AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 
Bienvenue sur Alohomora

Consultez régulièrement les nouveautés ici
Pensez lorsque vous vous inscrivez
à prendre un Prénom et un Nom.

15 lignes minimum dans le Rp et 20 lorsque vous ouvrez un sujet

Le nouveau design est arrivé !

Design n°5 le 09/04/2012 par Kyana.

Venez voter pour faire gagner votre maison !

C'est toutes les deux heures ici.
Dans le Rpg, nous sommes passé au mois de Novembre et Décembre 1976 !

Pour vous y retrouver, consultez le calendrier.

 

 Concours de circonstances [Pv Alecia]

WIZARDHIBOUX
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




Concours de circonstances [Pv Alecia] _
MessageSujet: Concours de circonstances [Pv Alecia]   
Concours de circonstances [Pv Alecia] Icon_minitimeMer 18 Sep - 2:32

Pour qu'une simple gaffe prenne une ampleur considérable, il nous faut simplement choisir le mauvais endroit, le mauvais moment et les mauvaises personnes.
Concours de circonstances
Les catastrophes temporelles: une affaire de grains de sable d'Emily VanTramp était bien le genre de livres avec lequel Hermione ne tenait pas à être aperçue. Il était posé à plat sur d'autres ouvrages rangés en position verticale et dont le thème principal semblait être le Quidditch, ce qui n'avait donc pas grand rapport avec. À croire que l'objet de sa convoitise avait déjà été emprunté et remis par une personne qui ne se souvenait pas de l'emplacement exact où il l'avait pris. Spontanément, Hermione aurait dit que cette personne ne pouvait être autre qu'Harry, mais celui-ci n'aurait certainement pas fait preuve d'une telle négligence et, surtout, il lui en aurait parlé !  Jetant de discrets coups d'oeil à droite puis à gauche pour vérifier qu'aucun regard n'était porté sur elle, Hermione s'empara du fameux livre traitant de la temporalité et le glissa rapidement dans son sac. Terrifiée à l'idée d'avoir été repérée malgré ses précautions, elle se dirigea vers la sortie d'une démarche qui se voulait calme et tranquille, mais qui se trouvait grandement trahie par les regards fébriles qu'elle lançait autour d'elle. La pauvre griffondor était si angoissée qu'elle continua sa marche jusqu'à l'extérieur du château et, une fois dans le parc, elle se mit à trottiner afin de trouver rapidement une place suffisamment éloignée pour qu'elle y soit tranquille. L'arbre esseulé qu'elle croisa sur son chemin lui parut une place bien idéale, d'autant plus qu'elle lui offrait une bonne vue sur les personnes sortant du château susceptibles de venir dans sa direction. Elle s'y adossa donc et s'assit en tailleur en posant son sac sur ses genoux. Y récupérant l'ouvrage, elle fit tomber son sac à côté d'elle d'un mouvement impatient de la main pour pouvoir mieux poser son livre sur ses cuisses et commencer à lire. Sa lecture avait beau être distraite, étant donné qu'elle guettait le moindre bruit de pas pouvant aller dans sa direction, elle n'en était pas moins efficace.

L'aspect dramatique de la temporalité mis en avant dès le début de l'ouvrage faisait ressembler sa préface au prologue d'un thriller, ce qui exaspéra grandement Hermione. Franchement, à quoi s'était-elle attendu en prenant ce bouquin ? À trouver la solution à tous leurs problèmes au bout de quelques pages ? Si cela avait été aussi simple, le professeur Dumbledore aurait déjà résolu le problème de lui-même ! Au cours de sa lecture plutôt déprimante, Hermione sentit un regard peser sur elle et leva aussitôt les yeux de son bouquin pour prendre connaissance de ce qu'il se passait autour d'elle. La jeune fille repéra alors aussitôt une blondinette de Poufsouffle qui s'avançait vers elle d'une démarche déterminée et qui ne laissait aucun place au doute : elle venait la voir, elle. Hermione n'eut alors aucun mal à reconnaitre Alecia, une fille plutôt sympathique mais qui devenait vite dangereuse quand il s'agissait de manier les potions. La jeune griffondor lui avait sûrement déjà échanger quelques paroles avec elle,  mais les deux n'avaient filles jamais eu de véritable conversation pour autant, alors qu'est-ce qu'Alecia pouvait bien lui vouloir? Se sentant de nouveau gagnée par le stress, elle se ratatina légèrement sur elle-même et repositionna le livre sur ses genoux pour s'assurer que la poufsouffle ne puisse en voir la couverture. Une fois que sa camarade fut assez proche, la brunette ne put s'empêcher de lâcher, sur la défensive :

« Qu'est-ce que tu veux? »

Réalisant aussitôt sa propre brutalité, elle s'éclaircit la gorge et lui adressa un léger sourire d'excuse, reprenant aussitôt :

« Pardon. Je voulais dire, heu… Salut. »

Depuis qu'elle s'était retrouvée dans une époque qui n'était pas la sienne, Hermione ne pouvait s'empêcher de se montrer méfiante et distante à l'égard de tout le monde. C'est qu'elle voyait le mal partout malgré elle ! Le pire étant qu'on aurait dit qu'elle était la seule à réaliser la gravité de leur situation : entre Harry qui se liait d'amitié avec son propre père, Ron qui s'amusait avec les maraudeurs, et Malefoy, qui papotait tranquillement avec Severus Rogue, Hermione avait le sentiment d'être la seule personne lucide dans cette affaire  -elle avait plutôt intérêt de les rappeler à l'ordre, ces trois-là ! Bien que le fait d'empêcher la naissance de son ennemi apparaissait pour le trio comme une perspective plutôt alléchante, ceci pourrait tout de même avoir de terribles conséquences sur d'autres familles de sorciers à leur époque et, même si elle avait beau le détester, Hermione se disait que même Malefoy ne méritait pas une telle chose de toute façon.

made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Alecia L. Lukeither

Alecia L. Lukeither

Élève ♣ Poufsouffle - 6ème année

Élève
Poufsouffle - 6ème année


▌Age : 25
▌Parchemins : 1393
▌Points de Rp : 200
▌Initiation magique : 19/11/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 16
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

Concours de circonstances [Pv Alecia] _
MessageSujet: Re: Concours de circonstances [Pv Alecia]   
Concours de circonstances [Pv Alecia] Icon_minitimeMer 18 Sep - 6:39

Concours de circonstances
PV Hermignonne Grangernounette


Réussir en cours de potions représentait pour moi l'un des plus gros challenges de ma vie. Longtemps on m'avait soutenu que les potions, c'était comme la cuisine ; réussir les unes accompagnait la réussite de l'autre, mais même si mes tartes aux pommes étaient les meilleures de l'univers, mes Gouttes du Mort-Vivant étaient lamentables et même pitoyables. Manque de concentration ou de sommeil, à vrai dire je commençais à me demander si d'avoir voulu persévérer dans cette branche suite à une note surprenante  mes Buses n'avait pas été une grosse et vulgaire erreur. C'était une matière privilégiée dans plusieurs métiers et je voulais m'assurer une poursuite d'études plyvalente jusqu'aux Aspics, pour être sûre de pouvoir choisir un métier qui me plairait, mais il fallait se rendre à l'évidence ; J'avais beau ne pas être une mauvaise élève, tout ce qui me tombait sur le coin du bec m'empêchait de rendre de bons devoirs et les nuits blanches que j'aurai voulu passer à travailler, je les passais à enquêter ou à lire des grimoires obscurs pour me donner une meilleure idée de qui était l'ennemi et de quelle magie interdite il convoitait. Car s'il voulait une relique, je n'imaginais pas l'agresseur de Blackbird commettre plusieurs meurtres juste pour simplement remplir un peu plus une vulgaire collection. Ça allait beaucoup plus loin que ça et c'était d'autant plus inquiétant. Mais je ne pouvais pas réellement penser à ça.  La veille m'était encore très désagréable puisque l'une des manches de ma robe de sorcière venait de prendre feu en même temps que la surface de mon mélange et mon pauvre chaudron crachait de la fumée comme la locomotive d'un gros train. Je sortais ma baguette en vitesse et lancais un sortilège d'aguamenti pour éteindre la flamme. L'avantage avec Slughorn, c'est qu'il ne se retournait pas sur les désastres commis dans sa classe bien longtemps, puisqu'il n'en avait que pour les membres de son petit club privé. Je ne pouvais m'empêcher de grimacer et me réjouir de ne pas faire partie de ce rassemblement de grosses têtes. Je vidais le contenu de mon chaudron avec amertume et quittais la salle sans dire mot devant quelques élèves dépités de voir une aussi mauvaise élève partager leur classe ou d'autres moqueurs. Je gardais toujours la tête haute et droite sans m'abaisser à leur accorder la moindre attention, j'aurais de quoi leur faire ravaler leur prétention en sortilèges ou en botanique. Même en Histoire de la magie ou je devais être l'une des rares à réussir à suivre le cours du professeur Binns sans tomber dans le coma.

J'évitai la bibliothèque, j'avais besoin d'air et rester entre quatre murs ne m'aiderait pas franchement à chasser l'affreux mal de tête qui faisait de mon crâne un festival de « clac » et de boums » gratuits. Une véritable fanfare. Je savais bien que c'était le manque de sommeil et j'aurai très bien pu retourner à ma salle commune pour somnoler dans un coin en solitaire, mais je savais parfaitement que ce ne serait pas aussi facile. Depuis la lettre envoyée par Greyback et malgré les paroles rassurantes du professeur Jane, mes insomnies étaient devenues plus récurrentes que jamais, au point de me donner de plus en plus l'air d'un cadavre de jours en jours sans que je puisse faire quoi que ce soit. Et il était hors de question de commencer à me maquiller comme une prostituée pour cacher tout ça à la manière de certaines filles sans gêne les soirs de fin de semaine. Non, il me fallait un coin tranquille où ressortir certaines notes bien spéciales pour encore décortiquer de nombreux faits qui semblaient encore nébuleux. Plus j'en savais sur les reliques des grands fondateurs et sur ce fameux mage noir, plus je me donnais le sentiment de me rapprocher de la vérité. La fatigue aurait très bien pu mettre les compteurs de mon cerveau à zéro, mais même pas ; Plus j'étais éreintée, plus mon esprit filait à vive allure vers des conclusions qui auraient semblé trop complexes pour d'autres, c'était d'ailleurs bien le seul avantage que j'en tirais, qui m'apporterait beaucoup le jour des Aspics, j'en étais certaine... Si je m'en sortais jusque là. Quittant les couloirs de l'établissement pour marcher au dehors, je frémis sous le vent encore mordant qui fit rosir mes joues aussitôt la cour franchie mais fut ravie de constater que cette fois, la neige était partie pour de bon. J'avais repéré des coins bien à moi au cours de quelques escapades ; un coin de la cour, une rive éloignée du lac pas loin de l'arbre fétiche des Maraudeurs, un coin de parc avec les espèces de Dolmens reculés donnant sur la forêt interdite. Le repérage ne fut pas long et je décidai de m'engager plus loin dans le parc.

Sauf que presque arrivée à destination, je vis au loin une tête qui m'étais plutôt familière, due à ces épais cheveux châtains en broussaille qui donnaient à Granger une allure désordonnée. Car c'était bien Jane. Une élève que je côtoyais en cours quand Gryffondors et Poufsouffles étudiaient ensemble, très bonne élève qui semblait sans faiblesse, mais relativement étrange et peu sociable pour quelqu'un qui débarque comme ça d'un seul coup à Poudlard. Rien que le fait d'arriver comme ça en sixième année était étrange, je n'avais pas souvenir que des élèves soient admis à Poudlard sans passer par la sacrée et première année, deuxième année, ainsi de suite. Son génie en était sans nul doute à l'origine, Dumbledore avait dû juger bon de l'admettre ici pour cette raison, mais pour Ron et Harry alors ? A première vue ils n'avaient rien de surdoués comme elle. Passant la réflexion, je m'avançai sans réelle idée derrière la tête, quoi que... Premièrement que me coûtait-il de lui demander de l'aide pour les potions, pour ensuite pratiquer au maximum dans mon coin de salle commune pour tenter de faire autre chose que de jouer les pyromanes dans les cachots ? Rien, j'étais sûre qu'elle accepterait de m'aider malgré sa fausse timidité qui passait pour moi pour de l'asociabilité forcée. C'était évident qu'elle ne voulait parler à personne si ce n'est ses deux amis, avec qui elle traînait tout le temps. Deuxièmement, les paroles de Weas de Janvier dernier, à défaut d'avoir été lamentablement balayés par un besoin pressant de sortir de l'abominable épreuve de Belacqua face aux détraqueurs, me restaient en mémoire comme une tâche d'encre noire sur une page blanche. Si j'avais bien cerné les liens qu'ils avaient tous, Ron était le meilleur ami de Harry, Harry le frère de Jane. Mais Jane était une Granger, Harry aussi, pourquoi le roux l'avait donc appelé Potter ? Si tout cela n'était qu'une plaisanterie ou une manière de flatter un garçon qui admirait James, je ne trouvais pas cela très drôle, surtout maintenant que James croupissait en prison depuis le début du mois de Février. C'était peut-être anodin et je sentais bien que ma curiosité maladive m'apporterait plus de problèmes, ce dont je n'avais pas besoin, mais tout de même. Ce devait être une sorte d'instinct.

J'eus du mal à ne pas froncer les sourcils suite à l'accueil glacial de la brune. J'avais connu mieux comme bonjour, mais puisqu'elle se rattrapa, visiblement gênée, je décidai de passer l'éponge. Moi aussi j'avais mes humeurs et mes... Périodes bien féminines. Il n'y avait véritablement que les gens qui voulaient cacher quelque chose qui se montraient aussi méfiants envers tout le monde, et j'étais bien placée pour le savoir, à mentir à mes amis et professeurs sur la véritable raison de mes escapades nocturnes et de ma soudaine autorisation d'envoyer Rusard vaguer d'autres occupations que celles de me coller à sa guise. Je faisais passer ça pour un traitement de faveur passager, pour me remettre de l'agression que j'avais subie à Pré-au-Lard. « Salut, Jane. » dis-je avec un petit sourire forcé pour adoucir l'atmosphère et me montrer polie. Je m'asseyais à ses côtés sans tellement demander d'invitation, j'avais bien le droit de poser mes fesses sur cette herbe qui appartenait à tout le monde, et gardais mon sac près de moi. Je me retins de lui demander ce qu'elle faisait pour se montrer aussi sèche car la question aurait été mal venue. « Il faut vraiment que tu m'aides pour les potions. Si ça continue, je vais finir par faire exploser les cachots. » lançai-je avec un petit rire comme pour me lancer sur une conversation qui serait aisément suivie. Puis sans trop réfléchir, je laissais ma curiosité parler d'elle-même. « Comment vont Harry et Ron ? J'espère que ça s'arrange entre Sirius et lui. D'ailleurs... Tu pourras lui dire d'arrêter d'appeler ton frère « Potter » ? Franchement, ce n'est pas pour être méchante, mais avec James en prison, si c'est une blague, il vaudrait mieux la faire couler de suite ou Sirius lui fera la peau. Tu comprends, il pourrait penser que ton frère veut se faire passer pour son meilleur ami et... Enfin, ils sont compliqués ces deux-là. Mais vraiment, pourquoi Ron fait ça ? » marmonnais-je entre mes dents comme si la conversation ne devait être entendue que par nous deux. Il ne fallait pas trop pousser ni commencer à jouer les garces de service qui se mêlaient de tout et de rien car je n'étais pas comme ça. Mais j'avais vraiment le sentiment que les relations entre Ron et Sirius ne s'arrangeraient pas, inutile donc de rajouter une couche. J'appréciais les deux, mais s'il me fallait choisir, ce choix serait vite fait, pour des raisons toutes sauf objectives que je voulais taire, même pour moi-même. « Je n'ai pas envie de voir Sirius et Ron se battre tu comprends ? Ils sont tous les deux mes amis. Enfin bref, tu lisais quoi sinon ? » finis-je par dire le plus naturellement possible.

© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas
http://Millenium-Argentic.deviantart.com/
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




Concours de circonstances [Pv Alecia] _
MessageSujet: Re: Concours de circonstances [Pv Alecia]   
Concours de circonstances [Pv Alecia] Icon_minitimeMer 18 Sep - 8:16

Pour qu'une simple gaffe prenne une ampleur considérable, il nous faut simplement choisir le mauvais endroit, le mauvais moment et les mauvaises personnes.
Concours de circonstances
Hermione observait la fille qui lui faisait face en s'efforçant de conserver un visage courtois. Son air constamment aux aguets devait la faire passer pour quelqu'un d'antipathique dans le meilleur des cas et, dans le pire, il pouvait laisser deviner que quelque chose ne tournait pas rond chez elle. Il était donc grand temps de l'abandonner si elle ne voulait pas attirer l'attention. Mais la jeune poufsouffle l'avait un peu prise court en venant s'adresser à elle sans motif apparent. Si la jolie blonde eut d'ailleurs un léger froncement de sourcils dépréciateur face à l'accueil tout d'abord froid d'Hermione, elle décida au final de ne pas lui en tenir rigueur, ce qui était d'un côté plutôt soulageant pour la griffondor : elle ne voulait certainement s'attirer les mauvaises grâces des autres. En fait, elle ne voulait ne pas s'attirer quoi que ce soit des autres. Même si elle brillait toujours en cours, ses participations en classe étaient un peu plus mesurées qu'à l'accoutumée, ce qui lui avait attiré une certaine admiration de la part de ses deux meilleurs amis qui voyaient en cela un exploit extraordinaire dont il leur arrivait encore de vanter les mérites.

Alecia la salua alors tout en lui adressant un sourire forcé et Hermione espéra de tout son coeur que le sien ne sonnait pas aussi faux quand elle se composait des allures aimables pour cacher son malaise, même si la blonde qui lui faisait face, elle, avait eu l'air plus irritée qu'autre chose. Cette dernière ne semblait effectivement pas éprouver de gêne, non, pas la moindre, vu qu'elle s'installa à côté d'Hermione sans préavis. En temps normal, la brune aurait accueilli un tel geste avec un certain enthousiasme mais la première chose qui lui traversa l'esprit fut le fait qu'un tel rapprochement aurait permis à Alecia d'entrevoir sa lecture plutôt révélatrice. Feignant de vouloir mieux s'intéresser à sa camarade, elle ferma son livre en rabattant le côté droit de sorte à donner une vue sur le dos du livre, pour conserver le titre secret, et le rangea habilement dans son sac. Une fois fait, elle adressa un léger sourire à la blonde qui avait déjà repris la parole pour lui demander de l'aide en potion, ce qui permettrait aux cachots ainsi qu'aux élèves qui y travaillent de rester indemnes. Le visage d'Hermione s'éclaira aussitôt : Alecia était en train d'aborder un sujet sans risque et avec lequel elle était bien à l'aise !

« Avec plaisir ! On pourra même se mettre ensemble pour le prochain cours, si tu veux », proposa t-elle.

D'un côté, ça l'arrangeait aussi. Elle préférait travailler avec une personne voulant faire des progrès plutôt qu'avec Ron. Le voir croiser les bras sur la table en attendant patiemment qu'elle fasse tout le boulot était tout bonnement horripilant ! La soudaine ouverture d'Hermione raisonnait comme une invitation à Alecia de reprendre la parole, ce qu'elle fit sans problème et le sujet de conversation dévia alors sur ce que la griffondor avait craint dès l'instant où elle avait vu la poufsouffle s'avancer vers elle. Inconsciemment, le visage d'Hermione s'était assombri et son air calme jurait désormais atrocement avec la lueur de panique qui brillait dans son regard. Merlin tout puissant ! songea t-elle avec effarement. Comment Ron, ce crétin fini, avait-il pu faire une aussi grande bourde en classe, devant autant d'élèves ?! Même Malefoy ne s'était pas permis un tel écart ! C'était scandaleux. La prochaine fois qu'elle le verrait, il allait l'entendre !

« Il l'a appelé par le nom de James? » demanda Hermione en feignant la surprise, « Ron n'est pas très malin tu sais ! Il enchaine les bourdes sans même s'en rendre compte, pas étonnant que Sirius le trouve exaspérant. » ajouta t-elle sans réfléchir. Retrouvant un peu d'assurance, elle haussa alors les épaules avec nonchalance: « Pour ma part, je trouve qu'Harry et James avaient parfois un comportement similaire, peut-être est-ce à cause de cette ressemblance que Ron se croit malin d'appeler mon frère ainsi » lança t-elle avec désinvolture.

La mésentente entre Ron et Sirius semblait beaucoup affecter Alecia et Hermione espérait sincèrement que celle-ci n'irait pas chercher plus loin. Se montrant compréhensive, elle hocha la tête à ses paroles.

« Mon livre traite de l'arithmancie, je trouve que cette matière est de loin la plus passionnante! »

Le mensonge qu'elle venait de formuler était sorti tout à fait aisément pour la bonne et simple raison qu'elle s'était attendu à une telle question et qu'elle avait réfléchit à une réponse dès l'instant où elle avait refermé son ouvrage. Contrairement à ses amis, elle faisait preuve d'une prudence exemplaire, et elle espérait sincèrement que cette Alecia ne comptait pas la mettre à l'épreuve…

made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Alecia L. Lukeither

Alecia L. Lukeither

Élève ♣ Poufsouffle - 6ème année

Élève
Poufsouffle - 6ème année


▌Age : 25
▌Parchemins : 1393
▌Points de Rp : 200
▌Initiation magique : 19/11/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 16
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

Concours de circonstances [Pv Alecia] _
MessageSujet: Re: Concours de circonstances [Pv Alecia]   
Concours de circonstances [Pv Alecia] Icon_minitimeJeu 19 Sep - 0:30

Concours de circonstances
PV Hermignonne Grangernounette


Mon cœur se fit plus léger lorsque la brune accepta de m'aider en cours de potions, même mieux, de travailler avec moi. J'étais sûre qu'en la regardant faire correctement, j'allais suivre tout aussi bien. Voilà une première chose qui s'était réglée avec plus de simplicité que je ne l'aurai cru. La brève clarté dans le visage de mon interlocutrice me fit penser que peut-être elle n'étais pas aussi étrange et asociale que je l'avais pensé, mais comme prévu, le sujet suivant ne lui fit pas tant plaisir. Elle avait même l'air effrayée. Mais effrayée de quoi ? Ce n'est pas comme si j'avais menacé la vie de son ami et de son frère, je les appréciais tous les deux. Puis elle n'avait pas tout à fait tord, Ron état un vrai bêta, un gros nounours certes, mais il manquait cruellement de tact et j'étais bien placée pour le savoir. « Oh ne m'en parle pas... Il m'a un jour dit en divination que j'allais mourir, bien sûr il a ajouté qu'il était un vrai troll en divination. Enfin il a dit ça, mais le professeur a aussi dit que ça risquait d'arriver. » dis-je d'un ton trop naturel pour la gravité d ela chose. J'avais tellement de problèmes, tellement d'ennemis aux fesses que l'idée de mourir était devenue banale dans mon esprit, il était certain que je ne verrais pas mes vieux jours arriver, peut-être même que je mourrais avant d'avoir quitté Poudlard. Comme elle reprit sur James, je l'écoutai avec une attention particulière. Je m'étais souvent demandé si James n'avait pas, dans ce cas, un cousin éloigné dans sa famille, trop éloigné pour qu'il ait justement pris la peine de jamais le mentionner. L'idée était plausible, ce qui expliquerait pourquoi Ron s'amusait à l'appeler « Potter ». La sois-disante ressemblance entre James et Harry annoncée, cela me donnait davantage envie de connaître ce dernier. Il serait bien dommage dans ce cas qu'Harry ne puisse se lier d'amitié avec les Maraudeurs ou certains Poufsouffles à cause de la querelle de Ron et Sirius. En même temps, il y avait de quoi se battre, dire des Maraudeurs qu'ils étaient au même niveau que les Mangemorts relevait de l'absurdité la plus complète et même si je ne cautionnais pas toutes les actions du quatuor, il y avait des limites de comparaison à ne pas dépasser. Puis parfois tous ces sois-disantes victimes Serpentard le méritaient bien car ne se privaient pas de faire des coups deux fois plus traîtres dans le dos des gens. En plus de ça, la guerre ouverte entre maisons suffisait amplement, on avait pas besoin de se battre au sein de nos propres maisons. Je me privai d'ajouter davantage de commentaires sur le sujet puisque Jane me confia qu'elle lisait un livre sur l'arithmancie, matière que je n'étudiais pas et qui ne m'était donc pas familière. Je haussai presque les épaules en me demandant quelle matière était pour moi la meilleure. Le choix se résuma rapidement aux sortilèges et aux défenses contre les forces du mal, choix cornélien en soi. Il fallait pourtant me rendre à l'évidence ; n'étant pas en mesure de produire un Patronus depuis un mois, ayant vu la forme de mon épouvantard changer et Belacqua étant portée disparue, le cours de défense contre les forces du mal n'avait plus sa place en haut du podium. « Je préfère davantage les sortilèges. Je sais, c'est très banal comme réponse, mais c'est la matière où je suis de loin la plus douée. J'ai une très forte affinité avec les sortilèges informulés. » affirmai-je avec une pointe de fierté dans la voix, pour une fois que je pouvais me vanter d'être douée dans un certain domaine. « J'aime beaucoup aussi le duel, mais... » Je soupirai. Depuis que j'avais été agressée par Greyback sans rien pouvoir faire, je me sentais bien faible. J'aurais beau apprendre tout un arsenal, il était clair que jamais je n'en arriverais à bout. Il était bien trop fort, trop grand et trop costaud face à la fragile petite fille qu'il avait fait de moi. D'une main il m'avait balayée, écrasée. J'espérais simplement ne pas montrer tant de faiblesse face à tout le monde et n'importe qui.

Tous ces événements m'avaient rendue moins compatissante et plus mordante. Moi qui d'habitude hésitait toujours à blesser ou à faire mal à quelqu'un en face de moi, je savais qu'aux prochaines séances de duel, je n'avais aucune raison de montrer de la pitié. Les gens s'y inscrivaient bien pour faire des duels, pas pour faire de la couture ou des petits gâteaux. C'est bien en prenant des coups qu'on devient plus fort. J'étais ces jours-ci partagée entre cette confiance, cette idée du travail acharné menant à des résultats excellents et la peur constante de ne jamais arriver à reproduire de Patronus et à perdre tous mes amis les uns après les autres. J'avais peur de me retrouver seule, impuissante, de ne pas pouvoir exprimer ce que j'avais sur le cœur avant de mourir. Mes pensées s'étaient soudain dirigées vers mon petit frère à naître, que je ne verrais jamais. Vers Remus vers qui j'avais dirigé une rancune difficile à mettre de côté. Vers le professeur Jane, dont je ne suivais pas tout à fait les conseils. Vers Sirius, à qui je n'osais pas dire tout ce qui me passait par la tête à son sujet. Je rougissais. Parfois je me demandais si je ne faisais pas une bêtise à penser trop de choses qui n'auraient pas dû être, si je ne confondais pas deux sentiments ambigüs qui au final étaient bien différents. Si en vérité, depuis le début, il n'y avait eu que lui et rien que lui, mais qu'à l'idée de ne pouvoir justement rien lui dire, j'avais fait une sorte de transfert vers... Je me mordis la lèvre. Penser à tout ça me donna l'impression d'être une véritable garce, de ne pas valoir mieux que Rosalya. Cela voulait-il dire pour autant que je n'aimais pas vraiment Remus ? Sûrement pas, je l'avais aimé, mais à présent je lui en voulais tellement que tout ça semblait être bien plus lointain que quelques semaines. Un mois, ça n'avait été rien, pourtant en un mois il se passait tant de choses... Je rougissais encore plus, en arrivant à d'autres conclusions. Cela voulait-il aussi dire que j'étais amoureuse de Sirius depuis très longtemps mais que je ne voulais pas l'admettre ? L'admettre reviendrait à lui dire ce que j'avais sur le cœur et ça je ne le pouvais pas. Qu'est-ce qui me garantissait qu'il soit dans le même cas, qu'il tombe un jour amoureux -ce qui serait déjà un exploit- d'une fille aussi banale et triste que moi -ce qui serait un second exploit- ? C'était impossible. Et je ne voulais pas créer une fissure dans son amitié avec Remus. J'étais sûre qu'entre eux, il y avait une sorte de code, interdisant à l'un de ne pas piquer les ex-copines de l'autre, vice-versa.

Mais je m'égarais. Comment en étais-je arrivée à ce genre de conclusion juste en déviant d'un sujet aussi banale qu'une matière préférée ? C'était insensé, la fatigue grillait vraiment mes neuronnes et là n'était pas le sujet, le sujet c'était cette histoire de Potter qui n'en est pas un. C'était tout à fait normal de se moquer d'un ami en l'appelant par le nom de quelqu'un d'autre quand il dévoilait le même comportement et je me dis qu'au final je cherchais parfois beaucoup trop loin en m'imaginant des complots à chaque carrefour de couloirs. J'en revins au duel pour faire mourir mes rougeurs. « Disons que j'attends de voir si un nouveau professeur reprendra le club. » Aussi je repensais à une façon de pouvoir enfin réconcilier nos amis respectifs. « Dis moi, Jane. » dis-je d'un ton doux qui me ressemblait bien plus, « Tu ne pourrais pas parler un peu à Ron ? Lui demander de s'excuser auprès de Sirius par exemple. Moi de mon côté je dirai à Black que Ron est un gros bêta qui n'a pas mesuré ses mots et qu'il ne pensait pas ce qu'il a dit. Si les choses peuvent s'arranger... Ce serait préférable, non ? Comme ça tout le monde pourra se parler tranquillement. Je suis sûre que tu t'entendrais bien avec Lupin, il est... » Je me mordis la lèvre de nouveau. Comment qualifier Remus sans partir dans des discours se balançant entre « Je le déteste » et « Je l'aime beaucoup » ? « Réfléchi. » marmonnai-je presque pour m'éviter d'aller plus loin dans le raisonnement. Inutile de commencer à me plaindre sur la façon dont cet idiot m'avait clairement fait comprendre que lui et moi, c'était impossible et que donc notre relation était finie pour de bon sans que je n'ai eu le temps de lui demander le pourquoi du comment. Je ne pouvais décemment pas non plus me lancer dans l'argumentation du « Je suis sûre qu'il m'a abandonnée parce que c'est un loup-garou et qu'il a peur de ce que Greyback pourrait me faire à cause de lui » avec Jane que je connaissais à peine, même si l'idée d'en parler avec une personne tout aussi brillante que moi était affreusement tentante. Si je ne donnais pas de nom, elle ne pouvait pas faire le rapprochement à moins de faire de la legilimencie. « Dis moi, euh... » commençai-je, soudain un peu plus mal à l'aise. « Tu as déjà cotoyé un loup-garou ? Disons que, euh... Ils... Me fascinent. » mentis-je avec beaucoup de conviction. J'étais une très bonne menteuse, mais qu'on se le dire très nettement ; Greyback n'avait absolument rien de fascinant.

© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas
http://Millenium-Argentic.deviantart.com/
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




Concours de circonstances [Pv Alecia] _
MessageSujet: Re: Concours de circonstances [Pv Alecia]   
Concours de circonstances [Pv Alecia] Icon_minitimeSam 21 Sep - 15:51

Pour qu'une simple gaffe prenne une ampleur considérable, il nous faut simplement choisir le mauvais endroit, le mauvais moment et les mauvaises personnes.
Concours de circonstances
Le contact d'Alecia était assez rassurant pour Hermione. Comme elle faisait partie des personnes nouvellement débarquées à Poudlard pour des raisons bien nébuleuses, il était normal qu'ils allaient s'attirer la curiosité des autres élèves. Ceci constituait le danger majeur de leur situation, Hermione en avait bien conscience. Toutefois, à force de se tenir à l'écart et d'esquiver habilement les questions, il semblait que les autres avaient fini par se faire à leur présence, un peu comme quelque chose qu'on a le sentiment d' avoir acquis et dont on ne soucie plus. C'était du moins l'impression que donnait Alecia lorsqu'elle s'adressait à la jeune griffondor. Loin de faire preuve d'une curiosité déplacée, elle lui parlait le plus simplement du monde, de tout et de rien, comme si elles se connaissaient déjà lors même que ce n'était pas tout à fait le cas. D'autant plus que la blonde avait la parole facile et se montrait ouverte, elles semblait regorger d'une certaine expérience qui pouvait être un bon point d'appui pour Hermione vu que, son intérêt étant piqué, elle était plus susceptible d'être celle qui interroge que d'être celle qui doit répondre. En d'autres termes, elle avait de bonnes raisons pour ne pas avoir à parler d'elle-même, ce qui était une bonne chose. Cela se démontra bien vite à la façon dont Alecia avait de rebondir sur ses paroles.

« Oh ne m'en parle pas... Il m'a un jour dit en divination que j'allais mourir, bien sûr il a ajouté qu'il était un vrai troll en divination. Enfin il a dit ça, mais le professeur a aussi dit que ça risquait d'arriver. »

Hermione baissa le regard et se mordit les lèvres en se faisant violence pour ne pas sourire d'amusement. Elle se souvenait du bon vieux temps -leur temps- où Harry et Ron s'amusaient à écrire les pires horreurs de prédiction en devoir de divination pour recevoir les meilleurs notes. La jeune griffondor avait critiqué avec virulence leur malhonnêteté sur le moment, mais c'était pour se garder d'admettre que, non seulement il s'agissait d'une idée ingénieuse, mais qu'en plus de cela, elle était furieuse que les deux garçons aient pu avoir du succès dans une option qu'elle n'avait pas poursuivi. Elle eut une fausse interprétation du ton léger qu'avait usé sa camarade pour parler de sa propre mort, croyant seulement qu'Alecia avait jugé le cours du professeur comme étant pathétique, un point de vue qu'Hermione pouvait aisément partager.

« Il parait que le professeur Trelawney a prédit à une septième année, dès son premier cours, qu'elle mourrait de la dragoncelle après quelques mois. Merlin merci, elle se porte encore à merveille », ironisa la brunette avec un léger sourire.

Les explications qu'Hermione fournit alors pour expliquer la bourde de Ron, à commencer par le fait qu'il était un crétin, sembla convenir à sa camarade, ce qui lui permit de se détendre un peu. Le problème étant qu'à force de bêtise, ils finiraient bien par y avoir un moment où Hermione ne réussirait plus à le couvrir. Les sujets qui touchaient ses amis, et même Malefoy, étaient très délicats à aborder, c'est pourquoi le glissement de la conversation vers une chose sans risque et aussi intéressante que les cours la soulagea grandement. Mais l'arithmancie semblait malheureusement être une passion qu'Alecia était loin de partager.

« Je préfère davantage les sortilèges. Je sais, c'est très banal comme réponse, mais c'est la matière où je suis de loin la plus douée. J'ai une très forte affinité avec les sortilèges informulés. »

« Je trouve ça loin d'être banale, il faut beaucoup de rigueur pour réussir un sortilège informulé », répondit Hermione avec un léger sourire, avant de regarder devant elle pour observer d'autres élèves sortir du château.

Elle était bien placée pour le savoir, vu le temps qu'elle avait passé pour s'y entrainer. Si Alecia les maitrisait aussi bien qu'elle le prétendait, c'est que ses compétences ne devaient pas être prises à la légère.

« J'aime beaucoup aussi le duel, mais... »

Alecia s'interrompit alors pour laisser échapper un discret soupir. Fronçant légèrement les sourcils d'incompréhension, Hermione tourna la tête vers elle, le regard curieux. Alecia abordait alors un air grave qui avait de quoi interpeller, une lueur étrange brillant dans ses yeux. Hermione connaissait parfaitement ce regard, c'était celui de quelqu'un qui en avait trop vu. Elle n'osa pas demander s'il était arrivé quelque chose de grave lors d'un duel et préféra attendre qu'Alécia termine sa phrase d'elle-même, ne tenant pas à la brusquer. Beaucoup d'émotions se succédèrent alors sur son visage tandis que son esprit parcourait sans doute un chemin de souvenirs qu'Hermione ne pouvait suivre. Enfin, la jeune fille se mordit les lèvres tandis que ses joues s'empourprèrent. Se laissant gagner par la curiosité Hermione finit par demander à voix basse : « Mais… ? »

« Disons que j'attends de voir si un nouveau professeur reprendra le club. »

Ce qu'elle venait de répondre était absolument à côté de ses pensées, Hermione n'avait aucun doute là-dessus. Alecia était une fille mystérieuse à qui il devait être arrivé des évènements dont elle ne voulait pas parler, et même si Hermione l'observait avec l'air de quelqu'un qui n'est pas dupe, elle respecta son silence. La griffondor la scruta en hochant simplement la tête, et ce simple geste en disait long : si elle avait laissé couler et accepté de passer à côté de la vérité, sa camarade devrait en faire de même en temps voulu. Dans la logique d'Hermione, on ne répondait pas à la discrétion par l'indiscrétion. Le sujet fut alors porté ailleurs, et le visage d'Alecia reprit sa couleur d'origine, montrant que son esprit se concentrait sur autre chose. La blonde lui demanda alors d'essayer de raisonner Ron pour espérer une réconciliation avec Sirius, histoire qu'il y ait une bonne entente entre tout le monde. Elle buta ensuite sur le nom de Lupin, semblant chercher un terme lui correspondant, avant d'en trouver un avec lequel la griffondor était parfaitement d'accord : "Réfléchis".

« Tu as raison, c'est ce que je vais faire », elle s'interrompit un bref instant, réalisant qu'Alecia n'avait pas appelé son camarade par son prénom, chose courante qui se fait pour un ennemi, un peu comme quand Harry et Drago se donnait du "Potter" et du "Malefoy". Elle se souvint alors que le terme élogieux qu'avait employé Alecia pour le décrire avait été dit d'un ton fort amer.  « Oui j'ai déjà croisé Remus », dit-elle en insistant légèrement sur son prénom, montrant ainsi implicitement ce qu'elle pensait avoir compris, puis ajouta : « C'est aussi quelqu'un de très gentil. »

Alecia sembla alors réfléchir sur ce qu'elle devait dire avant de faire prendre un nouveau tournant à la conversation :

« Dis moi, euh... », commença t-elle avec incertitude, « Tu as déjà côtoyé un loup-garou ? Disons que, euh... Ils... Me fascinent. »

Le regard d'Hermione s'alluma aussitôt de compréhension tandis que son esprit faisait rapidement les liens entre tout ce qui avait été dit auparavant. La brunette ne se rendit même pas compte que ses yeux légèrement écarquillés lui donnaient un visage stupéfait, et ce fut sa propre incapacité à répondre quoi que ce soit qui l'alarma du fait qu'elle n'était certainement pas en train d'avoir une attitude normale. Secouant la tête, Hermione haussa alors les épaules en faisant semblant de réfléchir sur la question alors que son esprit était en fait tourné bien ailleurs. Alecia savait que Remus était un loup-garou. Mais comment? Les maraudeurs s'étaient toujours montré discrets, et il ne figuraient même pas sur la liste des animagus du ministère !

« Peut-être en ai-je côtoyé sans le savoir », éluda t-elle en tournant à nouveau la tête pour regarder devant elle, prenant un air naturel. Elle fit alors mine de plaisanter, mais son petit rire sonna terriblement faux tant il était nerveux : « Ta façon de passer du coq à l'âne est plutôt amusante, Alecia. De Remus aux loups-garous, tout de même … ! »

Le ton léger qu'elle avait prit était comme une invitation à en dire plus, et elle se demandait si Alecia allait saisir cette chance pour révéler le véritable fond de sa pensée. Tapotant alors son propre menton du doigt en prenant une mine songeuse, Hermione rajouta alors en choisissant ses mots avec soin, l'air de rien :

«Enfin, l'expression la plus adéquate serait plutôt 'passer du sorcier au loup'». Elle feignit alors l'ignorance d'une manière un peu plus convaincante: « Tu en as déjà fréquenté un, toi? », demanda t-elle innocemment.

made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Alecia L. Lukeither

Alecia L. Lukeither

Élève ♣ Poufsouffle - 6ème année

Élève
Poufsouffle - 6ème année


▌Age : 25
▌Parchemins : 1393
▌Points de Rp : 200
▌Initiation magique : 19/11/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 16
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

Concours de circonstances [Pv Alecia] _
MessageSujet: Re: Concours de circonstances [Pv Alecia]   
Concours de circonstances [Pv Alecia] Icon_minitimeDim 22 Sep - 0:52

Concours de circonstances
PV Hermignonne Grangernounette


Avec Jane, c'était un peu passer du chaud au froid. Autant un instant, elle me paraissait être la fille la plus ordinaire du monde avec une pointe de génie et l'instant d'après, elle était la fille la plus étrange de l'univers. Rien que le fait qu'elle ait répondu à mon petit pique sur la divination et les prédictions par le nom d'un professeur que je ne connaissais même pas comme si celui-ci -ou celle-ci- enseignait bel et bien à Poudlard. Pourtant je n'avais pas souvenir qu'il y ait deux professeurs de divination, en trois ans passés en divination, je l'aurai su. C'est comme si la brune était encore perdu dans son école natale. Ou alors elle avait vraiment quelque chose à cacher et ça ne mettrait pas longtemps à circuler. Je me tus, la regardant sourire d'un air moqueur. Aurais-je dû souligner la chose ? Sans doute. J'aurai tout l'occasion de lui demander qui était cette fameuse Trelawney -dont le nom me disait tout de même quelque chose- plus tard. La discussion avait évidemment dérivé sur les sortilèges et je pris très bien le compliment qu'elle me fit. Il était rare, même venant des professeurs, qu'on fasse réellement attention à moi et à mes efforts, pour être passée pour une décoration pendant cinq ans et être à la une des journaux l'année suivante, les gens devaient penser que je n'avais pas le sens des extrêmes et que je ne devais pas être si bonne élève que ça en temps normal malgré les résultats que j'avais eus en Buses. Et puis il fallait avouer qu'avec des gens comme Jane ou comme les Maraudeurs en camarades de classe, il était évident que tous les regards ne se poseraient pas sur une pauvre Poufsouffle au milieu de l'assemblée. C'est bien pour ça que je voulais me retrouver en duel, pour montrer à tout le monde que je n'étais pas simplement « la fille qui a failli mourir à Pré-au-Lard », certainement aussi pour prouver à des personnes bien ciblées que je pouvais me protéger moi-même. Je n'avais juste eu pas de chance face à Greyback et qui en aurait eu ? Ce mangemort était une montagne de muscles, si bien qu'il était en effet difficile de faire un rapprochement avec... Remus. L'un semblait si féroce alors que l'autre avait toujours cet air fragile, doux et fatigué. En parlant de Remus, Jane avait particulièrement souligné son prénom et je m'en voulais presque de ne plus l'appeler que par son nom et ce, inconsciemment, comme si l'appeler « Lupin » au lieu de « Remus » formait une barrière repoussant n'importe quel souvenir de lui. Encore aujourd'hui je me demandais si la raison pour laquelle il avait mis fin à notre relation ne venait pas de moi. Si je n'avais pas fait de bêtise, fourré mon nez là où je n'aurai pas dû une fois de plus, ou s'il ne m'aimait plus, tout simplement. Ce devait être la signature des Maraudeurs ça, les relations plus courtes les unes que les autres. A penser comme ça je n'aurais pas plus d'espoir ailleurs... Jane insista sur le fait que Remus était un garçon très gentil. Elle ne pouvait dire mieux, j'étais contente qu'une autre personne en pense de même, mais en même temps, je me renfrognais, tournant la tête comme pour réprimer une grimace. Mes yeux piquaient déjà et à trop parler de lui comme ça, c'était presque si mon cerveau m'ordonnait de pleurer et de déballer tout ce que mon cœur avait décidé de fermer à double tour. Il y avait longtemps que je ne l'avais pas croisé, ou encore, quand je le croisais c'était en cours et je ne lui adressais pas tellement la parole. Je gardais cet air boudeur, attendais qu'il s'excuse et m'explique enfin ce qui clochait avec lui, si c'était de ma faute. Je n'avais pas envie que les choses s'arrangent au point de lui retomber dans les bras, mais avoir la vérité ce n'était quand même pas si difficile que ça, si ?

Comme elle répondait à ma question, je la regardai de nouveau, le visage toujours aussi crispé, mais l'envie de pleurer m'était passée. Pleurer devant les gens j'avais horreur de ça en plus. La remarque de Jane me fit presque rire, il était vrai que j'avais l'air de passer d'un sujet à un autre complètement opposé, mais c'est parce que personne ne pouvait se douter d'à quel point je réfléchissais à vive allure. « Tu ne crois pas si bien dire... » admis-je avec un rire jaune en songeant à quel point la possibilité d'être tout près de la vérité était pour moi une évidence. Et évidence encore plus forte quand elle jongla de « sorcier à loup ». Était-elle au courant ? Remus était-il vraiment un loup-garou ou avait-elle des pistes pour me prouver que j'avais raison ? Car le fait qu'elle ait insisté sur la métaphore aurait échappé à bien des gens mais pas à moi, je n'étais pas assez stupide pour ça. Mon intérêt piqué au vif, j'avais fait comme un petit bond pour lui faire face mais mon élan fut coupé par une nouvelle question. Que faire ? Lui répondre pour lui donner ce qu'elle voulait et ensuite demander des renseignements pour faire du donnant-donnant, ou mettre les événements de côté pour de suite lui demander des explications ? Le deuxième point faisant très malhonnête, j'optais pour le premier. Je regardai brièvement autour de moi, on était seules ou presque, d'autres élèves papillonnant de temps à autres du côté du parc et de la cour. Je redressai ma robe de sorcière et remontait le pull que j'avais dessous pour lui montrer le bas de mon dos, juste au dessus des reins, là où étaient encore gravés les initiales « F » et « G ». Ce devait être de la magie noire si ça ne voulait pas cicatriser, c'est certain. Je la laisser bien prendre ce nom en considération et baissai de nouveau ma longue cape. « Tu n'as pas lu la Gazette aux alentours du 27 ou du 28 Janvier ? Quoi que ça a dû paraître en même temps que l'article sur Bristol ou l'agression de Maewan... » Pourtant, je me souvenais clairement de tous ces flashs à ma porte, à Ste-Mangouste, de tous les regards et les murmures sur moi à mon retour à l'école. Il était difficile d'imaginer que Jane n'ait pas eu vent de ce qui s'était passé. « La fille agressée par Fenrir Greyback à Pré-au-Lard, c'est moi. C'est un loup-garou et je suis devenu son petit jouet attitré. Je crois qu'il ne me laissera en paix que lorsqu'il m'aura mise en pièces, mordue et laissée pour morte sous un mont de neige. » répliquai-je avec amertume. Sans compter qu'à chaque fois que j'entendais parler de Greyback, on en revenait comme par hasard à Remus. Greyback qui laisse un message à Remus, Remus qui me quitte parce qu'il ne veut pas que Greyback me fasse du mal à cause de lui. C'était tellement évident ! Mais je savais que je pouvais pas en parler à la légère à n'importe qui. Pourtant... « Jane, je ne suis pas stupide. Tu sais quelque chose à propos de Remus ! Remus, Greyback, ce n'est pas juste une coïncidence, pas vrai ? Pas vrai ? » répétais-je à mi-voix pour qu'elle soit la seule à entendre. Mais peut-être que Remus avait fait jurer à ceux qui étaient au courant de se taire, ou même peut-être était-ce Dumbledore lui-même ?

Soudain je me rendis compte de toute l'ampleur de la chose. Remus, loup-garou. Remus si tendre, si bienveillant et calme. Il n'avait rien à voir avec le monstre sur lequel j'étais tombé. Raison de plus pour se dire que ce n'était pas une question de famille, de maladie, mais bien une question de caractère. Celui qui choisit de rester du côté du bien le reste quelque que soit les difficultés qui lui font face. Mais là on ne parlait pas de difficulté, mais bien de quelque chose d'incurable qui devait le faire énormément souffrir au quotidien... Pourtant il gardait le sourire. Parce qu'il avait des amis. Je serrai les dents. Avait-il eu si peu confiance en moi pour ne pas m'en parler ou pensait-il réellement qu'il me mettait en danger ? C'était un vrai sacrifice et cette fois-ci je m'étais réellement mise à sangloter. « Bon sang, quel idiot ! » gémissais-je en plaquant une main contre ma joue humide. « C'est pas possible ! » Je me relevai comme pour essayer de me calmer, frottai mes joues avec des gestes répétés semblables à des spasmes. Maintenant c'était clair, la prochaine fois que je le verrai, je lui demanderai de vive voix, et s'il ne voulait pas me répondre, c'est Sirius que j'attraperais, en le mettant sous le fait accompli. Marre de tout ça, il fallait que les choses soient dîtes une bonne fois pour toute ! Mais je me sentais un peu stupide d'avoir réagi comme ça, et si Jane n'était au courant de rien, je venais de vendre Remus comme une parfaite idiote. Mais Jane paraissait trop sûre d'elle pour ne rien savoir, elle semblait même en savoir trop, beaucoup plus qu'énormément de gens. J'avais envie de lui hurler « Vas-y ! Pas de chachoterie, dis moi ce que tu sais ! » mais je n'étais pas le genre de filles à me réduire à ça. Ou presque. « Allez Jane ! Crache le morceau ! Tu es quoi ? Une sorte d'agente secrète au compte de Dumbledore ? » lançai-je, soudain plus furieuse que triste à l'idée qu'on me cache une fois de plus la vérité.

© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas
http://Millenium-Argentic.deviantart.com/
Who are You ?
Invité

Anonymous


Invité




Concours de circonstances [Pv Alecia] _
MessageSujet: Re: Concours de circonstances [Pv Alecia]   
Concours de circonstances [Pv Alecia] Icon_minitimeDim 22 Sep - 12:28

Pour qu'une simple gaffe prenne une ampleur considérable, il nous faut simplement choisir le mauvais endroit, le mauvais moment et les mauvaises personnes.
Concours de circonstances
Hermione eut un léger moment de flottement devant le petit regard d'incompréhension qu'elle s'attira en racontant l'anecdote avec le professeur Trelawney. Avait-elle dit quelque chose de déplacé, d'erroné ? Elle n'avait pas mis les pieds à un seul cours et n'en savait pas grand chose si ce n'est qu'il était encore occupé par un professeur incompétent. L'idée que le professeur en question n'était pas Sybille Trelawney ne lui traversa même pas l'esprit: prédire la mort à tout va était une façon de faire qui lui est bien propre. Hermione avait une grande étroitesse d'esprit en la matière et son absence de volonté faisait qu'elle n'y comprenait strictement rien. Il était pourtant naturel que la mort soit omniprésente dans les prédictions, puisque personne n'y échappait - même si y en a un dans le lot qui tentait désespérément d'y parvenir. Et si le nom de Trelawney était une petite bévue qu'Hermione aurait aisément pu justifier, puisqu'il s'agissait de la seule personne réputée dans un domaine que la griffondor voyait d'un mauvais oeil, le petit échange sur Lupin avait de quoi être bien plus conséquent, et elle n'en prit malheureusement conscience que trop tard. Alecia avait d'ailleurs eu l'air légèrement renfrogné lorsque le sujet de Lunard avait été évoqué, semblant donner raison à Hermione sur les sentiments peu flatteurs qu'elle éprouvait à son égard, mais la situation dérapa bien vite. En feignant de faire innocemment le lien entre Lupin et le mot loup-garou, elle cherchait à tester la réaction d'Alecia pour la pousser à se révéler. Et c'était bien ce qui était arrivé, mais pas de la façon dont Hermione l'espérait ! La blonde eut au contraire le regard de quelqu'un qui croyait avoir trouvé une solution à un problème, un autre regard qu'Hermione connaissait bien puisqu'elle avait souvent le même, et son visage se décomposa légèrement : Alecia n'était peut-être pas au courant, mais elle cherchait probablement à voir ses doutes confirmés. La griffondor se braqua aussitôt en réalisant que la discussion faussement cordiale n'était en réalité qu'un échange de bons procédés, ou plutôt un moyen de la forcer à blablater et endormir sa vigilance pour la pousser à l'erreur: encore une fois, Hermione voyait le mal tout autour d'elle. Alors que l'esprit de la brunette se trouvait dans un état cataclysmique dissimulé derrière un air faussement calme et naturel, une lueur d'espoir apparut au moment où Alecia souleva sa robe de sorcier ainsi que son pull pour lui montrer le bas de son dos où des cicatrices "F" et "G" avaient été tracées de manière barbare. Le cerveau d'Hermione fit un lien si rapide que retenir l'exclamation horrifiée de 'Fenrir Greyback!" releva de l'extraordinaire. Se contentant d'observer les marques avec un silence gêné, elle leva un regard désolé vers Alecia en s'abstenant de tout commentaire. Elle ne pouvait plus se permettre de se montrer spontanée, trop de choses était en jeu. Et son naturel "miss-je-sais-tout" qui la poussait constamment à la parole allait être grandement mis à mal.

« Tu n'as pas lu la Gazette aux alentours du 27 ou du 28 Janvier ? Quoi que ça a dû paraître en même temps que l'article sur Bristol ou l'agression de Maewan... »

Hermione avait également déjà fait le lien avant même qu'Alecia n'en parle, même si elle-même ne disait rien. C'était elle qui avait subi l'attaque de Greyback et la brune ressentit une certaine culpabilité à avoir vu en Alecia une personne mal intentionnée. La poufsouffle n'était pas mauvaise en soi, juste curieuse, parce que probablement craintive. C'est ce que la griffondor pensa sur le moment, mais sa vigilance ne se relâcha pas pour autant: il n'en demeurait pas moins qu'Alecia avait menti. Elle n'avait pas abordé le sujet des loups-garous parce qu'ils la fascinaient, peut-être qu'un autre mensonge se glisserait habilement dans son discours.

« Je … non », dit Hermione avec honnêteté, « J'en ai juste entendu parler. »

« La fille agressée par Fenrir Greyback à Pré-au-Lard, c'est moi. C'est un loup-garou et je suis devenu son petit jouet attitré. Je crois qu'il ne me laissera en paix que lorsqu'il m'aura mise en pièces, mordue et laissée pour morte sous un mont de neige », raconta t-elle amèrement.

« La sécurité a dû doubler, le professeur Dumbledore ne laissera jamais une telle chose arriver », tenta t-elle de la rassurer.

« Jane, je ne suis pas stupide. Tu sais quelque chose à propos de Remus ! Remus, Greyback, ce n'est pas juste une coïncidence, pas vrai ? Pas vrai ? », dit-elle à voix basse avec obstination.

Une chose était désormais sûre. Alecia avait des doutes, semés par Greyback, sur les origines lycanthrope de Lupin. Et elle voulait la vérité. C'était une chose tout à fait compréhensible, Hermione en avait mal au coeur pour Alecia… mais elle ne pouvait pas lui apporter de réponse. Feignant la candeur, elle écarquilla légèrement les yeux pour manifester la stupeur et l'incompréhension.

« Pardon ?! Savoir quoi? Remus et Greyback ?! Qu'est-ce que tu racontes?»

Alecia ne sembla même prendre la peine de l'écouter car elle tempêtait déjà en portant les mains à ses joue de manière scandalisée:  « Bon sang, quel idiot ! C'est pas possible ! » Elle se releva tandis qu'Hermione eut un léger mouvement de recul contre l'arbre, passablement stressée par la tournure que prenait les choses. « Allez Jane ! Crache le morceau ! Tu es quoi ? Une sorte d'agente secrète au compte de Dumbledore ? »

L'affolement manifeste d'Hermione, dû à la conscience d'Alecia qu'elle n'était pas ce qu'elle prétendait être, avait au moins le mérite de passer pour de la franche stupéfaction devant l'emportement de la blonde. Au moins, le fait que celle-ci ait visé à côté de la réalité permis à Hermione de rebondir sans trop de mal, l'air toujours aussi surprise :

« Une agente de Dumbledore …moi ?! Aussi flatteur que cela puisse paraitre, je te signale que c'est également absurde ! », Hermione replia les jambes vers elle et enroula les bras autour en geste inconsciemment protecteur. Le seul moyen de s'en sortir était de jouer la carte de la victime innocente qui se trouvait dépassée par les évènements et qui n'y comprenait plus rien. Faire semblant de ne pas avoir saisi de quel lien Alecia voulait parler en mentionnant les noms de Greyback et de Lupin était sa seule échappatoire: «Je ne connais quasiment personne ici et tout ce que je sais… tout ce que je sais, c'est que tu es en train de faire de terribles diffamations ! Dire que Remus est de mèche avec Greyback, non mais tu t'es entendue? As-tu conscience de la portée d'une telle accusation? Ne compte pas sur moi pour t'appuyer dans la manoeuvre ! »

made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Who are You ?
Alecia L. Lukeither

Alecia L. Lukeither

Élève ♣ Poufsouffle - 6ème année

Élève
Poufsouffle - 6ème année


▌Age : 25
▌Parchemins : 1393
▌Points de Rp : 200
▌Initiation magique : 19/11/2012


On a des curieux ici...
♣ Age: 16
♣ RelationShip:
♣ M O R E:

Concours de circonstances [Pv Alecia] _
MessageSujet: Re: Concours de circonstances [Pv Alecia]   
Concours de circonstances [Pv Alecia] Icon_minitimeDim 22 Sep - 20:50

Concours de circonstances
PV Hermignonne Grangernounette


Je m'étais mise dans tous mes états et je n'aurai pas dû. J'avais été rassurée de constater que Jane, comme beaucoup d'autres personnes, essayait de me rassurer. Bien sûr je savais que Greyback n'arriverait jamais à rentrer dans l'enceinte de l'école, bien sûr que Dumbledore prenait les mesures adéquates pour faire face à la montée au pouvoir de Voldemort et ses partisans. Mais en dehors des murs de Poudlard alors ? A Pré-au-Lard, sur le chemin de Traverse ? Soudain, l'idée d'aller vivre chez Sirius me parût amèrement moins charmante. Si j'amenais sans le vouloir Greyback jusqu'à lui, je m'en voudrais toute ma vie s'il lui arrivait quoi que ce soit. Mais si je décidais de partir de mon côté, à la fin de l'année scolaire, où étais-je sensée poser le pied ? Je savais bien que si j'en parlais à Sirius, il ferait le fier en disant qu'il n'avait pas peur et que chez lui, toutes les protections seraient mises en place pour repousser tout imbécile qui aurait l'idée de venir lui passer un petit bonjour plein d'animosité. Mais quand même... On envoie pas une personne qu'on aime à l'abattoir, n'est-ce pas ? Je n'eus pas tellement le temps de réfléchir la question plus que ça puisque Jane m'avait renvoyé mes propres interrogations à la figure. Je m'étais emportée et je savais que j'avais eu tord de le faire, mon sang n'avait fait qu'un tour mais je ne m'en étais rendue compte que trop tard. J'étais sur le point de m'excuser et de lui proposer de marcher un peu pour pouvoir mieux respirer, mais elle fut plus rapide, à me répondre que l'idée d'être une agente de Dumbledore était aussi absurde que d'établir un lien entre Greyback. Pas si absurde que ça, puisque Julien David m'avait bien demandé d'enquêter sur la mort de Blackbird incognito et m'avait même offert une cape tissée en poils de demiguise. « Attends... » murmurai-je alors qu'elle continuais son petit discours. Et peut-être aurait-elle dû se taire. Elle me balança à la figure que je ne faisais qu'émettre de terribles hypothèses, mais ce qui me glaça sur place était bien de me prendre en pleine tête que j'insinuais que Remus était de mèche avec Greyback, pour agresser les gens, entrer dans Poudlard peut-être ? « Quoi... ? Non mais... » Elle continua sur le fait qu'il était hors de question de compter sur elle pour propager la nouvelle. J'étais figée sur place, clouée, entre les sueurs froides qui se répandirent dans mon dos et le sang qui me chauffait aux tempes. Les larmes me montèrent de nouveau entre la colère et l'impuissance. Moi, dire que Remus était comme Greyback ?

J'avais ouvert la bouche pour lui répondre, lui prouver qu'elle avait tord, mais aucun mot n'en sortit, juste un sanglot. Bon sang ! J'avais comme un torrent sur les joues et je détestais ça, ça faisait vraiment petite reine d'une série dramatique qui passe son temps à pleurer. C'est ce que les gens pensaient de moi alors ? D'une garce qui pour se venger et trouver une nouvelle autre bonne raison à son malheur, colporte des idées odieuses sur les autres, et là en l'occurrence, sur son ex-petit ami ? Et si Jane en faisait part à Remus lui-même ? Ou à Sirius ? S'ils y croyaient et que du jour au lendemain ils refusaient de m'adresser la parole à cause d'un quiproquo ? Et que je me retrouvais définitivement seule ? « Tu... » marmonnai-je entre mes dents sans pouvoir décocher la moindre parole de plus. Je sentais presque l'air manquer de mes poumons et je grimaçai. Je sentais la crise arriver et je battai de mon pied l'herbe sous moi comme pour taper le rythme de mon cœur. Respirer, respirer, c'était la clé. Je me laissai retomber sur l'herbe, et recroquevillée, respirai à grand souffle tout en cherchant les mots pour m'expliquer. Le pire venait d'être évité et je ne tenais pas à me retrouver à l'infirmerie avec un rapport derrière sur mon état de santé qui auraitvisiblement empiré. « Je n'ai jamais dit ça... » soupirai-je entre deux tremblements. « Ce n'est pas vrai... Tu m'as mal comprise. » Je me frottai les joues machinalement et relevai la tête. « Je ne veux pas que Greyback fasse du mal à Remus à travers moi, tu comprends ? Sauf que... Comment veux-tu que je le protège si tout le monde me fait des sous-entendus sans jamais me dire la vérité ? J'ai l'impression de nager en plein brouillard ! Toi aussi, tu me tends la perche et ensuite tu... » Je serrai les dents. Ce n'était pas honnête de gratter des pistes et me faire dire des choses pour ensuite me les renvoyer à la figure, ou alors j'avais mal saisi ses intentions et elle voulait savoir autre chose. Ma relation avec Remus ? « Je suis sortie avec lui... Un mois, à peine... Et si Greyback n'était pas tombé sur moi, je suis sûre qu'à l'heure actuelle je serais encore avec Lupin... C'est injuste, je perds tous les gens que j'aime à cause d'enfoirés comme lui. Alors si Remus a vraiment été attaqué, » et j'insistai bien sur ce mot, « je veux pouvoir le protéger autant que lui l'a fait, en quelque sorte... » Je rebaissai la tête. Je devais certainement être très égoïste. A vouloir prouver à tout le monde que j'étais forte, à vouloir prétendre protéger Remus même si je lui en voulais encore, prétendre avoir des sentiments pour Sirius... Je voulais tout, tout de suite, parfois sans faire d'efforts en retour.

Je me recroquevillais un peu plus, honteuse d'être sortie à ce point de mes gongs. « Désolée Jane... Tu dois me prendre pour une folle. » N'était-elle pas tout près de la vérité après tout ? « Je crois vraiment que je suis en train de le devenir... J'ai toujours l'impression d'avoir la vérité sous le nez sauf que personne ne veut jamais me croire. » Je fronçai les sourcils, puis me relevai enfin, maladroitement. « Je devrais te laisser à ta lecture, je ne suis pas de bonne compagnie là de suite, peut-être qu'avec un peu de sommeil, je serai plus agréable et j'arrêterai de chouiner. Ne... Ne dis rien à personne, s'il-te-plaît ? Sur tout ça... Pas même aux Maraudeurs... Si je dois leur demander quoi que ce soit... Oui, je devrais vraiment à présent... » Restait à savoir si Sirius ne m'enverrait pas balader royalement. Je ne voulais pas perdre son amitié, pas perdre ce petit espoir, un jour... Non, il était inutile d'y penser. « Dis, euh... Je t'embête une dernière fois mais... » Je m'éclaircissait la gorge, il ne fallait pas que mes paroles cette fois soient mal interprétées. « As-tu déjà éprouvé pour quelqu'un... Euh... Des sentiments assez forts, en te disant qu'il n'y répondra jamais, que c'est perdu d'avance et même peut-être que c'est mal, mais que quand même... Tu ne peux pas t'empêcher de... Sourire quand il est là... Heum, ne te méprend pas ! C'est... Un truc, de divination, pour une fille en classe. » Beau mensonge qu'il serait difficile de lui faire avaler, mais j'espérais que son atipathie pour la matière m'aide un peu. C'était difficile de se dire qu'il y a quelques instants à peine, on s'était disputées, et que maintenant, je lui demandais presque des conseils amoureux. Bravo Alecia, cette fois, tu perds vraiment la boule.

© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas
http://Millenium-Argentic.deviantart.com/
Who are You ?
Contenu sponsorisé







Concours de circonstances [Pv Alecia] _
MessageSujet: Re: Concours de circonstances [Pv Alecia]   
Concours de circonstances [Pv Alecia] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Concours de circonstances [Pv Alecia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♣ Alohomora ♣ ::  :: L’Enceinte de l'Ecole :: Le parc-