AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Alohomora

Consultez régulièrement les nouveautés ici
Pensez lorsque vous vous inscrivez
à prendre un Prénom et un Nom.

15 lignes minimum dans le Rp et 20 lorsque vous ouvrez un sujet

Le nouveau design est arrivé !

Design n°5 le 09/04/2012 par Kyana.

Venez voter pour faire gagner votre maison !

C'est toutes les deux heures ici.
Dans le Rpg, nous sommes passé au mois de Novembre et Décembre 1976 !

Pour vous y retrouver, consultez le calendrier.

 

 Quand Volent les Lions [pv James]

WIZARDHIBOUX
Who are You ?
Invité

avatar


Invité




MessageSujet: Quand Volent les Lions [pv James]   
Lun 13 Mai - 19:56

Samedi
29 janvier
1977
Quand volent les Lions
Près de trois ans d'entrainement pour arrivé à ce jour... Sunny n'y croyait presque pas. Et pourtant, il avait bel et bien reçu la tenue de Quidditch des Gryffondors. Toute la nuit, il s'était réveillé pour vérifier qu'il ne rêvait pas. A chacun de ses réveils, la robe de Quidditch rouge et or était bel et bien là, accompagnée des gants de cuirs.

La nuit qui suivit sa nomination ne fut guère reposante et c'est avec des cernes, les yeux embués de sommeil et baillant, que Sunny alla prendre son petit-déjeuner. Heureusement pour le jeune lion, les nuits suivantes furent plus sereine.

Sunny considérait donc son acceptation dans l'équipe de Quidditch comme sa plus belle réussite, ni plus, ni moins. Lui, le petit né-moldu, avait réussi à faire mieux que les autres prétendants qui étaient presque tous des sorciers mais qui étaient surtout plus âgés que lui. Son orgueil de lion se gonflait de fierté.

Mais comme pour lui rappeler que dans la vie, rien n'est acquis, il reçu ce matin du 29 janvier, un mot de son capitaine. Comme Sunny admirait beaucoup James Potter, recevoir une lettre de sa main au saut du lit remplissait le jeune garçon de joie. Le mot lettre était fortement exagéré puisqu'il s'agissait de quelques mots le convoquant pour un entrainement de Quidditch le matin-même. Le lionceau regarda par la fenêtre de son dortoir et fronça les sourcils. Dehors, une véritable tempête de neige faisait rage. Le Maraudeur voulait vraiment le faire voler par ce temps? Sunny était un peu incrédule.

Il descendit pour aller prendre son petit-déjeuné dans la Grande Salle, espérant croiser son capitaine pour savoir si l'entrainement était une sorte de bizutage. Il fut un peu déçu de ne voir le célèbre Gryffondor à la table des lions. Dans la perspective de longues heures dans le froid, Sunny mangea copieusement, histoire d'avoir des forces.

L'estomac plein, il retourna à son dortoir pour se mettre en tenue. Il chercha nerveusement un sort capable de rendre sa robe imperméable au froid. Il en trouva un qu'il lança sur tous ses habits. On n'est jamais trop prudent!

Comme il n'avait pas d'argent pour s’acheter un balai et qu'il se voyait mal en demander à sa mère, Sunny en choisi un mis à disposition par l'école. Prenant son courage à deux main, le Gryffondor pénétra sur le terrain de Quidditch où la tempête faisait rage. Pour lui ôter ses dernier doutes, la boîte renfermant les différentes balles de Quidditch attendait au milieu du terrain. Certainement déposée là par le capitaine qui, pas fou, attendait l'heure de l'entrainement au chaud.

Sunny enfourcha son balai et s'envola. Il mit bien une longue minute à s'habituer aux rafales. Prenant de l'assurance, il fit quelques tours de stade. Au moins il n'avait pas trop froid. Mais le vent vicieux trouvait quand-même des interstices entre les couches de vêtements.

Finalement, Sunny vit la silhouette nettement reconnaissable de James Potter s'avancer dans le stade. Seul.

Une vague de crainte noua l'estomac du Gryffondor qui regretta soudain d'avoir autant manger au petit-déjeuner. Cet entraînement n'était pas destiné à toute l'équipe mais seulement à lui... James Potter devait donc le trouver mauvais... Peut-être l'avait-il pris dans l'équipe en désespoir de cause, parce qu'il était simplement le moins pire?

Pas trop trop rassuré, Sunny atterrit devant son idole et tenta de masquer sa peur.



Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
James Potter

avatar

Admin Gryffondor ♣ 6ème année

Admin
Gryffondor ♣ 6ème année


▌Age : 40
▌Parchemins : 2649
▌Points de Rp : 229
▌Initiation magique : 05/06/2011


On a des curieux ici...
♣ Age: 16
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Quand Volent les Lions [pv James]   
Mer 15 Mai - 8:43

Dès le mois de février, le quidditch allait reprendre. Les serdaigles allaient affronter les serpentards, puis le mois prochain les gryffondors. Après leur victoire expéditive sur les Poufsouffles, les serdaigles étaient donc les prochains adversaires de l’équipe du nouveau capitaine James Potter. Bien sûr, il savait que Velrose aurait voulu gagner la coupe pour sa dernière année, et il était plustôt mal parti, mais cela ne dépendrait plus des gryffons.

Le souci, c’est que l’équipe a dû être remaniée après les évènements de décembre et les accusations portées sur leur gardien Ron Weas et sur le meilleur attrapeur qu’ils aient jamais vu depuis longtemps, celui qui a fait gagner leur équipe en octobre, Harry Granger. En attendant que les soupçons soient définitivement levés, James a dû se résoudre à prendre des remplaçants pour le prochain match.

Sunny Chaplin était de ceux-là. Bien qu’en troisième année, le petit gryffon était rapide et avec des réflexes surprenants. C’était un gardien de qualité, même si Potter l’estimait un cran en-dessous de Weas. Il avait la rapidité, mais il lui manquait de la technique. Le cercle gauche, par exemple, était son point faible, le moins bien défendu des trois cercles. Il fallait absolument pallier à cette faiblesse, car les serdaigles analysent très vite le jeu de leurs adversaires. Le poursuiveur Miler Minus, surnommé Mimi par dérision, était redoutable à ce petit jeu-là. Potter savait déjà qui il fallait empêcher d’avoir le souaffle, ce Minus avait déjà feinté de nombreux gardiens réputés très forts.

Bref, le capitaine de Gryffondor avait des appréhensions sur le match avec les serdaigles. Une défaite ne serait pas un déshonneur, contrairement au dernier match qui les opposera aux serpentards, mais une deuxième victoire pourrait leur assurer la coupe ! il fallait donc faire travailler absolument leur nouveau gardien.

Le sixième année regardait le ciel. Neige, neige et encore de la neige. Le stade était recouvert d’une pellicule blanche qui s’épaississait. L’hiver en Ecosse était assez rude. Les bourrasques n’arrangeaient pas la vision, et compliquait le rôle du gardien. Tant mieux, c’était justement pour ça que James avait convoqué le jeune Sunny ce jour-ci. Rien de tel que des conditions de jeu apocalyptiques pour se sentir à l’aise dans n’importe quelle autre situation future. Surtout qu’au mois de mars, il y avait de fortes chances pour que le match se déroule sous la pluie.

Plutôt que d’attendre le nouveau gardien dehors, Potter préféra s’abriter dans les vestiaires. Préalablement, il avait posé la boîte contenant les différentes balles au milieu du terrain, comme pour attester de sa présence et réserver en quelque sorte, le stade. Il l’avait déjà fait, mais il n’était pas rare que tel ou tel membre d’une équipe fasse fi des réservations et tente sa chance.

*Quoique… à part moi, qui serait assez fou pour venir s’entraîner par ce temps ?*


Contrôlant parfois pour voir si son camarade était présent, Potter repéra une silhouette faire quelques tours de terrain. Il ne pouvait s’agir que du « fils du soleil ». Le capitaine sortit donc du vestiaire pour se diriger vers le milieu du terrain, muni de son balai, son superbe et tout nouveau Nimbus 1500. Le nouveau gardien le rejoignit bien vite, atterrissant devant lui. Avait-il peur ? En tout cas, il ne semblait pas rassuré. A moins que ce ne soit le froid.

« Bonjour, Sunny. » James lui tendit la main. Il était rare qu’il traîne avec des troisième années, ils n’ont aucun cours ensemble, et ils se voyaient peu dans la salle commune. Potter, en tout cas, faisait peu attention à ceux qui ont plus de deux ans de moins que lui. L’inverse n’était bien sûr pas vrai, James Potter était connu de sa maison, et pas seulement à cause de son statut de capitaine d’équipe.
« Désolé si je t’ai convoqué par un temps pareil, mais il faut pouvoir s’entraîner à n’importe quelle temps, car lors du match contre les serdaigles, qui sait à quoi on aura droit ? Je voudrais tester un peu tes capacités face aux tirs de poursuiveurs… et tu as devant toi un des meilleurs ! »

Certes, le rouge-et-or n’était pas connu pour sa modestie, mais il n’avait pas tout à fait tort.

« Je vais particulièrement tester un endroit particulier, ne t’en inquiètes pas. Histoire de ne pas attraper froid, l’entraînement sera court, on se réfugiera aux vestiaires dans une vingtaine de minutes. Pas de cognards, pas de passes à plusieurs poursuiveurs, je veux que tu t’entraînes sur tes arrêts, tes réflexes, et ta capacité à gérer les trois cercles, malgré la force et la technique d’un poursuiveur de trois ans ton aîné. Et comme tu le sais certainement, Miler Minus est particulièrement fort, niveau réflexes. »

Pour le rassurer, le garçon lui posa la main sur l’épaule et lui sourit.

« Mais je suis sûr que tu vas assurer. »
Avant de s’élancer pour commencer l’entraînement, Potter lui demanda : « Tu as des questions ? Des appréhensions ? N’aie pas peur, je suis là pour te perfectionner, pas te juger. »

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Invité

avatar


Invité




MessageSujet: Re: Quand Volent les Lions [pv James]   
Sam 18 Mai - 7:24

Samedi
29 janvier
1977
Quand volent les Lions
Sunny ne s'était pas trompé, il s’agissait bien de James Potter, qui bravait les éléments. Il fit atterrir son balai en douceur devant son capitaine.

«Salut James!»

Le jeune lion serra la main que le sixième année lui tendait. Ce geste formel contrastait avec le ton jovial et amical que Sunny se força à adopter. Le vent sembla redouble d'intensité, faisant frissonner le gardien.

«J'espère quand-même que le temps sera plus clément le jour du match!»

Sunny savait que James Potter était un des meilleurs poursuiveurs de l'école pour l'avoir vu jouer à de nombreuses reprises. Il ne se ventait absolument pas en le disant. Mais le capitaine avait également raison sur le point que Miler Minus était fort...

«Minus est un devin...» grommela le jeune lion.

Il avait assisté à des tirs juste incroyables du Serdaigle qui semblait deviner où le gardien adverse allait plonger. Heureusement, ce n'était pas toujours Minus qui tirait au but! La rumeur courait dans les couloirs que Minus avait des visions. Mais Sunny préférait de loin croire qu'il était simplement bon joueur de Quidditch. La divination lui semblait une telle supercherie que croire à de vrais dons le faisait rire.

Il se concentra sur le discours de James Potter et soupira de soulagement en entendant qu'il ne prévoyait pas de passer la matinée dehors!

«Je n'ai pas peur, je sais que ma marge de progression est grande puisque je n'ai encore fait aucun entrainement ni aucun match au poste de gardien. Et puis, c'est en forgeant que l'on devient forgeron, comme dit le proverbe moldu!»

Sunny avait quelque peu repris confiance en lui en disant cela. C'était en effet la vérité puisqu'il voulait en premier lieu postuler pour devenir attrapeur et qu'il ne s'était jamais imaginé en gardien. Sa silhouette fine lui semblait plus faite pour chercher le vif d'or que pour stopper les souaffles. Donc si sans entrainement spécifique il en était arrivé là, il ne pouvait que s'améliorer.

Sans plus attendre, le jeune lion enfourcha son balai et donna un vif coup de pied dans la neige pour décoller. Son pied produisit un bruit feutré et il s'éleva de plusieurs mètres avant de se diriger vers les trois buts les plus proches.

Le vent rendait la stabilisation difficile et son balai n'était pas assez performant pour lui faciliter la tâche. En plus, le froid engourdissait ses extrémités. Il se positionna devant le cercle du milieu et frotta vigoureusement ses mains pour les réchauffer.

Le regard aux aguets, il surveillait l'action de son capitaine. La neige rendait la visibilité désastreuse et le vent sifflait à ses oreilles. Le corps ramassé sur le manche du balai, Sunny était prêt à se jeter sur la première balle rouge en vue.



Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
James Potter

avatar

Admin Gryffondor ♣ 6ème année

Admin
Gryffondor ♣ 6ème année


▌Age : 40
▌Parchemins : 2649
▌Points de Rp : 229
▌Initiation magique : 05/06/2011


On a des curieux ici...
♣ Age: 16
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

MessageSujet: Re: Quand Volent les Lions [pv James]   
Sam 25 Mai - 2:15

Tout en parlant de Miler Minus, Sunny eut une réflexion qui fit décrocher un grand sourire sur le visage du capitane. Miler avait la réputation d’avoir une araignée au plafond, ce que certains interprétaient comme : un devin, un médium, un être mystérieux. Quelle blague ! Ce n’était qu’un illuminé qui adorait se faire passer pour quelqu’un de spécial, et qui jouait diablement bien au quidditch. Mais si Minus était un devin, alors autant accuser James Potter d’être un mangemort, pendant qu’on y est !

Le coté volontaire de Chaplin plut au rouge-et-or. Sunny était courageux et désireux de bien faire. Un vrai gryffondor ! Il avait raison, il avait une grande marge de progression, surtout qu’il n’a jamais eu d’entraînement digne de ce nom. En février, il faudra multiplier les entraînements pour être prêts face aux serdaigles. Cela aidera à intégrer les nouveaux, leur donner de bonnes habitudes, et si possible, des automatismes.

Par contre, le proverbe moldu de Sunny ne fut pas tout à fait compris pour ce sang-pur de James Potter. Mais le sens général était limpide. C’est comme si on lui disait que c’était en soignant qu’on devenait medicomage.

Chaplin s’était élancé et se mettait en place. Potter ouvrit la boîte, prit le souaffle et s’élança à son tour. Son Nimbus 1500, à la pointe de la technologie, fendit l’air rapidement. Malgré le temps épouvantable, Potter se sentait à l’aise sur son balai. Le sort qu’il avait jeté à ses lunettes pour faire fondre la neige et se débarrasser de l’eau fonctionnait… à peu près. Si la neige continuait à tomber ainsi, l’entraînement allait tourner de plus en plus court.

Le vent était déstabilisant, le souaffle sera forcément dévié par un tel courant d’air. Cela était une excellente occasion pour le nouveau gardien de démontrer ses réflexes. A ce propos, le Troisième Année était ramassé sur lui-même, prêt à en découdre… ou à se réchauffer par le contact avec le manche en bois ?

Potter fonça, il tenait le souaffle dans sa main droite et, après un bon élan, fonça sur le gardien. Avant de pointer du doigt la faiblesse principale de Sunny – son côté gauche – le capitaine préféra le mettre en confiance. Il lança plusieurs fois le souaffle du côté droit et au milieu, tentant de le feinter tout de même quelques fois – vieux réflexe de poursuiveur.

Ce n’était qu’un échauffement, les choses sérieuses allaient pouvoir commencer.

Sunny était léger et plutôt frêle, ce qui était inhabituel pour un gardien. Les poursuiveurs, inconsciemment privilégieront la force à la tactique, pensant qu’un corps aussi frêle ne pourra stopper des tirs bien puissants. Des coups avec le manche à balai sont plus forts qu’avec la main, c’est pourquoi James tira cinq fois d’affilée avec cette tactique, pour voir comment Sunny s’en sortait avec des tirs puissants.

Puis vint le plus difficile : les tirs sur le côté gauche. Des tirs vicieux, avec effet, sans effet, forts, faibles, avec feinte. Sunny en prenait pour son grade : lui qui n’avait jamais eu de vrais entraînements était servi !

Potter avait l’habitude d’être confronté à des gardiens, il était capable de repérer les faiblesses du Troisième Année ; Quel dommage qu’il ne pouvait écrire tout cela sur un parchemin !

« Stop ! Descendons et réfugions-nous dans les vestiaires. On fait une pause. »


Potter descendit et rejoint vite els vestiaires chauffés ; il aurait été incapable de tirer avec précision à cause de ses doigts rouges et gelés, malgré ses sorts de protection et ses gants. Il faisait vraiment un froid… polaire ! De mauvaises langues insinueront que c’est tout à fait normal, étant donné que l’Ecosse était près du cercle polaire, mais peu importe !

« Tu vas bien ? Approche-toi du tableau, on va se réchauffer les mains et après je vais te parler de tes points forts et faiblesses. Mais on va discuter d’abord de ton ressenti. Comment juges-tu ta performance ? A part qu’il fait si froid qu’on a l’impression d’être des bonhommes de neige en balai ? »

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who are You ?
Invité

avatar


Invité




MessageSujet: Re: Quand Volent les Lions [pv James]   
Mer 31 Juil - 20:20

Samedi
29 janvier
1977
Quand volent les Lions
Avec ce temps pourri, Sunny s'en sortait pas si mal. Voler ne lui était pas désagréable malgré le froid et les nombreuses bourrasques. Le problème principal était quand-même la neige, qui rendait la vision à plus de deux mètres impossible.

Tout en restant concentré sur les apparitions soudaines du souaffle qui l'obligeaient à plonger, Sunny avait épuisé son répertoire d'anglais, de gallois et de celte pour les synonymes des mots froid, glace, neige et vent.

James Potter était vraiment un très bon poursuiveur et ses tirs donnaient du fil à retordre au nouveau gardien. Sunny préféra se concentré sur cet entrainement plutôt que d'imaginer ce que seraient les suivant, quand il devrait affronter en plus de son capitaine, Sirus Black et Remus Lupin. Le point positif était qu'il n'y avait pas vraiment de meilleur poursuiveur donc s'il survivait aux trois Maraudeurs, il devrait survivre à peu près à tout.

Pour arrêter les tirs puissants, il utilisait les même techniques que l'envoyeur. La force de la balle rouge était déviée et une vrille en forçant le manche du balai à contrer la force cinétique du souaffle rendait l'arrêt presque facile. Le tout était d'attraper la balle. Et ça, c'était une autre paire de manche.

Quand James lui annonça une pause, Sunny était plein de gratitude. Ses mains étaient trop gelées pour s'accrocher correctement au balai, une fine couche de glace rendait le bois glissant et voler sans les mains l'exposait bien trop au vent hivernal.

Il se hâta de rejoindre son capitaine dans les vestiaires qui étaient, Merlin soit loué, chauffés. Ses extrémités se réchauffant peu à peu, Sunny put penser à autre chose qu'à l'amputation prochaine de ses doigts.

« Compte tenu des conditions, je suis quand-même  assez content de moi. Mais je ne suis pas encore assez rapide... Je vais devoir aussi apprendre à prendre plus de risques. »

Sunny se concentra pour se souvenir de ses réflexions en vol, en excluant celles sur la météo.

« Ça ne va pas être de la tarte quand je devrai gérer Sirius et Remus en plus de toi. Heureusement pour moi, Gryffondor a les meilleurs poursuiveurs donc si je m'entraine bien avec vous les autres devraient être à ma porté. »

Sunny regarda ses mains qui avaient repris vie.

« Mais je vais encore avoir du boulot... »





Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Quand Volent les Lions [pv James]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand Volent les Lions [pv James]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Alohomora ♣ ::  :: L’Enceinte de l'Ecole :: Le stade de Quidditch-