AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Alohomora

Consultez régulièrement les nouveautés ici
Pensez lorsque vous vous inscrivez
à prendre un Prénom et un Nom.

15 lignes minimum dans le Rp et 20 lorsque vous ouvrez un sujet

Le nouveau design est arrivé !

Design n°5 le 09/04/2012 par Kyana.

Venez voter pour faire gagner votre maison !

C'est toutes les deux heures ici.
Dans le Rpg, nous sommes passé au mois de Novembre et Décembre 1976 !

Pour vous y retrouver, consultez le calendrier.

 

 RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.

Aller à la page : Précédent  1, 2
WIZARDHIBOUX
Who are You ?
Mana O'Neill

Mana O'Neill


Professeur ♣ Astronomie


▌Age : 26
▌Parchemins : 108
▌Points de Rp : 30
▌Initiation magique : 17/06/2011


On a des curieux ici...
♣ Age: 26 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 _
MessageSujet: Re: RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.    
RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 Icon_minitimeVen 26 Juil - 22:35


    Mana était étrangement de bonne humeur ce matin-là. Elle aimait bien la St Valentin, elle avait toujours aimé cette fête, qu'elle soit en couple ou célibataire. Elle n'en voyait pas le côté commercial. Depuis longtemps elle avait choisi de retenir le meilleur de cette journée : dire à ses proches qu'elle tenait à eux. Il y avait longtemps que la directrice des Serdaigle savait qu'une vie pouvait basculer du jour au lendemain. Aux yeux de Mana, cette fête permettait tout simplement de dire les choses qu'on avait tendance à oublier dans le quotidien.

    Aujourd'hui, Mana était décidée à laisser un peu plus de liberté que d'habitude aux élèves. Enfin … pas trop non plus … Un tour dans les buissons était toujours formellement interdit, de même que les salles de classe vides. Elle avait prévu d'y faire un tour un peu plus tard dans la journée. Après sept années passées en tant qu'élève, Mana connaissait déjà la plupart de ses cachettes. Elle ne les avait pas forcément « testé », par contre on lui en avait déjà parlé. Quand elle était élève, nul n'ignorait que la salle de classe vide au fond du couloir de l'aile Est du cinquième étage était un de ses lieux là. Tout d'abord parce qu'il était très isolé, et deuxièmement parce que le concierge de l'époque n'y allait que très peu, conséquence de la première raison. Ses quelques années de professorat avait aidé la jeune femme à consolider ses connaissances sur les recoins sombre préférés des jeunes couples.

    Mana entra dans la grande salle, avec le moral au beau fixe donc. C'est même en chantonnant légèrement qu'elle s'installa à sa place sur la table des professeurs. Elle prit un verre qu'elle remplit de jus de fruit. L'ancienne Serdaigle, ne pouvait commencer sa journée qu'après avoir bu son verre accompagné de son thé préféré que lui préparaient spécialement les elfes de maison tous les matins. D'ailleurs il apparut à sa place quelques secondes plus tard.

    Mana regarda la tasse encore chaude et prit du bacon. De son oreille droite elle entendit, le ronchonneur concierge prendre place à ses côtés. D'habitude peu enclin à la bonne humeur, la St Valentin semblait lui avoir enlevé toute trace d'amabilité, ou du moins il semblait encore plus ronchon que d'habitude si cela était possible. D'une main distraite elle but, et comme les trois quart du temps une goutte coula le long de son menton. Depuis toute petite, elle n'avait jamais réussi à boire correctement.

    Elle cherchait une serviette des yeux quand son voisin de table l'interrompit. A cet instant Mana était presque … terrifiée de l'image que pouvait lui offrir Rusard. Jamais elle n'avait pensé voir cette homme dans cet état … Il était … il essayait … non … impossible … il essayait vraiment d'être gentil avec elle ? Pendant quelques microscopiques secondes, Mana se demanda s'il ne lui demandait pas la permission de lui essuyer lui-même la bouche. Idée qu'elle s'empressa d'effacer de sa mémoire sous peine de faire des cauchemars !

    Le concierge n'était pas si repoussant que ça physiquement. Non, ils avaient presque le même âge tous les deux. Ce qui la gênait c'était justement sa mauvaise humeur, et les drôles d'idées qu'il pouvait avoir. Mana était certaine de l'entendre régulièrement se plaindre à propos des interdictions de châtiments corporels à l'égard des élèves. Elle devait avouer que parfois … pour les cas les plus difficiles, elle n'en pensait pas moins, mais ce n'était pas pour autant qu'elle serait vraiment passé à l'action.

    Dans la logique des choses elle se demanda comment prendre le compliment qu'il venait de lui faire. Enfin … c'était tout de même un bien étrange compliment qu'il lui faisait là. Mana choisit de ne pas s'en formaliser, bien qu'elle resta gênée et que ses joues prirent une jolie teinte rosée et elle s'étouffa à moitié avec la gorgée de jus de fruit qui lui restait dans la bouche.

    « Euh … Merci ... »

    Que dire de plus ? Rare était les fois ou elle avait eu l'occasion de discuter avec l'irascible concierge. Et quand c'était le cas c'était toujours à propos de punitions. En parlant de punitions …

    « Monsieur Rusard, si cela ne vous dérange pas, je me chargerais du cinquième étage aujourd'hui. Je pense que nos chères têtes blondes sont à surveiller de près. Particulièrement ceux qui ressentent le besoin de s'isoler dans un coin sombre si vous voyez ce que je veux dire. »

    Ramener le concierge sur des bases professionnelles semblait pour l'instant comme la décision la plus sage aux yeux de Mana.

____________________________
Double compte Lily Evans

▬ Mana O'Neill;
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Rodolphus Lestrange

Rodolphus Lestrange

Élève ♣ Serpentard - 6ème année

Élève
Serpentard - 6ème année


▌Age : 25
▌Parchemins : 72
▌Points de Rp : 19
▌Initiation magique : 04/03/2013


On a des curieux ici...
♣ Age: 16
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 _
MessageSujet: Re: RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.    
RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 Icon_minitimeSam 27 Juil - 5:25

Bon sang que lui prenait-il ? Rodolphus n'était pas du genre à jouer les amoureux transis ! Alors pourquoi se comportait-il de la sorte ? Lorsque Cassiopée lui avait dis qu'il ne devait pas être seul. Son cœur avait raté un battement. A présent il n'était plus seul, non, il était avec elle. Il aurait bien voulu lui dire qu'elle valait toutes les autres filles du monde, mais lorsqu'il la regardait son cerveau était comme déconnecté. Il avait comme tout oublié, c'était comme si son esprit s'était transformé en semoule. Il ne manquait plus qu'il se mette à baver comme un toutou. Et le pire, était que Rod s'en rendait compte et n'arrivait même pas à se ressaisir. Cassiopée occupait toute ses pensées.

Il fut surpris que personne ne l'ait invitée, il pensait le voir en compagnie d'Abigaël Velrose et d'ailleurs la réprimander pour cela car elle était promise à son frère et donc ne devait en aucun cas fréquenter d'autres hommes. Mais ce détail n'effleura même pas l'esprit du jeune Serpentard, qui avait oublié que cette jeune femme était destinée à son frère et non à lui. Mais de cela il s'en fichait. Le regard de la Serpentard l'hypnotisait. Il ne pensait même plus que lui même était fiancé. Oubliée Bellatrix !

Rodolphus ne pouvait pas comprendre que personne n'ait voulu accompagner Cassiopée à cet événement. Il aperçut d'ailleurs Abigaël avec Willow. Il ne savait pas s'il devait en être heureux ou non. Heureux car au moins il avait la jeune femme pour lui tout seul, ou malheureux car cela pouvait rendre Cassiopée malheureuse de voir son petit ami avec une autre. Rod ne voulait pas la voir malheureuse, alors il répondit tout sourire.

"C'est que ta beauté les intimide. Et s'ils n'ont pas voulu t'accompagner c'est qu'ils ne te méritent pas Cassie"

Pourquoi avait-il employé ce surnom ! Il ne savait pas. Cela lui faisait penser à une sorte de bonbon, de sucrerie qui fondait dans la bouche. C'était doux et exquis... sûrement comme les lèvres de Cassiopée qu'il ne pouvait s'empêcher de fixer. Ah mais pourquoi faisait-il ça ?! Ce n'était pas son genre de fille d'habitude et puis ils n'étaient pas sensés s'apprécier ! Mais cela, Rod semblait l'avoir oublié.

Il servit son verre à Cassiopée non sans sentir ses mains trembler alors qu'il versait le jus de citrouille dans un gobelet. Il avait les mains moites et la gorge sèche, mais il ne pouvait rien avaler. De toutes façons dans cet état il était même capable d'oublier de manger !
Leurs doigts s'effleurèrent alors. Ce fut... électrique. Le cerveau de Rodolphus sembla se déconnecter quelques instant. Il restait focalisé sur la sensation qu'avait laissée les doigts de la jeune femme sur les siens. Une sensation si douce et si attirante à la fois. Cela avait le même effet qu'une drogue sur son organisme, il aurait voulu que ce contact se prolonge. Rod n'entendit même pas les remerciements ou il n'y prêta pas attention, seul peut-être le son séducteur de sa voix lui  parvint aux oreilles et ce fut suffisant, il avait envie de provoquer à nouveau un contact entre eux. Mais il n'osait pas, paralysé. Elle s'était rapproché de lui et il déglutit. Mais le jeune homme reprit un peu contenance et saisit son autre main, doucement, sans brusquer les choses.

"Tes mains sont incroyablement douces... pour quelqu'un qui joue au Quiddich je veux dire. Les miennes sont toutes rugueuses à force de jouer." Suivi d'un clin d'oeil.

C'était la seule excuse qu'il avait trouvé pour justifier son geste. Prendre la main de quelqu'un, sourire, faire des clins d’œil , c'était le genre d'attention qu'il se permettait jamais, Rodolphus était quelqu'un d'assez froid et distant d'habitude, mais là, il semblait qu'il ne soit plus le même. C'était comme si une autre personne, un autre esprit habitait son corps, contrôlant ses gestes et pensées.

Ils étaient proches maintenant... Etait-ce lui ou bien la jeune femme qui s'était rapproché ? Il ne savait pas. Rod mourrait d'envie de l'enlacer, mais n'osait pas faire le moindre geste. Pourtant tout en elle l'encourageait, son regard, son sourire qu'il voyait lui comme séducteur, alors avec témérité, Le Serpentard posa ses mains tremblantes sur la taille de Cassiopée, délicatement, comme s'il s'agissait d'une poupée de Porcelaine.  De nombreux couples s'embrassaient autour d'eux, mais ils n'existaient pas aux yeux de Rod. Pour une raison qu'il n'arrivait pas à s'expliquer il n'avait que Cassiopée Goldstein en tête. Cette proximité semblait lui faire oublier tout le reste, tout comme sa politesse et son tact aristocratique que ses parents lui avait appris. Approchant ses lèvres de l'oreilles de la jeune femme, Rodolphus murmura.

"Je crois que... j'ai très envie de t'embrasser"

Mais il ne put attendre la réponse de la Serpentard car quelqu'un lui attrapa l'avant bras, l'éloignant quelque peu de Cassiopée : Abigaël. La réplique qu'il lui lança sembla quelque peu ramener Rod à la réalité. Mais il était tout de même furieux que cet abruti les interrompe ! Sa copine ? Haha mais qui était-il pour laisser tomber sa copine le jour de la Saint Valentin ?! Et d'ailleurs il fallait être stupide pour sortir avec une fille pareille... ou totalement chanceux... mais que lui prenait-il ? Ses pensées devenaient contradictoires. En tous les cas il ne se laissa pas démonter.

"Ta copine ? Excuse moi Velrose, mais laisser tomber sa petite amie pour une autre fille et cela le jour de la Saint Valentin est une bien mauvaise façon de lui montrer que l'on tient à elle. Je n'ai fait que... réconforter un coeur brisé, maintenant si tu veux bien partir, la place est prise"

Rodolphus avait craché son venin. Une main toujours sur la taille de Cassiopée l'autre prête à saisir sa baguette si Abigaël décidait d'en arriver jusque là. Il lança un regard noir à Velrose. Comment cet abruti avait-il osé le toucher ! Rodolphus détestait vraiment ce type. Et ne voulait pas lui laisser Cassiopée rien que pour cette raison. Pour ce soir, Abigaël avait passé son tour. Il n'arrivait pas en retard, mais trop tard !
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Argus Rusard

Argus Rusard


Concierge
A un oeil sur vous !


▌Age : 41
▌Parchemins : 133
▌Points de Rp : 37
▌Initiation magique : 16/08/2011


RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 _
MessageSujet: Re: RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.    
RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 Icon_minitimeSam 27 Juil - 9:47

Oui, Rusard avait dû être Casanova dans son autre vie. Quelle séduction imparable ! Ce n’est pas tous les jours qu’on admire votre façon de boire. La professeur avait lentement tourné la tête, la lumière jouant toujours sur ses beaux cheveux bruns, et avec quelle sensualité elle prononça son « Euh… merci. » ! Le concierge buvait chacun des sons qu’elle prononçait, c’était comme une invite à l’amour. Pourquoi ne l’avait-il pas remarqué avant ?

Il avait bien sûr remarqué les joues de la professeur d’astronomie rosir. Oh avec quelle grâce elle s’étrangla avec son jus de fruit ! Prévenant, il lui tapota un peu le dos, voulant lui rendre service sans taper trop fort, bien sûr.
"Je ne vous fais pas mal ? j'ai parfois peu de vous briser, vous ressemblez tellement à une  magnifique poupée de porcelaine, aux cheveux noirs comme l’ébène, aux lèvres rouges comme le sang, à la peau pâle comme la neige…"

Rusard était sûr qu'il avait déjà lu ça quelque part. Dans un conte, sûrement. mais où ? En tout cas, il ne l'avait pas inventé tout seul. Mais elle ressemblait tellement à cette description !


« Vous avez grâce à tousser. Vous êtes très élégante, avec votre mouvement de tête et vos lèvres en avant. »
lui assura-t-il. Encore un compliment qui devrait faire mouche. On voit que Rusard avait l’habitude de complimenter une lady…

« Attendez ! je vais aller vous chercher de quoi faire passer votre jolie toux. »
lui assura l’empressé concierge. Il se leva, avec un sourire à sa désormais bien-aimée, et descendit pour aller chercher un jus de fruit identique. Et si cela ne suffisait pas, il irait jusqu’aux cuisines pour demander une autre tasse de thé comme madame O’Neill le souhaitait. Pourquoi n’avait-il jamais goûté à ce thé spécial d’ailleurs ? Comme c’est ELLE qui l’aimait, ce thé devait être aussi adorable qu’elle.

Arrivé aux tables, et en voyant les élèves à côté de lui, bien qu’ils gardaient une bonne distance de sécurité avec l’irascible concierge, une sorte de brume se dégagea. Qu’était-il allé faire déjà ? Ah oui, un jus de fruit. Quel parfum ? Peu importe. Pour qui ? Pour lui ? Non, pour la professeur d’astronomie. Mais pourquoi n’était-elle pas allé chercher ce verre elle-même ? Parce qu’il le lui a proposé. Mais pourquoi ? Depuis quand Rusard était-il gentil avec quelqu’un ? Il se souvenait vaguement qu’il l’avait dragué. Non ? pas possible ? Lui ? Mais c’est absurde, voyons !

Le verre dans la main, il se dirigea vers la fleur. Pauvre Olive MacLane ! Si elle était là, c’est à elle qu’il aurait offert ce verre. Elle était sa cavalière de bal. Qui était cette prof d’astronomie pour oser le distraire ? Pour qui le prenait-elle ? Un petit chien-chien qui lui apporte ses pantoufles et son journal ? Elle va voir ! Respirant à pleins poumons, malgré l’odeur entêtante de la grande fleur, Rusard se dirigea de nouveau vers la table des professeurs, bien déterminé à boire ce verre devant elle et à lui répondre « vous en vouliez ? Eh bien, vous n‘avez qu’à aller en chercher ! Et arrêtez de tousser, ça m’indispose. »Elle allait voir, cette gourgandine !

Arrivé jusqu’à Mana, les sourcils de concierge se défroncèrent subitement, et machinalement, presque comme un automate, il se vit offrir le verre à Mana d’un ton fort, puis en balbutiant : « Miss O’Neill, je… je… dé-désolé pour le retard. »

*Je rêve ou je m’excuse ?* se révolta le concierge dans un dernier élan de lucidité. Cette pensée le fit se rasseoir assez brutalement, s’efforçant de ne pas regarder l’ensorceleuse collègue.

*Il ne faut pas la regarder, voilà le truc. Ignore sa présence, concentre-toi sur les élèves. Oui, ces sales mioches ! Regarde-les se pavaner ! Comment je mettrais tout ça aux fers, moi ! *


Maudire les collégiens étant un des passe-temps favori d’Argus, il réussit à se concentrer suffisamment, grâce à sa haine, pour oublier quelque temps la jolie collègue qui devait boire de nouveau, magnifiquement. Oh oui, elle buvait magnifiquement.

*Les élèves ! Les élèves !*

Mais la belle ouvrit la bouche pour parler. Le cœur de Rusard, d’ordinaire si sec et presque immobile, sembla faire un bond dans sa poitrine tandis qu’il sentit un frison lui parcourir l’échine. Elle avait parlé ! Mais quelle jolie voix ! Devait-il la complimenter sur sa salive ? Dès le « monsieur Rusard », il répliqua immédiatement « appelez-moi Argus. » Il se concédait ceci comme une démarche normale. N’étaient-ils pas collègues ? Entre égaux, on se tutoie et on s’appelle par son prénom, non ? Même s’il doutait qu’il pourrait un jour tutoyer cette si merveilleuse personne qui lui parla du cinquième étage pendant que le concierge s’extasiait sur cette bouche qui remuait. Quelles jolies lèvres ! Fallait-il la complimenter sur le pli de sa lèvre inférieure ?

Il acquiesça en articulant « Naturellement, comme vous le désirez… Mana. Je peux vous appeler Mana ?» Il lui fallut un temps pour comprendre ce qu’elle lui avait avoué. Était-ce une invitation ? Mais oui, cela ressemblait fort à… un rendez-vous au cinquième étage, pour qu’ils puissent s’isoler dans un coin sombre et qu’ils se déclarent leur amour aussi grand que la mer, aussi puissant qu’un troupeau de centaures, aussi vieux que la barbe du directeur de Poudlard ! Comment avait-il fait pour ne pas réagir de suite ? La pauvre Mana avait dû croire ses avances repoussées. Il fallait la détromper aussi subtilement qu’elle lui avait donné rendez-vous.

« Vous avez raison, comme toujours. Le cinquième étage est à surveiller de toute urgence. Je ne suis pas sûre que vous suffisiez à surveiller tout cela seule. Mon chat a pour mission de contrôler les couples ici, et tous les professeurs sont également présents. Je vais vous accompagner pour vous aider, si vous acceptez mon aide, bien entendu. Je vous propose de partir de suite pour le cinquième étage. »


*Et main dans la main.* faillit-il rajouter. Mais il pensait bien que, durant la montée des marches qui menaient au cinquième, il finirait par lui attraper cette si jolie main d’albâtre. Cela dit, il pouvait le faire maintenant. Il se leva donc avec un sourire viril et lui présenta sa large main calleuse ayant si souvent manié le fouet et qui attendait maintenant de prendre la main de la si délicate professeur d’astronomie.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 _
MessageSujet: Re: RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.    
RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 Icon_minitimeLun 29 Juil - 11:25



Another Normal Day



Miler avait dans un premier lieu l'intention d'éviter soigneusement toutes ces frivolités valentinesques. Pourquoi dédier toute une journée à quelque chose qui ne touchait pas tout le monde et qui était aussi superficiel?

N'ayant jamais vraiment eu de petite-amie, le Serdaigle considérait avec une indifférence pleine de mépris ces couples qui se donnaient en spectacle à chaque détour de couloirs. Comment pouvaient-ils avoir si peu de pudeur? Son éducation à l'orphelinat anglican de Machynlleth lui avait enseigné très peu de choses sur les relations avec le sexe opposé. À part lors des repas et des récréations, il n'avait presque jamais côtoyé la gente féminine. Son arrivée à Poudlard avait été un peu comme un coup de tonnerre et il avait dû apprendre à vivre avec des filles.

Quoi qu'il en soit, ses rapports avec les filles de l'école se limitaient à les aider pour les devoirs de métamorphose, de divination ou d'astronomie. Et les entrainement de Quidditch aussi. En dehors de cela, Miler n'avait absolument pas le temps de chercher à comprendre le mode de fonctionnement des filles du château.

Ce jour-là, après ses cours, il s'était empressé d'aller s'isoler dans une salle de classe vide. Son sac contenait des livres qui, il l'espérait, l'aideraient à réaliser son projet. Des textes en latin et en celte qui expliquaient la marche à suivre pour devenir animagus. Au-delà de la difficulté à traduire les caractères presque effacés, le processus était long. Déjà presque deux ans que Miler y travaillait. C'était tellement frustrant de se dire qu'il ne connaitrait sa forme animagus qu'à la toute fin de la transformation.

Après un peu plus de trois heures de travail, le Serdaigle effaça le pentacle qu'il avait dessiné sur le parquet et il regroupa ses notes avant de les ranger bien soigneusement dans son sac d'école. La partie déplaisante de la journée commençait.

Pour ne pas passer pour un asocial complet, il avait décidé d'aller manger à la Grande Salle. Juste manger, sans prêter attention aux couple en train de roucouler. Il sortit donc de sa salle de classe vide et se dirigea directement vers le Grande Salle. Tous les élèves dans les parages s'étaient habillés spécialement pour l'occasion. Miler avait l'impression d'être encore plus en décalage que d'habitude.

Il fonça à son dortoir pour rapidement se changer. Il changea de chemise, enfila un chandail en laine noir et une veste beige à rayures. Un jeans beige compléta la tenue. Ainsi vêtu, il repris le chemin de la Grande Salle. Devant les portes, une fleur immense s'attira à peine un regard du jeune homme. Elle dégageait une odeur de fleur d'oranger qui rappelait à Miler un souvenir de sa très petite enfance. Ou plus loin encore. Des rires, des cheveux blonds comme les blés et cet entêtant parfum de fleur d'oranger. Ce sentiment de bonheur absolu qui s’associait invariablement à ces cheveux blonds. Absent, Miler se dirigeait vers un groupe de Serdaigle quand un choc le ramena à la réalité. Fini le bonheur. Il leva les yeux pour voir qui il avait bien pu percuter.

Son estomac se tordit quand des cheveux blonds entrèrent dans son champ de vision.

Alecia Lukeither, une fille qui suivait les mêmes cours de divination que lui. Elle était vraiment très belle dans cette robe bustier rouge.

« Désolé, Alecia, je ne regardais pas où j'allais. » Il lui adressa un sourire contrit. « Je ne t'ai pas fait mal au moins? »


© fiche crée par Pokipsy pour A L O H O M O R A
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 _
MessageSujet: Re: RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.    
RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 Icon_minitimeLun 29 Juil - 22:10





Love is love

♥ ♥ ♥







Sunny n'avais jamais vraiment fêté la Saint-Valentin. Il avait bien reçu par le passé une lettre anonyme avec une boîte de chocolat mais comme il avait 8 ans à l'époque, ça ne comptait pas vraiment.

Il était un peu surpris que Poudlard organise une fête pour une telle occasion. Mais vu l’effervescence que cela provoquait autant chez les filles que chez les garçons, Sunny décida de participer à la liesse générale. Après tout, une fête restait une fête et le Gryffondor aimait les fêtes!

Comme la plupart des élèves de sa maison, Sunny fit attention à ses vêtements. Il avait presque un peu honte de penser à s'amuser alors que son capitaine était toujours incarcéré. D'ailleurs Sirius Black ne semblait pas dans son assiette. Sunny aurait bien été lui parler mais le Maraudeur semblait vouloir mordre et il aboyait sur quiconque voulant l'approcher.

Sunny ne s'intéressa donc pas plus au Maraudeur et monta s'habiller. Les elfes de maison avaient déposé sur son lit le costume qu'ils venaient de repasser. C'est donc en chemise blanche et costume gris anthracite que Sunny quitta la tour Gryffondor.

Plus on se rapprochait de la Grande Salle, plus les couloirs se remplissaient d'élèves. Un nombre incalculable de couples semblaient s'être formé pour ce 14 février. Devant les portes de la Grande Salle, Sunny resta planté à observer une plante gigantesque. Il n'en avait jamais vu de semblable en cours de botanique. Sa vue avait quelque chose de calmant, de charmeur. Les effluves qui émanaient de la fleur étaient sucrées. En entrant dans la Grande Salle, Sunny était tout chose et semblait plus flotter que marcher. Il cherchait vaguement Sherman des yeux histoire de na pas rester planté au milieu du passage comme un abruti.

Il avait pris la décision de raser les murs pour éviter de passer au milieu de tous ces couples quand il se fit rentrer dedans.

« Par..Pardon. Je ne l'ai pas fait exprès. »


Il allait répondre que ça ne faisait rien quand il prit conscience que c'était Ewilan, une amie de Sherman qui se tenait devant lui. Sunny la trouva vraiment jolie comme un cœur.

« Ce... ce n'est pas grave. »

Il bafouillait autant qu'elle et pour une raison inconnue devint rouge pivoine. Pourquoi son cœur battait-il si vite? Pourquoi son ventre se tordait?

« E.. Ewilan Enderson, enchantée. Je.. Tu es très beau. »

La gorge du Gryffondor s’assécha d'un coup et si ses jambes n'avaient pas été en coton, il avait cherché à disparaître. Visiblement, Ewilan n'est pas plus à l'aise que Sunny. Puisant dans son courage gryffondoresque il se concentra pour ne pas bégayer.

« Sunny Chaplin. Tu es vraiment très jolie aussi. »

A peine la phrase lâchée, Sunny devint encore plus rouge si c'était possible. Il ne put pas empêcher un immense sourire niai d'étirer ses lèvres. Chaque parole lui semblait plus ridicule que la précédente. Comme pour enfoncer le clou
, il ne put pas s'empêcher de demander:

« Tu es venue seule? Ou bien tu as un ... valentin? »

Il se serait donné des baffes mais cette question lui semblait essentielle.



Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 _
MessageSujet: Re: RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.    
RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 Icon_minitimeMar 30 Juil - 0:07

La nouvelle venait de tomber ce matin, un éclair qui déchirait le ciel. Un monde qui était bouleversé, une personne que je connaissais peu, m'étais imposé. On le disait gentil et agréable en société, il était ami de Severus et membre de notre équipe. Il était de sang-pur, issue d'une maison aussi prestigieuse que le nom Selwyn, c'était un Serpentard digne dans les faits de ma personne. Mais... Je ne le connaissais pas, je n'aimais pas cette idée.

Même mort mon père se vengeait de l'outre-monde. Il saccageait encore mon existence comme si sa présence n'avait pas quittée notre maison, comme si Vitaly ne s'était pas sacrifié.

Pas de colère, juste un tremblement incontrôlé, en notre dortoir j'étais à ce moment fragile et désespérée. James était absent, Severus était aveugle et Regulus Black était imposé. Mon devoir était de l'accepter, mon envie était de le rejeter. Et le cœur balançait entre noblesse et liberté. La question épineuse, l'horrible question, je ne pouvais entrer en conflit avec un père décédé, seulement être en désaccord de ses dernières volontés. La chose était déjà arrangée, ce serait jeter le discrédit en mon toit, sur mon nom. Cela, je ne pouvais le tolérer.

Alors je devais me vêtir et partir pour un moment infect. La robe blanche... La Saint-Valentin, une comédie grotesque, la ou s'animait le sentiment amoureux. Fallait-il l'intervention d'une date pour que naisse ou renaisse ce sentiment ? Un argument fallacieux, rien n'allait naître aujourd'hui. A la Grande Salle la cacophonie régnait, tout était agité et ma fatigue me surprenait.

J'aurais put oublier la lettre, parle de ce sujet un autre temps... Mais il fallait que je le vois, que je sache son avis, son opinion. Un instinct primaire m'avait guidée et c'est sur un banc enfin que je trouvai Regulus Black. Ma posture pouvait être considérée comme froide, j'avais le visage glacé. Pourtant à son contact, mes idées, mes questions s'évaporèrent. Un moment le spectre de la confusion avait conquis mon visage.

Pourquoi... Ce n'était pas une si mauvaise chose après tout...


"Regulus, j'ai conscience que nous ne nous connaissons guère. J'imagine que vous avez pris connaissance de la décision de nos pères. J’éprouve le désir d'en parler si cela ne vous dérange pas..."


Que m'arrivait-il a m'asseoir ainsi à ses cotés, doucement.

"Sans doute, devrions nous apprendre a faire connaissance de l'autre. Il s'agit d'une décision importante qui nous lie."

J'aurais aimé être glacée, mais la teneur de mes sentiments avaient fondus, sans explication plausible. Pourquoi étais-je désarmée, conquise?
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Alecia L. Lukeither

Alecia L. Lukeither

Élève ♣ Poufsouffle - 6ème année

Élève
Poufsouffle - 6ème année


▌Age : 25
▌Parchemins : 1393
▌Points de Rp : 200
▌Initiation magique : 19/11/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 16
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 _
MessageSujet: Re: RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.    
RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 Icon_minitimeSam 3 Aoû - 2:56

Sweet Valentine


C'était comme se sentir pousser des ailes dont on ne voulait pas, se rendre libre d'une liberté qu'on se refusait, d'un bonheur qu'on ne se sentait pas capable de supporter. Il ne cessait d'être en décalage avec tout le monde, toujours ailleurs, le regard perdu on ne sait où et c'est sans doute ce qui faisait le charme de Miler. Il n'avait rien à envier aux autres dans sa tenue plus que correcte pour l'occasion qui aurait pu néanmoins choquer les plus idéalistes des sang-purs de la salle. Mais en bonne née-Moldue qui se respecte, j'adorais le style et me sentais presque attirée par lui. Presque... Parce qu'en un sens je me refusais à tomber si bas et si vite, non pas qu'il n'était pas à la hauteur car il aurait très bien pu l'être, mais mon cœur ne pouvait se résoudre à oublier si vite Remus, car en premier amour il avait été parfait, jusqu'à la dernière heure de ce mois trop court où l'on avait pas passé assez de temps ensemble. Et moi en parfaite idiote, je ne comprenais toujours pas quelles étaient les raisons de tout ça. Peut-être qu'au final, Ewi avait réussi à me traîner là parce que je le voulais bien, parce que je voulais lui montrer que j'allais bien, que j'essayais d'aller de l'avant et qu'il y avait mieux à penser que mes tristes histoires d'amour, comme la santé de Maewan ou le sort de James. C'était ainsi, j'allais devoir mettre mon égoïsme de côté et redoubler d'efforts pour mes proches. Je bafoullais, comme électrisée de ce simple contact, un rentre-dedans maladroit. Pourquoi ne pas passer la soirée avec lui, tiens ? Rien ne m'en empêchait, mais je devais simplement sortir de cette salle. J'avais l'estomac noué de voir tant de gens ensemble et sans plus de contenance je souriais tristement à mon camarade.

    « C'est... Ma faute. Tout va bien, j'ai connu pire. »


Vain moyen de détourner la conversation vers des souvenirs bien moins joyeux je me mordais la lèvre, l'idéal aurait été que je me baffe personnellement mais je ne voulais pas passer plus folle que je ne l'étais auprès de tous ces gens. Alors je me grattai la joue, bêtement, pour me donner un air plus naturel. J'avais déjà connu ça, le nœud dans l'estomac, la gorge sèche, des paroles et des pensées brumeuses. C'était l'amour, qui tentait de s'infiltrer dans mes veines, mais pour quelle raison ? Pourquoi maintenant et pourquoi face à Miler avec qui je n'avais que peu d'affinités au premier regard ? C'était agaçant, entêtant, j'avais envie de m'en aller, de fuir, car après tout arriver jusqu'ici n'avait jamais été une bonne idée. Mais mes jambes ne me portaient plus et semblaient soudées au sol pour de bon. La belle affaire. Et toujours ce parfum qui me prenait au nez. J'étais comme en débat avec moi-même. Entre oublier tout et profiter de la soirée en demandant à  Miler de rester avec moi, ou camper sur mes positions et me dire que peut-être Remus reviendrait vers moi. Cause et peine perdue, il n'était pas reparu depuis la dernière fois et impossible de le croiser, de demander des explications. La raison aurait voulu que je lui écrive un hibou, mais non, mon ego était plus fort que ça et j'étais d'une rancune maladive. Très mauvais de trahir une Poufsouffle qui a tout donné sur sa fidélité et son amour, très très mauvais. Je savais Peter de son côté et Sirius du moins, enfin pas au point qu'ils se mettent sur la tête mais bien assez pour me dire que le problème ne devait pas venir que de moi. Pourquoi viendrait-il de moi après tout ? N'étais-je pas apte à rendre un homme heureux ? Bien sûr que si et je comptais bien le prouver quand j'en aurais de nouveau la chance. J'en revenais à Miler.

    « Dis moi, tu n'es pas un peu étouffé par tous ces gens ? Je crois que je vais m'installer dans les escaliers. »


Sans plus de cérémonie, je sortai de la Grande Salle avant même d'avoir profité de toutes les festivités. Honnêtement, j'espérais que Miler suive, parce que je ne voulais pas être toute seule, et qu'après tout, j'avais envie de lui à mes côtés.

© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas
http://Millenium-Argentic.deviantart.com/
Who are You ?
PNJ

PNJ


Je suis tout le monde et personne


▌Age : 99
▌Parchemins : 24
▌Points de Rp : 29
▌Initiation magique : 10/09/2011


RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 _
MessageSujet: Re: RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.    
RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 Icon_minitimeLun 5 Aoû - 10:57

Welcome to Cupidon's World


♥ Notre français est tombé sous le charme d'Emmeline Vance, une serpentard de septième année, on dirait qu'elle à même réussi à lui faire oublier sa mission.  L'accent français les fait toutes succomber.

♥ Notre petite Meena n'a pas su résister à l'appel de l'amour est c'est tombé sur Maewan Bretian. Le poufsouffle, lui, n'a pas l'air d'être sensible aux avances maladroites de la petite blonde et préfère de loin se rapprocher d'un blond, l'un des nouveaux, Drago Neath, qui lui aimerait attirer l'attention de la serdaigle. Décidément cette soirée et pleine de rebondissements, nous avons même le droit à des triangles amoureux.

♥ On a même eu le droit de croiser notre cher ami Rusard, accompagnez comme toujours de son fidèle matou. On aurait pu croire que notre concierge favori aurait évité ce genre de petit rassemblement, surtout quand l'on sait que Olive McLane est toujours prisonnière. Terrible erreur puisque des témoins l'auraient vu se rapprocher de Mana O'Neill, Rusard serait-il devenu le nouveau séducteur des couloirs de Poudlard ?

♥ Même les plus jeunes ont eu le droit à leur cota d'idylles. Ewilan et Sunny ont apparemment découvert le miracle de l'amour et de leur mots hésitants ils ont réussis à se faire connaissance. Reste à voir ce que Cupidon leur à réservé.

♥ Abigaël Velrose a revêtit sa plus belle tenue pour charmer Cass... Willow Lewis. Apparemment le poufsouffle aime la compagnie des capitaines des autres maisons. Un beau retournement de situation pour celui qui à l'habitude de crier haut et fort qu'il n'aime pas les rousses. Peut-être est-ce les vapeurs de l'amour qui lui on fait changé d'avis. Willow a l'air t tout à fait ouverte aux avances du japonais, cherche-t-elle un moyen de percer les lignes ennemies ?

♥ Cassiopée quant à elle est allé se consoler dans les bras de Rodolphus Lestrange, l'un de ses camarades serpentard. Qui aurait cru voir un jour, Rodolphus aussi mielleux devant une fille ?

♥ Alecia Lukeither c'est décidé à venir, mais sans Remus Lupin. Elle avait l'air bien morose avant de croiser la route d'un serdaigle. Miler Minus n'a pas vu dans les étoiles qu'il allait troubler une jolie blonde. Elle n'a pas l'air de vouloir rester malgré tout.

♥ Sirius Black fait aussi partie des festivités, mais le gryffondor à l'air d'être là contre son gré. Du moins c'était le cas jusqu'à ce qu'il aperçoit Elizabeth Moses au loin. Que se passe-t-il dans la tête du maraudeur ?

♥ Il n'est pas le seul maraudeur à être présent, Peter est là aussi et une chose incroyable arriva. Une fille tomba dans ses filets et non des moindres, Freya Mendels, qui à l'air d'être prête à tout pour attirer l'attention de son camarade sur elle. Le coup du jus de citrouille sur le t-shirt ce n'est vraiment pas fairplay.

♥ Elesya Selwyn est venue pour s'expliquer avec Regulus Black, mais on dirait que le charme des Black à de nouveaux fait des siennes et lui en a fait oublié sa rancune.

♥ Cependant, un retournement de situations à eu lieu. Alors qu'Abigaël essayait d'embrasser Willow tout à basculé, ils se sont rendus compte tout les deux qu'ils faisaient une grosse bêtise. Ils se sont laissés. Willow est parti rejoindre Gwaine qu'elle avait fait attendre. L'espace d'un instant, elle pensa qu'il était trop tard, puisque le jeune homme était déjà occupé avec une des camarades de la rousse, mais finalement il se hâta de la rattraper pour li dire à quel point il la trouvé belle. Quant à Abigaël, il se décida à retourner dans la Grande Salle pour aller retrouver la princesse des vipères, seulement, elle est bien dans les bras de son cavalier improvisé. Ça n'a pas l'air de plaire au japonais et il n'a pas hésité à revendiquer le cœur de la brune. Comment Cassiopée va-t-elle réagir ? Rodolphus va-t-il se laisser soustraire la jeune femme sans rien dire ?
 
 


Personne n'est à l'abri de tomber amoureux

© Sirius
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Peter Pettigrow

Peter Pettigrow

Élève ♣ Gryffondor - 6ème année

Élève
Gryffondor - 6ème année


▌Age : 25
▌Parchemins : 63
▌Points de Rp : 17
▌Initiation magique : 23/01/2013


On a des curieux ici...
♣ Age: 16 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 _
MessageSujet: Re: RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.    
RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 Icon_minitimeVen 23 Aoû - 4:23

☯ La St-Valentin, ou les amours inattendus !
14 Février ▬ Empêcher Sirius de faire des bêtises était un bien grand mot pour Peter qui n'avait actuellement pour seule ambition que de ressembler à son ami Gryffondor qui depuis des années était son plus grand modèle. Non, il voulait juste le surveiller, et voir quelle bonne fille irait lui faire des avances, motivée sous prétexte que c'était la St Valentin et qu'il ne pourrait refuser les chocolats de personne. Oui, c'était particulièrement agaçant de voir tant de couples se bécoter alors que la plupart ne s'affichaient que ce soir, la peur d'être vus dans d'autres circonstances sans doute, mais tout ça ce n'était pas le problème de Peter. Non, lui avait fait l'effort de venir, pour garder un œil sur son ami -c'est le monde à l'envers décidément- et il aurait bien voulu passer la soirée dans sa salle commune s'il avait pu, or il fallait prouver à tous que les Maraudeurs n'étaient pas encore dissous. Quand Freya lui demanda si elle pouvait rester en sa compagnie, Peter ravala si fort sa salive que cela produisit un son fort et distinct trahissant le fait qu'il était plus que jamais mal à l'aise. Une fille, une vraie fille, voulait être sa cavalière ? Etait-ce véritablement la pire blague de l'année ou un acte profondément sincère ? Il n'était pas le tombeur, le garçon avec de l'expérience, il n'avait même encore embrassé personne et personne ne voulait de lui. Puis voilà qu'un beau soir, poussée par le thème de la soirée, la jolie Freya lui demande de rester avec elle. *Je croyais que le père Noël était déjà passé ! Ou alors Patmol ou Lunard lui ont fait boire de l'Amortensia pour me consoler...* Il ne savait plus où donner de la tête. Ce n'était pas le genre de ses fidèles amis de lui jouer un tour pareil, car mieux valait qu'il reste vraiment seul plutôt que d'avoir l'espoir juste un soir et de retourner à sa timidité maladive ensuite. Car c'était bien ça, le soucis. S'il n'était pas aussi timide mais assuré comme James ou Sirius, il serait déjà en train d'attirer Freya dans ses filets et il n'était pas sûr de pouvoir y changer grand chose, même s'il avait eu de l'alcool à disposition.

Queudver s'apprêta à lui demander si elle voulait à boire mais elle l'avait devancé en prenant un verre qu'elle avala de travers. La boisson lui colla à la peau ainsi que son T-Shirt qui bientôt devint plus transparent qu'à la normale. Le sang monta aux joues du garçon et ses oreilles se mirent à siffler avec puissance, mais avant qu'il n'ait eu le temps de se retourner, elle était venu se nicher dans ses gros bras ce qui le déstabilisa encore plus au point de le paralyser. *Je suis sensé faire quoi là, mettre mes bras autour ? Je vais pas la casser en deux ? Est-ce que au moins mes petits bras vont en faire le tour ?* Conscient que cette réflexion était plus stupide que jamais, il se laissa presque tenter et releva les bras pour l'enlacer. Mais la bougresse était définitivement plus rapide que lui, et à chaque fois qu'il pensait bien faire, elle semblait lui filer entre les doigts. Elle recula et le rouge et or gonfla les joues en signe de désapprobation. Lui aurait bien eu envie de la serrer contre lui, pour savoir ce que ça faisait. En plus de ça, le parfum de la jeune femme lui montait gravement à la tête. Il sortit sa baguette, pensant bien faire pour l'aider, et sécher son haut qui laissait entrevoir un peu trop de sa peau à son goût. Mais l'andouille devenu presque amoureusement crétin, avait pris sa baguette à l'envers, et le souffle chaud pointé à moitié sur sa tête lui donna une telle bouffée que ses cheveux formèrent un horrible pétard. Les joues rouges de honte, il tourna sa baguette, la pointa plus correctement sur la jeune femme, et de l'autre main passa et repassa ses doigts boudinés sur le haut de son crâne pour aplatir l'horreur qui lui servait à présent de coiffure. C'était bien malin de se montrer si maladroit à ce moment là, alors qu'il aurait voulu impressionner la Poufsouffle. La baguette fit son œuvre et mit fin à la tentante transparence du tissu que portait Freya. Un peu plus fier d'avoir repris le contrôle de la situation -et de ses cheveux-, il lança un sourire radieux et satisfait.


    « Voilà, tu es sèche, et très jolie aussi. Euh... Je... Je t'aime beaucoup tu sais ? Enfin ! Tu es vraiment jolie, et gentille. »


On aurait dit le discours amoureux d'un élève de troisième année, quelle honte ! Penser à ce que Sirius aurait dit pour la draguer ne fit que rendre son sang plus affolé encore.


    « Couple... Toi... Moi... ! » balbutia-t-il comme s'il avait le hoquet.


Il se sentit encore plus mal d'avoir sorti une chose pareille alors qu'ils ne se parlaient que depuis... Ce soir. Mais c'était peut-être ça, l'amour.
FICHE ET CODE PAR MILLY


Dernière édition par Peter Pettigrow le Ven 30 Aoû - 5:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Rosalya M. Findell

Rosalya M. Findell

Élève ♣ Préfète Serpentard - 5ème année

Élève ♣ Préfète
Serpentard - 5ème année


▌Age : 20
▌Parchemins : 489
▌Points de Rp : 41
▌Initiation magique : 14/09/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 15
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 _
MessageSujet: Re: RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.    
RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 Icon_minitimeDim 25 Aoû - 20:14

RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 Tumblr_m3xr7le7Ft1rn435g

Rosalya soupira, pour au moins la centième fois de ce jour de 14 février, alors qu'il n'était même pas midi. Dedans ses mains, une lettre rose parfumée lourdement provenant d'un de ces blaireaux de soupirants de Quatrième Année, qui lui avait écrit une lettre enflammée dans laquelle il lui décrivait toute la teneur de son amour avec des formulations ampoulées et ennuyeuses. En temps normal, la jeune fille se serrait délecté de ce billet doux. Sauf que l'on n'était pas en temps normal. Car aujourd'hui, c'était la St Valentin, jour honni parmi toutes les fêtes inutiles qui composaient le calendrier.

Rosalya leva un regard découragé et désespéré sur l'énorme tas de lettres d'amour non ouverts qui reposaient sur la table devant elle. Et il fallait qu'elle les lise tous, pour éviter le risque de rater une information assez importante. Et aussi pour dépister les lettres empoisonnées de Potter et sa clique (Quoique, maintenant, on devait plutôt dire "Black et sa clique" car Potter ne s'échapperait pas de sitôt d'Azkaban. Parce qu'on avait beau dire, mais c'était vachement dangereux, la St Valentin, pour une Serpentarde demi-Vélane aussi jolie qu'elle, entre les émeutes qui l'attendaient à la sortie de la Salle Commune, les colis piégés de Potter et les "surprises" de Dumbledore. Mais c'était quand même prodigieusement glorifiant de sentir tous les regards des mecs tournés vers elle plus que d'habitude. Tiens, d'ailleurs, à propos de mecs, faudrait qu'elle aille voir Philippe et Rodolphus, histoire de les relancer question séduction. Le St. Valentin serait une bonne occasion. Et...

Prise d'une soudaine impulsion, Rosalya se leva d'un bond en envoyant valser quelques enveloppes par terre, lissa sa robe rose pale froufroutante au décolleté suggestif, rajusta sa veste blanche, enfila des ballerines blanches elle aussi, vérifia son léger maquillage dans son miroir de poche et sortit de son dortoir en lançant un "Tu me rejoins dans la Grande Salle?" à Elisabeth. Avec un petit effort elle aussi, son... Amie? pourrait être très mignonne elle aussi.

Bon. Maintenant, fallait échapper aux fans. La jeune femme soupira, et intercepta deux Troisièmes années qui entraient dans la Salle Commune pour lui servir de gardes du corps. Et c'était à peine assez. Lorsque le premier de ses "gardes du corps" succomba au bain de foule qui essayait d'empêcher Rosalya d'avancer, celle-ci dut se frayer un chemin elle-même à coups de sortilèges. Pas que ça la déplaise de mettre au tapis des nullards énamourés d'elle, mais c'était un peu fatiguant... Néanmoins, la jeune femme finit par émerger de la foule, un peu échevelée, et de refaire très vite sa coiffure dans un coin sombre de couloir. Et de se grouiller de rejoindre la Grande Salle. Si ça se trouvait, le repas était déjà fini! Vu comment ses fans l'avaient retardée, c'était bien possible.

Mais non. Par chance, Rosalya était à l'heure quand elle arriva dans la Grande Salle. Enfin... Grande Salle, c'était vite dit. Plus exactement un temple érigé à la gloire de Cupidon, du rose et des fanfreluches. Yuk. La Demi-Vélane déploya néanmoins tous ses charmes et pénétra dans la Salle transformée. Bon, ok. Il y avait pleins de couples. Beaucoup trop de couples. Horreur suprême! La blonde jeune fille ouvrit de grands yeux horrifiés. C'était pas normal du tout, ce qu'il se passait. Cette peste Lukeither se trémoussait sous les yeux de tout les hommes, alors que tout le monde savait qu'elle était à fond sur Lupin. Velrose draguait Lewis à la place de Cassiopée et celle-ci était allée se consoler dans les bras de... QUOI?! Rodolphus était avec Cassiopée? Mais il ne draguait presque jamais des Serpentardes! Pourquoi aujourd'hui? Et là, la fille du Ministre de la Magie français se rappela de Philippe. Eh bien! Lui aussi, il s'y mettait! Pour une Serpentarde aussi! C'était du propre.

Piquée au vif, Rosalya plissa les paupières et détourna la tête, se cherchant une place à son tour. Et elle gémit intérieurement. La seule place libre était à côté du pathétique nullos que la bande à Potter avait intégré pour une raison totalement inconnue. Et à côté de cette fille... Cette fille... Cette blondasse sans intérêt qui essayait de se convaincre elle-même qu'elle n'était pas juste une simple Poufsouffle complètement pathétique en essayant de draguer sans aucun charme les hommes avec des techniques aussi vulgaires que faire tomber son verre sur son T-shirt. D'ailleurs, elle semblait venir de recourir à nouveau à ce truc qu'elle utilisait à chaque fois. Apparemment, la Poufsouffle avait des vues sur le petit gros. Ben tiens! Et le pauvre Pettigrew était en train de succomber à ses techniques vulgaires. Oh, il fallait pas manquer cette occasion de mettre à nouveau des bâtons dans les roues de Mendels. Rien que pour l'embêter, Rosalya irait s'interposer entre ces deux pathétiques nullards.

La Demi-Vélane secoua ses boucles blondes, arbora son plus beau sourire et se dirigea d'un pas sûr d'elle vers la table où étaient installés les deux amoureux, et prit un siège entre eux deux. Pas question qu'ils se rapprochent plus, pour commencer. Et après, charmes de Vélane puissance maximale, dégagement de la Poufsouffle et envoûtement de Pettigrew. Facile, comme programme. Rosalya s'appuya sur la table de manière à cacher Freya du champ de vision du Gryffondor et fit à celui-ci le sourire enjôleur qui rendait fou tant de personnes.


"Salut, hum... Peter, c'est bien ça? Moi, c'est Rosalya, si tu savais pas. Tu me sers de la Bière-au-beurre, s'il-te-plaît?"

De ce fait, la bouteille de Bière-au-Beurre qui trônait sur la table se trouvait du côté de Peter. Et ça aurait été un peu... Inconvenant de se pencher au-dessus de lui en lui mettant sa poitrine sous le nez. Déjà qu'il avait un bon aperçu du décolleté de la Serpentarde... Ça, c'était une technique à la Mendels. Mendels que Rosalya ignorait complètement, cela dit. Elle n'existait pas.

La blonde jeune fille prit une gorgée de Bière-au-Beurre, puis sourit à nouveau à Peter. Et pile au moment où il fallait, un petit Cupidon passa au-dessus de la table et jeta une poignée de confettis sur les têtes de la Demi-Vélane et du Gryffondor. La blonde jeune fille ria, de son rire cristallin, et passa la main dans la chevelure du petit gros pour en faire tomber les confettis. Puis, dans une manœuvre subtile, elle secoua ses boucles blondes pour en faire tomber des siens, même si certains confettis continuaient à s'accrocher à sa chevelure. Au dur et à mesure de ses années à Poudlard, la Cinquième Année s'était aperçue que c'était le mouvement de secouer ses boucles qui faisaient le plus tourner la tête de ses cibles. Vraiment. Et une chose banale rendait alors les hommes fous, sans que personne n'y comprenne rien. C'était son petit secret.

Mais par contre, ce que Rosalya se demandait, là, maintenant, c'était lequel était le petit secret qui faisait que Rosalya commençait à trouver mignon Pettigrew, avec sa bouille joufflue et mignonne, dans son costard aux manches pas exactement à sa taille. Ça lui donnait un côté de nounours que la blonde jeune fille détestait en temps normal, mais qu'elle trouvait de plus en plus séduisant aujourd'hui.


"T'es plutôt craquant, en fait. Et c'est dingue que ce soit pas juste l'ambiance qui me fasse dire ça. C'est la complète vérité. Je suis en train de me mettre à penser que j'ai fait une grosse erreur lorsque j'ai choisi Sirius au lieu de toi, en Troisième Année, quand je suis sortie avec lui. Tu... Tu me pardonnes?"

Allez hop! Yeux de biche power, et ce serait dans la poche. Et ce serait plutôt bien. Franchement, sur qui parieriez vous si vous deviez choisir entre les charmes vulgaires d'une banale Poufsouffle et ceux subtils et séduisants d'une Demi-Vélane? Moi, je choisirais le second.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 _
MessageSujet: Re: RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.    
RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 Icon_minitimeDim 25 Aoû - 23:33

 Il y a de l'amour dans l'air
RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 Tumblr_mpfazzIBBY1rpp2yeo1_250
« Une saint-valentin peu banale !  »


Comme il était adorable, celui-là ! Tout rouge, tout confus ! Bon, ce n'avait pas été très sympa d'user de mes charmes comme ça - ça ne me ressemblait pas - mais bon, je me devais de tout donner. Il était si mignon ! Et quand il voulut me sécher, et qu'il prit sa baguette à l'envers, c'était juste si mimi ! Hélas, il arriva bel et bien à me sécher, mais je ne désespérais pas, ce que me donna raison la suite. Il me trouvait jolie ? Bizarrement, dit de sa part, ça semblait si sincère, si agréable. Je souris, rougissant un peu sous le compliment. Qu'il me trouve jolie, lui, c'était vraiment ... Super ! Fantastique ! Que Sirius et les autres fassent ce qu'ils veulent, moi, j'avais mon Peter, son gentil Peter, si maladroit et pourtant si mignon.

Qu'il s'affole comme ça, en bégayant, me fit rire, d'un rire doux, et je me saisis de sa main. Je hochais la tête, comme pour dire que ce n'était pas un problème ; c'était ce que je cherchais, non ? Mais au moment où j'allais dire quelque chose, une présence approcha, et s'assit comme si de rien n'était, rompant le contact de nos mains. Un regard, et un frisson d'horreur recouvrit ma peau : c'était cette satanée serpentarde à moitié véliane ! Qu'est-ce qu'elle venait faire ici ? M'ignorant superbement, elle se mit à draguer Peter ! Le souffle coupée, vexée comme un pou mais surtout enragée qu'on puisse toucher à MON Peter, je sortis les griffes.

Hey, la serpent. Qu'est-ce que tu fiches ici ? Encore un sale coup à faire ? T'as pas plutôt d'autres hommes à embêter ? Peter est à moi. C'est mon cavalier. Il ne veut pas d'une sournoise comme toi.  

Peu m'importait qu'elle vienne de lui dire qu'il était mignon, ce genre de choses. Peter ne pouvait pas se sentir visé, hein ? Il était à moi ! Je tournais un regard paniqué vers lui : il avait dit qu'il était mon cavalier, en bégayant, tout mignon ! Et qu'elle fasse aller ses boucles blondes, cette idiote, ça ne changeait rien, hein ? J'en aurais presque pleuré - mais ce n'était pas mon genre de pleurer. J'avais plutôt tendance à mordre, en fait.

Peter et moi souhaiterions être juste tous les deux, tu comprends ? Retourne dans ton nid de serpents, Findell. Va draguer quelqu'un d'autre.  

Et en disant ça, je posais de nouveau ma main sur celle de Peter. Souhaitant vraiment qu'il veuille le départ de la véliane - traîtresse et tricheuse, en plus ! - je lui lançais un coup d'oeil attristé.

Je pensais que tu voulais qu'on soit en couple, ce soir ? Tu l'as dis, hein ? Tu ne vas quand même pas accepter une serpentarde avec nous, alors qu'on aurait pu tranquillement aller s'amuser ?

Il savait aussi qu'en tant que poufsouffle, j'étais gentille, douce - enfin parfois - et intelligente, pas comme cette superficielle qui montrait sa poitrine à tout va ! Hélas, je savais que le pouvoir des vélanes pouvait être fort. Alors, je me penchais et embrassais la joue de Peter - faite que ça marche, que ça rompe le charme ! Après tout, elle l'avait touché, elle aussi, non ? Qu'elle ne tente pas de l'embrasser, par contre, ou je me change en tigresse !

Tu l'as dis, tu es à moi, ce soir. Et pourquoi se contenter juste de ce soir ... soufflais-je en ignorant à mon tour la serpent, mon visage à quelques centimètres de celui de Peter. Je te trouve très beau, dans ton costume, mais même. Habituellement, tu es adorable. Tu es gentil ; tu as préféré me sécher plutôt que de profiter que mon vêtement ne soit poisseux et transparent. Tu as un coeur d'or, Peter. Tu veux bien me donner ma chance, dis ? C'était sincère, c'était sûrement ça le pire. Et Sirius était à des kilomètres de mon esprit. Seul comptait uniquement le jeune homme en face de moi, replet, et pourtant si séduisant.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Peter Pettigrow

Peter Pettigrow

Élève ♣ Gryffondor - 6ème année

Élève
Gryffondor - 6ème année


▌Age : 25
▌Parchemins : 63
▌Points de Rp : 17
▌Initiation magique : 23/01/2013


On a des curieux ici...
♣ Age: 16 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 _
MessageSujet: Re: RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.    
RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 Icon_minitimeVen 30 Aoû - 5:45

☯ La St-Valentin, ou les amours inattendus !
14 Février ▬
Il aurait évidemment pensé être enfin tranquille et pouvoir conclure l'affaire, se retirer avec Freya comme cavalière, danser un peu avec elle, boire quelques bières au beurre et quelques jus de citrouille sans plus personne pour l'importuner car il en était certain, aux côtés de la Poufsouffle, personne ne viendrait s'immiscer dans ses affaires personnelles. Il était complètement tombé sous le charme de cette fille si naturellement belle, sans artifices et il aurait pu crier son amour naissant sur tous les toits pour montrer que lui aussi pouvait vivre en si charmante compagnie. Mais ce fut sans compter cette vipère de Rosalya qui, en agitant ses boucles sous son nez, pris place entre le rouge et or et la jaune et ébène. Il grinça des dents. S'il avait été aussi courageux et têtu que sa maison l'imposait, il lui aurait lancé un bon sort de chauve-furie à la figure pour qu'elle débarrasse le plancher. Et il fut ravi de constater qu'en dépit de tous les efforts mielleux de la blonde et son sang plus que particulier, il continuait d'avoir les idées tout à fait claires, ce qui était un exploit tout à fait remarquable pour Peter. Ne pas la connaître aurait été preuve d'une parfaite stupidité sans forme, bien sûr qu'il la connaissait, comment faire autrement ? Elle était de ces vipères pour qui le lion avait une antipathie poussée à l'extrême, elle était celle qui était sortie avec Sirius et dont il était bien content qu'il l'aie rapidement jetée. Il la détestait pour son don et l'usage abusif qu'elle en faisait, pour sa maison et son air de sale petite fille pourrie gâtée, en cela il partageait l'opinion de ses amis, quoi que chez lui l'aversion qu'il avait pour elle était poussée à l'extrême. C'est peut-être ce qui l'empêchait de tomber sous le charme, il aurait préféré se retrouver face à McGonagall en personne plutôt que de succomber à cette garce et encore, les mots étaient faibles, quand on savait que McGonagall représentait l'épouvantard de Queudver, on savait que pour le coup, il ne plaisantait pas. Non, décidément, il n'était pas tenté et plus encore, s'agaçait de ne plus pouvoir regarder le beau visage de Freya. Si James, Remus ou Sirius avaient été dans le coin, il leur aurait subtilement fait comprendre de l'aider à envoyer valser la vipère aussi loin que possible, après tout, elle n'avait qu'à draguer d'autres élèves. Ce soir là, Peter n'avait plus rien d'une cible facile, il était déjà tombé dans les filets d'une autre jeune fille. Rosalya eut le toupet de lui demander de lui servir à boire, Peter, rougi par la fureur, lui en servi un verre en un geste vulgaire comme pour lui montrer à quel point il la détestait. Il était certain qu'elle était belle et qu'en d'autres temps, par le passé, il aurait rapidement tiré sa révérence en sortant de gros yeux larmoyants de désir, mais pas cette fois. Il n'eut jamais autant envie de frapper un angelot que lorsqu'un d'eux passa au dessus de sa tête et lui lança des confettis comme s'il était présentement en couple avec la verte et argent. Ses joues gonflèrent encore plus et il se crispa davantage quand elle passa une main dans ses cheveux paille sans éclat. Il se sentit encore plus furieux quand elle émit l'idée qu'elle aurait dû le choisir lui à la place de Sirius trois années auparavant. Il avait l'impression que Sirius n'était dans ce cas là qu'un objet de troc, c'était l'une des rares choses à ne pas dire devant un garçon pour qui Black était un vrai modèle. Il s'apprêta à la renvoyer avec des mots grossiers, mais la voix de Freya se fit plus forte.

Elle semblait tout autant agacée et répétait à Findell d'aller voir ailleurs ce qui ravit Peter. Il hocha la tête plusieurs fois, convaincu que la blonde, exaspérée, finirait par laisser tomber. Il se sentit davantage coupable de ne pas avoir ouvert la bouche plus tôt, car il lui sembla que Freya était sur le point de pleurer et elle le suppliait presque de rester son cavalier. Une boule monta dans son estomac et la confiance qu'il venait de développer pour défendre son meilleur ami s'évanouit presque aussitôt. Il était face à deux fille au caractère bien trempé qui lui avaient préféré Sirius en tout temps et qui étaient presque en train de se lancer des piques à la figure et de tout faire pour qu'il se mette d'un côté ou de l'autre. Mais le choix était plus qu'évident, mort de honte, il se sentit tout fébrile quand Freya embrassa sa joue. Ca n'était tout simplement encore jamais arrivé et il n'osa rien dire sur le moment. Il devait être le seul garçon de l'école à s'émouvoir autant d'une simple bise, mais c'était une façon pour lui de penser réellement que pour une fois, une fille ne le prenait pas pour un idiot. Les commentaires et compliments de la Poufsouffle à son sujet lui redonnèrent confiance et il ne se serait senti que trop affecté de la laisser seule ainsi. Pour le coup, le charme naturel l'avait emporté sur une beauté artificielle et démente, il ne put que réprimer un sourire à l'idée de voir les traits fins de la Serpentard se déformer sous le coup de la colère. Il rendrait certainement ses amis très fier d'avoir su ainsi résister à la pire des filles de l'école. Il serra aussi fort que possible les doigts de Mendels et prit son courage à deux mains pour se lever. Il inspira bruyamment.


    « Viens Freya, Findell veut juste cracher son venin comme d'habitude, elle ne vaut pas la peine que tu t'énerves pour sa vilaine figure. » dit-il avec une assurance nouvelle.


Il contourna maladroitement la place qu'occupait Rosalya en priant très fort Merlin qu'elle n'aurait pas l'absurde idée de lui coller un sortilège entre les dents ou dans celles de sa nouvelle cavalière. Car si Peter était réputé le moins doué des Maraudeurs, on ne s'en prenait pas à ses amis impunément et il avait là un courage parfaitement irréfléchi qui venait de naître en lui.
FICHE ET CODE PAR MILLY
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Cassiopée L. Goldstein

Cassiopée L. Goldstein

Élève ♣ Serpentard - 7ème année

Élève
Serpentard - 7ème année


▌Age : 26
▌Parchemins : 364
▌Points de Rp : 110
▌Initiation magique : 29/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: Dix-Sept ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 _
MessageSujet: Re: RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.    
RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 Icon_minitimeLun 2 Sep - 5:55









Valentine's Day
✣ Cassiopée in love








~ Sujet commun

C'était plutôt étrange de voir Rodolphus Leestrange seul, il avait pour réputation de briser tout les cœurs des filles qui lui passaient sous la main. Cette fois-ci elle n'allait pas plaindre cette fois, elle était littéralement hypnotisée par le regarde de son camarade. Elle en avait presque oublié Abigaël et Willow. Du moins, ça ne lui paraissait plus aussi important. Un sourire se dessina sur le visage de la brune lorsque Rodolphus lui fit un compliment, elle en fut flattée, ce n'était pas tous les jours que l'on pouvait se vanter d'avoir eu un compliment du beau Lestrange.

« Oh merci, c'est vraiment gentil. »

Ses doigts effleurèrent ceux de Rod quand il lui offrit un verre, un frisson parcourut son échine. Un noouveau compliment tomba et si elle n'avait pas été trop occupé à observer son interlocuteur elle aurait certainement trouvé ça suspect, autant de compliments en si peu de temps, mais là, elle se contenta de sourire. Il était beau, vu de près comme ça. Une main se posa sur sa taille, elle se demanda ce qui venait de se passer. Rod n'était plus qu'à quelques centimètres maintenant.  Il vint lui murmurer quelques mots à l'oreille. Ses mots, aussi doux soient-ils lui donnèrent l'impression de raisonner à l’intérieur de son crâne. Il voulait l'embrasser, elle n'avait pas envie de le repousser. Elle avait envie aussi, seulement une petite voix en elle, à peine un chuchotement lui disait de réfléchir avant de faire quoique ce soit qu'elle pourrait regretter. Mais pourquoi regretterait-elle un baiser ?

Elle n'eut pas vraiment le temps de dire quoique ce soit, ni même de le faire en réalité qu'elle voyait déjà Rodolphus s'éloigner. Elle ne comprit pas tout de suite ce qui était en train de se passer. Elle prit tout de même la peine de regarder la personne qui venait gêner ce moment privilégié. Son cœur rata un battement lorsqu'elle reconnut Abigaël. Que faisait-il là ? La dernière fois qu'elle l'avait vu il était en compagnie de Willow et maintenant il osait revenir, comme si rien ne s'était passé en revendiquant la brune comme si de rien était. Il en avait du culot. Tout se bousculait dans sa petite caboche. Le pire c'est qu'il l'avait crier haut et fort, d'après lui elle était SA copine, pourtant ce n'était pas ce qui lavait empêché d'aller voir ailleurs pendant son absence.

Cassiopée fut prise de court pas Rodolphus qui répondit plus vite qu'elle. Elle l'écouta, le regardant lui, plutôt qu'Abi. Elle n'avait pas envie de le voir, il lui avait fait mal tout à l'heure et c'est son camarade vert-et-argent qui avait été là pour lui faire oublier tout ça. Ce qui disait n'était pas faux, l'abandonner le jour de la St-Valentin n'était pas la meilleure chose qu'il pouvait faire pour lui prouver qu'il tenait à elle, surtout aussi peu de temps après leur réconciliation. Une tonne de sentiments se bousculaient dans sa tête, elle ne savait plus quoi penser. La dernière phrase de Lestrange ne lui plut pas plus que celle de Velrose. Peu à peu elle se rendait compte que tout les mecs étaient des machos qui la voulait auprès d'eux juste pour rouler des mécaniques. Elle n'était pas d'accord avec ça. Elle se soustrayait à l'emprise de Lestrange, lui adressant une sorte de sourire d'excuse puis fit un pas vers Velrose qui aurait pu prendre ça pour une victoire, mais ce n'était pas le cas, aucun de ces deux jeunes hommes auraient pu se vanter de l'avoir eu. Il n'y aurait pas de bagarre à cause d'elle, les temps étaient déjà assez sombres comme ça pour ne pas en rajouter pour des futilités. Pourtant, quand elle passa devant Abigaël son orgueil se réveilla et avant qu'elle n'est le temps de réfléchir sa main vint rencontrer la joue du Poufsouffle, dans un claquement significatif. Les seuls mots qui arrivèrent à sortir de sa bouche furent à moitié bloqué dans sa gorge.

« Tu m'avais promis... » articula-t-elle, son regard plongé dans celui du japonais.

La jeune Goldstein ne voulut pas en supporter davantage, la gifle qu'elle venait d’asséner à son présumé valentin avait provoqué comme un électrochoc en elle, quelque chose qui l'avait réveillé d'un sommeil bien étrange. Elle quitta la salle, ne prenant même pas la peine de s'arrêter pour répondre à certains regards interrogateur sur son passage, heureusement pour elle, la majorité des personnes qui se trouvaient là étaient bien trop occupé à minauder. Elle ne voulait pas reproduire l'effet du bal de Noël.

Une fois dans le grand hall désormais désert ou presque un larme coula le long de sa joue. Que venait-il de se passer ? Pourquoi avait-elle été aussi proche de Lestrange, celui qui représentait tout ce qu'elle détestait chez les sang-pur ? Pourquoi Abigaël l'avait-il encore laissé tombé pour une autre ? Pourquoi se faisait-elle avoir à chaque fois ? Elle s'était peut-être réveillée, mais maintenant elle avait l'impression qu'une chape de plomb reposé sur sa poitrine, la privant de cet air bienfaiteur. Apparemment c'était trop demandé de passer un moment tranquille. La brune avait eu envie de partager cet instant avec Abigaël, mais il en avait décidé autrement.

Là voilà qui se retrouvait seule, appuyé contre un mur en pierre froide, à l'abri des regards indiscrets. Ses larmes ne coulaient pas, car ça n'en valait pas la peine, l'air non plus n'affluait plus dans ses poumons, comme assiégé par une force invisible. Vive la St-Valentin.



made by pandora.----





Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Abigaël A. Velrose

Abigaël A. Velrose

Élève ♣ Poufsouffle - 7ème année

Élève
Poufsouffle - 7ème année


▌Age : 25
▌Parchemins : 553
▌Points de Rp : 126
▌Initiation magique : 30/12/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 17 ans
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 _
MessageSujet: Re: RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.    
RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 Icon_minitimeLun 2 Sep - 7:31


Happy Valentine !


Abigaël était furieux.Tous les événements récents et la haine féroce qu'il éprouvait de plus en plus pour tous les membres de la famille Lestrange lui auraient donné une excuse personnelle satisfaisante pour lui coller son poing dans la figure. Il grogna presque comme une bête quand Rodolphus lui mit sous le nez qu'il avait abandonné Cassie et lui avait ainsi brisé le cœur. Le Poufsouffle n'avait jamais eu une telle intention, il savait au fond de lui, que tout ça n'était pas normal et qu'il y avait eu quelque chose dans la grande salle qui l'avait détourné de son chemin. De toute façon, l'idée qu'aucune fête ou qu'aucune soirée à Poudlard ne soit nette avait trouvé depuis sa place depuis longtemps dans son esprit. Il avait à regret décrété depuis vingt bonnes secondes qu'il ne prendrait plus part à aucun événement ni même à aucun anniversaire célébré entre les murs du château. Tant pis pour James, tant pis pour Blondie, cette fois c'était clair, Abigaël avait décidé de passer le restant de sa scolarité à Poudlard bien sage dans son coin, pour que plus personne ne lui reproche d'avoir fait ou ne pas fait quelque chose. Si encore le reproche venait de l'un de ses amis, il aurait ri ou pincé les lèvres, aurait oublié une heure plus tard, mais ici l'offense venait bel et bien de Lestrange, un sale serpent dont il était sûr qu'il nourrissait des idées aussi noires que celles des petits chiens de Voldemort. Qu'il garde Cassie si près de lui, la maintenant d'un bras autour de sa taille, rendit le jaune et ébène plus fou encore. Le seul qui l'avait ainsi enlacé c'était bien lui, trop peu de fois à son grand regret, mais il ne voulait pas laisser penser Lestrange que ce privilège lui revenait. Le plus surprenant était que Cassie ne disait rien, elle restait là, stoïque, comme si toute la scène n'était qu'un film qu'elle regardait, désintéressée. Abigaël ne comprenait pas, elle qui détestait tout autant Rodolphus que lui, pourquoi restait-elle cette fois à ses côtés ? C'était évident que quelqu'un avait encore fourré son nez là où il ne fallait pas, à en juger par ces couples surprenants qui n'avaient pas lieu d'être et pourtant... Le Japonais montrait les dents, cherchant une réponse incisive à lancer à Lestrange pour qu'il ferme définitivement son clapet. Pas mal de sortilèges lui vinrent également à l'esprit, la simple idée de le suspendre par la cheville au dessus de l'assistance suffit à lui faire décocher un sourire satisfait. Mais il ne valait mieux pas avec Rusard dans les parages et d'autres professeurs, cette fois, son compte serait bon à coup sûr. Il croisa les bras, lançant un regard noir au blondinet. Une seule idée lui venait à présent à l'esprit. Comme Cassie s'était dégagée de l'étreinte du serpent et qu'elle approchait, un regain d'espoir lui fit reprendre confiance.


    « Dans ce cas, demandons à Cassiopée ce qu'elle en pen... »


Mais il n'eut pas le temps de réagir qu'une sorte de sifflet, suivi d'un picotement dans sa joue, le coupa net. Cassie venait de le gifler devant toute la salle d'où perçaient déjà quelques regards indiscrets d'idiots semblant sortis de leur rêve nébuleux. Il avait promis. Mais promis tant de choses. De la protéger ? De ne plus la faire pleurer ? D'être son cavalier ce soir ? Ou tout cela à la fois ? Les yeux écarquillés par la surprise, il ne fit même pas attention à l'expression de son ennemi et regarda la valentine se sauver hors de la salle. Une voix lui intima de la suivre, une autre de rester là puisque de toute façon il n'y avait rien à faire. L'incompréhension, suivie d'une profonde colère, monta en lui et ses oreilles sifflèrent furieusement comme une théière qu'on aurait trop longtemps laissé sur le feu. Sa baguette tremblait presque dans sa poche et il se retient de la sortir pour envoyer valser Lestrange avant de lui laisser l'occasion de faire le moindre commentaire.Après tout, n'avait-il pas presque autant l'air d'un imbécile en perdant la fille avec qui il espérait passer la soirée ? Mais une fois encore les regards tournés vers eux fixaient le Japonais, comme au bal de Noël, où l'on dirait encore qu'il n'est qu'un affreux imbécile doublé d'un macho et d'un mal élevé, que c'était la deuxième fois qu'il tentait son coup avec la verte et argent, que l'incident « Kasey » et la collision sur leur balai n'avait pas suffit à lui apprendre la leçon. Oui, Abigaël Velrose avait l'implacable don de se fourrer dans des drames amoureux qui le dépassaient totalement, le pire dans tout ça était à chaque fois qu'il était persuadé d'avoir raison. A Noël tout était orchestré, il n'avait pas à s'en vouloir. Pour Kasey, ce sont les gens qui avaient jasé, il n'avait rien fait de mal, n'avait même rien fait du tout, donc il n'avait pas non plus à s'en vouloir. Et pour la fois au stade de Quidditch, il était tout autant coupable que l'était Cassie et ils avaient fini par se réconcilier. Ce soir-ci encore, il était sûr et certain d'avoir été comme envoûté et donc de ne pas avoir pu décider lui-même de ses actes. Non, il ne s'en voulait pas, il ne comprenait simplement pas pourquoi la brune ne lui avait pas laissé la moindre chance de s'expliquer, qu'il s'était pris une belle gifle alors que Lestrange s'en sortait indemne. Il n'était pas bien sûr de comprendre ce que tout cela signifiait. Voulait-elle simplement lui donner une leçon et lui mettre la honte devant ses camarades, ou son geste suivi de ses paroles signifiait qu'elle en avait assez et que leur relation était bel et bien finie ? Il sourcilla quelques instants puis, plus en colère que jamais, se retourna sur tous ceux qui le toisaient.


    « Vous n'avez rien de mieux à faire ?! Retournez donc vous baver dans la bouche des uns et des autres ! » vociféra-t-il sans retenue.


Il jeta un autre regard noir à Lestrange, si celui-ci s'avisait d'aller retrouver Cassiopée, il lui ferait définitivement la peau dans le couloir. Après tout Rusard semblait trop occupé à beugler sur une des professeurs pour faire attention à ce qui se passait autour, mais il ne pouvait en dire autant de son chaton dont il ignorait l'emplacement. Il se rua hors de la grande salle avec l'idée première de trouver Cassie pour s'expliquer. Mais sa colère se fit plus forte que sa raison et il ne prit pas le temps de parfaitement analyser la situation. Il en avait plus qu'assez que tout lui retombe sur le coin du nez et il avait l'impression d'être le parfait bouc émissaire des désastres amoureux que suscitait son couple, si on pouvait appeler ça comme ça. Il en avait assez de payer pour les ragots des autres, assez de payer des fantaisies de Dumbledore, assez de supporter la mauvaise humeur croissante de son meilleur ami et de supporter son incapacité à sortir James de ce trou.


    « J'en ai ras-le-bol de cette école ! C'est décidé je fais mes valises, merde ! »


Certaines filles pleuraient déjà, entourées de leurs amies, dans divers recoins, ce qui l'agaça encore plus. Certains de ses amis lui auraient conseillé, amusés, de ne pas vraiment s'échauffer pour une fille, mais Cassiopée n'était pas n'importe quelle fille, heureusement. Trop secoué pour oser la trouver et lui faire des excuses qu'il ne sortirait pas sincèrement, il prit le chemin de son dortoir pour effectivement boucler toutes ses affaires sans que personne ne vienne le déranger. Tout cela se fit d'un coup négligé de baguette et ses affaires se plièrent d'elles-même dans sa valise. Il irait récupérer son balai le lendemain matin à la première heure pour quitter cet établissement de malades. Il n'avait même plus l'envie d'attendre encore le lundi et le mardi pour partir en vacances. Ca risquait de lui coûter très cher, mais il n'en avait plus rien à faire. Ranger ses affaires n'avaient pas l'air de l'avoir calmé et il décida de faire volte-face pour avoir une chance de s'expliquer avec la brune. Marcher sembla l'apaiser un peu tandis qu'il cherchait une façon de se formuler sans avoir l'air d'un gros bourrin. Il remonta jusqu'au hall où il cherchait la verte et argent des yeux. Elle ne fut pas difficile à repérer dans son coin et il fut ravi de constater que, durant les cinq à dix minutes qu'il avait mis à faire ses allers et retours, elle demeurait toujours seule. Par contre, il sentit son estomac se nouer en voyant ses yeux presque humides. Il se doutait qu'elle avait dû pleurer, même un peu, mais ça ne le fit pas la prendre en pitié, bien au contraire, après tout elle n'aurait pas aimé ça. Finalement il ne parût pas moins maladroit et bourru que d'habitude, quand il s'agissait d'avoir du tact, on évitait d'accorder la parole à Abi dans des situations délicates.


    « Bon, qu'on soit clairs toi et moi, j'ai jamais eu l'intention de sortir avec Willow ce soir ! Elle ne m'intéresse pas, je ne l'aime pas, les rousses ça a jamais été à mon goût. C'est toi que j'aime, mais il a fallu qu'un truc bizarre arrive et je sais pas pourquoi j'ai commencé à lui parler, je te cherchais mais t'étais pas là ! Et puis pourquoi tu m'as giflé moi et pas lui ? Cet imbécile de futur mangemort de Lestrange ! Je m'excuse, d'accord ? C'était pas voulu ! Mais c'était pas une raison pour me mettre une tarte devant toute l'école ! Si ces débiles de professeurs arrêtaient leurs fantaisies, on en serait pas là et on aurait passé une bonne soirée, c'est ce que je voulais. Il faut que tu arrêtes de penser que je te veux du mal ou qu'à chaque fois que je prévois quelque chose je le laisse tomber ! Je suis con, je suis maladroit, je suis pas doué avec les gens mais fais moi confiance un peu ! Toi et Willow vous n'avez rien à voir l'une avec l'autre ! Je t'aime toi, est-ce que ça peut te suffire ? Maintenant, dis moi très clairement si tu veux que je te laisse tranquille ou pas, un seul mot, et je m'en irai, ma valise est déjà prête. Mais garde ça en tête, Cassiopée Goldstein, personne ne t'aime comme moi je t'aime ! »


Il avait presque autant perdu le fil de ses paroles que sa respiration.


    « Je veux faire tous les efforts du monde pour toi, je pourrais tout donner pour toi et tu le sais bien, mais maintenant soit claire avec moi aussi, est-ce que tu veux vraiment de moi ? Est-ce qu'on peut enfin cesser de se cacher pour donner une bonne raison à n'importe qui de casser ce qu'il reste de notre relation ? Parce que moi je permettrai pas que ça se termine, nous deux, je te l'ai dis, je t'aime ! J'ai peut-être été un imbécile à l'infirmerie, mais cette proposition... J'ai jamais été aussi sûr de moi ! Tu es tout pour moi, tout, tu entends ? Il peut pas se passer un jour sans que je pense à toi, sans que je me demande comment te protéger, comment te rendre heureuse, comment arrêter de te faire pleurer mais le fait c'est que ça ne vient pas de moi ! Ça vient de cette atmosphère, ça vient de cette école et de tous les sales types qui y traînent ! C'est nous deux contre le reste du monde, tu te rappelles ? Alors dis moi, est-ce que tu m'aimes assez pour rester avec moi ? Malgré tous mes défauts et je sais que j'en ai beaucoup. Est-ce que tu veux bien me laisser une chance et me faire confiance ? Parce que je te jure que tu es la seule femme au monde que j'aime et que j'aimerai à l'avenir. Fais moi confiance, je t'en prie et dis moi que Lestrange c'était juste pour me rendre jaloux ! »

© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Contenu sponsorisé







RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 _
MessageSujet: Re: RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.    
RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.  - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

RP commun de la St-Valentin ♥ Il y a de l'amour dans l'air.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Boite de réception de Valentin L. Paques
» TOPIC COMMUN - Un escalier bien capricieux
» La musique est le berceau de ma vie [ PV Valentin]
» Quand un homme a honte de lui, il est impitoyable pour les autres. [PV Take et Shy]
» Monina [Scribe]
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Alohomora ♣ ::  :: Lieux Spéciaux :: La grande salle-