous parlons de choses badines, autant avouer notre proximité... Et si le sujet est plus sombre... nous ferions tout autant de parler en confiance. Enfin... nous verrons cela la prochaine fois ! éluda-t-il d'un revers de main.

L’embarras sembla s'envoler du Langue-de-plomb alors qu'il relâchait ses épaules et récupérait la bourse de viande si copieusement engloutie par les deux rapaces. Le blond nota que les hommes n'étaient pas les seuls à s'être rapprochés et même le prédateur qu'était son gerfaut semblait tranquille face au pèlerin, ce qui rassura son propriétaire. C'est sûr que ça mettrait à mal leur début d'amitié si leurs messagers avaient une grosse prise de bec ! Leur entrevue imprévue semblait finie :


- Je crois qu'il est temps pour nous de nous saluer et de retourner vaquer à nos occupations si l'on ne souhaite pas être réprimandés par nos supérieurs... J'ai pris grand plaisir à discuter avec vous et j'espère que l'occasion se présentera où nous pourrons le faire de nouveau Matthew.

- Ce fut aussi un plaisir,
le blond serra amicalement la main tendue. Et je ne doute pas que nous nous reverrons ! Si ce n'est pas dans les couloirs, ce sera au moins ici. Sachez que si Oak est là, je m'occuperai un peu de lui ! Sur ce... bon courage pour la suite et à bientôt ! Au revoir !

Les mains se séparèrent, les hommes se saluèrent d'un hochement de tête avant de rejoindre leur bureau... ou affaires respectives. David Gustavson avait raison en disant que leurs supérieurs allaient s'impatienter... même si ceux de Matthie étaient plutôt détendus d'habitude, ils étaient en crise depuis Bristol. Oh Bristol... Même si le blond ne se détachait pas de ses habitudes tranquilles... ce n'était qu'un masque pour cacher sa souffrance : il voulait absolument sauver Pandora et Olive des griffes des Mangemorts... et vampires.

Frank et Lance avaient été à Bristol et ce devait aussi être le cas de David Gustavson. Le gentil fonctionnaire qu'était Matthew s'entourait finalement de beaucoup de personnes influentes... Enfin, Frank n'était qu'apprenti auror mais il lui apprenait pas mal de choses... notamment par Fol Œil. Peut-être que même le mystérieux Langue-de-plomb finirait par délier sa langue à un nouvel... ami ? Et d'ami, qui mieux que Lance pouvait échanger avec lui des derniers événements ? Surtout que Lance et Pandora était plus que proches proches... Oui, il fallait qu'il aille voir son vieil ami jaune et noir sûrement accablé !


[Hrp : on a tous une vie IRL qui prend du temps, donc ne t'en veux pas =) Et je vais verrouiller ce rp : il est bien fini. A la prochaine n__n ![/Hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Contenu sponsorisé







La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. _
MessageSujet: Re: La Volière ou comment les faucons, ça rapproche.   
La Volière ou comment les faucons, ça rapproche. Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

La Volière ou comment les faucons, ça rapproche.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» comment entretenir l'albatre
» Et toi, t'as fait comment? (PV)
» Comment ça, apprend-moi à me battre ?! [PV Raph]
» comment appelle-t-on ?
» Comment éviter de délocaliser
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Alohomora ♣ ::  :: Londres :: Le Ministère de la magie-